Principal Crise cardiaque

Douleur lancinante dans la tête: la cause du symptôme et ses caractéristiques

Les maux de tête, dans ses diverses manifestations, sont familiers à tous. Parmi l'abondance de ses variantes, les douleurs de tir uniques causées par des processus destructeurs neurogènes sont particulièrement fréquentes..

Quelle est la gravité de la maladie lorsqu'elle tire dans la tête du côté droit ou de la gauche et pourquoi un syndrome douloureux similaire apparaît?

Symptomatologie

La douleur lancinante dans la tête, connue en médecine sous le nom de cranialgie aiguë, est une douleur paroxystique qui survient soudainement en raison d'impulsions nerveuses pathologiques. Ce n'est pas une maladie indépendante, mais seulement une manifestation d'autres maladies qui provoquent des crises soudaines et sévères de maux de tête.

Des douleurs aiguës répétées dans le côté droit ou gauche de la tête peuvent devenir chroniques si vous ne les diagnostiquez pas à temps et ne prenez pas de mesures pour neutraliser les causes de leur apparition. La profondeur de la sensibilité douloureuse dépend du nerf affecté. La névralgie occipitale est caractérisée par une douleur superficielle; pour l'inflammation du nerf vestibulo-cochléaire associé à l'oreille interne, une impulsion de douleur localisée profondément dans le crâne est typique.

La douleur lancinante dans la tête se caractérise par les manifestations symptomatiques suivantes:

  • de nature paroxystique, la durée de l'attaque peut aller jusqu'à 10 heures, dans certains cas, un mal de tête de tir est permanent;
  • syndrome de douleur aiguë de haute intensité, aggravé par le mouvement de la tête ou des yeux;
    prendre des analgésiques ne donne pas de résultat;
  • la douleur lumbago survient plus souvent dans la partie temporo-occipitale de la tête; peut donner à la zone cervicale;
    il existe des points de déclenchement dont l'impact conduit à l'apparition de nouvelles attaques de plusieurs secondes;
  • le lumbago s'accompagne de symptômes concomitants - nausées, vomissements sans soulagement, saut de pression, légère augmentation de la température - jusqu'à 37,5 °;
  • manifestations concomitantes supplémentaires - douleur aiguë dans le cou et les oreilles, engourdissement des extrémités, apparition d'une démarche oscillante, problèmes d'audition, irritabilité accrue.

Les raisons

La cause profonde de la douleur lancinante est une violation de la conduction des impulsions nerveuses et de la survenue d'impulsions pathologiques le long des fibres d'un nerf particulier. Une attaque de douleur se développe dans le contexte de la destruction des racines nerveuses spinales, de la pathologie de la colonne cervicale, de la névralgie des nerfs crâniens.

Le sentiment qu'il tire à l'arrière de la tête est dans la plupart des cas généré par la compression des terminaisons nerveuses vertébrales à la suite de la formation:

  • saillie du disque;
  • manifestations ostéochondrotiques;
  • spondylose cervicale et autres.

La manifestation du syndrome de la douleur crânienne est familière à tous ceux qui ont «frappé à l'arrière de la tête» en raison de la présence d'une hernie intervertébrale.

Les processus purulents qui se développent à la suite d'une infection du nasopharynx provoquent souvent une cranialgie chez les enfants. Sensation comme si l'oreille tirait, caractéristique d'une infection des sinus nasaux.

L'un des symptômes de l'otite moyenne aiguë est la sensation qu'il tire dans l'oreille et donne à la tête. En parallèle, la douleur s'accompagne d'un sursaut de température et de l'apparition d'écoulement de l'oreille.

Une certaine partie de la tête peut faire mal en raison d'une dent ou d'un œil malade situé sur le côté.

Le mal de tête de tir unilatéral se développe avec la compression des fibres nerveuses causée par:

  • névrite du trijumeau;
  • névralgie post-traumatique;
  • polyneuropathie des racines nerveuses.

L'attaque dure de quelques secondes à plusieurs minutes, localisée sur le site de la lésion nerveuse.

Le développement du syndrome de Sikard est mis en évidence par une impulsion de douleur qui naît dans la zone de l'angle de la mâchoire inférieure, aggravée par la déglutition ou la parole, et cède à l'oreille.

Dans le syndrome de Slader, l'impulsion de douleur est généralement localisée dans le nœud ptérygopalatin, mais dans de rares cas, une douleur peut survenir derrière l'oreille, dans la région temporale ou occipitale..

Une douleur saccadée dans l'oreille, accompagnée d'une éruption vésiculaire dans la région du conduit auditif, indique le développement d'une maladie rare causée par des dommages au nerf intermédiaire par l'herpès. Cette pathologie, connue sous le nom de syndrome de Hunt, se caractérise également par le développement d'une névrite faciale, une parésie ou une paralysie des muscles du visage d'un côté et l'apparition d'une éruption cutanée douloureuse dans la bouche..

Fonctions de localisation

La prise de vue de la cranialgie affecte toujours un seul côté et, à première vue, apparaît sans raison. Pendant ce temps, de telles manifestations peuvent être un signal désagréable, indiquant le développement de diverses maladies.

  • Dans la zone pariétale, une douleur saccadée apparaît rapidement. Si vous appuyez sur le point de déclenchement, le mal de dos donne au centre de la tête. Cette réaction s'explique par l'accumulation de terminaisons nerveuses sur le sommet de la tête.
  • Dans la partie occipitale, les crises de douleur augmentent avec des virages et des virages serrés de la tête. À la suite de la défaite des racines nerveuses, une douleur lancinante à l'arrière de la tête se produit pendant l'hypothermie ou sous l'influence des courants d'air. Dans ce cas, les manifestations crânialgiques peuvent être localisées à la fois dans la nuque droite ou gauche, et capturer les sections cervicales et des épaules, et irradier dans l'oreille. Le mal de dos dans la partie occipitale de la tête apparaît souvent en raison d'une blessure à cette zone.
  • Le développement de processus inflammatoires dans les oreilles est la raison pour laquelle «tire» non seulement les oreilles, mais aussi toute la région temporo-occipitale. L'impression que des pousses derrière l'oreille peuvent également résulter d'une inflammation des ganglions lymphatiques régionaux.
  • S'il tire dans la tête du côté gauche ou du côté droit de la tête, cela peut indiquer le développement d'une névralgie du trijumeau à la suite d'une infection ou de maladies chroniques localisées dans la zone faciale. Le côté droit de la zone temporale est plus sujet à la douleur. La cause profonde de l'état non naturel peut être l'ostéochondrose cervicale ou la vascularite de l'artère temporale. Les crises de douleur entraînent l'insomnie, la nervosité et la dépression.
  • Dans la partie frontale, une douleur aiguë se produit instantanément, le plus souvent au-dessus du sourcil droit, sa cause première est la névrite du nerf facial (VII crânien), la névralgie du trijumeau.
  • La raison pour laquelle la tête fait souvent mal dans la zone faciale peut être une ostéomyélite (inflammation purulente-nécrotique) de la mâchoire ou un changement arthritique de l'articulation temporo-mandibulaire.

