Principal Crise cardiaque

Symptômes d'une tumeur au cerveau chez les enfants

Les tumeurs cérébrales sont des maladies qui se forment à la suite d'une division cellulaire non physiologique. Les néoplasmes se développent à partir de cellules qui ne sont pas encore complètement formées, formant du tissu pathologique. Ils exercent une pression sur des parties importantes du cerveau, provoquant un dysfonctionnement d'un certain nombre de systèmes du corps dans son ensemble et entraînant des changements cérébraux. Malheureusement, ces dernières années, le nombre de diagnostics de cette maladie chez les enfants a considérablement augmenté. Les symptômes d'une tumeur cérébrale chez les enfants peuvent être flous, jusqu'à l'apparition d'une grosse tumeur. Cependant, un parent attentif peut remarquer les premières manifestations de la maladie dans le comportement ou le bien-être du bébé.

Caractéristiques du développement de la pathologie chez l'enfant

La pathologie qui se développe dans le cerveau affecte l'ensemble du corps. Le système nerveux central contrôle les fonctions les plus importantes de la vie: la respiration, les palpitations et les organes. Une maladie sans traitement approprié progressera rapidement. En raison de la procrastination, la vie de l'enfant sera en danger. Par conséquent, il est très important de remarquer ses signes dans les premiers stades de développement. En règle générale, les premiers symptômes d'une tumeur cérébrale chez les enfants apparaissent un an et demi après le début. Parfois vingt mois plus tard.

Les tumeurs cérébrales chez les enfants sont presque la maladie la plus courante en oncologie pédiatrique. Ils surviennent dans un cas sur cinq de néoplasmes en pédiatrie. La leucémie, courante dans 30% des cas, les précède.

Le cerveau d'un enfant est différent de celui d'un adulte. Les formations pathologiques s'y développent rapidement. Et même dans le cas de formations bénignes. Une tumeur cérébrale chez un enfant entraîne une compression des tissus. Dans certains cas, l'arrêt complet de la circulation sanguine dans différentes régions du cerveau peut commencer. Les cellules pathologiques se développent rapidement dans les structures voisines, perturbent le fonctionnement de l'intersection visuelle, ainsi que le cervelet, les ventricules et le tronc cérébral chez les enfants. La tumeur entraîne des troubles périodiques ou permanents:

  • des problèmes d'audition surviennent;
  • la coordination est perturbée;
  • changements de sensibilité;
  • la vision se détériore;
  • des changements mentaux apparaissent;
  • les systèmes respiratoires et cardiovasculaires fonctionnent avec des violations;
  • difficulté à avaler;
  • l'asymétrie d'un sourire est montrée;
  • faiblesse musculaire du visage;
  • absence de réponses douloureuses aux stimuli.

Les principaux signes de l'apparition et du développement de la maladie chez les nourrissons

La caractéristique la plus importante des jeunes patients est leurs capacités mentales encore peu développées. Un enfant ne peut pas comprendre indépendamment ce qui lui arrive. Il n'est pas en mesure de relier sa réticence à jouer avec un léger mal de tête, une mauvaise humeur - avec des nausées inexprimées. Les symptômes qu'un adulte peut facilement identifier et expliquer, pour un tout-petit restent souvent de vagues sensations de fond. Par conséquent, si l'enfant est très jeune, vous devez apprendre à le comprendre, en notant l'étrangeté du comportement, pour voir les moindres manifestations physiologiques atypiques. Il convient de rappeler que les symptômes d'une tumeur déjà importante se manifesteront rapidement.

Chez les nourrissons, il convient de prêter attention aux signes suivants:

  • ivresse sans raison apparente;
  • malaise sévère;
  • gonflement des ganglions lymphatiques dans tout le corps;
  • leucocytose dans les tests sanguins;
  • épuisement.

Chez les nourrissons, l'état du crâne change. C'est une conséquence directe de la prolifération rapide des tissus cérébraux et de la pression intracrânienne. Extérieurement, le crâne éclate avec une divergence de sutures osseuses. Une saillie de la fontanelle ou une augmentation inégale de la taille de la tête peut être perceptible. Les veines gonflent. Un réticulum veineux collatéral apparaît. L'enfant déplace instinctivement la tête du côté opposé à la tumeur. Il recherche une position confortable, se calme constamment dans la même position. Un nouveau-né vomit souvent et se sent malade indépendamment de la prise alimentaire. Il peut cesser de répondre aux sons. L'audition est réduite. En raison de la compression du cerveau, un syndrome de luxation se forme. En plus de la déformation du crâne et de la perte auditive décrites ci-dessus, l'anisocorie se développe. Les élèves deviennent de tailles différentes. De plus, les yeux ne répondent pas à la lumière. Le bébé développe une dystonie végétovasculaire. Pour tous les types de néoplasmes, l'apparition d'un syndrome de luxation à la suite d'un cerveau serré est caractéristique. Une tumeur cérébrale chez les enfants dans une zone entraîne une hypertension et des hémorragies dans les zones saines et non affectées. Les tissus font saillie dans les cavités libres, perturbant la circulation sanguine et la sortie de fluide.

C'est chez les nouveau-nés que les formations tumorales dans le cerveau conduisent à l'hydrocéphalie. Cela est observé lorsque la tumeur cérébrale chez les enfants est située dans la région médiane du tronc cérébral. L'OGM rend difficile la vidange du liquide céphalorachidien. Chez les nourrissons, la pression artérielle augmente, pose les oreilles, la tête fait constamment mal. Les maux de tête entraînent de nouveaux vomissements. Un signe caractéristique est également une augmentation de la pression intracrânienne.

Le bébé pleure sans cesse avec un son spécifique monotone. Il peut avoir des réactions oculomotrices incontrôlées, des contractions des globes oculaires, des mouvements irréguliers du «soleil couchant».

Une tumeur du tronc cérébral chez les jeunes enfants entraîne souvent un strabisme. De plus, le bébé peut commencer à avoir des crampes, apparaître des périodes spécifiques de décoloration et les mouvements des bras deviennent chaotiques. Le tronc du cerveau comprend de longs nerfs dans sa structure. Ils fournissent une sensibilité et fournissent aux muscles les bons signaux, les impulsions nerveuses. Si cette section du système nerveux central est endommagée, une mobilité musculaire spécifique et plus complexe apparaît. De plus, l'expression faciale du bébé est perturbée. La symptomatologie de l'OGM chez un enfant dépend directement de son emplacement et de sa taille, ainsi que de l'âge du bébé. La clinique chez les enfants de plus de trois ans et les nourrissons est significativement différente.

Le tableau clinique de l'OGM chez les enfants de plus de trois ans

L'incidence maximale d'OGM survient à l'âge de trois à neuf ans. Contrairement aux nourrissons et aux jeunes enfants, à l'âge de trois ans, l'enfant peut déjà expliquer que certains changements ont eu lieu dans son bien-être. Il peut, par exemple, se plaindre d'un mal de tête et du fait que les analgésiques ne l'aident pas. Bien sûr, le bébé pourra s'expliquer si l'adulte pose correctement les questions. Il vaut mieux que les parents comptent sur leur vigilance que d'attendre que l'enfant se réfère à d'étranges sensations. Les adultes doivent se méfier si:

