Principal Tumeur

Infarctus cérébral

Un infarctus cérébral est un syndrome clinique qui se traduit par une violation aiguë des fonctions cérébrales locales. Elle dure plus de 24 heures ou entraîne la mort d'une personne pendant cette période. Une perturbation circulatoire aiguë pendant l'infarctus cérébral se produit en raison du blocage de ses artères, ce qui provoque la mort des neurones dans la zone qui se nourrit de ces artères.

Un infarctus cérébral est également appelé AVC ischémique. Ce problème est très urgent dans le monde moderne, car en raison de l'infarctus cérébral, un grand nombre de personnes meurent chaque année. La mortalité dans les AVC ischémiques est de 25%, 20% des patients décèdent au cours de l'année et 25% des survivants restent invalides..

Symptômes d'un infarctus cérébral

Les symptômes d'un infarctus cérébral dépendent de l'emplacement de la lésion..

Néanmoins, il est possible de mettre en évidence les symptômes généraux de ce processus pathologique, parmi lesquels:

Perte de conscience, parfois un coma peut se développer;

Troubles du fonctionnement des organes pelviens;

Douleur dans les globes oculaires;

Nausées et vomissements au milieu de maux de tête sévères;

Convulsions (pas toujours présentes).

Si le foyer de l'infarctus cérébral est localisé dans l'hémisphère droit, le tableau clinique suivant est caractéristique:

Immobilité complète (hémiparésie) ou diminution significative de la force (hémiplégie) des membres gauches;

La sensibilité disparaît ou diminue fortement dans la moitié gauche du corps et du visage;

Des troubles de la parole seront observés chez les gauchers. Chez les droitiers, les troubles de la parole se développent exclusivement avec des dommages à l'hémisphère gauche. Le patient ne peut pas reproduire les mots, mais les gestes conscients et les expressions faciales sont préservés;

Le visage devient asymétrique: le coin gauche de la bouche descend, le pli nasolabial est lissé.

Selon la moitié du cerveau endommagée, des symptômes d'infarctus cérébral seront observés du côté opposé. Autrement dit, si la lésion est située dans l'hémisphère gauche, la moitié droite du corps souffrira.

Si l'infarctus cérébral se développe dans la piscine vasculaire vertébrobasilaire, les symptômes du patient sont les suivants:

Étourdissements, qui augmentent lorsque la tête est rejetée en arrière;

La coordination souffre, des perturbations statiques sont observées;

Il y a des irrégularités dans le mouvement des globes oculaires, la vision se détériore;

Une personne prononce des lettres individuelles avec difficulté;

Il y a des problèmes à avaler de la nourriture;

Le discours se calme, l'enrouement apparaît dans la voix;

La paralysie, la parésie, la violation de la sensibilité des extrémités seront observées du côté opposé à la lésion.

Il convient de considérer séparément les symptômes d'un infarctus cérébral, en fonction de l'artère cérébrale particulière endommagée:

Artère cérébrale antérieure - paralysie incomplète des jambes, apparition de réflexes de préhension, altération des mouvements oculaires, aphasie motrice;

Artère cérébrale moyenne - paralysie incomplète et sensibilité bouleversée des mains, ainsi que la moitié inférieure du visage, aphasie sensorielle et motrice, fixation latérale de la tête;

L'artère cérébrale postérieure est une perturbation visuelle, le patient comprend le discours d'une autre personne, il peut parler, mais il oublie la plupart des mots.

Dans les cas graves, une dépression de la conscience se produit et une personne tombe dans le coma, ce qui peut se produire avec des dommages à n'importe quelle partie du cerveau.

Causes d'un infarctus cérébral

Les causes suivantes d'infarctus cérébral sont distinguées:

Athérosclérose. Il se développe chez les hommes plus tôt que chez les femmes, car à un jeune âge, les vaisseaux féminins des lésions athérosclérotiques sont protégés par les hormones sexuelles. Les artères coronaires sont d'abord affectées, puis les artères carotides, puis le système d'approvisionnement en sang cérébral;

Hypertension. Hypertension légère (pression jusqu'à 150/100 mm RT. Art.), Qui est la plus dangereuse, renforce l'athérosclérose et perturbe la réaction adaptative des artères;

Maladies cardiaques. Ainsi, les personnes qui ont subi un infarctus du myocarde ont des risques élevés de développer un infarctus cérébral. Chez 8% des patients après un infarctus du myocarde, un AVC ischémique se développera au cours du premier mois et chez 25% des patients dans les six mois. Le danger est également une maladie coronarienne, une insuffisance cardiaque;

Viscosité sanguine élevée;

Fibrillation auriculaire auriculaire. Ils sont la raison pour laquelle des caillots sanguins se forment dans l'oreille auriculaire gauche, qui sont ensuite transférés au cerveau;

Anomalies du système endocrinien, principalement le diabète sucré;

Maladies vasculaires (pathologies de leur développement, maladie de Takayasu, anémie, leucémie, tumeurs malignes).

De plus, n'oubliez pas les facteurs de risque qui augmentent la probabilité d'infarctus cérébral, parmi eux:

Âge (tous les dix ans de la vie augmente le risque de développer une crise cardiaque de 5 à 8 fois);

Le tabagisme (si cette mauvaise habitude est complétée par la prise de contraceptifs oraux, le tabagisme devient alors un facteur de risque majeur de développement de l'infarctus cérébral);

Stress aigu ou stress psycho-émotionnel prolongé.

Les conséquences de l'infarctus cérébral

Les conséquences d'une crise cardiaque peuvent être très graves et constituent souvent une menace directe pour la vie d'une personne, parmi lesquelles il y a:

Œdème cérébral. C'est cette complication qui se développe plus souvent que les autres et qui est la cause la plus fréquente de décès d'un patient dans la première semaine après un AVC ischémique;

La pneumonie congestive est le résultat d'une longue position horizontale du patient. Il se développe le plus souvent 3 à 4 semaines après un infarctus cérébral;

Embolie pulmonaire;

Escarres dues à un long allongement immobile du patient dans son lit.

En plus des conséquences énumérées de l'infarctus cérébral, qui se développent aux premiers stades, on peut distinguer des complications à distance, parmi lesquelles:

Violation de la fonction motrice des membres;

Diminution de la sensibilité dans les bras, les jambes et le visage;

Problèmes d'élocution;

Déficience mentale;

Difficulté à avaler de la nourriture;

Manque de coordination lors de la marche, pendant les virages;

Crises d'épilepsie (jusqu'à 10% des personnes ayant subi un infarctus cérébral sont touchées);

Dysfonctionnements des organes pelviens (la vessie, les reins, les intestins, les organes reproducteurs en souffrent).

Quelle est la différence entre l'infarctus cérébral et l'AVC??