Diagnostic et thérapie

La prise de vue de la cranialgie est une maladie complexe qui nécessite le traitement obligatoire des causes qui l'ont provoquée. Il doit être examiné par un neurologue et d'autres spécialistes, qui aideront à diagnostiquer les causes et à prescrire un traitement en fonction des résultats de l'examen. Il est dangereux de traiter indépendamment les douleurs lancinantes, car cela peut entraîner une aggravation de la maladie et la progression de la maladie.

Le choix de la façon de traiter la maladie dépend de la cause de la douleur et de son intensité. Étant donné que l'ostéochondrose est la source la plus courante de cranialgie, vous devez être examiné pour identifier les changements dégénératifs de la colonne vertébrale. S'il tire dans la tête en raison d'une ostéochondrose cervicale, il aide à soulager la douleur, l'utilisation complexe de médicaments ayant des effets analgésiques, anti-inflammatoires et relaxants musculaires (AINS, myorelaxants). Le processus de traitement sera complété par un cours de massage, une thérapie manuelle, une thérapie par l'exercice, une physiothérapie (UHF ou iontophorèse, magnétothérapie ou exposition au courant, arrêt des attaques douloureuses).

En présence de processus inflammatoires, une attention particulière doit être portée aux oreilles. Les infections qui les affectent provoquent souvent des maux de dos dans la tête.

Prévention des cranialgies et soins à domicile

Les douleurs lancinantes dans la tête seront plus faibles et moins susceptibles de se répéter, voire de s'arrêter complètement si des mesures préventives sont prises sous forme de fortification et de thérapie vitaminique.

Ces mesures comprennent une prise de cours de vitamines B, qui renforcent le système nerveux, et un ensemble d'exercices de physiothérapie visant à lutter contre l'ostéochondrose.

Il sera utile de suivre une cure thermale dans une station balnéaire.

Pour éviter que les symptômes de la névralgie ne deviennent douloureux dans les tempes ou à l'arrière de la tête, il est également important d'éviter les courants d'air, l'hypothermie du cou et le séjour prolongé dans une position.

Que faire à la maison si vous tirez dans la tête:

  1. L'application d'une compresse chauffante peut soulager les lombalgies de la tête, provoquées par une névralgie de la région cervicale et parotide. Les compresses chauffantes sont contre-indiquées en présence de processus inflammatoires. Par conséquent, avant de recourir à cette méthode, il est préférable de consulter votre médecin.
  2. Les injections analgésiques sont efficaces en cas de symptômes primaires de sévérité modérée.
  3. La manifestation intense du syndrome douloureux qui donne à la tête nécessite la prise de médicaments anti-inflammatoires sous forme de comprimés et l'application de pommades anti-inflammatoires sur les zones pulsatoires, suivies d'un enveloppement avec un pansement chauffant.
  4. Acupression de la nuque ou des tempes avec l'utilisation d'huiles aromatiques pour faire face à la douleur d'intensité modérée.

Un mal de tête systématique qui se propage dans le cou ou l'arrière de la tête est une bonne raison de consulter immédiatement un médecin. Un diagnostic rapide des causes profondes augmente la probabilité de guérison. Se débarrasser complètement des symptômes de la douleur permettra le passage d'un traitement complet au stade de sa manifestation précoce..

Maux de tête de tir - raisons de traiter

Contrairement à d'autres types de maux de tête, le tir de maux de tête est un symptôme qui a son nom et sa classification en médecine. Si vous sentez que vous subissez régulièrement des crises de céphalées de tir, vous serez diagnostiqué avec une cranialgie.

Les sensations peuvent être décrites comme une occurrence aiguë, non terne et déraisonnable d'un mal de tête de nature tirante, semblable à des impulsions dans la tête, mais plus aiguë. Le sentiment qui bat littéralement dans la tête apparaît fortement, sans aucune condition préalable, contrairement aux migraines et à d'autres types de cette maladie.

Il tire dans la tête non accompagné d'autres symptômes. Mais certains médecins notent qu'avec de graves attaques se produisent:

  • nausées et vomissements le matin;
  • étourdissements en se déplaçant ou en se levant;
  • Température;
  • engourdissement des membres;
  • assombrissement dans les yeux.

Avec les douleurs lancinantes, comme avec les migraines, l'une des moitiés de la tête est affectée: soit à gauche, soit à droite. La sensation se produit au-dessus et derrière le crâne. De plus, contrairement à la migraine, les maux de dos dans la tête affectent souvent non seulement la région temporale, mais toute la tête, capturant même la mâchoire, les dents et le cou.

Les crises de céphalées de tir durent de quelques secondes à plusieurs minutes et même des heures. Dans ce cas, les attaques sont de nature régulière et avec des stades avancés de la maladie, visitez le patient plusieurs fois par jour..

Étant donné que les causes de ce coup de feu dans la tête sont complètement différentes, elles sont soumises à toutes les catégories de personnes, y compris les nourrissons et les femmes adultes.

Les principales causes de douleur intense

Qu'est-ce qui cause une telle douleur? La cranialgie de tir est un symptôme de nombreuses autres maladies, elle se produit périodiquement, envoyant des signaux au cerveau sur le problème.

La sensation, comme si elle battait un choc électrique, survient pour un certain nombre de raisons, qui sont des maladies de différentes directions et degrés de gravité. Les médecins distinguent plusieurs maladies qui ont des maux de tête fulgurants dans les symptômes.

Otolaryngologie

S'il tire dans la tête, c'est le signe d'une maladie des organes de l'ouïe, de l'odorat et du goût, ainsi que d'autres organes qui sont le domaine de la recherche et du traitement de l'oto-rhino-laryngologie. Dans ce cas, des douleurs lancinantes surviennent en raison d'une inflammation des organes. Par exemple, si la gorge ou l'oreille fait mal avec la grippe, elle tire dans le nez.

Les bactéries qui propagent l'inflammation passent aux terminaisons nerveuses associées aux organes d'oto-rhino-laryngologie, puis les nerfs envoient un signal de douleur au cerveau qui signale l'inflammation dans le corps..

Dans ce cas, il tire dans la tête au site de l'inflammation: près de l'oreille, du nez, de la gorge ou de l'oreille moyenne - juste à l'intérieur de la tête. Dans ce cas, la douleur impulsive est un signe des maladies suivantes:

Problèmes avec l'appareil ostéoarticulaire

Les maladies et les pathologies de l'appareil ostéoarticulaire ont également dans leur symptomatologie un tir dans la tête. Dans ce cas, il peut tirer dans la tête du fait que les fibres nerveuses situées près de la jonction des os et des articulations, principalement au niveau de la colonne vertébrale, sont serrées à la jonction avec leur maladie ou leur pathologie.

Le système nerveux envoie un signal aux terminaisons nerveuses de la tête et envoie un signal saccadé au cerveau que ça fait mal.