  • l'enfant devient plus léthargique, irritable du stress normal;
  • veut dormir plus ou au contraire fait preuve d'hyperactivité;
  • ses traits de caractère et ses réactions de base au comportement évoluent rapidement;
  • l'intérêt pour les passe-temps passés passe;
  • des changements de démarche, une boiterie ou une légère boiterie apparaissent;
  • altération de la coordination des mouvements;
  • l'enfant oublie rapidement les questions importantes;
  • il y a une forte diminution des performances dans le processus d'apprentissage;
  • le bébé perd la capacité de prononcer les sons qui lui étaient facilement transmis auparavant et arrête également de construire des phrases correctement;
  • la parole est devenue très rapide, floue, avec le passage des sons et mangeant les terminaisons;
  • l'enfant a commencé à parler monotone, lentement, comme s'il chantait des mots ordinaires;
  • des crises d'épilepsie à court terme, une perte de conscience, des convulsions cloniques et toniques se produisent régulièrement;
  • des saignements de nez se produisent, ainsi qu'une augmentation des saignements même après une coupure normale;
  • incontinence d'urine, d'excréments;
  • l'enfant a une déficience visuelle ou auditive;
  • il y a une augmentation des ganglions lymphatiques;
  • le bébé a commencé à être en retard physiquement et mentalement sur ses pairs;
  • l'enfant ne réagit pas aux objets brûlants, ne ressent pas de douleur avec l'irritant correspondant;
  • l'enfant se plaignait d'engourdissement des membres, de douleur dans les bras et les jambes, de douleurs douloureuses aux articulations;

Aux premiers stades d'une tumeur cérébrale chez un enfant et un adulte, l'un des symptômes les plus faciles à diagnostiquer est l'enflure des nerfs optiques. Il se manifeste par une stase sanguine du fond d'œil. Un ophtalmologiste peut voir ce symptôme. Cependant, le parent peut envoyer l'enfant pour un examen si le bébé se plaint d'une sensation périodique de brouillard, de scintillement intense des points et de la chair de poule le matin..

En règle générale, les disques œdémateux se produisent simultanément dans les deux yeux. Ils sont également prononcés. Moins fréquemment, l'œdème se forme d'abord d'un côté et devient symétrique après quelques semaines seulement. Les médecins suggèrent que cela résulte d'une augmentation de la pression intracrânienne. Plus il est pompé rapidement, plus l'image des disques œdémateux est intense. Si l'augmentation de la pression intracrânienne du patient progresse lentement, la stagnation des disques augmente sur plusieurs mois. Il est très important d'avoir le temps de remarquer ce symptôme de tumeur chez un enfant, alors que la maladie n'est pas accompagnée de maux de tête sévères. Leurs enfants endurent très dur.

Contrairement à la névrite optique, où il y a une forte diminution de la vision, les événements discaux congestifs se produisent dans le contexte d'une acuité visuelle normale. Et en même temps, si la cause n'est pas éliminée, le résultat sera une atrophie du nerf optique due à une stagnation constante du sang. Au fil du temps, des changements atrophiques persistants se forment dans l'œil. Et si le processus est allé assez loin, alors la vision commence à décliner. Même l'ablation de la tumeur - une opération pour normaliser la pression intracrânienne - ne corrigera plus la situation. Malheureusement, dans certains cas, malgré le traitement rapide de l'hypertension, le gonflement du disque optique se termine par une cécité complète. La stagnation du disque permet de diagnostiquer des tumeurs cérébrales chez les enfants et les jeunes. À un âge plus avancé, en particulier chez les personnes âgées, même avec de gros néoplasmes, un œdème oculaire peut ne pas se développer. Le fait est que l'espace de réserve sous-arachnoïdien augmente avec l'âge en raison de la mort des cellules nerveuses.

La symptomatologie d'une tumeur maligne ne diffère pas d'une tumeur bénigne. Au cours des quinze dernières années, les enfants sont devenus plus souvent diagnostiqués avec un cancer. Cela peut être lié au développement de méthodes de recherche et à un diagnostic plus précis. Le pronostic le plus défavorable concerne les patients atteints de sarcome et la localisation d'une tumeur cancéreuse dans le tronc cérébral. Dans la plupart des cas, pour ces patients, la maladie est mortelle.

Aujourd'hui, il existe une méthode rapide, indolore et sûre pour examiner une tumeur cérébrale chez les enfants. L'imagerie par résonance magnétique est considérée comme l'examen le plus informatif et le plus précis. L'IRM peut détecter même de minuscules néoplasmes dans le corps, des changements de tige et des croissances pathologiques dans le cerveau. La tomodensitométrie est également largement utilisée pour le diagnostic..

La prochaine étape de l'étude de la nature de la maladie sera une biopsie. La procédure est douloureuse. Il entraîne une violation de l'intégrité du corps et comporte certains risques. Pour l'analyse, un échantillon de tissu pathologique est prélevé. Après la recherche sur les biomatériaux, les experts concluent qu'un néoplasme bénin ou malin se développe..

Les symptômes du cancer du cerveau chez les enfants

Les maladies oncologiques du cerveau occupent la deuxième place après le cancer du sang. En Russie, le cancer du cerveau chez un enfant est enregistré dans 3 cas pour 100 000 patients. Ce sont principalement des formes congénitales, dont le tableau clinique se manifeste par 3-4 ans de vie.

Les tumeurs chez les enfants sont congénitales et acquises. Le congénital est diagnostiqué au cours des deux premiers mois de la vie du bébé. Acquis - ce sont des néoplasmes qui surviennent après 2 mois. Les filles tombent moins souvent malades - 42%, les tumeurs chez les garçons se trouvent dans 58%.

Localisation des tumeurs cérébrales chez l'enfant par fréquence:

  • Système ventriculaire - 58%.
  • Chiasme et hypophyse - 23%.
  • L'arrière du cerveau - 10%.
  • Tumeurs hémisphériques - 9%.

Selon la structure, l'astrocytome est en premier lieu (43%). Ce sont des tumeurs qui se développent à partir des astrocytes. Le médulloblastome prend la deuxième place (15%). Il se développe à partir de cellules embryonnaires. La troisième place est donnée au gliosarcome, au gangliogliome, au papillome choroïde, à l'épendymome, au craniopharyngome et à l'hémangiome caverneux. Ils surviennent dans 7% des cas.

Les raisons

Les mécanismes de développement des tumeurs congénitales chez un bébé:

  • Protooncogènes. Ce sont des substances protéiques qui contrôlent la division cellulaire. Un proto-oncogène peut se transformer en oncogène - une protéine qui provoque une division cellulaire incontrôlée et conduit à la croissance tumorale. Le protooncogène se transforme en oncogène en raison de mutations spontanées.
  • Pathologie des gènes suppresseurs. Ces gènes remplissent la fonction opposée - ils inhibent la division cellulaire. L'équilibre des gènes suppresseurs et proto-oncogènes permet aux cellules de se diviser en quantités normales. Cependant, le travail des gènes suppresseurs peut être perturbé, à cause de quoi la limite de la division cellulaire cesse d'être contrôlée et non régulée et une reproduction cellulaire sans fin se produit.

Causes des tumeurs acquises:

  1. Exposition aux produits chimiques. Cela comprend les substances aromatiques, les plastiques et les métaux qui sont cancérigènes. Ils perturbent la structure du NSC, une activité mutagène des cellules se produit.
  2. Impact physique. Il s'agit d'un rayonnement ultraviolet et d'une ionisation excessifs..
  3. Facteurs biologiques. Cela inclut les virus qui, une fois dans le corps humain et pénétrant dans les cellules, modifient la structure du gène. Ce sont le virus du papillome, l'hépatite B et les rétrovirus.

Symptômes

Les symptômes sont déterminés par l'emplacement de la tumeur, sa taille, son stade de croissance et son taux de développement.

Les symptômes du cancer du cerveau chez les enfants commencent par des signes non spécifiques et un syndrome hypertensif. Le mâle développe des maux de tête sévères et douloureux, des étourdissements, une vision double, des nausées et des vomissements. Les jeunes enfants ne peuvent pas signaler de maux de tête, ils pleurent donc constamment. Ils peuvent vomir à tout moment, car les nausées et les vomissements sont indépendants de l'apport alimentaire.