Avec un infarctus cérébral, il y a une violation de son approvisionnement en sang, à la suite de quoi les tissus de la zone affectée commencent à mourir. Un flux sanguin insuffisant vers le cerveau est dû à des plaques athérosclérotiques qui entravent son flux normal, en raison de troubles du rythme cardiaque ou de problèmes avec le système de coagulation sanguine.

Avec un accident vasculaire cérébral hémorragique, au contraire, le flux sanguin vers celui-ci augmente, en raison de la rupture de l'artère. La cause est une pathologie vasculaire ou une crise hypertensive..

Il existe des différences au cours de la maladie. Ainsi, un infarctus cérébral se développe progressivement, sur plusieurs heures voire plusieurs jours, et un AVC hémorragique se produit presque instantanément.

Traitement de l'infarctus cérébral

Le traitement de l'infarctus cérébral est principalement basé sur une thérapie thrombolytique. Il est important que le patient entre dans le service neurologique dans les trois premières heures suivant le début de l'attaque. Il est nécessaire de transporter le patient en position élevée. La tête doit être à 30 ° C au-dessus du corps. Si le patient reçoit un thrombolytique au moment indiqué, le médicament commencera à dissoudre très rapidement le thrombus existant, qui est le plus souvent la cause d'une violation de l'apport sanguin au cerveau. L'effet peut souvent être vu presque instantanément, dans les premières secondes du médicament.

Si la thérapie thrombolytique n'est pas effectuée dans les trois premières heures suivant le début de l'infarctus cérébral, cela n'a pas de sens. Des changements se produiront dans le cerveau dont la nature est irréversible.

Il convient de garder à l'esprit que la thrombolyse n'est réalisée que lorsque le médecin s'assure que le patient a un infarctus cérébral et non un accident vasculaire cérébral hémorragique. Dans ce dernier cas, une telle thérapie sera fatale..

S'il n'y a pas de possibilité d'introduire un thrombolytique, les mesures suivantes sont alors indiquées:

Baisse de la pression artérielle;

Réception d'agents antiplaquettaires (aspirine) ou d'anticoagulants (Kleksan, fraksiparine, héparine);

Prescription de médicaments visant à améliorer l'apport sanguin cérébral (Trental, Piracetam, Cavinton).

De plus, les patients se voient prescrire des vitamines B, suivent un traitement de réadaptation et participent à la prévention des escarres. L'automédication est inacceptable, dès les premiers signes d'un infarctus cérébral, une ambulance doit être appelée. Il convient de rappeler qu'à la maison, il est impossible de distinguer l'infarctus cérébral de l'AVC hémorragique.

Le traitement chirurgical de l'infarctus cérébral est la décompression chirurgicale, visant à réduire la pression intracrânienne. Cette méthode vous permet de réduire le pourcentage de mortalité dans l'infarctus cérébral de 80 à 30%.

Un élément important du schéma thérapeutique général pour l'infarctus cérébral est une thérapie de récupération compétente, appelée "neuroréhabilitation".

Vous devez le démarrer dès les premiers jours de la maladie:

Les troubles du mouvement sont corrigés à l'aide de méthodes de physiothérapie, de massage et de physiothérapie. À l'heure actuelle, il existe des simulateurs spéciaux qui aident les gens à se remettre d'un infarctus cérébral;

Les troubles de la parole sont corrigés lors de leçons individuelles avec un orthophoniste;

Les violations de la fonction de déglutition sont nivelées par des dispositifs spéciaux qui stimulent le travail du larynx et des muscles pharyngés;

Les cours sur une plateforme stable aident à faire face aux problèmes de coordination;

L'assistance psychologique aux patients n'est pas moins importante. Le psychothérapeute aide à faire face aux problèmes émotionnels;

À vie, une personne se voit prescrire des statines et des médicaments à base d'aspirine;

Pour améliorer la fonction cérébrale, des médicaments tels que Cavinton, Tanakan, Bilobil, etc., peuvent être recommandés..

Il est important que le patient lui-même surveille constamment le niveau de pression artérielle, de sucre dans le sang et de cholestérol, ainsi que renonce aux mauvaises habitudes et mène une vie saine avec la présence obligatoire d'efforts physiques modérés..

Auteur de l'article: Volkov Dmitry Sergeevich | cm. chirurgien, phlébologue

Éducation: Université médicale et dentaire d'État de Moscou (1996). En 2003, il a reçu un diplôme du Centre médical éducatif et scientifique pour la gestion du président de la Fédération de Russie.

Infarctus cérébral - causes, premiers symptômes, diagnostic et méthodes de traitement

Une violation de l'apport sanguin cérébral de nature hémorragique ou ischémique, qui entraîne un changement nécrotique focal ou étendu dans le tissu cérébral, est appelée crise cardiaque, accident vasculaire cérébral ou accident vasculaire cérébral apoplexique. En règle générale, la pathologie se manifeste par une faiblesse soudaine des membres, des étourdissements, une asymétrie faciale, une altération de la conscience, de la parole et de la vision. Diagnostiquer un accident vasculaire cérébral sur la base d'un examen, des résultats d'études cliniques.

Qu'est-ce qu'un infarctus cérébral?

Ce terme fait référence à une catastrophe vasculaire aiguë, se développant à la suite de pathologies chroniques ou d'anomalies des vaisseaux cérébraux. Selon le mécanisme de développement, deux types principaux sont distingués: hémorragique et ischémique.

Dans le premier cas, l'insuffisance vasculaire est causée par la rupture du vaisseau, et dans le second cas, une violation de la perméabilité des artères cérébrales. L'infarctus cérébral ischémique représente environ 80% de tous les cas de pathologie; il est observé, en règle générale, chez les patients de plus de 50 ans. La forme hémorragique du trouble est caractéristique des personnes âgées de 30 à 40 ans.

Un infarctus cérébral étendu provoque des changements nécrotiques dans de grandes zones de tissu en raison de la perturbation de l'approvisionnement trophique et en oxygène. En règle générale, la pathologie se produit en raison de l'arrêt du flux sanguin dans l'une des artères carotides internes. Selon la localisation de la lésion, une crise cardiaque peut avoir différentes conséquences. Avec ce type d'accident vasculaire cérébral, le pronostic est mauvais.

