Principal Tumeur

Tumeur cérébrale cérébrale - danger de mort?

Les tumeurs les plus courantes affectant le cerveau comprennent une tumeur cérébelleuse. Elle peut être bénigne ou maligne, primaire ou métastase d'une autre tumeur dans le corps..

En raison de son emplacement, c'est-à-dire dans le cervelet, le centre moteur du cerveau, une tumeur à chaque stade de la maladie peut produire différents symptômes. Ainsi, les experts distinguent les signes de pathologie cérébrale, distante et focale (cérébelleuse), dont la force est déterminée par la taille et l'emplacement du néoplasme.

Le processus de diagnostic d'une tumeur cérébelleuse est similaire à l'identification d'autres neuro-tumeurs: vous devez d'abord consulter un neurologue, un oncologue, puis seulement un examen du cerveau en utilisant la tomodensitométrie ou l'IRM.

Raisons du développement

Pour le moment, les spécialistes ne peuvent pas répondre à la question de ce qui provoque la croissance d'une tumeur cérébelleuse, comme tout autre néoplasme. On pense qu'il existe un certain nombre de conditions préalables sous l'influence desquelles cette pathologie peut apparaître.

Souvent, un tableau clinique similaire est observé dans des groupes de personnes exposées à des radiations ou à des virus oncogènes, notamment les virus de l'herpès, les adénovirus, le VPH, le VIH. Un rôle important pour provoquer le développement de l'oncologie est joué par une situation écologique défavorable et la pollution de l'environnement par les métaux lourds.

La génétique pense également qu'une prédisposition à certains types de tumeurs cérébrales est héréditaire. Autrement dit, le risque d'avoir un bébé avec une telle pathologie augmente considérablement si les deux parents avaient des cas similaires de la maladie dans la relation la plus proche.

Bien sûr, il n'est pas du tout nécessaire qu'une personne à risque développe nécessairement une tumeur dans le cervelet du cerveau, car fondamentalement une combinaison de plusieurs facteurs défavorables est requise pour sa croissance. Cependant, afin d'éviter de tels cas, chaque personne présentant des maux de tête périodiques dans le cervelet, les experts recommandent un examen détaillé du cerveau.

Classification

Comme toute autre tumeur du cervelet, elle peut être maligne et bénigne. Le premier est formé d'un groupe de cellules atypiques se divisant de manière incontrôlable et est capable de germer dans le tissu nerveux le plus proche ou de se métastaser.

Dans la plupart des cas, un tel tableau clinique s'accompagne d'une forte détérioration de l'état du patient. La principale cause de cancer est les troubles génétiques. Ainsi, une tumeur agressive du ver cérébelleux, qui se trouve le plus souvent chez les enfants, est appelée médulloblastome ou sarcome.

Les tumeurs cérébelleuses bénignes comprennent les hémangioblastomes et les astrocytomes, montrant une croissance infiltrante..

Visuellement, les tumeurs cérébelleuses représentent le plus souvent un nœud constitué d'une accumulation de plusieurs néoplasmes kystiques de densités diverses. En raison du fait que le "centre moteur" est situé dans la partie inférieure postérieure du cerveau, la tumeur, atteignant de grandes tailles, peut exercer une pression sur la structure du système de liquide céphalorachidien et affecter le travail du tronc de l'organe entier. Pour les malades, cela menace de perturber le fonctionnement des systèmes de survie.

De par leur nature, les tumeurs cérébelleuses peuvent être primaires, c'est-à-dire formées de cellules de la substance cérébelleuse, et secondaires - formées de métastases d'autres néoplasmes malins du corps, par exemple avec des cancers du sein, du poumon, de la thyroïde ou gastro-intestinaux.

Symptômes de la maladie

Toutes les tumeurs cérébelleuses, les symptômes et les signes de développement sont conditionnellement divisés en trois groupes:

  1. Cérébrale (se produit en raison d'une perturbation de la circulation du liquide céphalorachidien).
  2. Distant (se développer dans le contexte de la compression des structures voisines).
  3. Focal, c'est-à-dire affectant le travail du cervelet.