Les symptômes non spécifiques incluent la faiblesse, une baisse intéressante pour le monde, un manque d'appétit, des brûlures d'estomac, des douleurs à l'estomac, de la diarrhée ou de la constipation. Ces enfants sont paresseux, contrairement à leurs pairs, ils ne jouent pas, mais s'assoient et regardent, n'essaient pas de se câliner ou de demander quelque chose.

Le syndrome hypertenseur chez les jeunes enfants s'accompagne d'une augmentation du volume de la tête par rapport au tronc. Jusqu'à la première année de vie, les sutures crâniennes n'ont pas encore été maintenues ensemble, et donc une augmentation de la pression intracrânienne entraîne une modification du volume de la tête. Extérieurement, il y a une pulsation de la fontanelle. Les enfants ne dorment pas bien. Leur cri est monotone, jette souvent la tête en arrière. Des veines apparaissent sous le cuir chevelu.

Chez certains enfants, le tableau clinique comporte deux phases. Le premier est le bien-être relatif et la condition stable. Les enfants mangent, jouent, communiquent avec les parents, ne pleurent pas. La deuxième phase est un manifeste de symptômes: pleurs monotones bruyants, apathie, stupeur, léthargie, somnolence.

Les signes neurologiques focaux du cancer du cerveau chez les enfants sont faiblement exprimés dans le contexte de fortes capacités compensatoires du cerveau des enfants. Plus l'enfant est jeune, moins il y a de signes neurologiques déficients.

Diagnostique

Le cancer du cerveau chez les enfants est diagnostiqué comme suit:

  1. Inspection objective. Le neurologue évalue l'état neurologique: réflexes, conscience, sensibilité, force musculaire, coordination. L'état des organes de vision, la digestion, la respiration est évalué..
  2. Neuronographie ou imagerie par résonance magnétique. Détecte un foyer de cancer dans le cerveau.
  3. IRM ou TDM en angiographie avec contraste. Clarifie la relation entre la tumeur et les gros vaisseaux.

Traitement

Le cancer du cerveau est traité de la manière suivante:

  • Thérapie étiotrope. Les méthodes de neurochirurgie sont utilisées pour retirer la tumeur. Le néoplasme est excisé à 73%, dans le reste - il n'est pas complètement retiré, ou pas retiré du tout.
  • Thérapie symptomatique et pathogénétique. La thérapie par perfusion, l'augmentation, l'éthamylate de sodium, la dexaméthasone, la cortexine sont utilisées. Les enfants après 3 ans reçoivent une radiothérapie et une chimiothérapie. Pour les enfants de moins de 3 ans, ces méthodes sont contre-indiquées.

Les symptômes des tumeurs cérébrales chez les enfants

Articles d'experts médicaux

Tumeurs cérébrales

Les manifestations cliniques les plus courantes des tumeurs cérébrales sont une augmentation de la pression intracrânienne et des symptômes neurologiques focaux.

Les symptômes neurologiques chez les enfants atteints de tumeurs cérébrales dépendent plus de l'emplacement de la tumeur que de la structure histologique du néoplasme. L'âge de l'enfant au moment de la maladie affecte également le tableau clinique.

Les troubles neurologiques sont associés à une infiltration directe ou à une compression des structures cérébrales normales, ou à un retard indirect de l'écoulement du liquide céphalorachidien et à une augmentation de la pression intracrânienne.

Les principaux symptômes cliniques des tumeurs cérébrales chez l'enfant

  • Maux de tête (chez les jeunes enfants, cela peut se manifester par une irritabilité accrue).
  • Vomissement.
  • Une augmentation de la taille de la tête chez les nouveau-nés et les jeunes enfants en raison de l'augmentation de la pression intracrânienne.
  • Troubles visuels:
    • diminution de l'acuité visuelle;
    • diplopie due à la paralysie de la paire de nerfs crâniens VI (chez les jeunes enfants, la diplopie se manifeste par des clignotements fréquents ou un strabisme intermittent);
    • œdème du disque optique dû à une augmentation de la pression intracrânienne;
    • Syndrome de Parino (une combinaison de parésie ou de paralysie du regard avec paralysie de convergence);
    • perte de champs visuels due à des dommages au tractus optique.
  • Crampes.
  • Troubles mentaux (doutes, irritabilité, changements de personnalité).
  • Marche et équilibre altérés.
  • Troubles endocrinologiques.
  • Syndrome diencéphalique (retard de développement, cachexie ou prise de poids).

Augmentation de la pression intracrânienne

Une augmentation de la pression intracrânienne est l'une des premières manifestations cliniques d'une tumeur cérébrale caractérisée par une triade classique de symptômes: maux de tête matinaux, vomissements sans nausée, strabisme ou autres troubles visuels. L'apparition des symptômes et des syndromes dépend du taux de croissance de la tumeur. Les tumeurs à croissance lente provoquent des déplacements importants des structures cérébrales normales et peuvent atteindre une grande taille au moment où les premiers symptômes apparaissent. Les tumeurs à croissance rapide se manifestent plus tôt cliniquement lorsque leur taille est encore petite.

Les premiers signes d'augmentation de la pression intracrânienne sont souvent non spécifiques et non localisés, se développent subaiguës. Pour les écoliers, une diminution des performances, de la fatigue, des plaintes de maux de tête paroxystiques aigus sont typiques. Un mal de tête classique avec une augmentation de la pression intracrânienne survient au sortir du lit, soulagé par les vomissements et diminue tout au long de la journée. La durée des maux de tête avant le diagnostic est généralement inférieure à 4 à 6 mois, des symptômes supplémentaires associés à la tumeur apparaissent alors - irritabilité, anorexie, retard de développement; plus tard - une diminution des capacités intellectuelles et physiques (parfois ces signes se produisent déjà au début de la maladie). Il est important de mesurer la circonférence de la tête de l’enfant, car les sutures crâniennes restent ouvertes pendant les premières années de la vie et une augmentation chronique de la pression intracrânienne entraîne une macrocéphalie. L'examen du fond d'œil révèle des signes d'œdème de la tête du nerf optique, qui se manifestent cliniquement par une vision périodique "floue". Chez les enfants avec une pression intracrânienne accrue, le symptôme du «soleil couchant» peut également être observé (violation de la recherche).

Symptômes des tumeurs infratentorielles

Avec les tumeurs situées dans la fosse crânienne postérieure, les symptômes focaux peuvent être absents, les symptômes d'une augmentation de la pression intracrânienne dominent dans le tableau clinique (les tumeurs situées dans les hémisphères du cerveau, aux premiers stades de développement sont souvent caractérisées par des symptômes focaux - convulsions, perte de champs visuels, neuropathie ou cortico vertébrale). Les tumeurs cérébelleuses sont caractérisées par une démarche et un équilibre altérés.

Symptômes des tumeurs supratentorielles

Chez les enfants, les manifestations des tumeurs supratentorielles peuvent ne pas dépendre de leur taille et de leur localisation. Les symptômes focaux précèdent généralement une augmentation de la pression intracrânienne. Des céphalées non spécifiques peuvent être associées à des symptômes corticaux précoces et à la présence d'épisodes convulsifs. Des crises convulsives plus importantes sont possibles, ainsi que des épisodes plus légers avec une perte de conscience incomplète (crises partielles complexes) ou des symptômes locaux transitoires sans perte de conscience (crises partielles). Peut-être le développement de l'hémiparésie et de l'hémianesthésie, la perte de champs visuels. Chez certains patients présentant un processus tumoral dans les lobes frontaux ou pariéto-occipitaux, avec une défaite du ventricule III, seule une augmentation de la pression intracrânienne est notée.

L'étude des champs visuels est présentée dans le but de cartographier et de suivre d'éventuelles lésions de la voie visuelle.

