Principal Crise cardiaque

Comment le cancer du cerveau se manifeste-t-il aux premiers stades - traitement et chance de survie

Quels sont les symptômes d'une tumeur cérébrale, quelles sont les causes des maladies malignes et quelles sont les options de traitement? Un diagnostic précoce aide à prolonger la vie.

Qu'est-ce qu'une tumeur cérébrale?

Il s'agit d'une formation bénigne ou maligne dans le cerveau qui affecte la fonctionnalité du cerveau, qui se développe à partir de cellules cérébrales (puis elles parlent de cancer primaire) ou de cellules cancéreuses d'autres organes, c'est-à-dire de métastases (puis elles parlent de cancer cérébral secondaire).

Parfois, bien que ce ne soit pas tout à fait correct, les formations cérébrales sont également appelées formations situées dans le crâne, mais se développant à partir des cellules des méninges. Très rarement, les tumeurs cérébrales provoquent des métastases en dehors du système nerveux central.

L'incidence annuelle des tumeurs cérébrales primaires est de 8 personnes pour 100 000 personnes. Les tumeurs secondaires sont plus nombreuses et surviennent environ dix fois plus souvent. Les hommes souffrent plus que les femmes.

Le système nerveux central comprend le cerveau et la moelle épinière. Le cerveau est enfermé dans le crâne et la moelle épinière dans la colonne vertébrale.

Le cerveau est composé de neurones qui forment le tissu nerveux, et la glie est le tissu qui soutient et nourrit les cellules gliales formées par les neurones.

Le cerveau est divisé en:

  • Cerveau. Il se compose de deux hémisphères distincts: gauche et droit. L'hémisphère droit contrôle le côté gauche du corps. Gauche droite. Chacun des deux hémisphères se compose de quatre lobes distincts: lobes frontaux, temporaux, pariétaux et occipitaux. Il existe d'autres objets dans le cerveau qui font partie du système nerveux central, comme l'hypophyse et l'hypothalamus..
  • Cervelet. Il a une masse et une taille beaucoup plus petites que le cerveau antérieur et est situé sous le cerveau antérieur dans la partie occipitale du crâne. Affecte de nombreuses fonctions, notamment la parole et les mouvements.

La moelle épinière est étirée à l'intérieur de la colonne vertébrale, elle affecte diverses fonctions, telles que la respiration et la thermorégulation, c'est-à-dire maintenir la température corporelle à une valeur constante d'environ 37 ° C.

La moelle épinière est également constituée de cellules gliales et de fibres nerveuses. Les nerfs s'en éloignent, qui transmettent les commandes du cerveau à toutes les régions du corps et forment également le système nerveux périphérique.

L'ensemble du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) est couvert et protégé par trois membranes concentriques, appelées méninges. L'espace entre les deux membranes externes (l'arachnoïde et le pia mater) est défini comme sous-arachnoïdien, il est rempli de liquide céphalo-rachidien.

Classification des tumeurs qui affectent le cerveau

Les tumeurs cérébrales peuvent être classées comme tous les types de néoplasmes:

  • Les tumeurs bénignes se développent lentement, pendant des décennies, elles sont composées de cellules qui conservent leurs caractéristiques d'origine, à l'exception de celles qui pénètrent dans d'autres organes. Leur danger est principalement dû au fait qu'ils peuvent exercer une pression sur les organes et tissus voisins..
  • Les tumeurs malignes se développent rapidement, de l'ordre de plusieurs mois, et, en outre, constituées de cellules qui ont une forme et une fonction complètement différentes de l'original, peuvent également envahir et détruire d'autres organes et tissus éloignés de cette source, ce qui conduit à l'apparition de les soi-disant métastases.
  • Gliomes. Cela inclut tous ceux qui proviennent des cellules gliales (astrocytes, oligodentrocytes). De toute évidence, différents types de cellules gliales provoquent différents types de cancer. Les plus courants sont ceux qui proviennent des astrocytes, c'est-à-dire les astrocytomes. Des gliomes provenant de plusieurs types de cellules peuvent également être observés..
  • Tumeurs gliales. Il existe des tumeurs qui ne proviennent pas des cellules gliales, mais des cellules entourant le tissu nerveux. Les méningiomes intracrâniens résultant de méninges, par exemple, appartiennent à la catégorie..
  • Tumeurs métastatiques. Ils sont formés de cellules cancéreuses qui pénètrent dans le crâne à partir d'autres organes dans lesquels la tumeur est apparue à l'origine. Le plus souvent, des métastases de mélanome (cancer épithélial), de cancer du poumon, de cancer du sein et, dans une moindre mesure, des intestins ou de la prostate apparaissent dans le cerveau.

Manifestations de tumeurs cérébrales

Les tumeurs cérébrales n'ont pas de tableau clinique qui les identifierait de manière unique. En ce sens que leurs symptômes sont tout à fait comparables aux manifestations de nombreuses autres maladies.

De plus, les symptômes sont extrêmement divers, car cela dépend de la zone dans laquelle la tumeur se développe et de la masse atteinte. En effet, chaque zone du cerveau contrôle des fonctions spécifiques, par exemple: les tumeurs de l'hémisphère droit peuvent provoquer des problèmes de mouvements du côté gauche du corps, les tumeurs du lobe occipital provoquent des troubles visuels et des crampes, et les tumeurs du cortex cérébral provoquent souvent des crampes.

La masse de la tumeur elle-même est également un élément des symptômes. En effet, le crâne est une cavité fermée, rigide et de volume limité, donc l'apparition de masse supplémentaire à l'intérieur entraînera nécessairement une augmentation de la pression intracrânienne. De plus, ce problème est exacerbé par l'œdème, qui accompagne souvent le cancer en raison de perturbations dans la circulation des fluides biologiques..

Il ressort clairement de ce qui précède que les symptômes d'une tumeur cérébrale ne peuvent être déterminés sans ambiguïté. Cependant, malgré cela, ils peuvent être regroupés en fonction de manifestations générales, qui sont une conséquence directe de la compression des tissus intracrâniens:

  • Mal de crâne. Souvent, mais pas nécessairement, localisé dans le domaine du développement tumoral.
  • Nausée et vomissements.
  • Problèmes de vision (en particulier vision trouble).
  • Crampes puis contraction musculaire involontaire.
  • Changements de personnalité et d'humeur.