Des douleurs saccadées dans la tête surviennent avec les maladies suivantes de l'appareil ostéoarticulaire:

  • hernie intervertébrale;
  • ostéochondrose;
  • névralgie;
  • pathologie du disque intervertébral;
  • maladies de la colonne cervicale.

Problèmes avec les ganglions végétatifs

Les ganglions végétatifs sont les extrémités du système nerveux qui appartiennent à la région de la moelle épinière et du cerveau. Si un nerf fait mal, des problèmes dans la région de la tête sont détectés. Dans ce cas, les contractions sont causées par des maladies du cerveau, du système nerveux, des articulations, des os de la tête et du cou:

  • inflammation des articulations, des os de la tête et de la mâchoire;
  • VVD;
  • l'apparition de tumeurs et de kystes malins;
  • stress excessif;
  • manque de sommeil;
  • surmenage;
  • Syndrome PMS;
  • anévrismes cérébraux.

Ophtalmologie

Un mal de tête secoué est un signe de maladie oculaire. L'inflammation atteint les nerfs, provoquant des sensations palpitantes désagréables dans la tête.

Dommages aux terminaisons sensorielles périphériques

Cette sensation se produit dans la tête, même si une personne a des problèmes avec les membres. En cas de fractures ou d'ecchymoses qui n'ont pas été remarquées par le patient ou le médecin à temps, à l'aide de ces sensations douloureuses, le cerveau signale un problème grave dans le système nerveux périphérique.


Cette sensation se produit dans un grand nombre de cas:

  • fractures
  • ecchymoses et bosses;
  • gangrène
  • secouer;
  • inflammation interne.

Focus douleur

La cranialgie de tir se concentre à plusieurs endroits: dans la partie supérieure de la tête, dans la partie inférieure, sur le côté gauche et sur la droite. En utilisant le diagnostic et la détection de la localisation d'une telle douleur, le médecin détermine les causes de la maladie. Des maux de dos douloureux sont observés à la fois en un seul endroit et en différents endroits.

Tire sur le côté gauche

Les attaques sur le côté gauche de la tête signalent des problèmes dans les organes situés à gauche. Par exemple, une inflammation de l'oreille gauche, de l'orbite ou des membres gauches provoque ce symptôme..

Sur le côté droit

S'il tire dans l'hémisphère droit, cela signale les problèmes décrits ci-dessus. Identifier quel côté de la tête fait mal aidera à déterminer l'emplacement initial de la tumeur ou de l'anévrisme, le cas échéant.

Secousses à l'arrière de la tête

Si une sensation désagréable se produit dans la partie occipitale de la tête, du cou par le bas, le diagnostic pour le médecin est grandement simplifié. Le mal de dos à l'arrière de la tête à droite indique des maladies de la colonne cervicale, y compris l'ostéochondrose et la hernie. Les autres raisons de tirer à l'arrière de la tête sont rares.

En outre, des douleurs sur le côté droit de l'arrière de la tête se produisent si le cou est bombé. Souvent cette sensation est amplifiée en tournant la tête, on sent que le cuir chevelu fait mal.

Mal au dos

S'il tire derrière l'oreille, cela signale des problèmes avec la colonne cervicale. De plus, l'inflammation de la gorge ou des oreilles devient une cause de lumbago près de l'oreille..

Tire sur l'oreille

La sensation douloureuse apparaissant au-dessus de l'oreille indique un nombre beaucoup plus grand de maladies possibles. Dans cette zone de la tête, il y a de nombreuses branches nerveuses, il est donc impossible de faire un diagnostic dans ce cas..


La cause de la douleur près de l'oreille peut être à la fois une inflammation des organes de la vision, de l'ouïe et de l'odorat et l'apparition d'une tumeur ou d'un kyste.

Lobe frontal

Le mal de dos au front est localisé sur le côté droit. Dans ce cas, il est simple de trouver la cause du début de la prise de vue de la cranialgie. Elle survient lorsque la tension des nerfs trijumeaux du visage, par exemple, due à un souffle ou une hypothermie.

Dans ce cas, la douleur se produit indépendamment et en touchant la zone du sourcil droit.

Localisation pariétale

La raison qui tire la tête dans la couronne peut être diverses maladies. Dans la partie pariétale, il existe un grand nombre de nerfs responsables de différentes parties du corps. Mais le plus souvent, il cède dans le cou pour des problèmes de colonne vertébrale et de sa région cervicale.

Douleur de contraction dans les tempes

Si le temple tire, la cause de l'attaque est diverses maladies. Cette sensation survient principalement à droite, mais parfois il y a des convulsions dans la tempe gauche, elle peut céder à l'oreille.

Les médecins identifient les cas les plus courants dans lesquels une douleur temporelle se produit en raison de lésions de l'artère temporale ou de l'articulation temporo-mandibulaire, de la névralgie du trijumeau. Dans ces cas, la sensation survient lorsque vous touchez légèrement ou même mâchez lorsque le nerf se contracte.

Diagnostic et traitement de la cranialgie

Que faire quand une telle douleur survient? Il convient de se rappeler que la douleur tiraillante est le signe d'une autre maladie. Pour connaître la cause de l'événement, consultez immédiatement un médecin, car la cranialgie apparaît principalement dans les maladies graves nécessitant un traitement immédiat.

Les médecins diagnostiquant une cranialgie lombaire orientent immédiatement le patient vers un examen médical complet.

Le premier médecin à contacter est votre médecin généraliste local. Il déterminera avec précision l'emplacement, la fréquence et la durée des saisies. Sur la base de l'analyse, elle révèlera les raisons de la douleur et vous expliquera comment traiter la maladie. Après cela, le thérapeute vous dirigera vers un médecin spécialiste, dans le domaine duquel il existe une cause de la maladie.

Si le diagnostic est difficile à établir, vous serez référé pour un examen complet, y compris une visite à tous les médecins spécialistes. Un diagnostic complet comprend non seulement des visites chez le médecin, mais aussi le passage des types d'examens suivants:

Thérapie médicamenteuse

Avec une attention médicale en temps opportun, une maladie qui provoque une douleur intense au même endroit peut être traitée avec des médicaments. La cranialgie aide à soulager les analgésiques.