Les tumeurs supratentoriales médianes dues à l'exposition à l'hypothalamus et à l'hypophyse peuvent provoquer des troubles endocriniens. Le syndrome diencéphalique chez les patients âgés de 6 mois à 3 ans atteints de tumeurs de l'hypothalamus ou du ventricule III se manifeste par un retard de développement et une cachexie.

Environ 15 à 45% des tumeurs cérébrales primaires, en particulier les tumeurs embryonnaires et germinales, sont disséminées dans d'autres parties du système nerveux central au moment du diagnostic. Dans ce cas, les troubles neurologiques masquent parfois les symptômes de la tumeur primitive.

Tumeurs de la moelle épinière

Les tumeurs de la moelle épinière chez les enfants représentent 5% de toutes les tumeurs du SNC. Ils peuvent être situés dans n'importe quel service, provoquant une compression de la substance cérébrale..

Les maux de dos sont caractéristiques (dans 50% des cas), aggravés en décubitus dorsal et diminués en position assise. La plupart des tumeurs de la moelle épinière s'accompagnent d'une faiblesse musculaire, l'implication de certains groupes musculaires dépend du niveau de dommages à la moelle épinière.

Les symptômes et les syndromes les plus courants des tumeurs de la moelle épinière: résistance à la flexion du tronc, spasme des muscles paravertébraux, déformation du dos (scoliose progressive), altération de la marche, changements de réflexes sous la forme d'une diminution des membres supérieurs et récupération des membres inférieurs, troubles de la sensibilité correspondant au niveau des dommages (30% cas), un symptôme positif de Babinsky, altération de la fonction du sphincter de la vessie et / ou de l'anus, nystagmus (avec des dommages aux parties supérieures de la moelle épinière cervicale).

Les tumeurs de la moelle épinière sont divisées en deux groupes.

  • Tumeurs intramédullaires (astrocytomes, épendymomes et oligodendrogliomes).
  • Tumeurs extramédullaires:
    • intradural associé à la maladie de Recklinghausen (les méningiomes sont plus probables chez les adolescentes);
    • extradural - plus souvent neuroblastomes, germination à travers le foramen intervertébral et lymphomes.

Les tumeurs des vertèbres peuvent se développer dans le canal rachidien, provoquant une compression péridurale de la moelle épinière et une paraplégie (par exemple, l'histiocytose des cellules de Langerhans, affectant la colonne thoracique ou cervicale, le sarcome d'Ewing).

Informations importantes sur le cancer du cerveau chez les enfants

Le cancer du cerveau chez les enfants est une maladie redoutable qui entraîne de nombreuses conséquences. Les tumeurs cérébrales sont une des principales causes de décès par cancer infantile. Par conséquent, il est très important d'identifier la maladie le plus tôt possible et de commencer à traiter.

Les tumeurs cérébrales sont le deuxième groupe de maladies oncologiques le plus courant chez les enfants.

Les tumeurs cérébrales chez les enfants commencent à occuper de manière persistante la deuxième place parmi tous les néoplasmes trouvés dans l'enfance. Il y a une tendance prononcée à la fréquence de détection de cette terrible maladie - parmi les enfants de moins de 15 ans, un enfant est malade pour 30 000 enfants. Les tumeurs cérébrales sont beaucoup plus courantes (97%) des tumeurs de la moelle épinière. Pour les enfants, la localisation du cancer dans la fosse crânienne postérieure et principalement le long de l'axe central du cerveau est plus caractéristique, souvent la maladie attaque le cervelet, le tronc cérébral et 4 ventricules. Les tumeurs hémisphériques sont rares et n'occupent pas plus de 20% de toutes les tumeurs cérébrales.

La répartition de l'incidence par âge (les données de différents pays et régions sont très différentes):

  • les enfants de 10 à 14 ans sont légèrement plus susceptibles de tomber malades;
  • moins souvent - 5–9 ans;
  • encore moins courante est la maladie chez les bébés de moins de 4 ans.

Il a été prouvé que le cancer du cerveau est plus fréquent chez les garçons de moins de 10 ans. La situation environnementale de la ville, l'équipement des installations médicales en matériel de diagnostic moderne, la disponibilité de spécialistes qualifiés et les capacités financières de la population ont une grande influence sur les taux d'incidence..

Les raisons

On suppose que chez les enfants, une tumeur maligne apparaît en raison de l'incapacité du système immunitaire à prévenir les effets nocifs des cancérogènes.

La transmission génétique d'un gène de parents proches n'est pas exclue.

Existe-t-il un lien entre les téléphones portables et le cancer du cerveau - l'un des problèmes les plus discutés de notre temps

  • rayonnements ionisants, ultraviolets et rayonnants;
  • produits chimiques (chrome, arsenic, formaldéhyde);
  • le chlorure de vinyle gazeux utilisé dans la fabrication des plastiques;
  • succédané de sucre à l'aspartame;
  • herbicides, pesticides;
  • exposition au soleil;
  • champs électromagnétiques émis par les téléphones portables;
  • consommation régulière de viandes fumées, saucisses de magasin;
  • malformations fœtales;
  • certains virus peuvent provoquer des anomalies dans le corps.

Clinique

Les tumeurs cérébrales chez les enfants se manifestent par des symptômes cérébraux, qui sont causés par une augmentation de la pression intracrânienne, une altération de l'écoulement du liquide céphalorachidien, un œdème cérébral et une focale, dont la manifestation dépend de l'emplacement de la tumeur, de la zone du cerveau qu'elle comprime et pousse..

Symptômes cérébraux

Avec l'augmentation de la pression intracrânienne, le volume du cerveau augmente, la circulation sanguine et l'écoulement du liquide céphalorachidien sont perturbés, ce dernier conduit à un œdème cérébral. Chez un enfant, en raison de caractéristiques liées à l'âge, l'œdème est toujours étendu et se propage plus rapidement que chez l'adulte.

  • Dans 90% des cas, les troubles émotionnels apparaissent en premier. Les enfants sont capricieux, deviennent insociables, inattentifs et léthargiques, pire, souvenez-vous. En règle générale, ces troubles sont combinés avec des signes de perturbation des systèmes cardiovasculaire et digestif, des changements de la pression artérielle.

La tumeur cérébrale peut provoquer divers troubles émotionnels.

  • Les symptômes classiques d'une augmentation de la pression intracrânienne sont les maux de tête du matin et les vomissements. Parfois, ce sont les seuls signes de cancer au début de la maladie. La douleur peut se concentrer en un seul endroit et se répandre, s'intensifier avec un changement de position corporelle, toux, tension, stress physique. Aux stades ultérieurs, le mal de tête devient douloureux et constant. Les vomissements, en règle générale, apparaissent soudainement dans le contexte d'un mal de tête, ils ne sont pas précédés de nausées. Parfois, après avoir vomi, l'enfant se sent mieux.
  • Crises d'épilepsie. Peut être le premier et le seul signe d'un cancer du cerveau.
  • Chez les enfants, vous pouvez remarquer une augmentation de la circonférence de la tête, une divergence des sutures entre les os du crâne, des veines dilatées sur le front, les tempes, les paupières supérieures et le pont de nez.

Chez les jeunes enfants, les symptômes cérébraux ne peuvent apparaître qu'aux stades avancés du cancer - une augmentation du volume cérébral est compensée par une divergence des sutures osseuses crâniennes et une augmentation des fontanelles. Par conséquent, aux premiers stades de la maladie, les symptômes cérébraux sont caractéristiques des enfants âgés de 5 ans et plus.

Symptômes focaux

Les symptômes focaux se produisent en raison de la compression des structures cérébrales, de l'ischémie causée par la compression des vaisseaux de la tête, du déplacement des tissus. Ils peuvent différer considérablement chez les enfants ayant des diagnostics similaires..