Habituellement, ils apparaissent simultanément, mais leur force peut varier en fonction du taux de croissance du néoplasme, de son emplacement et de son impact sur les structures voisines.

En raison de l'emplacement du «centre moteur» (il est situé au-dessus du 4 ventricule à l'arrière du tronc cérébral), il y a dans chaque cas une augmentation des symptômes d'une tumeur cérébelleuse. Mais elle peut varier en fonction de l'intensité de la croissance tumorale et du sens de sa croissance.

Habituellement, au début, ce processus s'accompagne d'une perturbation du fonctionnement du tronc cérébral et d'une augmentation de la pression intracrânienne, puis d'une perturbation du cervelet, car le cerveau est en mesure de compenser partiellement son fonctionnement.

L'apparition de signes cérébraux de pathologie est causée par le fait qu'avec une augmentation de la taille du cervelet due à la croissance de la tumeur, il fait saillie au-delà de la fosse crânienne, c'est-à-dire dans le 4 ventricule. Cela entraîne à son tour une perturbation de la circulation du liquide céphalorachidien et une augmentation de l'ICP. Chez un patient au sujet de ces processus, l'apparition d'un mal de tête douloureux à l'arrière de la tête, des étourdissements, des nausées et parfois des vomissements.

L'apparition de manifestations à distance du développement d'une tumeur cérébelleuse s'explique par un changement dans les structures de la formation réticulaire et comprend les symptômes de pathologie suivants:

  • violation de la sensibilité d'un côté du visage, difficulté à mâcher et à avaler des aliments;
  • l'apparition de strabisme;
  • asymétrie faciale;
  • acouphène, déficience auditive;
  • discours flou;
  • changement de goût;
  • muscle hyper- ou hypotonique de l'un des côtés du corps;
  • crises d'épilepsie.

Les symptômes focaux de la maladie sont causés par un dysfonctionnement des structures du cervelet lui-même. Ceux-ci inclus:

  • démarche incertaine et «ivre», stabilité altérée (si le néoplasme est dans le ver cérébelleux);
  • mauvais contrôle des muscles des extrémités, changement de soulignement, tremblements (en cas de lésion de l'un des lobes cérébelleux, un signe de pathologie sera du côté de la tumeur);
  • trouble de la parole - il devient intermittent, le battement se replie et les mots pendant la prononciation sont divisés en syllabes.

Lorsque la tumeur se déplace d'un lobe du cervelet à un autre, tous les symptômes ci-dessus sont mélangés et peuvent apparaître simultanément.

Diagnostique

Si, parmi tous les symptômes ci-dessus, vous remarquez plusieurs signes de pathologie à la fois, cela donne lieu à un examen du cerveau par des spécialistes. Habituellement, cela nécessite d'abord une consultation en personne de plusieurs médecins à la fois: un thérapeute, un oncologue, un ophtalmologiste et un neurologue. Parallèlement, chacun doit donner un avis sur l'état du patient afin de dresser un tableau général de la maladie.

Si un dysfonctionnement du cerveau a néanmoins été constaté et enregistré par les médecins, un examen des organes avec une IRM ou un scanner est prescrit.

Ce sont des méthodes non invasives de neuroimagerie qui permettent d'évaluer visuellement un néoplasme sur le cervelet, notamment en déterminant sa localisation, sa taille, son schéma de distribution dans la substance cérébrale et son effet sur les structures voisines.

À ce stade, il est très important de distinguer une tumeur d'un kyste, d'un anévrisme ou d'un hématome intracérébral, car une chirurgie ultérieure peut nuire à la santé du patient. Avec les tumeurs vasculaires du cervelet, un examen angiographique du cerveau est en outre prescrit.

Sur la base des résultats des données obtenues, à l'avenir, les spécialistes décideront de l'hospitalisation et des mesures de traitement ultérieures. Un historique médical détaillé est également collecté et les causes de son apparition sont identifiées (si possible).