Classification

Selon l'étiologie et la localisation, les formes suivantes sont distinguées:

  1. Atérothrombotique. La principale cause de cette lésion est l'athérosclérose. L'infarctus cérébral atérothrombotique survient plus souvent que les autres (environ 70% de tous les cas de pathologie), affecte principalement les femmes âgées.
  2. Cardioembolique Infarctus cérébral causé par une thrombose de l'artère cérébrale. Cette forme d'accident vasculaire cérébral se développe sur le fond de lésions cardiaques, accompagnée de thrombus pariétaux.
  3. Hémodynamique. Il se développe en raison d'une forte diminution de la pression artérielle. Une crise de crise cardiaque hémodynamique peut se développer de façon spectaculaire, dans le contexte du bien-être d'une personne.
  4. Lacunar. Il représente environ 20% de tous les cas de pathologie. Elle se caractérise par le développement d'un petit foyer nécrotique (jusqu'à 2 cm) dans les tissus profonds des hémisphères cérébraux ou dans la section de la tige. La cause de cette lésion est l'obstruction des petites artères cérébrales. Souvent au site de la nécrose, un kyste se forme avec un liquide qui n'altère pas le fonctionnement du cerveau.
  5. Hémorhéologique. Cette forme de crise cardiaque est la conséquence d'un dysfonctionnement du système de coagulation sanguine. Souvent, elle affecte plusieurs artères à la fois, provoquant un foyer étendu de nécrose. Nécessite une thérapie complexe immédiate avec des thrombolytiques et des anticoagulants.

Étapes

La gravité de la lésion et les manifestations cliniques dépendent du diamètre du vaisseau obstrué ou rompu, de son emplacement. Le processus pathologique conditionnel est divisé en plusieurs étapes:

  1. Fermeture complète de la lumière du vaisseau par un thrombus, une plaque athérosclérotique ou une rupture d'une artère.
  2. Trophée cérébrovasculaire.
  3. Destruction et ramollissement de la structure des neurones (cellules nerveuses fonctionnelles), leur mort.
  4. La formation d'une zone de nécrose, c'est-à-dire changements irréversibles dans la structure du tissu cérébral, ce qui entraîne une violation des fonctions motrices et cognitives.

Les symptômes d'un accident vasculaire cérébral commencent à apparaître immédiatement après la première étape du processus pathologique. Avec des soins médicaux en temps opportun (hospitalisation, prise d'anticoagulants, etc.), qui rétabliront l'approvisionnement en sang des tissus et des cellules, aucun développement de la pathologie ne se produira, les complications et les conséquences d'un accident vasculaire cérébral d'apoplexie seront minimes.

Les raisons

Les principales causes d'infarctus cérébral sont les lésions vasculaires athérosclérotiques et l'hypertension artérielle. Le stress, le stress nerveux, l'augmentation du cholestérol, etc. peuvent provoquer un accident vasculaire cérébral. L'infarctus cérébral ischémique ou hémorragique, en règle générale, ne se produit pas soudainement, mais se développe en quelques mois ou quelques années..

Les dommages aux vaisseaux cérébraux sont souvent la conséquence d'une altération du fonctionnement de plusieurs organes et systèmes. Les principales causes de développement sont les suivantes:

  • changements athérosclérotiques;
  • thrombose veineuse;
  • hypotension systématique;
  • encéphalopathie sous-corticale chronique;
  • obésité;
  • Diabète;
  • mauvaises habitudes (tabagisme, abus d'alcool);
  • utilisation à long terme de contraceptifs hormonaux;
  • prédisposition héréditaire;
  • pathologies congénitales et acquises des valves cardiaques;
  • maladie de l'artère coronaire;
  • lésion du tissu pulmonaire;
  • rhumatisme;
  • le lupus érythémateux disséminé;
  • polyarthrite rhumatoïde;
  • hyperthyroïdie;
  • troubles de la coagulation;
  • maladie surrénalienne;
  • Maladie de Moya Moya.

Symptômes d'ischémie cérébrale

Le tableau clinique de la pathologie dépend de l'étiologie, de la localisation et du volume des changements nécrotiques dans le tissu cérébral. Les symptômes courants comprennent:

  • la faiblesse;
  • perte de conscience;
  • engourdissement de la moitié affectée du corps;
  • la nausée
  • vomissement
  • perte de sensation dans les membres;
  • troubles de la parole, de l'ouïe;
  • mal de crâne;
  • violation de l'orientation dans le temps et l'espace;
  • somnolence;
  • vertiges.

Effets

Tout type d'infarctus cérébral peut provoquer un certain nombre d'effets indésirables qui réduisent le niveau de vie du patient ou conduisent à une invalidité. Ceux-ci inclus:

  • paralysie partielle ou complète;
  • démence, troubles cognitifs;
  • difficulté à avaler;
  • déficience visuelle ou cécité complète;
  • le développement des crises d'épilepsie, des crises;
  • dysfonctionnement des organes pelviens;
  • incontinence urinaire.

Diagnostique

Pour prescrire un traitement efficace, le médecin doit évaluer le degré de lésion cérébrale, sa nature et l'emplacement du foyer nécrotique. Si vous soupçonnez un infarctus cérébral, les études instrumentales et de laboratoire suivantes sont prescrites:

  • Imagerie par résonance magnétique (IRM), tomodensitométrie (TDM). L'étude permet de déterminer avec précision la présence d'une lésion, sa localisation, sa taille.
  • Dopplerographie des artères carotides. Grâce à cette étude, la perméabilité des artères carotides est évaluée, la présence de caillots sanguins est détectée..
  • Analyse de la composition biochimique du sang. Montre l'état général du corps (foie, rein, etc.).
  • Analyse du liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien). Aide à déterminer le stade d'une crise cardiaque, la nature et la cause probable.
  • Coagulogramme. Il est effectué pour détecter des troubles dans le système de coagulation sanguine..
  • Angiographie cérébrale. Détecte la présence de spasmes, de thrombus des artères cérébrales, leur localisation, leur nature.

Premiers secours

Les premiers soins à la victime sont importants en cas d'infarctus cérébral. Avec les mesures appropriées et opportunes, vous pouvez réduire considérablement le risque de décès et de complications dangereuses. Il existe les recommandations suivantes pour les premiers soins en cas de crise cardiaque:

  1. Allongez la victime sur le dos, mettez quelque chose sous les épaules et la tête. Détachez les vêtements du corps, détachez les boutons et les ceintures.
  2. En l'absence de conscience, pouls, respiration, commencez immédiatement la réanimation..
  3. Fournir de l'air frais.
  4. Faire une compresse froide sur la tête.
  5. Tournez la tête de la victime sur le côté pour éviter l'aspiration par le vomi ou la salive.
  6. Appeler immédiatement une ambulance, indiquant la présence de symptômes caractéristiques de l'infarctus cérébral. Dans certains cas (en présence d'une voiture personnelle, à proximité d'un établissement médical), il est recommandé d'hospitaliser le patient dans un hôpital.
  7. Ne donnez pas de médicaments au patient vous-même, car cela peut aggraver son état.