Vous pouvez également les regrouper selon la forme de symptomatologie, qui indique la partie affectée du cerveau:

  • Des problèmes de mouvement, d'équilibre et de vertiges peuvent accompagner les tumeurs qui affectent le cervelet..
  • Somnolence, léthargie, faiblesse, manque de force, altération de la capacité à juger d'une situation avec le développement d'une tumeur dans le lobe frontal du cerveau.
  • La perte totale ou partielle de la vision est typique des tumeurs qui se développent dans le lobe occipital du cerveau..
  • La déficience auditive, la difficulté d'articulation, la parole et le langage, la perte de mémoire, les changements d'humeur, qui s'accompagnent d'attaques de rage et d'agressivité sont caractéristiques des tumeurs qui se produisent dans le lobe temporal.
  • La perception sensorielle altérée dans diverses parties du corps est caractéristique d'une tumeur dans le lobe pariétal..
  • L'isolement du lait des mamelons, les dysfonctionnements du cycle menstruel et la croissance anormale des membres chez l'adulte sont les symptômes d'une tumeur de l'hypophyse.

Raisons: pourquoi une tumeur se forme

À ce jour, la science médicale n'est pas encore en mesure de déterminer les causes exactes des tumeurs cérébrales. Il est bien connu que les rayonnements ionisants à haute dose sont un facteur de risque de développement de tumeurs malignes. Un autre facteur de risque important est l'hérédité..

Diagnostic: tests et examens

Un neurologue participe au diagnostic des tumeurs cérébrales. Il étudie les antécédents médicaux et le tableau clinique du patient. L'hypothèse de tumeur cérébrale est ensuite vérifiée par des études cliniques sophistiquées..

  • Tomodensitométrie utilisant un produit de contraste.
  • Résonance magnétique nucléaire.
  • Tomographie par émission de positrons.
  • Biopsie.
  • Angiographie.
  • Ponction lombaire.

Traitement du cancer du cerveau

Quel que soit le lieu de développement d'une tumeur cérébrale et son type, il existe trois types de traitement différents, à savoir:

Chirurgie

Le traitement chirurgical vise à retirer autant de la masse tumorale que possible sans endommager les tissus adjacents. Tout cela n'est pleinement réalisable que pour certains types de tumeurs bénignes, où il y a toujours une distinction claire entre les tissus tumoraux et les tissus voisins, mais est pratiquement inaccessible ou moins réalisable dans le cas d'une tumeur maligne, qui pénètre généralement dans les tissus environnants et fait il est impossible de distinguer les cellules saines des cellules malades.

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale et à l'aide d'agents de neuronavigation, avec le soutien de la TDM ou de l'IRM, qui permettent au chirurgien de se rendre à la tumeur avec une précision maximale et de minimiser le risque de lésion des tissus environnants.

Radiothérapie

La radiothérapie utilise des rayonnements à haute énergie (rayons X ou rayons gamma) pour détruire les cellules cancéreuses, bien sûr, en préservant la santé. Souvent utilisé pour «brûler» les cellules qui subsistent après la chirurgie. Dans de nombreux cas, c'est le seul moyen d'intervention, car les tumeurs peuvent se développer à l'intérieur des tissus sains..

La radiothérapie a de nombreux effets secondaires, donc tout le monde ne peut pas se tourner vers ses moyens.

Chimiothérapie

La chimiothérapie des tumeurs cérébrales consiste à prescrire des médicaments qui causent la mort des cellules cancéreuses. Le choix de ces médicaments dépend de nombreux facteurs: le type de tumeur, l'agressivité, la zone affectée du cerveau, l'âge du patient, son état de santé, etc. De toute évidence, la chimiothérapie a de nombreux effets secondaires..

Le choix de la méthode de traitement est conseillé à effectuer par une équipe de spécialistes, qui se compose d'un neurologue, neurochirurgien, radiologue, radiothérapeute et anatomopathologiste en fonction du type de cancer, de sa distribution, de son âge et de la santé du patient. Combinent souvent les trois ou deux formes de thérapie.

Quelles sont les chances de survie

Le pronostic des tumeurs cérébrales bénignes, si elles sont ouvertes, est généralement bon et l'intervention chirurgicale conduit à une guérison complète.

La situation est différente avec les tumeurs cérébrales malignes. Dans ces cas, le pronostic est extrêmement variable et dépend d'un grand nombre de paramètres, en particulier: du type histologique de la tumeur, du lieu où elle s'est produite, du développement de la masse tumorale, etc. et en partie des caractéristiques du patient: âge, état de santé général, caractéristiques biologiques, etc..

Ainsi, le pronostic peut varier d'une guérison complète à la mort. Dans la plupart des cas, le pronostic est une espérance de vie limitée. En particulier, le glioblastome et l'astrocytome ont un pronostic plus défavorable, l'oligodendrogliome, au contraire, a le pronostic le plus favorable.

Le tableau ci-dessous décrit les caractéristiques des tumeurs cérébrales et les chances de survie..

Types de tumeurs cérébrales

Le traitement et le pronostic d'une tumeur cérébrale sont étroitement liés à son type et à son lieu de formation, ainsi qu'à de nombreuses autres variables. Nous fournissons une brève carte des symptômes, des méthodes de traitement et du pronostic pour certaines des tumeurs cérébrales les plus courantes..

Glioblastome du cerveau

Non spécifiques et résultent de la compression et du développement de la masse tumorale:

  • maux de tête, nausées et vomissements;
  • gonflement du nerf optique provoqué par une augmentation de la pression intracrânienne;
  • difficultés motrices d'une partie du corps (gauche ou droite);
  • perte de sensation dans une ou les deux parties du corps;
  • perte de la moitié du champ de vision;
  • vision double;
  • crampes
  • changements de personnalité.

Chirurgie pour retirer la masse tumorale possible.

La radiothérapie en complément de l'ablation chirurgicale ou alternativement.

Les cellules à partir desquelles il est forméAstrocytes gliaux
Symptômes
Traitement
PrévoirMalheureusement, pas favorable. Espérance de vie après chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie - un an de vie.

Astrocytome anaplasique

Ils varient selon l'emplacement de la tumeur. Les premiers symptômes les plus courants sont:

  • Crampes.
  • Déficience visuelle et problèmes de concentration.
  • Déficience cognitive et problèmes de mémoire.
Les cellules à partir desquelles il est forméAstrocytes gliaux
Symptômes
TraitementChirurgical, si possible. Comme alternative, la radiothérapie. Chimiothérapie de rechute.
PrévoirUn an et demi pour 60% des patients et 5 ans pour 20%.

Astrocytome fibrillaire

Les cellules à partir desquelles il est forméAstrocytes gliaux
SymptômesLes symptômes sont similaires au glioblastome..
TraitementChirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.
Prévoir10 ans pour 35% des patients. Un âge inférieur à 40 ans améliore considérablement le pronostic.

Oligodénrogliome

Les crises d'épilepsie sont le symptôme le plus courant, souvent accompagnées de graves changements de personnalité chez le patient..