Avec les premiers soins, les médecins, dont la célèbre Elena Malysheva, disent que boire pour calmer les sensations oppressives:

NomMode d'application
MidokalmAntibiotique. Il est utilisé pour l'inflammation des organes de la vision, de l'ouïe, de l'odorat, ainsi que pour l'inflammation locale des articulations et des os. Prendre après les repas pendant 7 jours.
CeftriaxoneAntibiotique puissant à large spectre. Prendre 3 fois par jour après les repas pendant 7 jours.
KetanovUn antibiotique qui combat l'inflammation de la mâchoire et des dents. Prendre pendant une semaine 3 fois par jour après les repas.
IndométacineAgent anti-inflammatoire, pris selon les directives d'un médecin, en fonction de la maladie et de l'intensité de la douleur.
IbuprofènePilules anti-inflammatoires, non seulement pour éliminer la cause, mais aussi pour soulager les symptômes de la maladie. Soulage un mal de tête. Pas plus de 2 comprimés sont pris par jour.
DiclofénacAnti-inflammatoire à large spectre. La fréquence et la durée du traitement avec ce médicament sont prescrites par le médecin traitant.
ParacétamolAnesthésique, soulage la douleur. Le jour, pas plus de deux comprimés sont pris, la consommation de paracétamol n'est plus autorisée. Plus de 10 jours.
ActoveginAgent nootrope. Ne pas appliquer plus de 3 comprimés par jour pendant 10 jours.
PiracetamMédicament nootrope avec un large spectre d'action. Accepté uniquement selon les directives d'un médecin.
FenazépamTranquillisant puissant. Le terme et la fréquence d'administration sont prescrits par le médecin. Disponible uniquement sur ordonnance..

Méthodes folkloriques

La cranialgie est un symptôme grave qui signale des problèmes majeurs dans le corps. Le nerf ne tire pas comme ça, mais à cause de graves dommages. Par conséquent, si vous vous sentez étourdi et vous tirez la tête, les médecins vous recommandent fortement de ne pas rester à la maison, mais de vous rendre à la clinique dès les premières crises..

Il existe des remèdes populaires qui aident à soulager la douleur:

  1. Il aide à éliminer la douleur en massant le cou, le haut de la tête et la colonne cervicale. Il est recommandé de faire des massages avec des analgésiques et des onguents chauffants. Le baume Zvezdochka convient également, qui peut faire face à de telles douleurs..
  2. Une autre façon de se débarrasser de la douleur lancinante consiste à réchauffer les compresses. Habituellement, ils utilisent une compresse sèche d'un sel chauffé dans une poêle à frire, ou une compresse de Novocain et Dimexide mélangés dans un rapport de 3: 1.


De telles mesures ne sont utiles que si la source de la douleur est un problème au niveau du cou ou de la colonne vertébrale lorsque vous tirez derrière l'oreille ou à l'arrière de la tête. Dans d'autres cas, si dans les 5 jours les remèdes populaires ne vous aident pas, vous devez immédiatement contacter l'ICD.

Mesures préventives

La douleur lancinante dans la tête se produit avec des maladies imprévisibles. La prévention dans de tels cas est la suivante:

  • mode de vie sain;
  • séances d'entraînement régulières;
  • suppression de l'éveil excessif;
  • habitudes de sommeil normales;
  • respect des règles de sécurité lors de la pratique de sports extrêmes, de réparations et d'autres événements dans lesquels il existe un risque de blessure;
  • des examens médicaux réguliers réguliers une fois par an aideront à prévenir la survenue de maladies dont le symptôme est la cranialgie.

Douleur lancinante dans la tête

S'il tire dans la tête, les causes de la maladie peuvent être associées à des maladies. Causes fréquentes d'épisodes de douleur aiguë et atroce dans la zone de la tête: blessures, perturbation du flux sanguin cérébral, se manifestant sous une forme aiguë, processus inflammatoires dans les tissus du système nerveux central et les muscles du cou, maladies des yeux et des organes ORL, pathologie de la colonne vertébrale dans la colonne cervicale.

Caractéristique

Douleur lancinante - atroce, paroxystique, coupante, connue comme neuropathique. Elle est aiguë (jusqu'à 10 jours) et chronique (plus de 3 mois). Contrairement à la douleur nociceptive, qui est le résultat de l'irritation des récepteurs des tissus endommagés, la douleur neuropathique apparaît à la suite de dommages à certaines parties du système nerveux - périphérique ou central.

Les principaux types de blessures provoquant des douleurs nociceptives: blessures, lésions infectieuses, processus inflammatoires. Le mal de dos dans la tête de la genèse neuropathique se produit dans un contexte de perturbations dans le fonctionnement des systèmes qui régulent les réactions douloureuses - nociceptives et antinociceptives.

Les causes de la douleur lancinante dans la région crânienne sont souvent associées à des facteurs psychologiques. Dans ce cas, la douleur est de nature psychogène. La douleur neuropathique, lorsqu'elle se contracte dans la tête, est localisée sur le site d'innervation de la partie endommagée du système nerveux. Les principaux types de douleurs neuropathiques:

  • Incentive-dépendante (allodynie, hyperalgésie).
  • Surgissant soudainement, spontanément. Plus souvent décrit par les patients comme brûlant, tirant, ressemblant à un éclair dans le crâne.
  • Hypesthésie et troubles autonomes dans le domaine de la localisation de la douleur.

Un type de douleur spontanée est généralement causé par des facteurs dysesthésiques (anormaux, inappropriés), par exemple, une altération de la conduction impulsionnelle par les fibres nerveuses. Les sensations se contractent, tirent dans la nature, se présentent sous la forme d'attaques, ressemblent à la décharge d'un courant électrique.

Souvent, les sensations douloureuses s'accompagnent d'une violation de la fonction vasomotrice (la capacité de l'endothélium vasculaire à produire des substances impliquées dans la régulation du tonus de la paroi vasculaire) et des dysfonctionnements du système autonome, qui se reflètent dans la thermorégulation (génération de chaleur accrue, sensation de chaleur) et la transpiration (intensifiée).

Causes d'occurrence

Pourquoi les pousses dans le côté gauche de la tête aideront à trouver un neurologue. La nature saccadée de la douleur indique plus souvent les mécanismes neuropathiques de sa formation, si elle dérange une personne, il est nécessaire d'établir la cause exacte de son apparition afin de la traiter efficacement. Causes courantes de douleur neuropathique:

  1. Polyneuropathie diabétique.
  2. Névralgie post-herpétique.
  3. Condition post-AVC.
  4. La névralgie du trijumeau.

Dans le domaine du crâne peut tirer en raison d'une combinaison de facteurs neuropathiques et psychogènes. Dans ce cas, des sensations douloureuses se produisent dans le contexte de la radiculopathie (une maladie du système nerveux périphérique causée par la compression des extrémités des nerfs rachidiens), de la fibromyalgie (une maladie accompagnée de douleur et de raideur des muscles squelettiques), du cancer, du syndrome du tunnel.

Souvent, dans la pathogenèse du développement de l'état, lorsqu'il y a une sensation de tir dans la tête, une céphalée de tension est impliquée. Les lésions infectieuses du système nerveux central, y compris la méningite, l'encéphalite, les foyers d'abcès, s'accompagnent de douleurs aiguës et atroces dans la région du crâne. La cause des maux de dos dans la tête à droite et à gauche est souvent la névralgie - une maladie qui nécessite un traitement urgent.

Mécanisme de formation

Les raisons du développement de la maladie lorsqu'elle tire dans la tête du côté gauche ou droit sont associées à un dysfonctionnement des systèmes douloureux - nociceptif et antinociceptif. La névralgie post-herpétique et d'autres types de douleurs paroxystiques intenses de tir se forment en raison de décharges ectopiques (pathologiques, dues à une perturbation du système nerveux central) formées dans les fibres endommagées du tissu nerveux.