Prévoir

En raison de la mort rapide des cellules cérébrales fonctionnelles, des troubles neurologiques se développent. Selon le type de crise cardiaque, le volume du foyer nécrotique, la lésion peut avoir les résultats suivants:

  1. Favorable. Dans ce cas, la conscience de la victime est restaurée après une courte période de temps (1-2 heures), les fonctions motrices et cognitives ne sont pas altérées.
  2. Intermittent. Avec un diagnostic rapide, l'accouchement à l'hôpital et le traitement et la réadaptation initiés, presque toutes les fonctions perturbées sont sujettes à restauration. Dans ce cas, des rechutes d'AVC se produisent souvent, des pathologies secondaires des systèmes respiratoire et cardiovasculaire se rejoignent. Pour maintenir la santé du patient, une surveillance médicale, un apport régulier d'agents antiplaquettaires, de médicaments antipyrétiques, de diurétiques, une normalisation et un contrôle de la pression artérielle sont nécessaires.
  3. Progressive. Les tissus fonctionnels et les cellules cérébrales modifiés ne peuvent pas être restaurés; toutes les mesures de traitement visent à empêcher le patient de se détériorer.

La probabilité de décès dans les premières semaines après la lésion, selon les statistiques, est d'environ 20% pour les pathologies de type ischémique et d'environ 55% pour les hémorragies. Les principales causes de décès dans ce cas sont les complications (insuffisance cardiaque, thromboembolie, infarctus du myocarde). L'âge du patient et la présence de maladies chroniques sont importants dans ce cas..

La prévention

Afin d'éviter l'infarctus cérébral, il est nécessaire de mener un mode de vie sain, de subir régulièrement des examens médicaux et de traiter en temps opportun les maladies chroniques. Pour empêcher le développement d'une pathologie aussi dangereuse, il existe un certain nombre de recommandations:

  1. Si vos parents de sang souffrent de crises cardiaques, passez un examen complet et commencez un traitement préventif avec des médicaments.
  2. Abandonnez les mauvaises habitudes (tabagisme, alcool).
  3. Éviter le stress.
  4. Observer l'activité motrice.
  5. Limitez le sel, les aliments gras, les viandes fumées, les saucisses.
  6. Réduire le café.
  7. Si vous êtes sujet à l'hypertension, surveillez votre tension artérielle.

Vidéo

Trouvé une erreur dans le texte?
Sélectionnez-le, appuyez sur Ctrl + Entrée et nous le corrigerons!

Infarctus cérébral

L'infarctus cérébral (I63 selon la classification CIM-10) est une affection pathologique grave caractérisée par une nécrose (nécrose) des tissus cérébraux. Elle survient à la suite d'un accident vasculaire cérébral ischémique - une violation de l'apport sanguin dans les artères cérébrales, ce qui conduit à une privation d'oxygène du cerveau, provoque des dommages aux tissus d'une certaine partie du cerveau et une violation de leurs fonctions. Pour cette raison, l'AVC ischémique lui-même est parfois appelé infarctus cérébral. Cette maladie est l'une des principales causes de décès..

Avec des dommages à l'artère cérébrale antérieure, des réflexes de préhension involontaires, une parésie des jambes, des troubles des mouvements oculaires, une aphasie motrice sont observés.

Pourquoi un infarctus cérébral se développe-t-il, de quoi s'agit-il et en quoi diffère-t-il d'un AVC?

Les raisons

Qu'est-ce qui cause un infarctus cérébral? La cause immédiate est une ischémie aiguë, c'est-à-dire un apport sanguin insuffisant au cerveau. Elle peut être causée par un blocage, des spasmes, une compression des artères fournissant le sang au cerveau. L'embolie, les caillots sanguins peuvent obstruer les vaisseaux, moins souvent - des bulles d'air ou des gouttes de graisse. Parfois, une violation de l'apport sanguin au cerveau se produit en raison d'une insuffisance cardiovasculaire, entraînant une ischémie et une hypoxie du cerveau. La cause la plus fréquente d'AVC ischémique est considérée comme une thrombose avec artériosclérose cérébrale ou à la suite d'une embolie cardiogénique..

Indépendamment de ce qui est devenu le déclencheur de l'ischémie, le processus pathologique se développe de façon identique: une altération du flux sanguin entraîne une altération de la synthèse des protéines et une dégradation du glucose dans les cellules nerveuses. Le trophée du cerveau est brisé, la famine en oxygène se produit. Dans la zone du cerveau où l'oxygène a cessé de circuler, le processus de mort cellulaire commence, c'est-à-dire que la nécrose se développe. Cependant, si l'approvisionnement en sang de la zone affectée est rapidement rétabli, les cellules nerveuses sont restaurées. Sinon, un infarctus cérébral étendu se produit..

En raison de la faim énergétique, les cellules nerveuses ne peuvent pas maintenir leur taux métabolique et subissent une nécrose. Un œdème cérébral se développe. En raison d'un œdème, le cerveau à l'intérieur du crâne est comprimé, ses structures sont déplacées, il est possible de presser le cervelet, de caler la moelle oblongue dans le foramen occipital. C'est souvent fatal.

En cas de perturbation de la circulation sanguine dans l'artère cérébrale moyenne - parésie et trouble de sensibilité des membres supérieurs et de la moitié inférieure du visage, aphasie sensorielle et motrice, inclinaison de la tête.

Les principaux facteurs de risque contribuant au développement de l'infarctus cérébral:

En plus de ces maladies, il existe des facteurs de risque associés au mode de vie, aux caractéristiques individuelles et aux mauvaises habitudes:

  • l'abus d'alcool;
  • fumer longtemps;
  • surpoids;
  • mode de vie sédentaire;
  • prédisposition héréditaire;
  • âge avancé;
  • Troubles métaboliques;
  • infections aiguës ou chroniques.

Classification

En fonction des caractéristiques pathogénétiques, les types d'infarctus cérébral suivants sont distingués:

  • thromboembolique - une crise cardiaque causée par une thrombose des artères cérébrales, c'est-à-dire est associée à l'occlusion du vaisseau intracrânien avec une masse thrombotique ou une formation athérosclérotique;
  • rhéologique - causée par des changements dans le système de coagulation du sang. Le blocage vasculaire avec des caillots sanguins dans ce cas est dû à une augmentation de la viscosité et à une augmentation de la coagulation sanguine due à la polycythémie ou à l'érythrocytose;
  • lacunaire - se forme lors du blocage de petites artères intracrâniennes, se produit généralement à la suite d'une hypertension artérielle. Le développement de petits foyers d'une crise cardiaque est caractéristique.

L'infarctus thromboembolique comprend l'athérothrombotique et le cardioembolique. Dans l'infarctus athérothrombotique, la thrombose ou l'embolie d'un vaisseau artériel provient de foyers d'athérosclérose des artères intracérébrales. L'infarctus cérébral cardioembolique se développe à la suite d'une embolie cardiocérébrale dans les maladies cardiaques. Dans ce cas, les emboles formées dans les cavités du cœur sont introduites dans le système artériel du cerveau avec une circulation sanguine.