Très souvent, des symptômes de compression des structures cérébrales apparaissent:

  • Maux de tête, nausées et vomissements.
  • Oedème optique dû à une augmentation de la pression intracrânienne.
  • Difficultés motrices.
  • Perte de sensation dans une ou plusieurs parties du corps.
  • Perte de la moitié du champ de vision.
  • Vision partagée.
Les cellules à partir desquelles il est forméOligodendrocytes gliaux
Symptômes
TraitementLa première étape est la chirurgie, suivie de la radiothérapie, parfois complétée par une chimiothérapie.
Prévoir75% des patients vivent jusqu'à 5 ans, 45% jusqu'à 10 ans. La présence de certaines mutations chromosomiques est un facteur important dans un pronostic favorable car elles réduisent la résistance aux médicaments des cellules tumorales.

Épendymome

Les cellules à partir desquelles il est forméCellules épendymaires
SymptômesLe développement d'une tumeur provoque une augmentation de la pression intracrânienne avec l'apparition de symptômes appropriés.
TraitementChirurgical, si possible. Radiothérapie et parfois chimiothérapie.
PrévoirDe 20 à 40% des patients vivent encore 5 ans

Médulloblastome

Les symptômes les plus courants sont:

Cancer du cerveau: signes et symptômes. Les premiers signes du cancer du cerveau

Les signes de cancer du cerveau ne sont pas toujours évidents et indiscutables, et souvent, surtout au début, ils ne se manifestent pas du tout. Ainsi, par exemple, avec une tumeur hypophysaire, la véritable cause ne peut parfois être détectée qu'après la mort du patient.

Mais même si les symptômes du développement de tumeurs malignes dans le cerveau se font sentir, ces manifestations sont très diverses et non spécifiques. Ils sont souvent similaires aux symptômes d'autres pathologies. Bien que leur reconnaissance précoce puisse sauver la vie du patient et l'aider à économiser considérablement sur le traitement.

Attention aux signes de cancer du cerveau

Comme mentionné précédemment, les signes de cancer peuvent chevaucher les manifestations, par exemple, d'un accident vasculaire cérébral, d'une migraine ou d'une commotion cérébrale. Donc, si un ou deux d'entre eux apparaissent, puis disparaissent après un court instant, cela ne peut pas être considéré comme un signal de présence d'une tumeur. Mais si certains symptômes apparaissent et que plusieurs autres les rejoignent, vous devez immédiatement consulter un médecin pour un examen diagnostique.

Symptômes courants d'une tumeur cérébrale maligne:

  1. L'un des symptômes les plus frappants est un mal de tête, qui devient plus aigu à cause de tout effort physique. Mais, soit dit en passant, chez la moitié des patients cancéreux au début, il est complètement absent.
  2. Les étourdissements peuvent également être un symptôme d'un néoplasme s'il se produit quelle que soit la position du patient et ne disparaît pas pendant longtemps. En règle générale, cela s'explique par des changements dans l'hypophyse ou une augmentation de la pression intracrânienne causée par la tumeur.
  3. Une sensation de «cotonnade» dans les articulations et les membres est également répandue. Au stade initial, ce symptôme se manifeste généralement par une faiblesse, mais avec le développement de la maladie, une parésie partielle ou une paralysie des membres peut être observée..
  4. La déficience visuelle peut également être considérée comme un signe accompagnant le cancer du cerveau. Dans ce cas, ils se manifestent sous la forme de taches flottant devant les yeux, de mouches, ainsi que de douleurs dans le nerf optique. Souvent, un nystagmus du globe oculaire précoce peut survenir..
  5. Les problèmes d'audition doivent également alerter. Ils se présentent sous la forme de bourdonnements d'oreilles ou de surdité unilatérale inexplicable..

À tout ce qui précède, vous pouvez ajouter des changements déraisonnables dans le pouls, des chutes de pression, une pâleur ou l'apparition de taches lourdes sur la peau, ainsi que la transpiration.

Manifestations neurologiques du cancer

Les premiers signes de cancer du cerveau peuvent se manifester par des troubles neurologiques et mentaux, exprimés par l'apathie, qui peuvent être remplacés par une euphorie à court terme, une agression sans cause et des pertes de mémoire. Ils sont souvent accompagnés de confusion, de troubles de l'orientation dans le temps et dans l'espace, de diverses manifestations de changements de personnalité, ainsi que d'hallucinations visuelles ou auditives.

Et avec des dommages aux parties profondes du cerveau, des signes de croissance rapide d'une désorganisation complète de l'activité mentale humaine peuvent également être détectés.

Comment se manifestent les lésions des différentes parties du cerveau

Les signes du cancer du cerveau apparaissent différemment, selon la partie affectée. Si la tumeur affecte l'hypophyse ou le tronc, cela entraîne généralement un manque de coordination. La capacité à se concentrer diminue sensiblement, en outre, le patient peut avoir une double vision distincte. Un autre symptôme est l'incapacité à déterminer la distance au sujet et l'insécurité de la démarche.

Dans certains cas, le cancer du cerveau s'est manifesté par des sensations douloureuses lors de la déglutition, des difficultés à bouger la langue, ainsi que des muscles faciaux altérés ou leur parésie.

Si le cervelet est endommagé, des nausées, des vomissements, des crampes à l'arrière de la tête et un nystagmus peuvent s'ajouter aux symptômes ci-dessus..

Cancer du cerveau: symptômes et signes de lésions des lobes temporaux

Un ou les deux lobes temporaux affectés par une tumeur cancéreuse peuvent provoquer une agnosie auditive, des troubles mentaux chez le patient (le patient ne peut pas comprendre ce qui a été dit, écrire sous la dictée, lire, la parole est perturbée). La présence d'une tumeur dans ces lobes provoque également une amnésie, une peur sans cause et une excitation. Le patient peut devenir déprimé.

Dans ce cas, les signes de cancer du cerveau peuvent se manifester par de graves maux de tête, des distorsions du goût et des sensations olfactives. Le patient est souvent tourmenté par des évanouissements sans cause.

Les lésions des sections médiales dans la région temporale peuvent également se manifester sous la forme de troubles affectifs tels que l'exaltation ou l'angoisse sans cause, ainsi que l'état de déjà-vu.

Signes d'une tumeur dans la région occipitale du cerveau

En cas de lésion de la partie occipitale, des signes indiquant un cancer du cerveau apparaissent, en règle générale, en déficience visuelle, car c'est ici que se trouvent les centres qui corrigent ses fonctions. Donc, si le patient a une forte perte de dioptries dans un œil, en combinaison avec d'autres symptômes inquiétants, il doit être examiné.