Caractéristiques de la clinique, en fonction de la localisation du cancer

  • Dans le cervelet. Les maux de tête à l'arrière de la tête, accompagnés de vomissements, sont inquiétants, la douleur donne au cou et au dos. Les symptômes peuvent apparaître soudainement avec des mouvements brusques de la tête, accompagnés d'une perte de conscience, d'une augmentation de la pression et d'une tachycardie. Les symptômes focaux apparaissent après, mais augmentent rapidement: la coordination des mouvements des membres est perturbée, le tonus musculaire se détériore, des mouvements irréguliers des globes oculaires apparaissent. En même temps, l'enfant ne peut pas marcher correctement en raison du déséquilibre et de la coordination des mouvements.

Le cervelet est responsable de la coordination des mouvements

  • Dans le coffre. Parfois, les premiers symptômes sont une parésie et une paralysie des membres, une déficience auditive et visuelle.
  • Dans le lobe frontal. Dans les premiers stades, vous ne pouvez que constater un changement dans le comportement des enfants: folie, diminution de la mémoire et de l'attention, ainsi que parésie des muscles faciaux.
  • Dans les circonvolutions centrales antérieure et postérieure - crises d'épilepsie, troubles moteurs.
  • Près du temple - maux de tête et crises d'épilepsie.
  • Lobe pariétal. Les symptômes restent longtemps méconnus. Chez les enfants plus âgés, ce sont des troubles de la sensibilité.
  • Lobe occipital. Le cancer du lobe occipital chez l'enfant est rare. Elle se caractérise par des troubles visuels, des hallucinations visuelles.
  • Pituitaire. C'est rare, il peut y avoir des troubles visuels et endocriniens.

Diagnostique

Le principal point négatif du cancer du cerveau chez les enfants est le délai entre le début et le diagnostic de la maladie. Et un diagnostic prématuré peut entraîner de graves conséquences.

Tout d'abord, avec une plainte suspecte chez un enfant, les parents se tournent vers un pédiatre.

Il est très important d'informer le médecin des toutes premières manifestations de la maladie. Ensuite, si la situation nécessite que le pédiatre envoie l'enfant chez un neurologue (neurologue), chaque enfant présentant des maux de tête doit être examiné par un ophtalmologiste (mesure de la pression oculaire, examen du fond d'œil!). Le neurologue peut prescrire une radiographie du crâne et un électroencéphalogramme.

Si au cours de ces études des anomalies ont été détectées (œdème du disque optique, formation volumétrique), provoquant des inquiétudes sur une tumeur cérébrale, l'enfant est alors référé pour TDM ou IRM. La TDM et l'IRM sont l'étape cruciale de l'examen, elles confirment ou réfutent le diagnostic. Si une tumeur est détectée à la tomographie, une autre méthode d'investigation est une biopsie. Lors d'une biopsie, un morceau de la tumeur est excisé, puis sa structure est étudiée en laboratoire. Une biopsie confirmera la malignité ou la bénignité, avec son aide, vous pouvez découvrir le type et la structure de la tumeur.

Traitement

La principale méthode de traitement est l'ablation chirurgicale de la tumeur, il est préférable que l'opération soit effectuée avant l'apparition de symptômes cérébraux et focaux sévères. S'il est impossible d'effectuer une opération chirurgicale, le traitement est effectué en introduisant des radio-isotopes dans la tumeur.

Pour éliminer les principaux symptômes de la maladie, des médicaments sont prescrits:

  • Pour soulager l'œdème cérébral - Lasix, acide éthacrine;
  • Pour réduire la pression intracrânienne, une hyperventilation est effectuée;
  • Avec l'augmentation de la température, vous pouvez entrer dans le mélange lytique (Diphenhydramine ou Pipolfen + Analgin);
  • Avec une obstruction des espaces du liquide céphalo-rachidien, des soins chirurgicaux sont effectués - drainage et ponction des ventricules.

Près de 70% des enfants sont guéris par une approche intégrée et un traitement complexe, mais beaucoup d'entre eux souffrent toujours de troubles neurologiques et endocriniens, de mémoire et de baisse des performances mentales.

Lors du traitement des tumeurs cérébrales chez les enfants, il est nécessaire non seulement de rechercher l'effet maximal, mais également de prendre en compte les conséquences de la thérapie

Le principal problème du diagnostic et du traitement différés est le faible contenu d'information des parents sur les signes de la maladie. De nombreux parents, observant depuis longtemps les signes de la maladie, sont passifs et ne conduisent pas l'enfant chez le médecin, annulant la cause de ces plaintes de fatigue et ses caractéristiques mentales. Une attention particulière doit être portée aux enfants souffrant de troubles de la croissance, de maladies endocriniennes. Le pronostic pour les enfants atteints d'un cancer du cerveau est toujours grave et dépend de nombreux facteurs..

Au premier soupçon d'éducation sur le cancer, amenez le bébé chez le médecin. Si la compétence du médecin n'est pas crédible, contactez un autre, consultez un neurologue et un optométriste.

Tout sur le cancer du cerveau chez les enfants: causes, symptômes, traitement

Si votre enfant a des maux de tête et des vomissements le matin, il s'agit d'un réveil qui rend les parents méfiants. Il est possible que des problèmes soient survenus dans votre famille et que son nom soit une tumeur au cerveau. Les symptômes aux premiers stades des enfants varient selon l'endroit où ils se trouvent..

Avec le développement de la maladie, les zones qui affectent l'activité vitale de l'enfant sont affectées. La santé et la vie opportunes de l'enfant dépendront de l'opportunité de contacter un spécialiste qualifié. Connaissant les premiers symptômes du cancer du cerveau chez les enfants, vous pouvez diagnostiquer la maladie à temps et commencer le traitement à un stade précoce de développement.

Le développement et la classification de la maladie

Le cancer du cerveau chez les enfants est une maladie oncologique peu fréquente, accompagnée de l'apparition de tumeurs malignes à la fois à l'intérieur du crâne et à sa surface. La formation de tumeurs qui se forment à l'intérieur du crâne ou du canal rachidien est provoquée par une division cellulaire incontrôlée..

Selon les principaux signes, une tumeur cérébrale est divisée en:

  • Primaire. Il se développe initialement à partir des tissus des méninges.
  • Secondaire. La cause profonde de la tumeur est les néoplasmes dans d'autres organes, qui au fil du temps se sont métastasés au cerveau.

Il est de coutume de distinguer 12 catégories de tumeurs cérébrales, dont les symptômes chez les enfants sont divisés en fonction de la composition des cellules. Au total, il existe environ 100 types de maladies. Les plus courants sont neuroépithéliaux, hypophysaires, membraneux, dysembryogénétiques et les foyers qui ne se forment pas dans le tissu cérébral.

Une tumeur neuroépithéliale se développe à partir des cellules du tissu cérébral. Cette espèce comprend l'épendymome, le gliome, l'astrocytome. Les espèces neuroépithéliales représentent environ 60% de toutes les tumeurs primitives malignes.

Les espèces de coquillages sont provoquées par une division anormale incontrôlée de la muqueuse du cerveau, des formes hypophysaires en cours de division des cellules hypophysaires. Une mauvaise division cellulaire lors de l'embryogenèse entraîne la formation de tumeurs dysembryogénétiques.

Les symptômes du cancer du cerveau chez les enfants se différencient par des cellules saines. La forte similitude des néoplasmes avec la structure des tissus sains facilite le diagnostic. Si plusieurs niveaux de différenciation sont détectés, le développement d'un cancer est détecté par des cellules infectées. L'apparition et l'évolution rapide de la maladie sont caractéristiques de cellules dont la structure n'est pas identique.