Des impulsions ectopiques se forment en raison de la densité accrue des canaux sodiques dans les fibres endommagées du tissu nerveux. Les canaux sodiques sont chargés de diffuser le potentiel d'action. Ils s'ouvrent et se ferment en réponse à un changement du potentiel de la membrane - la tension de la membrane cellulaire résultant de la différence de charges sur ses surfaces intérieure et extérieure.

Symptômes associés

S'il tire à l'arrière de la tête et dans d'autres parties du crâne, nous parlons de douleurs neuropathiques, qui peuvent provoquer diverses pathologies et troubles. Les symptômes concomitants aident à établir un diagnostic différentiel..

Douleur en grappe

C'est tranchant, on dirait qu'il frappe un choc électrique dans ma tête - c'est ainsi que les patients décrivent les crises de douleur en grappes. Il se pose en série. La puissance des sensations douloureuses atteint un niveau tel que les patients tentent de se suicider. La douleur du type primaire est initialement localisée dans la région de l'oreille, puis irradie vers la zone des organes de vision, des tempes et du front, a un caractère unilatéral - elle se produit du côté droit ou du côté gauche.

Dans certains cas, avec des attaques répétées, la douleur peut se propager à la seconde moitié du crâne. Elle s'accompagne de symptômes: rougeur de l'œil, larmoiement, gonflement de la muqueuse nasale, ce qui entraîne des difficultés respiratoires. En parallèle, il existe des signes de dysfonctionnements du système autonome - augmentation de la transpiration, hyperémie (rougeur, rougeur) de la peau du visage, tachycardie (augmentation du nombre de contractions cardiaques).

Cervicocranialgie

La spondylose, l'arthrite, la spondylarthrite, l'ostéochondrose et d'autres pathologies de la colonne cervicale dans le cadre de la colonne vertébrale sont à l'origine de douleurs à la tête et au cou, qui s'intensifient souvent avec des mouvements brusques. Cervicocranialgie - douleur combinée dans la région cervicale, occipitale et d'autres zones du crâne. Lorsque la douleur cervicogène tire à l'arrière de la tête à droite ou à gauche.

Des sensations douloureuses peuvent se propager à la zone frontotemporale et au contour des yeux. La douleur lancinante à l'arrière de la tête est toujours unilatérale. Symptômes concomitants: douleur dans le cou en cas de pression, hypersensibilité aux stimuli lumineux et sonores, larmoiement, ce qui rend la manifestation de la cervicocranialgie semblable à une crise de migraine. Contrairement à la migraine, la douleur apparaît et s'intensifie avec les mouvements du cou.

Troubles cérébrovasculaires

Hémorragie, accident vasculaire cérébral ischémique, hématome sous-dural, hypertension aiguë, thrombose du sinus caverneux se manifestent par des symptômes caractéristiques, y compris une douleur lancinante dans la tête du côté gauche ou droit.

Symptômes concomitants: troubles de l'élocution, parésie et paralysie dans la moitié du corps, confusion, dysfonctionnement moteur (incapacité à maintenir l'équilibre, troubles de la coordination motrice). En même temps, des signes apparaissent: aggravation de l'acuité visuelle, double vision, étourdissements.

Otite moyenne aiguë

Avec l'otite moyenne, une maladie qui se caractérise par un processus inflammatoire dans la partie externe, moyenne ou interne de l'organe d'audition, elle tire derrière l'oreille dans la tête à droite ou à gauche. Le plus souvent, la pathologie est détectée dans l'enfance. Le processus inflammatoire se développe à la suite de la pénétration d'un agent infectieux dans la cavité de l'organe de l'oreille - plus souvent des bactéries, moins souvent des virus.

La pathologie est rarement primaire, survient souvent comme complication d'une lésion infectieuse des voies respiratoires supérieures. Avec l'otite moyenne, il tire derrière l'oreille dans la tête à gauche ou à droite, des sensations douloureuses aiguës et paroxystiques apparaissent dans la zone de l'organe auditif affecté. Symptômes concomitants: oreille bouchée, fièvre, malaise général, fatigue, faiblesse, nausée.

Sinusite

Une douleur aiguë et aiguë dans la tête peut survenir à la suite d'une sinusite ou d'une sinusite frontale - un processus inflammatoire dans la région du sinus maxillaire ou frontal. L'inflammation se développe en raison de l'entrée dans le sinus d'agents infectieux - virus, bactéries. La douleur, comme si elle tirait à travers la zone du crâne, se produit avec des mouvements de tête. Le matin, la douleur est moins prononcée que le soir.

La sinusite est souvent une complication de la grippe, une infection virale respiratoire ou un traumatisme au visage. Facteurs provoquants: antécédents de rhinite allergique, perforation (formation d'un défaut traversant) du sinus maxillaire, anomalies dans le développement des structures osseuses du nez. Symptômes concomitants: écoulement muqueux des voies nasales, augmentation de la température corporelle, difficulté à respirer par le nez, faiblesse générale, troubles du sommeil.

Diagnostique

S'il tire dans la tête du côté droit ou gauche, la première chose à faire est de prendre rendez-vous avec un neurologue. Le spécialiste prescrira un examen complet en tenant compte du tableau clinique. L'examen comprend un test sanguin pour identifier les caractéristiques importantes - les niveaux de glucose et de cholestérol, le taux de coagulation sanguine, la présence de traces d'inflammation. Méthodes diagnostiques instrumentales:

  • CT, IRM (neuroimagerie des structures cérébrales).
  • Angiographie, dopplerographie (étude de l'état des éléments du système circulatoire qui nourrit le cerveau).
  • Radiographie (détermination de l'état des structures osseuses du rachis cervical et du crâne).

L'otite ou la sinusite est détectée lors d'un examen oto-rhino-laryngologique, un neurologue examine les réflexes, détermine l'état neurologique et établit les diagnostics correspondants en fonction des résultats - syndrome post-traumatique ou post-AVC, névralgie, polyneuropathie. La consultation d'un vertébroneurologue est indiquée en cas de suspicion d'ostéochondrose et d'autres pathologies de la colonne vertébrale, en corrélation avec les lésions et la compression des terminaisons nerveuses.

Traitement

S'il tire dans la tête du côté gauche et droit, il est important d'établir les causes des symptômes. Le traitement est prescrit par le médecin, en tenant compte du type de maladie, qui s'accompagne de la manifestation, lorsqu'il tire et tire dans la zone du crâne.