Mais l'agnosie (une violation du processus de reconnaissance) peut également se joindre à la détérioration de la vision, c'est-à-dire qu'une personne cesse de reconnaître la couleur, les lettres ou les objets. Le trouble de reconnaissance des lettres provoque à son tour une violation de la lettre.

Par ailleurs, on peut mentionner les perturbations d'orientation dans une pièce ou dans la rue, les problèmes d'utilisation des circuits, des cartes ou des montres.

En cas de dommages à la partie pariéto-occipitale du cerveau à la frontière avec les lobes temporaux, le patient a également une violation du rappel de mots qui indiquent des objets.

Symptômes de la défaite du lobe pariétal

Les signes d'un cancer du cerveau avec des dommages au lobe pariétal, qui est responsable de la perception et de la reproduction de la parole, chez un patient sont exprimés en violation de ces fonctions (ce qu'on appelle l'aphasie).

De plus, un trouble de la coordination des mouvements est détecté, le patient ne peut pas reconnaître l'objet au toucher. Cela est causé par des dommages aux champs corticaux secondaires dans le lobe cérébral susmentionné, ce qui conduit à une rupture de la possibilité d'analyser les sensations qui s'écoulent dans le cortex du lobe pariétal au toucher, ainsi qu'à affaiblir l'idée de l'image tactile de ce sujet. En médecine, cette condition est appelée astéréognosie..

Soit dit en passant, les premiers signes de cancer du cerveau dans le lobe pariétal peuvent également se manifester par une violation du concept de son propre corps - son «schéma», qui s'exprime parfois par une sensation frauduleuse de la présence de plusieurs membres ou d'une main «étrangère», ainsi que par une augmentation ou une diminution d'une partie du corps..

Comment sont les tumeurs du lobe frontal du cerveau

La zone frontale du cerveau régule l'intellect, contrôle le processus d'exécution de l'une ou l'autre action, ainsi que la capacité de la personne à prendre des décisions. Par conséquent, une tumeur de différents départements de ce lobe du cerveau peut affecter immédiatement l'état mental du patient.

Cela peut être, par exemple, ce que l'on appelle la préservation motrice (le patient ne peut pas s'arrêter à temps et continue d'effectuer n'importe quelle action). Ainsi, lorsqu'on lui demande de dessiner un cercle, une personne atteinte d'un cancer du cerveau (signes de dommages à sa partie frontale) dessine un écheveau entier de cercles. Le processus d'écriture deviendra également un problème pour lui, en particulier dans le cas de l'écriture de lettres composées d'éléments homogènes (par exemple, la phrase "machine à écrire de mishin").

Le discours d'un tel patient est très appauvri, il se tait, et parfois, au contraire, trop verbeux. Souvent, l'état émotionnel d'une personne devient insuffisant, caractérisé par une agitation psychomotrice. De plus, le patient peut être désorienté dans le temps, le lieu et même dans sa propre personnalité.

Quelques mots sur les symptômes du cancer du cerveau

Le nombre de patients diagnostiqués d'un cancer du cerveau, dont les symptômes, dont nous avons examiné les signes dans l'article, augmentent d'un tiers chaque année. La raison en est peut-être une mauvaise hérédité et l'impact de conditions environnementales sévères. Mais peu importe ce qui provoque le développement d'un néoplasme malin, une personne ne peut ignorer les signes de son apparition.

Ne souffrez pas d'un mal de tête constant! Et faites particulièrement attention si:

  • les maux de tête sont particulièrement graves, prolongés et intenses;
  • la douleur s'accompagne d'autres symptômes (nausées, vomissements, perte de vision, changements auditifs, troubles de la coordination);
  • la douleur n'est exprimée que d'un côté de la tête et dure au moins deux semaines.

De plus, ne vous arrêtez pas à une consultation avec un médecin. Si vous pensez que le diagnostic était insuffisant ou superficiel, contactez un autre spécialiste. Dans ces cas, il est toujours préférable de jouer la sécurité, car ce n'est qu'alors que le cancer du cerveau, dont vous connaissez maintenant les symptômes et les signes, ne deviendra pas une peine pour le patient.!

Comment traiter le cancer du cerveau

Le cancer du cerveau est un groupe de néoplasmes intracrâniens. Ils peuvent être bénins ou malins. Le cancer du cerveau se développe à partir de cellules nerveuses dans le cortex des hémisphères cérébraux, intermédiaires, moyens, postérieurs et médullaires oblongs. En plus du tissu nerveux, les vaisseaux sanguins et lymphatiques, les méninges, les nerfs crâniens et les organes neuroendocriniens (hypophyse, glande pinéale) sont impliqués dans le processus pathologique.

Le cerveau est le plus souvent affecté par un néoplasme malin - un carcinome. Un carcinome se compose de cellules malignes qui étaient auparavant saines, mais pour une raison quelconque, elles ont acquis des signes de malignité - une croissance rapide non contrôlée et un faible degré de différenciation.

Par origine, les cancers primaires et secondaires sont isolés. La tumeur primitive est une tumeur locale du cerveau qui se développe à partir de cellules du tissu nerveux, comme le glioblastome. Le cancer du cerveau secondaire sont des tumeurs qui se développent à la suite de la propagation de métastases dans le système nerveux..

Le cancer du cerveau a un taux de mortalité élevé. La plus grande mortalité est caractérisée par le glioblastome, dans lequel l'espérance de vie après diagnostic et traitement est de 2-3 ans. En moyenne, l'espérance de vie avec un cancer du cerveau est de 5 à 6 ans. Avec un traitement efficace, les patients atteints d'une tumeur vivent 10 à 15 ans. Les néoplasmes cérébraux entraînent une invalidité durable due à un déficit neurologique.

Le pronostic de survie dépend du stade du cancer. Ainsi, si une tumeur est détectée aux stades 1-2, la probabilité de 5 ans de vivre est de 60-80%, si la tumeur est diagnostiquée aux stades 3-4, le pronostic de 5 ans ne dépasse pas 30%.

Les patients atteints d'une tumeur confirmée sont mis en compte au dispensaire. Après avoir terminé le traitement, le patient est libéré, mais reste enregistré, car il y a toujours un risque de rechute ou de métastases non détectées.