Traitement des néoplasmes

L'objectif principal de la thérapie pour toute tumeur du cervelet est son élimination physique.

La décision finale sur la séquence des mesures nécessaires et leur faisabilité est prise par un neurochirurgien. Cela est dû au fait que certains types de néoplasmes sont susceptibles de germer dans les structures cérébrales voisines et les métastases, et leur excision partielle est improductive.

Dans ce cas, l'objectif principal des procédures chirurgicales est de retirer la plupart des tissus atypiques afin de rétablir la circulation normale du liquide céphalorachidien. Dans certains cas, un pontage cérébral est effectué pour drainer l'excès de liquide céphalorachidien..

La radiothérapie est considérée comme la méthode la plus productive pour éliminer les tumeurs dans n'importe quelle partie du cerveau. Il vous permet d'affecter spécifiquement la zone souhaitée du cervelet, sans affecter la structure la plus proche.

L'utilisation de la chimiothérapie dans le traitement des néoplasmes tumoraux repose sur l'introduction dans le corps du patient de substances cytostatiques qui bloquent la croissance des cellules atypiques à croissance rapide.

Mais une telle méthode de traitement de l'oncologie est susceptible de nuire à la santé du patient, car dans le corps humain, non seulement les cellules tumorales, mais aussi, par exemple, les cellules épithéliales du tractus gastrique sont sujettes à une croissance rapide. En conséquence, leur croissance est supprimée. Par conséquent, après un cours de chimie, une administration à long terme de médicaments réparateurs est prescrite.

De plus, des médicaments antiémétiques, diurétiques, sédatifs et analgésiques sont prescrits, visant à améliorer l'état général du patient.

Dans tous les cas, plus le traitement est commencé tôt, mieux c'est pour le patient, car dans la plupart des cas, un traitement précoce du cancer conduit à une guérison complète.

Pronostic de la tumeur cérébelleuse

Au stade du diagnostic ou de l'excision de la tumeur, une partie du matériel atypique est obligatoirement envoyée pour examen histologique. Sur la base des données obtenues, le statut du patient est alors déterminé.

Le résultat du traitement dépend en grande partie de la malignité de la tumeur. S'il est bénin, le pronostic est favorable.

Si la tumeur forme plusieurs métastases dans le cervelet et d'autres parties du cerveau, se développe dans les structures voisines ou les comprime fortement, cela peut entraîner un dysfonctionnement cérébral et la mort du patient.

Tumeur du cervelet

Signes de maladie

Les symptômes d'une tumeur cérébelleuse peuvent être différents. Un nombre relativement important de panneaux sont divisés en:

Les symptômes cérébelleux immédiats sont focaux, mais des signes éloignés apparaissent à distance. Avec une pression accrue à l'intérieur du crâne, des symptômes cérébraux se développent.

Les signes apparaissent ensemble. Les symptômes de divers groupes peuvent être observés en même temps. Souvent, cette image est caractéristique d'un néoplasme en croissance, lorsque le processus de compression des structures cérébrales est déjà en cours.

À bien des égards, la formation d'une pathologie dépend de l'emplacement du cervelet. Il est situé au-dessus du tronc cérébral. Parce que les principaux symptômes sont ceux qui indiquent de graves changements dans l'écoulement du liquide céphalorachidien.

Symptômes focaux

Pour les signes cérébelleux, leur manifestation est basée sur la zone affectée. Si le ver est endommagé, le patient a du mal à marcher, il ne peut pas se tenir debout. Sa marche est similaire à la marche d'un homme ivre. Plus la tumeur grossit, plus le signe est prononcé en position assise.

Si le néoplasme se développe dans l'hémisphère cérébelleux, un changement dans la douceur et la clarté du mouvement se produit d'un côté du corps où le cancer est présent. Le patient n'est pas capable de prendre un objet, fléchit et étend mal les membres. L'écriture manuscrite et la déformation de la parole se produisent également. La parole peut être intermittente et syllabe. Oscillation des globes oculaires.

Lorsque le tissu cérébral est violé, son autre zone fait un mouvement, se dirigeant vers le grand foramen occipital. Cette condition menace la mort du patient.