Thérapie médicamenteuse

Les médicaments de premier choix pour le traitement de la névralgie post-herpétique et de la polyneuropathie douloureuse - prégabaline, gabapentine, névralgie du trijumeau - carbamazépine, oxcarbazépine, douleur neuropathique de type central - amitriptyline, prégabaline. Les principaux médicaments utilisés pour arrêter la douleur tiraillante dans la tête:

  1. Analgésiques narcotiques (Morphine, Omnopon). Ils ont un effet déprimant sur le système nerveux. L'effet analgésique n'est pas accompagné d'une dépression de la conscience ou d'une violation de la sensibilité. Le mécanisme d'action de la morphine est dû à l'activation des neurones qui produisent des enképhalines (neuropeptides ayant un effet semblable à la morphine). Les enképhalines participent à la régulation de la douleur. Les principaux inconvénients des analgésiques narcotiques: le développement de la tolérance (efficacité réduite), la dépendance. La dépendance peut survenir en quelques jours..
  2. Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Un vaste groupe de médicaments dont la structure chimique diffère. L'effet thérapeutique est obtenu grâce à la cytoprotection (protection des cellules contre les effets indésirables), réduisant la perméabilité capillaire, ce qui correspond à une réduction du volume de tissu soumis à un œdème. Autres effets: inhibition de la production ou de la désactivation des neurotransmetteurs de l'inflammation (sérotonine, histamine, prostaglandines), inhibition de la période proliférative de l'inflammation (à la suite d'une action cytostatique), inhibition de l'afférentation de la douleur (flux des impulsions nerveuses) dans les fibres nerveuses de la moelle épinière.
  3. Médicaments psychotropes. Largement utilisé en thérapie complexe pour le soulagement des syndromes de douleur aiguë. Les médicaments psychotropes donnent un effet analgésique et en même temps potentialisent (augmentent) l'effet des médicaments d'autres groupes avec un effet similaire. La combinaison de psychotropes et d'analgésiques élimine une attaque aiguë de douleur chez 80% des patients. Les antipsychotiques ralentissent la transmission des influx nerveux dans la tête dans les départements où l'excitation est transmise par le neurotransmetteur dopamine. L'action des antidépresseurs est basée sur l'élimination de l'anxiété et de la peur, la prolongation de l'activité synaptique (disposition à transmettre des impulsions) de la sérotonine et de la norépinéphrine. Ces neurotransmetteurs réduisent la sensibilité du système de douleur du corps..

Selon les statistiques, environ 30 millions de personnes prennent quotidiennement des AINS pour soulager les crises de douleur aiguë. Le choix d'un médicament destiné à éliminer les douleurs lancinantes dans la tête à gauche ou à droite est effectué en tenant compte des éventuels effets secondaires. Plus souvent, les AINS sont associés à une perturbation du tractus gastro-intestinal, à une altération de la fonction hépatique et cardiovasculaire..

Les médicaments antibactériens sont utilisés pour traiter la sinusite ou l'otite moyenne d'étiologie bactérienne. Dans le traitement des formes virales, les antibiotiques ne sont pas utilisés. En parallèle, un drainage (élimination, élimination du contenu liquide) des sinus est effectué. Pour éliminer les manifestations de la cervicocranialgie, les analgésiques sont utilisés en combinaison avec des relaxants musculaires..

Méthodes non médicamenteuses

Les mesures thérapeutiques visant à éliminer la cervicocranialgie comprennent le massage rachidien, la réflexologie, la physiothérapie (électrophorèse, thérapie EHF, magnétothérapie, thérapie par amplipulse, thermothérapie, thérapie diadynamique). La physiothérapie (thérapie UHF, darsonvalisation) est indiquée dans le traitement des processus inflammatoires dans le domaine des organes ORL.

Une attaque de cervicocranialgie peut être arrêtée en effectuant des mouvements de gymnastique d'échauffement avec le cou. Il est recommandé de masser la région cervicale et du col pendant une période de 30 secondes à 2 minutes. Avant de commencer à marcher avec des blessures de la colonne vertébrale, il est préférable de faire d'abord quelques exercices qui détendront les muscles et normaliseront le flux sanguin.

La gymnastique thérapeutique comprend des exercices: des rotations lisses de la tête, un abaissement lent de la tête vers le bas vers la poitrine aussi bas que possible, en position assise, tirant le cou vers l'arrière, simulant le mouvement de la rétraction du menton. En tenant le front avec vos paumes, en faisant des efforts et en surmontant la résistance, vous devez essayer d'incliner la tête vers l'avant et vers le bas.

La douleur lancinante dans la tête du côté droit ou gauche est plus souvent causée par des dommages au système nerveux central ou au système périphérique. Accompagné d'une violation dans le travail des systèmes de douleur du corps. Les sensations douloureuses sont souvent associées à diverses maladies. Votre médecin vous aidera à déterminer la cause exacte..

Douleur lancinante dans la tête

La douleur lancinante dans la tête apparaît spontanément et est localisée en un seul endroit.

Il s'épuise avec des attaques atroces, provoque la peur d'une répétition spontanée soudaine.
L'inconfort de la douleur est appelé cranialgie lombaire..

Depuis combien de temps souffrez-vous de ce syndrome douloureux??

  • Plusieurs jours (25%, 569 votes)

Électeurs au total: 2250

Causes de la douleur lancinante dans la tête

La douleur lancinante apparaît en raison de la circulation d'une impulsion pathogène le long des liens des nerfs et de leurs récepteurs. Il est produit par des structures nerveuses situées à l'arrière de la tête dans les tissus mous et les ganglions nerveux..

Dans d'autres parties de la tête, aucune impulsion douloureuse ne se forme. Ils sont créés dans le contexte de maladies inflammatoires transférées des nerfs, avec des dommages à la peau et aux muscles du cou.

Les blessures violent la structure des axones des neurones et de leurs membranes, ce qui améliore la transmission d'une impulsion et arrête son inhibition. L'impulsion de douleur tire de façon inattendue et instantanée, se propage dans toute la zone d'innervation.

Les symptômes d'une attaque comprennent:

  • une impulsion vive qui dure de quelques secondes à 10 heures;
  • en se déplaçant avec les yeux, la douleur s'intensifie;
  • on a l'impression que quelque chose bat ou tire dans le crâne;
  • les analgésiques n'anesthésient pas, il est douloureux de toucher la zone affectée;
  • la douleur se concentre à l'arrière de la tête et du cou, trahit les tempes et les oreilles;
  • l'attaque peut être accompagnée de nausées, de fièvre jusqu'à 37,5 degrés.

Les attaques fréquentes entraînent de la nervosité et des crises de panique en prévision d'un nouveau cas. En raison de la douleur aiguë, il est difficile pour la victime de rire, de manger, de tousser, de prendre soin de son visage.

Il réagit négativement au bruit, aux sons forts. Lumbago s'accompagne d'une douleur tirante dans les bras et les jambes, d'une démarche stupéfiante. Le patient se referme sur lui-même, ne voit que ses propres sentiments.

Une vive douleur dans la tête à droite, tirant au même endroit

Un mal de tête au front avec localisation à droite apparaît en raison d'une hypothermie au niveau du tirage, avec la défaite du nerf trijumeau ou facial. Lumbago se produit lorsque la pression est appliquée du bout des doigts dans la région sourcilière.