Classification

Les classifications suivantes existent. Le premier est basé sur la structure histologique de la tumeur. Il a été développé en 2007 par des oncologues de l'Organisation mondiale de la santé. Plus de 100 types de néoplasmes y sont distingués, selon la structure cellulaire, mais les six suivants sont le plus souvent observés cliniquement:

  • Néoplasmes neuroépithéliaux. Parmi toutes les tumeurs, elles se retrouvent dans 60%. Ils se développent à partir des cellules du cerveau. Ceux-ci incluent: épendymome, astrocytome et gliome.
  • Néoplasmes des méninges - méningiome. Se développe à partir de l'endothélium arachnoïde, qui recouvre le cerveau.
  • Tumeurs neuroendocrines - un adénome de l'hypophyse et de la glande pinéale. Se développer à partir du tissu sécrétoire des glandes.
  • Néoplasmes des nerfs crâniens - neurinome. Il se développe à partir du tissu des nerfs crâniens et se développe le long de son cours. =
  • Métastases qui pénètrent dans le système nerveux central à partir d'autres organes, tels que les lymphomes: lymphomes du SNC associés à une immunodéficience, lymphome diffus à grandes cellules B associé au SIDA.
  • Tumeurs dysembryogénétiques. Ils se forment au cours du développement du fœtus. Il est rare, mais s'accompagne de multiples anomalies cérébrales..
  • Tumeurs vasculaires: carcinome et papillome du plexus vasculaire, papillomes atypiques.
  • Tumeurs mixtes, par exemple tumeur neuroépithéliale dysembryoplasique.

Par type d'acquisition:

  1. Tumeurs congénitales. Né dans le processus de développement fœtal, le bébé est déjà né avec un néoplasme dans le cerveau.
  2. Acquis. Se développer chez les personnes ayant un système nerveux partiellement ou complètement formé.

Le diagnostic de «congénitalité» est posé lorsque le cancer a été détecté au cours des 2 premiers mois de la vie d'un enfant. Toutes les autres tumeurs sont considérées comme acquises..

Selon le degré de malignité:

  • Premier degré. Ils se développent lentement, ont une faible activité proliférative, ne détruisent pas les cellules voisines. Les cellules ont un haut degré de différenciation, ressemblent à bien des égards à un tissu cérébral sain.
  • Second degré. Ils se développent lentement, mais dans la structure, ils ont des cellules atypiques et peu différenciées. Les tumeurs du deuxième degré de malignité sont susceptibles de rechuter.
  • Troisième degré. Tumeurs malignes avec des cellules atypiques à faible différenciation. Plusieurs noyaux à forte activité mitotique sont observés dans la cellule..
  • Quatrième degré. Il se développe rapidement, caractérisé par une croissance infiltrante, dans laquelle les cellules tumorales se développent en cellules saines et les détruisent. Forte probabilité de rechute. Les cellules sont atypiques.

Étapes

La cancérogenèse est le processus de formation de tumeurs. La version classique est la théorie des quatre étapes de la cancérogenèse.

Première étape. L'apparition de cellules cancéreuses commence par le fait que l'appareil génétique d'une cellule saine est endommagé. Les protooncogènes se transforment en oncogènes. Cela conduit à une division cellulaire incontrôlée. Cependant, la physiologie de la cellule le prévoit et le système d'apoptose, la mort cellulaire programmée, est activé. Cette phase est appelée initiation..

La deuxième étape est la promotion. Elle commence si, en raison de dommages à l'appareil génétique, plusieurs liens dans le contrôle de la division cellulaire sont rompus. Cela se produit généralement en raison de mutations spontanées massives, par exemple, si vous travaillez dans la production d'amiante pendant 10 ans.

La troisième étape est une violation de la différenciation cellulaire. Le stade est caractérisé par le fait que la protéine, qui détermine la spécialisation de la cellule, par exemple la cellule du cortex ou des méninges, est perturbée. Des cellules atypiques de bas grade apparaissent.

La quatrième étape est la progression tumorale. Les mécanismes de contrôle de la division et de la distribution cellulaires sont bloqués. Une épidémie croissante de tissu pathologique se forme.

Les raisons

Le cancer du cerveau survient pour les raisons suivantes:

  1. Facteurs chimiques: il existe des produits chimiques qui perturbent la structure génétique des cellules. Il s'agit notamment des hydrocarbures aromatiques et des amines, des plastiques et de certains métaux. La structure de ces substances est conçue de manière à interagir avec l'ADN des cellules et à perturber ses liaisons, en raison desquelles se produisent des mutations et une division spontanée.
  2. Facteurs physiques Certains types d'influence physique peuvent perturber l'appareil génétique de la cellule et provoquer une activité mutagène spontanée. Il s'agit d'un rayonnement ultraviolet et d'une ionisation excessifs..
  3. Facteurs biologiques: les virus pénètrent dans les tissus du corps puis dans la cellule. L'effet destructeur du virus réside dans le fait que sa nature biologique perturbe le fonctionnement de l'ADN, ce qui provoque des mutations. Ce sont le virus du papillome humain, le virus de l'hépatite B et le virus de l'immunodéficience humaine.

Une tumeur congénitale se développe en raison d'un dysfonctionnement du système de contrôle de la fission. Le mécanisme des proto-oncogènes, qui se transforment en oncogènes, stimulant la division cellulaire incontrôlée, est perturbé. Le deuxième mécanisme est la violation des suppresseurs - des protéines qui réduisent l'activité de division.

Symptômes

  • Cerveau commun.
  • Neurologique focale.
  • Mental.
  • Crises d'épilepsie.

Les symptômes cérébraux généraux sont causés par une augmentation de la pression intracrânienne et la formation d'un syndrome hypertensif. Panneaux:

  1. mal de crâne; les douleurs sont douloureuses et éclatantes, elles ne sont pas éliminées par des analgésiques non narcotiques;
  2. nausées et vomissements persistants, non associés à l'alimentation;
  3. la température dans le cancer du cerveau s'élève à des indicateurs subfébriles - jusqu'à 37-380С.

Si la tumeur bloque le liquide céphalo-rachidien, il existe un syndrome hydrocéphalique, dans lequel un œdème cérébral se développe, en raison duquel le patient peut mourir.

Les symptômes neurologiques focaux sont déterminés par l'emplacement de la tumeur et dépendent de la taille. Par exemple, si le carcinome est situé dans le lobe frontal, le patient aura des troubles du mouvement et de la personnalité. Le cancer du cerveau provoque des crises d'épilepsie, qui surviennent chez 48% des patients. Les troubles mentaux se manifestent par des changements de personnalité, des hallucinations, des illusions, une diminution de l'intelligence, de la volonté, de la motivation.

Diagnostique

En premier lieu, le diagnostic est la neuroimagerie. Ce sont des méthodes d'examen numérique qui identifient une lésion dans une image couche par couche haute résolution du cerveau.

À l'âge de 1-2 ans, le patient se voit prescrire une imagerie par résonance magnétique et une tomodensitométrie. Ils fournissent des informations sur la taille de la tumeur, l'état des tissus environnants et permettent un diagnostic différentiel entre le carcinome et le néoplasme bénin.