En cas de perturbation circulatoire dans l'artère cérébrale postérieure, des troubles visuels se produisent, des problèmes de compréhension de la parole et de la mémoire.

Le type thromboembolique comprend également l'infarctus cérébral hémodynamique, qui se produit lorsqu'une forte baisse de la pression artérielle dans un contexte de sténose sévère des vaisseaux du cerveau ou du cou.

Symptômes d'un infarctus cérébral

Les symptômes de l'infarctus cérébral dépendent de la localisation de la lésion. La maladie peut avoir une évolution aiguë ou subaiguë, généralement de caractère progressif (moins souvent ondulé). Dans la plupart des cas, tout se passe en quelques minutes, moins souvent - des heures ou des jours.

Les premiers signes observés en violation aiguë de la circulation cérébrale de toute localisation:

  • mal de crâne;
  • confusion de conscience;
  • étourdissements, qui augmentent lorsque la tête est rejetée en arrière;
  • vision double, vision floue;
  • douleur dans les globes oculaires;
  • bouche sèche
  • manque de coordination, démarche tremblante;
  • troubles de l'élocution.

Les symptômes suivants se produisent sur un côté du corps, le côté opposé de l'hémisphère affecté, c'est-à-dire que si la lésion est située dans l'hémisphère droit, les symptômes apparaîtront sur la moitié gauche du corps:

  • paralysie complète, parésie (hémiparésie) ou diminution significative de la force (hémiplégie) des membres d'une part;
  • une forte diminution de la sensibilité dans la moitié du corps et du visage;
  • asymétrie faciale: un coin de la bouche descend, le pli nasolabial est lissé.

Parfois, par les manifestations d'une crise cardiaque, il est possible de déterminer quelle artère cérébrale a été affectée. En cas de lésion de l'artère cérébrale antérieure, des réflexes de préhension involontaires, une parésie des jambes, une altération des mouvements oculaires, une aphasie motrice sont observés. En cas de perturbation de la circulation sanguine dans l'artère cérébrale moyenne, de parésie et de trouble de sensibilité des membres supérieurs et de la moitié inférieure du visage, aphasie sensorielle et motrice, inclinaison de la tête. En cas de perturbation circulatoire dans l'artère cérébrale postérieure, des troubles visuels se produisent, des problèmes de compréhension de la parole et de la mémoire. En cas d'irrégularités dans le bassin vertébro-basilaire, la vision du patient se détériore, il y a des problèmes pour avaler de la nourriture, prononcer des lettres individuelles. La parole devient calme et rauque, une parésie ou paralysie est observée, une sensibilité des membres altérée.

Si l'approvisionnement en sang de la zone affectée est rapidement rétabli, les cellules nerveuses sont restaurées. Sinon, un infarctus cérébral étendu se produit..

Diagnostique

Le diagnostic doit être posé dès que possible. Diagnostics instrumentaux utilisés. La tomodensitométrie est une méthode précise et efficace, car elle permet dans la plupart des cas de distinguer l'hémorragie d'une crise cardiaque. L'imagerie par résonance magnétique est également utilisée, mais la différence dans les méthodes est que l'IRM n'est pas utilisée pour le diagnostic d'urgence. Le balayage duplex et la dopplerographie sont utilisés pour étudier l'état des vaisseaux sanguins..

À partir des méthodes de diagnostic en laboratoire, un rôle important est accordé à l'étude du liquide céphalorachidien prélevé par ponction lombaire. La plupart des patients atteints d'hémorragie intracérébrale dans le liquide céphalorachidien présentent du sang.

Traitement

Le traitement d'une crise cardiaque doit être commencé le plus tôt possible, il est hautement souhaitable que cela se produise au plus tard trois heures après la manifestation. Les premiers soins dispensés en temps opportun réduisent considérablement le risque de complications et le développement ultérieur de la maladie, minimisent les effets de l'infarctus cérébral.

Première aide médicale:

  • tourner le patient sur son côté droit et lever la tête au-dessus du niveau du corps de 30 degrés;
  • détacher les vêtements serrés;
  • mesurer la pression;
  • utiliser un médicament qui normalise la pression que le patient utilise habituellement;
  • placer un plateau sous la mâchoire inférieure en cas de vomissement.

Cependant, la première étape devrait être d'appeler une ambulance.

À l'hôpital, des médicaments sont utilisés pour réduire la coagulation sanguine, pour prévenir ou réduire l'œdème cérébral. Les mesures thérapeutiques visent à stabiliser la pression artérielle, la respiration, le pouls, la restauration et le maintien des fonctions vitales.

La cause immédiate est une ischémie aiguë, c'est-à-dire un apport sanguin insuffisant au cerveau. Elle peut être causée par un blocage, des spasmes, une compression des artères fournissant le sang au cerveau..

À l'avenir, une intervention chirurgicale peut être utilisée pour traiter une crise cardiaque. Avec l'aide de l'opération, il est possible d'éliminer les facteurs qui ont conduit au colmatage des vaisseaux, ce qui réduit le risque de ré-infarctus de 70%. Le traitement chirurgical peut également être utilisé pour augmenter la perfusion sanguine, réduire la pression intracrânienne et maintenir le flux sanguin cérébral..

La réhabilitation du patient est d'une grande importance - la restauration de la parole, l'activité motrice, le retour du tonus musculaire. La réadaptation psychologique et l'adaptation du patient sont également importantes..

Quel est le danger d'infarctus cérébral? Les conséquences de l'infarctus cérébral en l'absence de soins médicaux en temps opportun peuvent être très graves, y compris la mort. Cette maladie occupe la deuxième place dans la structure de la mortalité après un infarctus du myocarde et appartient à la catégorie des maladies nécessitant des mesures de réadaptation à long terme..

Vidéo

Nous vous proposons de regarder une vidéo sur le sujet de l'article.

Infarctus cérébral: causes, symptômes, traitement et guérison d'une maladie

En médecine moderne, les maladies associées au cerveau ne sont pas les dernières places. Chaque année, ces pathologies deviennent plus jeunes et se développent de manière plus intensive.

Connaissant les premiers symptômes de la maladie, des conséquences graves peuvent être évitées en temps opportun. Il est recommandé de consulter immédiatement un spécialiste lors des premières manifestations de la pathologie et de ne pas pratiquer d'auto-traitement.

Infarctus cérébral - qu'est-ce que c'est?

Un infarctus cérébral ou un AVC ischémique est une pathologie grave et complexe qui nécessite un traitement de qualité. Cette maladie se développe en raison d'une violation ou d'une diminution de la circulation cérébrale, qui peut être déclenchée par divers facteurs et conditions..

Avec un infarctus cérébral, une condition peut se produire lorsque le sang cesse de couler vers une partie particulière de l'organe.

Cette condition est considérée comme la plus dangereuse pour le patient, et s'il y a une violation abondante et des dommages aux zones, cela provoque une violation de la fonctionnalité du cerveau, ce qui est presque impossible à revenir à la normale.