Cancer du cerveau chez les enfants: stades de développement

Le degré de développement de la maladie affecte l'espérance de vie du patient. Une caractéristique distinctive du cancer du cerveau est la transformation des tissus du système nerveux central. Pour déterminer le stade de développement de la maladie, vous devez effectuer un certain nombre de méthodes de diagnostic supplémentaires. Sur la base des résultats des études diagnostiques et un traitement ultérieur est déterminé.

Il existe 4 stades de développement du cancer du cerveau, chacun se manifestant par certains symptômes:

  • La première ou première étape. Lorsque le cancer du cerveau est détecté par des symptômes aux premiers stades chez les enfants, les médecins donnent un pronostic favorable. Avec un traitement rapide, une récupération complète est possible. Les premiers signes d'une tumeur cérébrale ne se manifestent pas particulièrement en raison d'une croissance lente, par conséquent, il est presque impossible de les identifier.
  • Deuxième étape. À ce stade de développement, le néoplasme se développe, affectant certaines structures cérébrales. Dans la deuxième étape, les signes d'une tumeur cérébrale chez les enfants sont plus prononcés. Des nausées, des maux de tête apparaissent, la pression artérielle augmente. De plus, il est difficile pour un enfant de se concentrer, son humeur change radicalement et des pertes de mémoire se produisent. Si une tumeur n'est pas détectée à ce stade de développement, la vie de l'enfant est gravement menacée..
  • Troisième étape. À ce stade, la tumeur se développe activement, pénétrant plus profondément dans les tissus et le cerveau. Des troubles graves surviennent dans le travail du système nerveux. Les signes d'une tumeur cérébrale chez les enfants au troisième stade de développement se manifestent par une perte de poids rapide, une fatigue élevée, des vomissements et une mauvaise coordination. De plus, l'audition, la vision, la mémoire et la parole sont altérées, un engourdissement des membres et une anémie sont observés.
  • La quatrième étape. À ce stade de développement, le cancer n'est pas traitable: la tumeur devient inopérable. Des changements irréversibles se produisent dans le corps et affectent non seulement le système nerveux central, mais aussi les organes qui pénètrent dans la zone contrôlée par la partie du cerveau affectée par les tumeurs.

Le cancer du cerveau chez l'enfant, en plus des symptômes énumérés ci-dessus, peut s'accompagner d'une paralysie complète ou partielle et d'une altération de l'odorat. Si le lobe frontal du cerveau est affecté, un défaut de personnalité est observé.

Emplacement et fréquence des tumeurs

Les néoplasmes malins chez les enfants peuvent être localisés dans les hémisphères, la ligne médiane et la fosse crânienne postérieure..

Dans l'hémisphère, des tumeurs d'origine neuroectodermique (gliomes) se développent, qui font partie d'un groupe hétérogène. Ils sont diagnostiqués chez 37% des patients..

Dans la ligne médiane du cerveau dans 4% des cas, des gliomes chiasmiques sont diagnostiqués - formations tumorales formées à partir de cellules gliales situées dans le nerf optique, dans 8% - craniopharyngiomes, dans 2% - tumeurs de la glande pinéale.

Dans la fosse crânienne postérieure avec la même fréquence (15%), des gliomes du tronc cérébral et des astrocytomes cérébelleux sont diagnostiqués, dans 14% - médulloblastomes et dans 4% - épendiomes.

L'importance d'un diagnostic précoce

Selon les experts, le diagnostic précoce du cancer est la première étape sur la voie du rétablissement. Les chances de survie dépendent directement du stade de la maladie: plus tôt la tumeur est diagnostiquée, meilleur sera le traitement. Malheureusement, comme le montre la pratique, les enfants atteints de cancer se rendent dans des institutions médicales spécialisées lorsque le cancer est déjà aux stades 2 à 4. Avec la première étape, pas plus de 10% des patients viennent à l'hôpital, et c'est à ce stade que les méthodes de traitement sont plus douces pour le corps de l'enfant, et en plus, elles sont efficaces.

Tout aussi important est le fait que le coût du traitement du cancer de la première étape est le plus bas. Dans la deuxième étape, le prix du traitement augmente de 3,6 fois, le troisième - de 5 fois, au quatrième - de 5,5.

Méthodes de diagnostic

Si vous constatez des signes de tumeur cérébrale chez les enfants, vous devez immédiatement consulter un spécialiste pour confirmer ou infirmer le diagnostic. Le cancer est détecté en utilisant les méthodes suivantes:

  • Scanner. La procédure est effectuée à l'aide d'un ordinateur et d'une machine à rayons X. La tomodensitométrie vous permet d'obtenir des images claires de la zone souhaitée du corps et vous pouvez les prendre sous différents angles. Dans certains cas, lorsqu'il est nécessaire d'améliorer la visibilité des organes et tissus internes, un colorant (produit de contraste intraveineux) peut être injecté dans le sang du patient..
  • IRM (imagerie par résonance magnétique). Images utilisées pour diagnostiquer ou réfuter l'oncologie. Il est obtenu à l'aide d'ondes radio, d'un champ magnétique et d'un ordinateur. Avant de commencer la procédure, le patient peut recevoir du gadolinium. Ce produit de contraste, qui, en traversant les vaisseaux, s'accumule dans la zone touchée, de sorte qu'un spécialiste peut déterminer avec précision la taille et la structure de la tumeur.
  • Biopsie. Cette étude diagnostique consiste à ouvrir la boîte crânienne pour la collecte avec une aiguille de biomatériau d'une zone suspecte. Un spécialiste de la pathologie examine soigneusement le biomatériau au microscope et s'il détecte des cellules cancéreuses, la tumeur est enlevée par chirurgie.

Tumeur cérébrale dangereuse chez un enfant: les premiers signes

Le tableau clinique de la pathologie infantile a ses propres caractéristiques. Cela est dû au fait que les enfants ont un système nerveux central immature. En plus de cela, le système nerveux central des enfants se caractérise par une adaptabilité et une plasticité élevées.En liaison avec cela, la maladie oncologique se poursuit sans symptômes et les premiers signes d'une tumeur cérébrale chez les enfants apparaissent avec une taille de tumeur relativement grande..

Une tumeur cérébrale chez un enfant présente les symptômes suivants:

  • Irritabilité, perte d'intérêt pour ce qui était intéressant auparavant (jeux, loisirs);
  • Caprices fréquents de l'enfant, pleurant sans raison apparente (en particulier pour les nouveau-nés et les jeunes enfants), plaintes de douleur dans la tête;
  • Symptômes typiques d'empoisonnement. Les vomissements et les nausées apparaissent, en règle générale, le matin, quel que soit le repas;
  • Déficience auditive et visuelle;
  • Changement de démarche;
  • Problèmes de mémoire, troubles de l'élocution;
  • L'apparition de convulsions, convulsions, perte de conscience à court terme;
  • Saignement systématique du nez;
  • Violations du système endocrinien;
  • Mauvaise respiration, difficulté à avaler, problèmes de selles (il est difficile pour un enfant d'aller aux toilettes).

L'apparition de tous ces symptômes est due à la compression des structures cérébrales et nerveuses qui ne sont pas endommagées par la tumeur, à l'écoulement retardé du liquide céphalorachidien, à l'augmentation de la pression intracrânienne ou à la pénétration et à l'accumulation de fluides biologiques, d'éléments cellulaires et de divers produits chimiques dans les bons tissus..