Pour clarifier le diagnostic, une TDM avec amélioration du contraste est prescrite pour détailler l'apport sanguin et l'implication vasculaire dans la croissance tumorale. L'angiographie permet également de prédire une insuffisance circulatoire aiguë due à une compression du vaisseau avec une tumeur.

Les enfants de moins de 1 à 2 ans reçoivent des radiographies - neurosonographie.

Un test sanguin pour les marqueurs tumoraux est un diagnostic précoce d'une tumeur. Les oncomarkers sont des substances biologiques, le plus souvent des protéines qui apparaissent dans le plasma sanguin en tant que produit de l'activité vitale du néoplasme. Une étude est prescrite en cas de suspicion de carcinome, mais les méthodes de neuroimagerie ne le révèlent pas.

Une conclusion sur le cancer du cerveau est émise s'il y a des zones d'occultation sur l'IRM, la TDM ou la radiographie.

Traitement

Approches de traitement du carcinome:

  • Thérapie symptomatique Des pilules sont prescrites pour éliminer les symptômes, par exemple, pour les maux de tête - anti-inflammatoires non stéroïdiens, pour les nausées - anti-nausées, pour l'œdème et l'inflammation - glucocorticoïdes, pour les hallucinations et l'agitation psychomotrice - antipsychotiques et sédatifs.
  • Chimiothérapie. Des substances toxiques tropiques pour les cellules tumorales sont introduites dans le corps. Le cours standard dure 2-3 semaines.
  • Radiothérapie. Dans le cancer du cerveau, une radiothérapie à distance est utilisée. Le cours commence 20 jours après l'opération, se compose de 20-30 séances de radiation. La radiothérapie est le traitement principal si le cancer est inopérable..
  • Immunothérapie du cancer du cerveau. Il s'agit d'une stimulation des cellules immunitaires pour lutter contre les tissus tumoraux. L'immunothérapie en tant que traitement moderne est utilisée en Israël et en Allemagne.
  • Traitements chirurgicaux. Les méthodes modernes sont une combinaison de navigation stéréotaxique en temps réel et de radiothérapie ciblée à distance. L'intervention chirurgicale n'est pas indiquée s'il existe des formes de cancer cérébral agressif caractérisées par une croissance diffuse.

Une méthode auxiliaire est la psychothérapie. Le travail avec un psychologue est nécessaire pour les patients qui traversent les étapes de la lutte contre le cancer et qui souffrent de troubles mentaux limites. La psychothérapie est également utilisée si le patient présente des psychosomatiques - maladies somatiques causées par des facteurs psychologiques..

Le traitement du carcinome cérébral avec des remèdes populaires est inefficace.

Les personnes qui vaincent le cancer sont rares. En raison de l'extrême agressivité du carcinome cérébral, les patients vivent en moyenne de 1 à 5 ans. Le taux de survie chez les personnes à partir de 50 ans est de 1%, chez les patients de moins de 50 ans - pas plus de 13%.

Nutrition

Le régime contre le cancer vise à stabiliser le patient après la chirurgie et la radiothérapie. La radiothérapie a des conséquences - après avoir endommagé des tissus sains et tumoraux, des radicaux libres et des peroxydes instables sont libérés, ce qui améliore l'oxydation des cellules et accélère leur mort. Des antioxydants sont ajoutés à l'alimentation pour réduire les niveaux de radicaux libres. Représentants: pruneaux, toutes baies et fruits, jus, vin rouge, thé noir et vert, cacao.

La prévention

Pour prévenir le cancer du cerveau, il est recommandé au patient de subir un complexe diagnostique une fois par an:

  1. imagerie par résonance magnétique du cerveau et de la moelle épinière;
  2. Tomodensitométrie.
  3. test sanguin biochimique pour les marqueurs tumoraux.

Les causes fiables du carcinome intracrânien n'ont pas été établies, par conséquent, le cancer a une prophylaxie non spécifique: une alimentation équilibrée, la lutte contre les mauvaises habitudes, la marche, la gestion du stress.

Cancer du cerveau

Le cancer du cerveau est un néoplasme pathologique dans le cerveau. Une caractéristique distinctive de celui-ci est la germination rapide dans les tissus environnants et leur destruction. La raison du développement de la maladie est la croissance et le développement illimités des cellules cérébrales malignes.

Comparé à d'autres maladies oncologiques, le cancer du cerveau est la forme de cancer la plus rare. Dans le nombre total de tumeurs malignes, sa part n'est que de 1,5%.

L'évolution clinique de la maladie

Quant au cancer du cerveau, il ne peut être divisé en tumeurs bénignes et malignes. Sans exception, tous les néoplasmes du cerveau sont malins. Quel que soit le taux de croissance de la tumeur dans le cancer du cerveau, il peut à tout moment entraîner la mort du patient. Ici, le facteur décisif est avant tout la localisation.

Symptômes du cancer du cerveau

La localisation de la tumeur dans le cerveau et sa taille provoquent la manifestation de tout un spectre de symptômes divers (focaux, cérébraux et somatiques), dont l'intensité augmente avec la progression de la maladie.

Dans certains cas, pendant une période suffisamment longue, la tumeur peut se développer sous une forme latente. L'augmentation des manifestations cliniques dans ce cas est périodique.

Cependant, une manifestation aiguë de la maladie est possible, parfois semblable à un accident vasculaire cérébral. Les signes de cancer du cerveau dans ces cas peuvent être similaires aux signes de méningo-encéphalite virale ou de toute maladie du système vasculaire du cerveau..

Symptômes focaux du cancer du cerveau:

  • Déficience sensorielle (incapacité ou diminution de la capacité de percevoir les stimuli externes, altération de la perception dans l’espace de son propre corps ou de ses parties individuelles);
  • Troubles de la mémoire (jusqu'à sa perte totale ou partielle);
  • Diminution de l'activité musculaire et altération de la fonction motrice (se manifestant par une parésie ou une paralysie);
  • Crises épileptiques causées par la formation d'un foyer d'excitation stagnante dans le cortex cérébral;
  • Déficience auditive et reconnaissance vocale;
  • Déficience visuelle et reconnaissance du texte / des objets;
  • Perte totale ou partielle de la parole (orale et écrite);
  • Troubles autonomes (vertiges, fluctuations de la fréquence cardiaque et de la pression, faiblesse générale);
  • Troubles hormonaux;
  • Manque de coordination des mouvements;
  • Changements de caractère, troubles de l'attention, distraction, perte d'orientation dans l'espace, le temps, le soi;
  • Violations des fonctions intellectuelles et de la sphère émotionnelle, perte des traits de personnalité;
  • Hallucinations auditives et visuelles.