Lumbago dans le temple droit n'est pas associé à l'hypothermie. Apparaît de jour comme de nuit, ne permet pas de dormir, des nausées et des vertiges sont possibles. La cause de l'inconfort est l'ostéochondrose, les lésions du nerf trijumeau, de l'artère temporale, de l'articulation temporo-mandibulaire.

La douleur dans la couronne apparaît nettement. Cela se produit à court terme, passe également de manière inattendue. Une attaque prolongée peut durer plusieurs heures. Il survient avec des pathologies de la colonne vertébrale, affectant le travail des terminaisons nerveuses dans la zone touchée.

Douleur lancinante dans la tête entre l'oreille et l'arrière de la tête

Le lumbago à l'arrière de la tête est dû à une posture inconfortable au repos. Il est bilatéral et unilatéral. La cause est également considérée comme l'atteinte aux fibres nerveuses par les disques intervertébraux affectés par l'ostéochondrose, ainsi que l'hypothermie et les blessures au cou. Lors des virages et des flexions, la douleur augmente. Une attaque bilatérale donne à l'oreille, aux épaules ou au cou.

La douleur dans la partie avant apparaît lorsque le nerf trijumeau est affecté. Peut-être un engourdissement de certaines parties du visage sur le site de la pathologie. Le lumbago peut être ressenti à droite ou à gauche entre l'oreille et l'arrière de la tête, accompagné de névrose et d'insomnie.

Avec des dommages aux fibres nerveuses situées près de l'oreille et du nez, la douleur perturbe l'oreille. Beaucoup attribuent à tort cette sensation à l'inflammation des ganglions lymphatiques cervicaux. L'inconfort peut donner à l'arrière de la tête.

Tous les cas de douleur lancinante doivent être diagnostiqués. Les analgésiques n'améliorent pas le bien-être. Selon les symptômes, vous devrez consulter un oto-rhino-laryngologiste, un vertébrologue, un neurologue pour exclure la névralgie, les maladies de la cavité nasale, les pathologies vasculaires et vertébrales, les tumeurs cérébrales, les kystes et les hématomes. Seul un médecin peut choisir le bon traitement.

Quel médecin dois-je contacter

Souvent, après un effort physique ou un stress mental, les gens se sentent plus mal. La nature de la douleur peut varier. Douleurs compressives, pressantes et lancinantes possibles d'un côté de la tête.

La douleur pendant l'exercice est souvent fonctionnelle. Ils peuvent survenir pour plusieurs raisons:

  • différences de température et de pression atmosphérique;
  • le stress pendant l'exercice;
  • chaleur et congestion dans la pièce;
  • la déshydratation est souvent la cause de douleurs à la tête;
  • nourriture abondante avant l'entraînement;
  • les personnes en surpoids souffrent souvent d'hypoxie pendant l'effort.

La probabilité de la maladie est plus élevée chez les personnes ayant des spécialités: programmeur, comptable, chauffeur, qui passent de nombreuses heures devant l'ordinateur ou qui sollicitent constamment les muscles des yeux et du cou.

Le rendez-vous principal doit être pris par un thérapeute. Il effectuera un examen général, mesurera la tension artérielle, rédigera des directives pour l'analyse et se référera à des spécialistes spécialisés.

Avec des sensations désagréables dans la tête et le cou, il est bon d'avoir un tensiomètre à domicile, avec lequel vous pouvez suivre les surtensions dans différentes situations. L'augmentation de la pression artérielle après l'exercice peut souvent être à l'origine de douleurs.

Le médecin oriente un oto-rhino-laryngologiste pour exclure une otite moyenne chronique, une sinusite ou une inflammation des sinus maxillaires (sinusite).

Le médecin peut donner une directive à l'optométriste pour identifier les changements dans le fond d'œil et les éventuels défauts visuels..

La plupart des causes d'inconfort dans la tête sont associées à des symptômes neurologiques, donc un neurologue s'occupe du traitement des maladies accompagnées du syndrome des maux de tête.

Quels examens sont généralement prescrits

Au rendez-vous du neurologue, un examen physique du patient est effectué: les réflexes neurologiques de base sont vérifiés, les muscles du cou sont examinés.

Le médecin rédige une référence pour des tests: test sanguin général, test sanguin biochimique, glycémie.

Une numération globulaire complète avec une augmentation de l'ESR ou une augmentation du nombre de globules blancs indique une inflammation dans le corps.

Une glycémie basse est souvent accompagnée de céphalées, d'étourdissements et de faiblesse..

Le médecin peut rédiger une référence pour des tests supplémentaires:

  1. Composition des gaz artériels - peut détecter l'hypoxie cérébrale.
  2. Test sanguin pour les hormones - détermine diverses déviations dans le travail de l'hypothalamus.

Un neurologue peut orienter une ou plusieurs méthodes de diagnostic:

  1. Imagerie par résonance magnétique (IRM) - exclut la présence de divers néoplasmes (tumeurs et kystes), anévrismes. Les images montrent clairement des défauts post-traumatiques, des déviations neurodégénératives, des changements dans les vaisseaux sanguins affectés par l'athérosclérose.
  2. La tomodensitométrie (TDM) est la méthode la plus informative pour examiner le cerveau. Il donne une idée claire des changements pathologiques du crâne et du cerveau, de la pathologie du tissu osseux, des vaisseaux sanguins et des structures cérébrales. Fournit des informations sur les effets des traumatismes crâniens. L'inconvénient de cette méthode est une dose importante de rayonnement pendant l'étude.
  3. Électroencéphalographie - donne une idée de la présence de changements pathologiques dans les vaisseaux, d'une altération de la circulation cérébrale.
  4. USDG (échographie des vaisseaux de la tête et du cou) - indique la présence de plaques athérosclérotiques dans les artères; rétrécissement et tortuosité des artères conduisant à une hypoxie cérébrale; résistance vasculaire périphérique.
  5. Rhéoencéphalographie (REG) - donne une idée du tonus et des vaisseaux sanguins. L'utilisation de REG est diagnostiquée: hypertension, athérosclérose, dystonie végétative-vasculaire.
  6. IRM de la colonne cervicale - la présence d'une ostéochondrose cervicale peut provoquer des douleurs dans la tête et le cou, aggravées par un retournement de la tête.
  7. Rhéovasographie des vaisseaux cérébraux (RVG) - montre la qualité du flux sanguin dans les vaisseaux principaux, évalue la circulation collatérale.
  8. La radiographie devient moins populaire. Seules les structures osseuses du crâne sont visibles sur l'image, les tissus mous ne sont pas visibles.

Attention! Ne paniquez pas lorsque vous nommez un examen aussi sérieux. Le médecin exclut les pathologies sévères rares et recherche les causes du processus douloureux.