Avec un AVC ischémique, un changement irréversible dans le tissu cérébral est noté, qui se produit de manière assez intense. Si le patient n'a pas suffisamment de flux sanguin pendant plusieurs minutes, certaines sections du cortex cérébral sont définitivement éteintes.

Par conséquent, ces conséquences sont considérées comme les plus dangereuses, irréversibles et entraînant certaines conséquences graves..

Types de crise cardiaque

Afin de prescrire un traitement efficace et de haute qualité, il est nécessaire d'établir exactement quel type d'infarctus cérébral progresse chez le patient. Dans une telle situation, un diagnostic approfondi est nécessaire, qui est effectué exclusivement par des spécialistes. Plus tôt, nous avons écrit ici sur les symptômes de l'AVC et de la crise cardiaque.

Lacunar

L'infarctus lacunaire est l'une des variétés d'AVC ischémique. Cette pathologie est représentée par de petites quantités de lésions cérébrales qui se produisent en raison d'une violation de la circulation sanguine locale et des échanges gazeux.

Quant aux causes d'occurrence, elles sont diverses et ne sont pas encore totalement établies. Une cause fréquente de cette maladie est un blocage des vaisseaux sanguins, qui s'est produit en raison de la déformation de leurs parois et de la pénétration d'emboles..

L'infarctus lacunaire peut se développer dans n'importe quel groupe d'âge, mais les patients âgés sont plus susceptibles. Dans la plupart des cas, il est diagnostiqué dans la moitié masculine de la population.

Facteurs de risque importants pour le développement de la pathologie:

  1. Hypertension.
  2. Diabète.
  3. L'insuffisance rénale chronique.
  4. État post-infarctus et complications.
  5. Maladie cardiaque et pathologie dans la circulation sanguine.
  6. Rhumatisme.
  7. Arythmie cardiaque.
  8. Maladies du sang.

Quant aux symptômes de l'infarctus lacunaire, ils peuvent se manifester de différentes manières, mais dans la plupart des situations pendant une courte période. Tout dépendra de l'emplacement de la lésion..

Hémorragique

L'infarctus cérébral hémorragique est un trouble représenté par la rupture des vaisseaux cérébraux, qui provoque une hémorragie dans le tissu cérébral. Si le patient ne reçoit pas d'aide en temps opportun, cela peut entraîner la mort. En savoir plus sur le traitement et les conséquences d'une hémorragie cérébrale..

L'AVC hémorragique peut avoir un emplacement différent:

Cette pathologie n'est que de deux types - primaire et secondaire. Quant aux causes, l'AVC hémorragique dans la plupart des cas se produit en raison de l'hypertension.

Il existe également d'autres raisons qui provoquent une pathologie:

  • Diabète;
  • maladies de la moelle épinière;
  • maladies et troubles cardiaques.

Symptômes d'un AVC hémorragique:

  • nausées et vomissements, qui surviennent sans aucune raison;
  • engourdissement des membres supérieurs et inférieurs;
  • maux de tête, qui est systématique;
  • violation de la sensibilité cutanée;
  • vertiges;
  • la faiblesse;
  • le pouls est rompu.

Ischémique

L'AVC cérébral ischémique est une pathologie grave qui n'est pas très courante. Il y a une ischémie de cet organe due au fait que le flux sanguin est bloqué par un thrombus ou une embole. Elle peut également être déclenchée par un processus athérosclérotique..

Les maladies chroniques des systèmes cardiaque et vasculaire sont également capables de provoquer cette pathologie:

  1. Malformations cardiaques et vasculaires.
  2. Augmentation de la viscosité du sang.
  3. Problèmes circulatoires.
  4. Endocardite rhumatismale en phase active.
  5. Stimulateur cardiaque.
  6. Ischémie cardiaque.
  7. Problèmes de pression.
  8. Insuffisance cardiaque.
  9. Diabète sucré et autres.

L'infarctus cérébral ischémique a une symptomatologie si prononcée, dans la manifestation de laquelle il est urgent de demander une aide qualifiée:

  • vertiges, qui s'accompagne d'un assombrissement des yeux;
  • engourdissement des membres supérieurs ou inférieurs;
  • faiblesse dans le corps ou les membres;
  • problèmes d'élocution qui surviennent pendant une courte période.

Athérothrombotique

L'infarctus aterothrombotique du cerveau combine l'embolie artério-artérielle et l'accident vasculaire cérébral. Il est considéré comme une pathologie grave qui affecte les principales artères du cerveau..

Il est diagnostiqué par des critères tels que:

  1. La présence de lésions athérosclérotiques des artères principales de cet organe, à l'endroit où se situe la lésion.
  2. Attaques ischémiques.
  3. La symptomatologie de la maladie augmente progressivement et devient déjà plus prononcée après une journée.
  4. Quant à la taille de la lésion, elle peut être différente.

Étapes

En médecine moderne, l'infarctus du cuir chevelu comporte quatre étapes:

  1. Le premier stade de la maladie. La période d'exacerbation de la pathologie peut aller jusqu'à trois semaines. La formation de nécrose se produit dans les cinq jours. On observe également une déformation du cytoplasme et du caryoplasma, le développement d'un œdème périfocal.
  2. La deuxième étape de la maladie. La période de récupération, qui peut durer jusqu'à six mois. Le patient présente une pannecrose cellulaire. Le flux sanguin collatéral se développe.
  3. Le troisième stade de la maladie. La période de récupération tardive, qui varie de six mois à un an. Des cicatrices gliales ou des défauts kystiques dans le tissu cérébral peuvent survenir..
  4. Le quatrième stade de la maladie. Après un an, le patient a un accident vasculaire cérébral résiduel.

Les raisons

Les raisons dépendent plus du type de pathologie, elles sont donc diverses. Très souvent, l'infarctus cérébral provoque le blocage des vaisseaux sanguins par les plaques de cholestérol. La formation de cette plaque se produit dans l'artère carotide, ce qui perturbe le flux sanguin vers l'organe.

Un caillot de sang peut également se former dans le cœur, puis, voyageant à travers les vaisseaux, il pénètre dans le cerveau. Ce phénomène se produit en raison de processus inflammatoires dans le corps, de maladies infectieuses et de la consommation de drogues..

Facteurs de risque de développer un infarctus cérébral:

  1. L'âge avancé du patient. Diagnostiqué à partir de 80 ans.
  2. Cardiopathie.
  3. Hypertension artérielle.
  4. Diabète.
  5. Fumeur.
  6. Prendre des contraceptifs oraux.

Le patient peut également éprouver le développement de plusieurs facteurs de risque à la fois.