Symptômes cérébraux du cancer du cerveau:

  • Maux de tête intenses persistants et mal arrêtés avec des médicaments qui ne contiennent pas de stupéfiants (ce symptôme de cancer du cerveau est l'un des plus fréquents et les plus précoces; l'intensité de la douleur dépend en grande partie de la taille et de l'emplacement de la tumeur);
  • Vomissements, jaillissements, caractère soudain et réflexe. Elle ne dépend pas de l'apport alimentaire, elle peut ne pas s'accompagner de nausées préliminaires, elle apparaît, en règle générale, au plus fort d'un mal de tête (le plus souvent tôt le matin ou tard le soir / la nuit), dans certains cas elle provoque un changement de position corporelle;
  • Vertiges provoqués par une augmentation de la taille de la tumeur et, par conséquent, une détérioration de l'apport sanguin au cerveau;
  • Symptôme de disques nerveux optiques congestifs (l'un des signes les plus précieux qui montre une congestion veineuse et une altération du nerf optique). Ce symptôme peut entraîner une atrophie des nerfs optiques de type secondaire..

La nature des troubles mentaux qui se produisent, qui sont des signes de cancer du cerveau, dépend directement de l'emplacement de la tumeur:

  • Léthargie, inertie, apathie; l'agression, remplacée par un état d'euphorie; perte de mémoire et altération de l'intelligence; comportement étrange, manque de propreté avec les matières fécales et l'urine, manque de criticité (avec le développement d'une tumeur dans les lobes frontaux);
  • Goût, olfactif, hallucinations auditives (avec développement d'une tumeur dans le lobe temporal);
  • Hallucinations visuelles (si la tumeur est à la jonction des lobes temporaux et occipitaux);
  • Paresthésie et apparition de douleur dans les membres opposés (avec une tumeur du lobe pariétal).

Types de cancer du cerveau

Il existe deux types de tumeurs cancéreuses dans le cerveau: les tumeurs primaires et secondaires.

Une tumeur cancéreuse qui se développe directement à partir des cellules du cerveau est du type primaire.

Un néoplasme résultant de la propagation au cerveau de métastases provenant d'autres organes affectés par les cellules cancéreuses est une tumeur secondaire.

Stades du cancer du cerveau

Comme la plupart des autres maladies oncologiques, le cancer du cerveau se déroule en plusieurs étapes. Une méthode courante pour déterminer le stade de la maladie est la méthode TNM. Ce système est basé sur l'évaluation d'une tumeur selon trois critères principaux et leur contribution au risque global de cancer.

La valeur de la caractéristique «T» dans ce système sert à évaluer la taille et la localisation de la tumeur. Son indicateur varie de 1 à 4 (plus il est élevé, plus le stade de la maladie est sévère).

La caractéristique «N» vous permet d'évaluer la quantité de cancer du cerveau qui s'est propagée aux ganglions lymphatiques adjacents. Lors d'une analyse, faites attention au nombre de ganglions lymphatiques affectés et à leur taille. La caractéristique est décrite par une valeur numérique comprise entre 0 et 2 (plus elle est grande, plus la maladie est grave).

La caractéristique "M" vous permet d'évaluer la présence et le nombre de métastases distantes. Le chiffre "0", indiqué à côté de la lettre M, indique l'absence de métastases. Un autre chiffre indique leur présence. L'index numérique peut être quelconque, ce qui vous permet de spécifier le système ou l'organe affecté et permet d'obtenir plus d'informations sur le danger de la maladie.

Plusieurs codes sont utilisés pour décrire chaque stade spécifique du cancer du cerveau, y compris les caractéristiques T, N et M..

Traitement du cancer du cerveau

Pour le traitement du cancer du cerveau, une thérapie complexe est utilisée, qui peut inclure:

  • Thérapie symptomatique, qui n'élimine pas la cause de la maladie, mais permet de réduire ses manifestations, de prolonger la vie du patient ou d'aider à améliorer sa qualité;
  • Chirurgie. Cette méthode de traitement est la plus efficace, mais elle peut être compliquée par la localisation de la tumeur dans les parties vitales du cerveau. La plus grande efficacité en chirurgie cérébrale est fournie par l'utilisation d'équipements laser et ultrasons;
  • Radiothérapie;
  • Chimiothérapie.

Néanmoins, malgré le traitement du cancer du cerveau, l'espérance de vie d'un patient atteint de cette maladie dans seulement 25% des cas dépasse 2 ans.

Vous ne pouvez vous débarrasser de la plupart des tumeurs que par la chirurgie. Nous vous recommandons de traiter soigneusement le lieu de la chirurgie pour une tumeur au cerveau.

La principale caractéristique de l'évolution du cancer du cerveau est une forte probabilité de rechute..

Les premiers signes et symptômes du cancer du cerveau - quand sonner l'alarme?

Au cours de la pathologie considérée, il y a une division et une modification accrues des cellules qui composent le cerveau et ses composants: fibres nerveuses, méninges, vaisseaux sanguins. Les cellules malignes peuvent également être introduites dans le cerveau avec le flux de sang ou de lymphe des organes cancéreux..

Cette tumeur a tendance à se développer dans les tissus voisins, affectant négativement le fonctionnement des structures cérébrales. Cela se manifeste par des troubles autonomes, psychologiques et intellectuels..

Les principales causes de cancer du cerveau sont les facteurs qui déclenchent le développement tumoral.?

À ce jour, la cause exacte de la maladie en question n'a pas été établie.

  • Restez dans la zone de rayonnement radioactif pendant une longue période.
  • Travailler dans des conditions qui nécessitent un contact régulier avec des agents chimiques.
  • Blessure crânienne.
  • La présence d'une pathologie similaire chez le plus proche parent est un facteur génétique.
  • Dépendance à l'alcool.
  • L'utilisation de produits contenant des OGM.
  • Fumeur.
  • Maladies qui affectent les fonctions protectrices du corps. Il s'agit notamment du VIH en premier lieu..

Vidéo: les premiers signes du cancer du cerveau

Le risque de développer un néoplasme malin dans le cerveau augmente en:

  1. Représentants du bol masculin.
  2. Petits patients de moins de 8 ans.
  3. Personnes après 65 ans.
  4. Ceux qui dorment avec un téléphone portable près de leur tête.
  5. Les liquidateurs de la tragédie de la centrale nucléaire de Tchernobyl.
  6. Patients survivant à une greffe d'organe interne.
  7. La chimiothérapie comme traitement d'une tumeur, quel que soit son emplacement.

Types d'oncologie cérébrale et caractéristiques de leur développement - degré de cancer des OGM

Il existe une classification assez étendue de la maladie en question.

1. Selon l'emplacement, les néoplasmes malins sont:

  • Intracérébral. Ils sont diagnostiqués dans la substance du cerveau..
  • Extra cérébral. Les cellules cancéreuses n'affectent pas la cavité cérébrale - elles affectent ses membranes, ses nerfs crâniens.
  • Intraventriculaire. La tumeur se propage aux ventricules cérébraux..