Sur la base des études, si aucune lésion organique grave n'est détectée, la cause de la maladie est généralement diagnostiquée. Elle se développe à la suite de: spasmes vasculaires, hypoxie cérébrale, hypertension cérébrale, déséquilibre hormonal, dystonie végétative-vasculaire ou ostéochondrose, provoqués par un stress physique ou psycho-émotionnel.

Médicaments et pilules modernes et sûrs.

Lors de la planification d'une visite chez le médecin, le patient doit être prêt à répondre aux questions sur la fréquence du syndrome douloureux et son intensité. Cela aidera le médecin à développer les bonnes tactiques de traitement..

Groupes de médicaments efficaces dans les crises de douleur épisodiques

Les principaux médicaments pour le traitement de cette pathologie sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ils ont non seulement un effet analgésique, mais soulagent également l'inflammation, éliminent l'enflure.

Le plus souvent prescrit:

  • Ibuprofène - 400 mg par jour;
  • Kétoprofène - 100 mg / s;
  • Naproxène - 500 mg / s;
  • Méloxicam - 7,5-15 mg / s;
  • Célécoxib - 200 mg / s.

La plupart des AINS ont un effet secondaire très négatif: avec une utilisation prolongée, ils affectent négativement les organes du tractus gastro-intestinal, jusqu'au développement d'une gastrite médicamenteuse.

Médicaments Le méloxicam et le célécoxib sont des médicaments de nouvelle génération qui n'ont pas d'effet négatif sur le tube digestif. Les inconvénients de l'utilisation de ces médicaments incluent un prix relativement élevé..

Les analgésiques sont le plus souvent utilisés à la maison pour soulager une attaque. Ils ne guérissent pas la maladie, mais soulagent seulement la douleur. Les médicaments de ce groupe conviennent au soulagement des attaques épisodiques, mais leur utilisation systématique peut entraîner la survenue d'un syndrome d'abus.

Avec une crise de douleur, vous pouvez prendre du paracétamol - 100 mg, du citramon, de l'analgin - 500 mg ou du mig 200-400 mg.

Si l'examen a révélé la survenue d'une céphalée après l'exercice en raison d'une augmentation de la pression artérielle, le médecin prescrira des médicaments prescrits à un stade précoce de l'hypertension. Ceux-ci incluent: vasodilatateurs, inhibiteurs de l'ECA, diurétiques, bloqueurs des canaux calciques.

Rappelles toi! L'auto-administration de médicaments antihypertenseurs est inacceptable. L'automédication peut entraîner de graves conséquences..

Avec la tension musculaire, dans le cadre d'une thérapie complexe, des médicaments du groupe relaxant musculaire sont utilisés. Ils détendent les muscles spasmodiques de la tête et du cou, soulagent les douleurs de nature spastique et aident à rétablir le flux sanguin.

Le plus souvent prescrit:

  • Midokalm - 150-450 mg par jour;
  • Sirdalud (tizanidine) —4 mg / s;
  • Baclofène - 15 mg / s.

Dans le cadre d'une thérapie complexe, des médicaments nootropes sont souvent prescrits: Phenibut, Nootropil, Glycine. Les nootropiques ont un effet activateur sur la fonction cérébrale, augmentent sa résistance aux facteurs néfastes. Les médicaments améliorent la circulation cérébrale et éliminent les effets des traumatismes crâniens.

Les sédatifs en combinaison avec des médicaments de base entraînent une relaxation musculaire et une diminution du tonus vasculaire. La prise de tranquillisants aide à soulager la douleur, mais ce type de médicament provoque très rapidement une dépendance aux drogues avec syndrome de sevrage.

Sédatifs, qui ne créent pas de dépendance: Afobazole, Atarax; teintures alcoolisées de valériane, agripaume, racine de Maryina.

Pour les crises sévères, une combinaison de médicaments est utilisée: Sirdalud 2 mg + aspirine 500 mg ou Analgin 250 mg + sédatif.

L'utilisation de complexes complexes de vitamine B a fait ses preuves. Les vitamines B1, B6, B12 ont un effet favorable sur le système nerveux central et restaurent la structure des tissus nerveux. Des complexes de vitamines sont généralement prescrits: Neuromultivit, Milgamma, Neurovitan.

Si les crises de douleur se répètent plus de dix fois par mois, l'ibuprofène est prescrit un traitement avec une dose de 400 mg par jour pendant 2-3 semaines et un traitement avec des relaxants musculaires pendant 2-4 semaines.

Il n'existe pas de schéma unique pour soulager la douleur. Selon la raison, il est recommandé à chaque patient une sélection individuelle de médicaments.

Traitement de l'évolution chronique de la maladie

Parfois, la céphalalgie devient chronique. La douleur est tourmentée chaque jour, presque en continu, avec des degrés d'intensité variables.

Le plus souvent prescrit de l'amitriptyline 10-100 mg / s, la dose est augmentée progressivement. Le médicament soulage la douleur, mais a de nombreux effets secondaires négatifs, est addictif..

Comme alternative, des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine sont prescrits: fluoxétine, paroxétine, sertraline. La durée du traitement est d'au moins deux mois. Ces médicaments sont moins toxiques..

En plus de prescrire une pharmacothérapie, le médecin recommandera certainement un massage, un cours de physiothérapie ou d'acupuncture.

Contre-indications

Tout médicament a à la fois des indications d'utilisation et des contre-indications. Les instructions qui leur sont attachées indiquent les effets secondaires possibles qui surviennent à la suite de leur administration, ainsi que les cas dans lesquels leur administration n'est pas recommandée.

Les principales contre-indications générales, souvent notées, à l'utilisation des analgésiques:

  1. Intolérance individuelle au médicament, aux composants du médicament.
  2. Grossesse, allaitement. Cela est dû à la grande capacité des médicaments à pénétrer le placenta, à sécréter avec du lait, ce qui affecte négativement la vie du fœtus ou du nouveau-né. Dans les cas extrêmes, lorsqu'il est impossible d'une autre manière de se débarrasser d'une douleur prolongée, il est possible d'utiliser le paracétamol.
  3. Ulcère, érosion du système digestif.
  4. Hépatite.
  5. Manifestations dermatologiques.
  6. Maladies du système cardiovasculaire.
  7. L'asthme bronchique.
  8. Hématopoïèse.
  9. Allergie.
  10. Violation du foie, des reins. L'utilisation de médicaments n'est recommandée que sous la surveillance directe d'un médecin..
  11. Enfance.

L'acide acétylsalicylique n'est pas utilisé avant l'âge de 14 ans en raison du danger de développer le syndrome de Reye. Il s'agit d'une forme d'insuffisance hépatique aiguë que l'on retrouve exclusivement en pédiatrie..

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont une longue liste de contre-indications à leur utilisation, en particulier pour les maladies inflammatoires du tractus gastro-intestinal. L'exception est le paracétamol. Il agit avec parcimonie sur le corps sans bloquer le processus de synthèse des prostaglandines dans les tissus périphériques.

Les analgésiques fréquents sont contre-indiqués pour toutes les catégories de personnes.

Lisez À Propos De Vertiges