Symptômes

Cette pathologie peut être diagnostiquée par les symptômes suivants:

  1. Paralysie des membres.
  2. Mouvements involontaires.
  3. Expressions faciales de parésie.
  4. Fonction de parole altérée.
  5. Les élèves commencent à augmenter progressivement de taille..
  6. La douleur est complètement absente.

Diagnostique

Tout d'abord, après que le patient a été admis avec des symptômes prononcés, il est envoyé pour une tomodensitométrie, qui permet de distinguer l'effusion de sang d'une crise cardiaque.

Aux premiers stades de la pathologie, l'imagerie par résonance magnétique peut être prescrite en parallèle, ce qui n'est pas utilisé pour le diagnostic d'urgence. L'IRM permet d'étudier attentivement les images des vaisseaux cérébraux. Il est considéré comme une méthode de recherche non invasive, mais totalement sûre..

S'il n'est pas possible d'avoir une tomodensitométrie ou une IRM, le lycra est examiné - une ponction lombaire est effectuée..

Pour l'étude des artères carotides, des diagnostics échographiques sont effectués - balayage duplex et dopplerographie. Le balayage duplex est considéré comme une méthode de diagnostic plus informative, car il visualise les artères carotides et combine l'étude Doppler de la circulation sanguine dans celles-ci..

Avant la chirurgie, une angiographie cérébrale est effectuée, qui est effectuée uniquement selon les directives d'un spécialiste..

Traitement

Si le patient est diagnostiqué avec une condition, des médicaments sont prescrits qui réduisent la coagulation sanguine. Avec l'introduction de tels médicaments dans les premières heures après une attaque, cela permet d'éviter la paralysie et d'autres conséquences graves pour la santé.

Il est également nécessaire de prendre en compte les contre-indications de ces médicaments, qui ne sont pas recommandés pour une utilisation avec une effusion de sang dans le cerveau. Dans les premiers jours après une attaque, le patient prend des médicaments qui réduisent le gonflement de l'organe.

Si la pathologie a été provoquée par un blocage de l'artère carotide, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'opération permet d'éliminer le défaut, réduisant ainsi le risque d'une deuxième attaque. La chirurgie peut également être nécessaire pour augmenter la pression de perfusion, réduire la pression à l'intérieur du crâne et maintenir le flux sanguin cérébral..

Nutrition et récupération

Après le traitement, il est recommandé au patient de se remettre:

  1. Réhabilitation - un événement important, qui vise à restaurer le bon fonctionnement du corps - les intestins, le système génito-urinaire, le rythme cardiaque.
  2. Une attention est également portée à la réhabilitation de la pression artérielle, du pouls et de la respiration..
  3. Si nécessaire, le patient est aidé à restaurer la parole, l'activité motrice et à restaurer le tonus musculaire. Pour cela, d'autres spécialistes de profil étroit doivent également traiter avec lui en même temps; la gymnastique thérapeutique quotidienne est obligatoire.
  4. Une attention particulière est également portée à l'état psychologique du patient. Assurez-vous de parler avec le patient thérapeute. Pendant la période de récupération, la nutrition doit être correcte et équilibrée, il est nécessaire d'abandonner la malbouffe.
  5. S'il y a des problèmes de surpoids, un nutritionniste est consulté.
  6. Une attention est également portée au traitement des maladies provoquant cette pathologie.

La prévention de la crise cardiaque est la suivante:

  1. Traitement de l'hypertension artérielle et de l'insuffisance cardiaque.
  2. Arrêter de fumer et de boire de l'alcool, des contraceptifs oraux.
  3. Traitement du diabète.
  4. Contrôle du cholestérol sanguin.

Effets

Si le patient n'est pas diagnostiqué avec des dommages aux centres vitaux, le patient est conscient, ses besoins sont contrôlés, puis un traitement réussi à l'hôpital est effectué, puis des mesures de réadaptation sont effectuées.

Quant aux conséquences de l'infarctus cérébral, elles subsistent jusqu'à la fin de la vie:

  1. Problèmes musculo-squelettiques.
  2. Problèmes de membre.
  3. Perte de sensation dans certaines parties du corps.
  4. Violation de la parole et des fonctions intellectuelles.

Cause de décès - accident vasculaire cérébral

Si un infarctus cérébral s'est produit avec des complications, cela peut provoquer des conséquences négatives - un accident vasculaire cérébral et, par conséquent, une issue fatale. Dans une telle situation, le patient peut rarement recevoir une assistance en temps opportun..

Infarctus cérébral et accident vasculaire cérébral: symptômes, conséquences, différence

Un infarctus cérébral se développe en raison de la mort des neurones par manque d'oxygène. Le problème se produit lorsque la lumière du vaisseau est obstruée par un thrombus. Des dommages aux cellules nécrotiques de cette nature peuvent se développer dans n'importe quel organe. Les changements les plus graves se produisent avec des dommages au cerveau, au cœur et aux intestins.

La crise cardiaque et l'accident vasculaire cérébral sont de la même origine en ce qui concerne le blocage thrombotique des artères cérébrales. En raison de changements myocardiques dans les cellules, une condition irréversible se produit - la nécrose. Un neurone n'a pas la capacité de se régénérer, sa mort s'accompagne donc d'une inhibition des fonctions neurologiques (mouvement, sensibilité, compétences intellectuelles et pratiques, parole, coordination).

Qu'est-ce qu'un infarctus cérébral??

Un infarctus cérébral est un ramollissement de la substance avec la mort des structures cellulaires, ainsi que de la glie (le tissu de soutien du système nerveux). Le changement se produit en raison d'un AVC ischémique. La perturbation de l'approvisionnement en sang par ce type est une conséquence de la formation d'un caillot sanguin dans le vaisseau ou l'embole entrant dans sa lumière avec un blocage ultérieur. L'adoucissement s'accompagne de nécrose, mais une récupération partielle est possible car les structures voisines sont en mesure d'assumer les responsabilités des victimes..

Une catastrophe peut être évitée si, dans les 2 heures, une action urgente est prise pour éliminer le thrombus à l'aide de médicaments thrombolytiques ou d'une opération neurochirurgicale. S'il n'a pas été possible d'effectuer une lyse de caillots sanguins, le patient présente à l'avenir un déficit neurologique persistant.

Les causes de l'infarctus cérébral

L'adoucissement (au centre d'un AVC) se développe lorsqu'un certain nombre de facteurs indésirables agissent sur le corps:

  • hypertension artérielle;
  • l'athérosclérose;
  • Diabète;
  • malformations cardiaques (congénitales et acquises);
  • thrombophlébite des veines des membres inférieurs;
  • abus d'alcool régulier;
  • fumeur;
  • surcharge physique, mentale (stress fréquent, manque de sommeil, déséquilibre émotionnel).

Souvent, le patient est exposé à plusieurs problèmes à la fois, ce qui augmente considérablement le risque de dommages. Traitement frivole des maladies chroniques, le mode de vie entraîne des effets résiduels irréversibles.