Signes d'une tumeur au cerveau chez les enfants, en particulier les manifestations

  • Maux de tête longs et intenses de nature paroxystique, contre lesquels apparaissent des nausées, des vomissements, une audition et une vision détériorées. La douleur n'est pas éliminée avec des analgésiques. Chez les jeunes enfants, ce symptôme se manifeste par de l'anxiété, des cris, le refus de manger en combinaison avec des troubles du sommeil;
  • Apparition de vomissements sans cause, généralement observés le matin. En raison de la croissance de la tumeur, la vidange gastrique deviendra plus fréquente;
  • Léthargie, somnolence de l'enfant, perte d'intérêt pour les activités antérieures, fatigue ou vice versa - irritabilité, hyperactivité. Des changements de caractère et de comportement sont observés;
  • Violations de la fonction motrice, se manifestant par la boiterie, l'ataxie;
  • Oubli, distraction, mauvais rendement scolaire, perte de mémoire;
  • Changement de discours. L'enfant commence à parler lentement, tandis que les mots sont clairement divisés en syllabes. Ce signe comprend également la non-prononciation des sons individuels et une violation dans la construction des phrases;
  • Épisyndrome, qui se manifeste par des crises d'épilepsie, tandis que le foyer d'épiactivité n'est pas formé. Ceux-ci incluent des abcès, une perte de conscience, des convulsions tonico-cloniques d'intensité et de durée variables;
  • Une tumeur cérébrale chez un enfant présente des symptômes de nature différente. Ceux-ci incluent des troubles de la vision, de l'ouïe, des difficultés à avaler et à respirer, des saignements de nez, une mauvaise rétention d'urine et d'excréments..

Symptômes du cancer du cerveau chez les enfants, selon l'emplacement

Avec des formations anormales se développant dans diverses zones du cerveau et de la moelle épinière, les symptômes sont différents les uns des autres. Des problèmes avec des fonctions spécifiques indiquent où la tumeur s'est formée..

Les symptômes d'une tumeur cérébrale chez les enfants, en fonction de l'emplacement spécifique, comprennent:

  • Néoplasmes dans les grandes parties externes du cerveau. Dans de tels cas, le contrôle de la fonction motrice est perdu, l'enfant se sent affaibli, parfois la maladie s'accompagne d'engourdissements d'un côté du corps.
  • Les néoplasmes à l'intérieur du crâne s'accompagnent de maux de tête, de problèmes de bien-être et d'une mauvaise coordination des mouvements. Chez les enfants de moins de quatre ans, la taille de la tête (macrocéphalie) peut augmenter et des nausées peuvent apparaître. Souvent, l'évolution de la maladie s'accompagne d'un état irritable et d'une léthargie. Une tumeur cérébrale chez un enfant des premières années de la vie se manifeste par des symptômes aux premiers stades sous la forme d'un refus de nourriture, d'une mauvaise digestion, d'une faiblesse et d'une augmentation des larmes. Les facteurs qui accompagnent la maladie comprennent l'hyperflexion et les dommages aux nerfs crâniens..
  • Les tumeurs qui se forment dans la partie centrale du cerveau sont caractérisées par des symptômes tels que des mouvements oculaires inhabituels, un strabisme et d'autres symptômes courants..
  • Les néoplasmes se développant dans le cerveau antérieur entraînent une perte de la parole et un manque de compétences linguistiques. L'enfant peut même ne pas comprendre les mots.
  • Une tumeur à l'arrière du cerveau chez un enfant, ou formée autour de l'hypophyse, endommage les nerfs optiques.
  • Localisée dans les noyaux basaux, elle est responsable des mouvements et de la position du corps.
  • Dans le cervelet, problèmes de coordination des mouvements, marche et alimentation.
  • Les néoplasmes qui se forment près des nerfs crâniens s'accompagnent d'une perte auditive, de problèmes d'équilibre, de déglutition et de muscles faciaux.
  • Démarche anormale, paralysie du nerf crânien, maux de tête, strabisme indiquent la présence de néoplasmes dans le tronc cérébral.
  • Avec le développement du cancer de la colonne vertébrale chez les enfants, on observe une faiblesse, un engourdissement, une altération de la coordination des mouvements et des problèmes associés aux intestins et à la vessie..

Causes des tumeurs cérébrales chez les enfants, symptômes, types, méthodes de traitement et prévention

Les tumeurs cérébrales chez les enfants sont un groupe de néoplasmes intracrâniens qui surviennent à la suite de la division pathologique des cellules souches qui composent le tissu cérébral. Les causes du développement de la pathologie sont diverses et la gravité des symptômes dépend du lieu d'apparition du néoplasme. Une tumeur cérébrale peut être diagnostiquée à tout âge, le plus souvent détectée dans l'enfance jusqu'à 8 ans.

Causes de pathologie

Les experts identifient plusieurs facteurs pouvant provoquer le développement d'une pathologie chez un bébé. Les néoplasmes cérébraux dans l'enfance se forment à la suite de la reproduction dégénérative de cellules non mûres. La conséquence de cela est leur prolifération accrue, qui peut s'accompagner de dommages aux tissus et aux zones de GM proches.

Dans le processus de croissance et de développement d'un nouveau-né, une violation de la formation de certaines cellules peut se produire pour les raisons suivantes:

  • vivre dans de mauvaises conditions environnementales;
  • blessures traumatiques graves à la tête et commotion cérébrale;
  • maladies infectieuses;
  • mutations génétiques;
  • large gamme de rayonnement électromagnétique.

Les causes du développement du cancer du cerveau primaire chez les enfants plus âgés restent largement inconnues. Souvent, cette condition pathologique provoque un dysfonctionnement génétique, dont le résultat est la croissance rapide des cellules malignes.

Un autre facteur qui peut provoquer la formation d'une tumeur de la moelle épinière peut être la présence d'un cancer chez les proches de l'enfant. De plus, l'exposition aux radiations à laquelle le patient est exposé devient une source de cancer. Il existe une opinion selon laquelle la vaccination DTC peut également provoquer une pathologie..

Symptomatologie

L'insidiosité d'une tumeur cérébrale réside dans le fait que pendant longtemps il peut ne pas y avoir de symptômes caractéristiques chez l'adulte et l'enfant. Le moment d'apparition des signes de pathologie peut être différent et est déterminé par la focalisation de la localisation du néoplasme. Le mal de tête est le principal symptôme indiquant une tumeur cérébrale. Cependant, dans l'enfance, ils sont assez courants et sont un signe d'immaturité de la régulation autonome ou de surmenage pendant l'effort physique.

Avec des formations malignes de GM dans l'enfance, les maux de tête accompagnés de vomissements sont souvent perturbés le matin le matin immédiatement après le réveil ou une journée de sommeil.

Les premiers signes d'une tumeur GM chez un enfant sont:

  • comportement apathique;
  • fatigue instantanée;
  • diminution ou manque total d'appétit;
  • ne pas envahir ou gonfler la zone de la fontanelle;
  • passivité;
  • oreilles bouchées persistantes.

Avec un peu d'éducation, les symptômes caractéristiques peuvent être absents. Pour qu'elles apparaissent, il est nécessaire que la tumeur atteigne une taille impressionnante et sa croissance. Cette caractéristique de la maladie affecte négativement le traitement, car beaucoup de temps est perdu.

Les tumeurs cérébrales malignes et bénignes d'un enfant présentent des symptômes différents. Symptômes courants:

  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • perte de poids et manque d'appétit;
  • état léthargique et somnolent;
  • processus inflammatoires dans le sang d'un enfant.

Si une tumeur cérébrale chez les enfants endommage des parties adjacentes du cerveau, l'apparition d'anomalies mentales n'est pas exclue. Retard possible de l'enfant dans le développement mental, troubles psychomoteurs, problèmes auditifs, mémoire, abaissement du seuil de douleur. Les mutations de compression cérébelleuse peuvent s'accompagner de crises qui varient en gravité et en durée.

En fonction de la focalisation de la localisation des tumeurs cérébrales au tout début de leur développement, l'apparition de certains symptômes est possible. Avec une tumeur du tronc de GM chez les enfants, les manifestations suivantes sont notées:

  • problèmes de réflexe de déglutition;
  • gonflement des tissus du visage;
  • poignée de main;
  • hypotension musculaire;
  • pathologie du système cardiovasculaire;
  • parésie des muscles de la langue;
  • yeux en teck.