2. Sur la base de l'étiologie des tumeurs, les cancers du cerveau suivants sont distingués:

  1. Primaire. Apparaissent à la suite de mutations dans les cellules de certains composants situés à l'intérieur du crâne. Les changements dégénératifs peuvent affecter les os, les fibres nerveuses, les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau, la matière grise, etc. Ils sont divisés à leur tour en deux grands groupes: les gliomes et les non-gliomes. Chacun de ces groupes peut être représenté par différents types de néoplasmes malins, qui seront décrits ci-dessous.
  2. Secondaire Se développer dans le contexte de la métastarisation d'autres organes internes.

3. Les tumeurs cérébrales primaires sont de plusieurs types:

  • Astrocytome. Les responsables de cette maladie sont les astrocytes - cellules cérébrales auxiliaires. La pathologie indiquée est plus sujette aux hommes.
  • Oligodendrogliome. Très rare en raison de la transformation des oligodendrocytes.
  • Gliomes mixtes. En pratique, ce type de tumeur intracérébrale est le plus courant. La recherche confirme toujours la présence d'oligodendrocytes et d'astrocytes altérés dans ce type de cancer..
  • Lymphomes du SNC. Les cellules cancéreuses sont situées dans les vaisseaux lymphatiques à l'intérieur du crâne. Selon des études, ce type de tumeur GM a souvent lieu dans le contexte des défenses faibles du corps ou après transplantation d'organes internes.
  • Adénomes hypophysaires. Le type de néoplasme spécifié est rarement malin. On le trouve souvent chez les femmes, et il se manifeste par des dysfonctionnements du système endocrinien: obésité, croissance accrue des cheveux, cicatrisation prolongée des plaies, etc. Chez les enfants, cette maladie se manifeste par le gigantisme.
  • Méningiomes Formé à partir de cellules mutées de la membrane arachnoïdienne du cerveau. Ils peuvent provoquer des métastases..
  • Épendymome. Les cellules responsables de la synthèse du liquide céphalorachidien subissent des modifications. Ils viennent en plusieurs classes:
    - Très différencié. Dans les paramètres augmentent assez lentement, les métastases ne sont pas observées.
    - Middifferentiated. Comme la classe précédente, ils ne sont pas capables de métastaser, mais la tumeur se développe plus rapidement.
    - Anaplasique. Les cellules cancéreuses se divisent assez rapidement, provoquant l'apparition de métastases.

Vidéo: Tumeur cérébrale. Que faire lorsque la tête gonfle de douleur?

Il existe 4 stades de cancer du cerveau:

  1. Premier. Les cellules d'un néoplasme pathologique ne sont pas agressives, elles n'ont pas tendance à se propager. En raison de symptômes bénins (perte de force, étourdissements légers), l'identification de la maladie en question à ce stade est problématique.
  2. Le deuxième. Croissance fixe et dégradation améliorée des cellules. Les tissus voisins, les ganglions lymphatiques et les vaisseaux sanguins sont impliqués dans le processus pathologique. Le traitement chirurgical ne donne pas toujours les résultats souhaités..
  3. Le troisième. Les patients se plaignent de maux de tête sévères et fréquents, de vertiges et de fièvre. Dans certains cas, il y a une désorientation dans l'espace, une détérioration de la qualité de la vision. Les nausées et les vomissements sont fréquents. Après des mesures de diagnostic appropriées, le médecin peut reconnaître la tumeur inopérable. En général, le pronostic pour le troisième stade du cancer du cerveau est mauvais.
  4. Quatrième. Les maux de tête sont intenses, constamment présents et il est difficile de les arrêter avec des médicaments. De plus, des hallucinations, des crises d'épilepsie, des évanouissements sont observés. Des troubles dans le travail du foie et des poumons en relation avec des métastases actives sont notés. À ce stade, la tumeur n'est pas opérée et l'ensemble du traitement vise à éliminer les symptômes.

Les tout premiers signes et symptômes du cancer du cerveau - quand sonner l'alarme?

La maladie considérée aux premiers stades se manifeste par des symptômes non spécifiques. Des signes similaires sont présents dans certaines autres maladies associées au fonctionnement du système musculaire, du système nerveux central, ainsi que des organes internes.

Les premiers symptômes du cancer du cerveau

Par conséquent, la présence d'au moins une des conditions décrites ci-dessous est l'occasion de contacter un médecin:

  • Nausées et vomissements, qui ne dépendent pas de l'heure du repas. Si les vomissements commencent peu de temps après avoir mangé, le vomi contiendra des morceaux de nourriture non digérés. La présence de bile indique que le patient n'a rien mangé depuis longtemps. La principale caractéristique de ce symptôme est le manque de soulagement après les vomissements, comme c'est le cas en cas d'empoisonnement.
  • Maux de tête nocturnes et / ou matinaux auxquels les analgésiques sont incapables de faire face. En position verticale, la douleur disparaît. Avec les mouvements du cou, du corps, la douleur s'intensifie. Au fur et à mesure que la tumeur progresse, la douleur dans la tête ne s'arrête pas..
  • Perte de capacité à analyser les informations reçues.
  • Difficulté à se souvenir.
  • Concentration altérée.
  • Perception inadéquate des événements.
  • Crampes dans les jambes. Le corps entier peut être impliqué dans ce processus, et dans certains cas, une personne perd connaissance avec arrêt respiratoire à court terme.

Le tableau symptomatique de cette pathologie est divisé en 2 grands groupes:

1. Signes cérébraux

Les conditions suivantes sont incluses:

  1. Violation des modes d'éveil et de sommeil. La plupart du temps, au milieu de maux de tête et de faiblesse, une personne dort. Le réveil ne peut être déclenché que par le désir d'aller aux toilettes. Après le réveil du patient, il n'est plus capable de naviguer dans le temps et l'espace, ses pensées sont confuses, il ne reconnaîtra pas les gens autour de lui.
  2. Des maux de tête éclatants. Après avoir pris des diurétiques, la douleur diminue, mais ne disparaît pas complètement. Le pic de douleur tombe le matin. Cela est dû au gonflement des méninges pendant le sommeil..
  3. Réaction négative des organes de vision aux rayons lumineux: larmoiement, fermeture brutale des paupières, douleur dans les yeux, etc..
  4. Vertiges. Le patient a une sensation de «jambes de coton», dans laquelle le sol sous les pieds semble mou et / ou tombe.
Lisez À Propos De Vertiges
Les cellules dont provientCellules neuroectodermiques (les cellules à partir desquelles les cellules nerveuses se forment).
Symptômes