Symptômes

Les signes d'une crise cardiaque et d'un accident vasculaire cérébral selon le type ischémique sont divisés en deux groupes de symptômes. Le premier comprend le syndrome cérébral:

  • maux de tête intenses persistants avec vertiges, nausées;
  • faiblesse générale avec malaise;
  • attaques convulsives;
  • une perte de conscience à des degrés divers est observée avec des lésions de grandes artères avec formation d'un foyer étendu.

Le deuxième groupe est associé à la localisation du processus et à la taille du foyer de la crise cardiaque. Les symptômes focaux indiquent un trouble de la fonction cérébrale, le tableau clinique se développe soudainement ou progressivement. Une condition en développement nécessite une hospitalisation urgente avec des mesures thérapeutiques urgentes.

Quelle est la différence entre l'infarctus cérébral et l'AVC??

L'AVC et la crise cardiaque ont une origine et une manifestation différentes si la circulation cérébrale est perturbée en raison de la rupture du vaisseau. La différence dans une telle situation entre un accident vasculaire cérébral et une crise cardiaque sera dramatique, car une hémorragie se développe en raison de la rupture de la paroi vasculaire. La nécrose se développe instantanément et le cerveau réagit à une catastrophe avec un œdème aigu et prononcé.

Une caractéristique typique de l'hémorragie cérébrale (hémorragie) est un début soudain (précédemment appelé accident vasculaire cérébral d'apoplexie) avec une perte de conscience profonde. La gravité du coma dépend directement du calibre de l'artère rompue.

Une attaque ischémique transitoire ne provoque pas la mort du tissu cérébral, car l'hypoxie cellulaire est temporaire. La maladie se caractérise par la disparition complète des symptômes neurologiques au cours de la journée, mais le signal du problème ne peut être ignoré.

Signes d'une crise cardiaque et d'un accident vasculaire cérébral

Un infarctus cérébral est diagnostiqué par des signes typiques. Vous ne devez pas ignorer et hésiter à consulter un médecin, car il y a une menace pour la vie.

Nom du symptômeComment cela se manifesteEffets
Hémiplégie ou hémiparésieTrouble moteur complet ou partiel dans la moitié du corpsImmobilité ou limitation de mouvement
Hémigipesthésie ou hémianesthésieDiminution ou manque de sensibilité dans la moitié du corps, du visageBrûlures possibles, blessures traumatiques
AphasieChangement de discoursDifficultés de communication
Apraxie et agnosieIncapacité à utiliser des compétences pratiques, reconnaissance d'objets familiers, de personnesMénage, difficultés professionnelles,

perte d'orientation, d'intelligence

Agrafia, alexia, acalkuliaPerte de capacité d'écriture, de lecture, de mathématiquesDifficulté à travailler avec des sources d'information, à gérer les jours
DysphagieTrouble de déglutitionDifficulté à manger
AtaxieMarche altérée et coordination motriceProblèmes de marche et d'équilibre

Les raisons doivent être identifiées de manière rapide et urgente pour commencer les activités de rétablissement.

Les conséquences d'une crise cardiaque et d'un accident vasculaire cérébral

La récupération de toutes les fonctions affectées est possible pendant une courte période, jusqu'à la mort des cellules cérébrales. Pour chaque patient, sa durée est individuelle, mais est en moyenne de 2 heures. Pendant cette période, il est nécessaire d'hospitaliser le patient et de procéder à un traitement de rééducation, une prévision est possible avec une probabilité de guérison complète.

Les conséquences des troubles circulatoires se manifestent par le développement de symptômes irréversibles. Lorsque les neurones voisins assument la fonction des morts, une rééducation partielle est possible..

Différences supplémentaires

Un infarctus cérébral diffère d'un AVC hémorragique par la prédominance des symptômes focaux sur le cerveau. La différence entre un AVC hémorragique et un AVC ischémique est l'hyperémie de la peau du visage et du cou. Un signe caractéristique est une augmentation de la température, une augmentation de l'ESR sanguine et une leucocytose modérée.

Similitude des pathologies

L'infarctus cérébral est un type d'accident vasculaire cérébral. Il y a souvent de la confusion à ce sujet, il est important de comprendre que l'AVC ischémique est un diagnostic clinique et que la crise cardiaque est une anatomie pathologique. Les premiers signes d'un AVC ischémique et d'un infarctus cérébral sont les mêmes. Le tableau clinique de l'hémorragie diffère par la manifestation de la maladie et le pronostic.

Un trouble cérébrovasculaire est une violation du fonctionnement du système cardiovasculaire, qui est responsable de l'apport sanguin au corps.

Qu'est-ce qui est un infarctus cérébral ou un accident vasculaire cérébral plus dangereux?

Un accident vasculaire cérébral et une crise cardiaque sont également dangereux pour la vie du patient, la question du pronostic de récupération et de vie est toujours tranchée individuellement. Dans la plupart des cas, l'hémorragie est pire, car ce type de perturbation de l'approvisionnement en sang n'a pas de fenêtre thérapeutique (2 heures), lorsqu'il existe une possibilité de guérison.

Le trouble circulatoire avec un foyer étendu d'infarctus cérébral provoque des troubles complexes, la pathologie avec une atteinte grave aux fonctions vitales du corps (respiration, rythme cardiaque, contractilité myocardique) est difficile. Dans la plupart des cas, les symptômes après l'hémorragie sont persistants, difficiles à récupérer avec la rééducation.

Statistiques sur les maladies

Les statistiques montrent que 70% de toutes les catastrophes cérébrales sont des troubles ischémiques avec ramollissement du tissu cérébral, 30% sont des processus hémorragiques. L'ischémie avec nécrose appartient au groupe des problèmes cardiovasculaires qui entraînent la mortalité et l'invalidité..

Parmi les patients ayant subi un AVC ischémique, 30% ont besoin de soins constants, 20% ne peuvent pas se déplacer de façon indépendante. Seuls 20% des malades sont en mesure de reprendre leur vie antérieure..

Mortalité

La mortalité en Russie due aux lésions ischémiques des tissus cérébraux est de 175 personnes pour 100 000 habitants. Il s'agit de la deuxième cause de décès en importance..

Un pourcentage élevé de mortalité et d'invalidité nécessite la prévention des maladies. Seul le traitement des maladies chroniques conduisant à l'infarctus cérébral et à l'optimisation du mode de vie peut protéger le cerveau de la destruction.

Conséquences et pronostic pour la vie avec un AVC ischémique

Les conséquences et la récupération d'un AVC hémorragique étendu

Hémorragie cérébrale étendue: causes et conséquences d'un AVC

AVC de migraine: causes, symptômes, traitement, différences par rapport à la migraine ordinaire

Récupération d'une perte de vision après un AVC

Lisez À Propos De Vertiges