Très souvent, avec des néoplasmes cérébraux, des troubles de la coordination tels que la maladresse motrice et des problèmes de mouvements se produisent. Dans une telle situation, l'enfant trébuche et tombe souvent, et un syndrome convulsif et des écarts de comportement sont notés.

Types de néoplasmes

Selon la structure et l'évolution histologiques, les tumeurs cérébrales sont divisées en bénignes et malignes. Une caractéristique des tumeurs bénignes chez les enfants est:

  • développement lent et non germination dans les organes et tissus adjacents;
  • manque de métastases;
  • transformation probable en néoplasme malin.

De plus, après l'ablation complète d'une tumeur bénigne, en règle générale, elle ne se forme plus..

Les spécialistes distinguent les différences suivantes de néoplasmes malins:

  • Ils se distinguent par une croissance rapide, agressifs, affectent les tissus adjacents et provoquent la formation de métastases;
  • même après l'ablation complète de la tumeur, la probabilité de récidive.

Plusieurs types de tumeurs se distinguent, selon le foyer de leur apparence:

  • la tumeur primitive est formée de tissu cérébral, se développe assez longtemps et provoque dans de rares cas des métastases;
  • la tumeur secondaire est une conséquence de métastases d'un autre organe où un néoplasme malin s'est formé.

Dans la pratique médicale, la classification histologique suivante est utilisée:

  1. Gliome - est assez commun et est formé de cellules nerveuses auxiliaires;
  2. Méningiome - apparaît de la dure-mère du cerveau.
  3. Épendymome - formé d'une fine membrane épithéliale qui tapisse les ventricules du cerveau.
  4. Astrocytome - créé à partir de cellules auxiliaires de GM.
  5. Oligodendrogliome - formé à partir d'oligodendrocytes.
  6. Hémangiome - ses éléments constitutifs - cellules souches des vaisseaux cérébraux.

Les tumeurs cérébrales neuronales comprennent le neuroblastome, le gangliocytome et le ganglioneuroblastome. De plus, les types embryonnaires de néoplasmes qui apparaissent au cours du développement fœtal sont isolés.

Méthodes de diagnostic

Au tout début de son développement, le cancer du cerveau chez l'enfant a beaucoup de points communs avec d'autres pathologies. Pour cette raison, lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent, il est impératif de demander l'avis d'un spécialiste et de subir un examen approfondi. Les jeunes enfants jusqu'à un an doivent être surveillés par un neurologue et un pédiatre, ce qui permettra d'identifier rapidement un danger imminent.

Habituellement, à n'importe quel stade de la maladie, les études suivantes sont prescrites:

  • prélèvement de sang pour les marqueurs tumoraux;
  • test d'urine et de sang.

Il est possible de diagnostiquer une tumeur cérébrale chez un bébé et un adolescent en utilisant les méthodes suivantes:

  • étude de l'état du fond d'œil;
  • radiographie;
  • imagerie par résonance magnétique et calculée.

De plus, si un néoplasme malin est suspecté, une étude avec recours au contraste est obligatoire:

  • l'angiographie est un examen radiographique des vaisseaux sanguins effectué à l'aide d'un produit de contraste.
  • pneumoencéphalographie - une analyse qui implique l'élimination du liquide céphalo-rachidien;
  • la pneumocisternophalographie est une étude réalisée par ponction à l'air ou à l'oxygène;
  • ventriculographie - implique l'introduction de contraste dans les ventricules du cerveau.

Si une tumeur cérébrale est suspectée chez un nourrisson et de jeunes enfants, une échographie peut être effectuée, car ils ont toujours une cavité de fontanelle ouverte. Il est nécessaire d'amener l'enfant chez le médecin lorsque des symptômes de pathologie et même des écarts de comportement mineurs apparaissent.

Caractéristiques du traitement

Le traitement des tumeurs bénignes et malignes est considéré comme un processus assez complexe et implique toute une gamme de procédures. Après le diagnostic, le patient est placé dans un hôpital d'un établissement médical, et il est sous la surveillance de spécialistes.

La décision sur la nécessité d'une intervention chirurgicale est déterminée par plusieurs facteurs:

  • la taille du néoplasme et son emplacement;
  • indicateurs de pression intracrânienne;
  • état général de l'enfant;
  • type de néoplasme et sa malignité.

S'il existe des preuves, une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur, une radiothérapie et une chimiothérapie sont prescrites.

Pendant la chirurgie, une excision de la tumeur dans les tissus sains est effectuée. Cette méthode de thérapie est considérée comme la principale et la plus efficace. Dans le cas où le néoplasme est devenu grand et a affecté les zones vitales du tissu cérébral, la chirurgie peut être impossible ou très traumatisante.

L'étalon-or de la neurochirurgie est la radiochirurgie stéréotaxique, qui implique une seule exposition à une forte dose de rayonnements ionisants sur un néoplasme malin. Cette méthode de thérapie est efficace pour les tumeurs situées dans divers domaines. Dans le même temps, les experts identifient un certain nombre de contre-indications dans lesquelles une telle procédure n'est pas recommandée. La radiochirurgie stéréotaxique est contre-indiquée si la tumeur atteint une grande taille.

Pendant la radiothérapie, le tissu tumoral est exposé aux rayonnements ionisants. Le cours de traitement pour chaque enfant est sélectionné individuellement, en tenant compte des résultats de la TDM, de l'IRM et d'autres études diagnostiques. La radiothérapie, généralement avec un blastome et d'autres types de tumeurs, commence 2-3 semaines après la chirurgie et se déroule sur plusieurs semaines. Lorsqu'un enfant révèle plusieurs métastases et avec certains types histologiques de néoplasmes, une irradiation totale de tout le cerveau est indiquée.

La chimiothérapie est l'effet sur une tumeur maligne avec des médicaments cytostatiques et cytotoxiques. Le déroulement du traitement est déterminé par le médecin, en tenant compte de la vérification histologique de la tumeur.

Pendant la cryochirurgie, les cellules des tissus pathologiques gelés sont détruites sans endommager les tissus sains adjacents. La thérapie vise à éliminer les symptômes désagréables qui se produisent avec la croissance active et le développement du néoplasme. La nomination correcte d'un tel traitement peut améliorer considérablement la qualité de vie d'un enfant atteint de cancer. Compte tenu de la gravité du tableau clinique, des médicaments antiémétiques, des glucocorticostéroïdes et des analgésiques peuvent être prescrits pour éliminer le syndrome douloureux.

Des études dans le domaine de la neurochirurgie ont montré que le virus de la polio combat avec succès le cancer du cerveau. Au cours de l'étude, le virus a été génétiquement modifié afin qu'il ne puisse pas nuire à une personne. Son but était d'attaquer les cellules cancéreuses et de développer une forte réponse immunitaire..

Mesures préventives

Une tumeur au cerveau est une maladie dangereuse qui ne peut être évitée. Dans le même temps, à l'aide de certaines mesures préventives, il est possible de réduire le risque de survenue chez un enfant. Conseillé:

  • Rester en bonne santé
  • alterner correctement travail et repos;
  • traitement rapide des maladies infectieuses;
  • N'entrez pas dans des situations stressantes;
  • minimiser l'exposition au soleil.

Les néoplasmes bénins et malins chez l'enfant sont considérés comme une condition dangereuse dont le pronostic est plutôt décevant. Malheureusement, en neurologie, à ce jour, il n'a pas été possible d'établir les causes exactes qui provoquent l'apparition d'une tumeur cérébrale. Cependant, sous réserve de certaines recommandations des médecins, il est possible de minimiser le risque de développer une pathologie.

Lisez À Propos De Vertiges