Manifestations cérébrales

Les symptômes de ce groupe sont les suivants:

  • maux de tête - peuvent survenir dans le cou, le cou. Il peut être ressenti périodiquement ou constamment avec des améliorations temporaires. En cas d'augmentation de la pression à l'intérieur du crâne, la douleur à la tête acquiert une évolution diffuse, accompagnée de nausées, de vomissements;
  • les nausées, les vomissements ne sont pas liés à l'alimentation. Ces manifestations sont liées à des stimuli de centres spécifiques dans le tronc cérébral. Ils sont souvent observés le matin;
  • étourdi;
  • détection lors de l'examen par le médecin des disques congestifs des nerfs optiques. Avec une tumeur cérébelleuse, elles apparaissent assez tôt, avant même les signes cérébelleux. Cela peut être dû à la compression rapide possible d'importantes voies d'écoulement veineux lors des néoplasmes des localisations cérébelleuses..

Avec de tels signes, il est important d'être examiné en temps opportun. L'IRM est la solution optimale pour examiner le cerveau en détail.

C'est grâce à cette étude qu'il sera possible de diagnostiquer ou réfuter la maladie.

Manifestations éloignées

L'apparition de symptômes lointains se caractérise par une compression des nerfs crâniens, qui sont présents dans la zone du tronc cérébral et sortent de ses tissus..

Lors de la compression des racines nerveuses, les symptômes suivants sont observés:

  • lésion du nerf facial: montre visuellement comment la symétrie du visage est rompue;
  • changements de sensibilité gustative;
  • anneaux dans les oreilles;
  • déficience auditive;
  • faiblesse générale, fatigue;
  • crises d'épilepsie;
  • augmentation du tonus musculaire;
  • défaite du nerf abducent, qui développe un strabisme;
  • l'apparition d'une compression du trijumeau, qui contribue à un changement de sensibilité et à une douleur intense d'un côté du visage, il y a des problèmes avec la mastication des aliments.

Les patients rencontrent souvent une altération de l'autodétermination du corps dans l'espace, avec des changements moteurs, et souffrent également de pathologies cardiaques et vasculaires.

L'effet du cervelet sur le travail des autres systèmes du corps

À travers les voies du cervelet, ce cerveau est connecté à d'autres parties du système nerveux central. Ainsi, il exerce un contrôle sur la coordination des mouvements et régule le tonus musculaire, et surveille également de manière réflexive la mise en œuvre des processus vitaux: rythme cardiaque, respiration et digestion. C'est pourquoi ce petit département a reçu son deuxième nom - «petit cerveau», car la vie d'une personne dépend de la qualité de ces tâches. De plus, l'activité du cervelet n'est pas régulée par la conscience, mais est contrôlée par le cortex cérébral.

Par exemple, dans une situation stressante ou pendant une longue période, le rythme cardiaque s'accélère et la respiration devient la plus profonde. L'occurrence de ce comportement du corps est le travail du cervelet - ainsi, le flux de sang riche en oxygène et en nutriments vers les tissus musculaires est amélioré, ainsi que les processus métaboliques.

Les voies afférentes du cervelet transmettent des informations sur les fibres des neurones du cerveau aux noyaux et aux cellules de cet organe. Ces chemins forment un réseau dense, et leur rapport proportionnel à 40: 1 efférents. Grâce à ces connexions, des données sont échangées entre les structures du système nerveux central.

Les jambes moyennes transmettent des informations afférentes du cortex cérébral.

La voie fronto-pont-cérébelleux part du gyrus frontal du cortex cérébral, traverse le pont varolien et va à la jambe opposée et s'arrête dans les cellules de Purkinje.

La voie temporelle-pont-cérébelleuse commence dans les lobes temporaux du cerveau, puis suit la même trajectoire que le premier type de communication.

Le pont occipital - voie cérébelleuse transmet les données visuelles de la partie occipitale du cortex cérébral.
Les jambes inférieures servent de conducteur de connexions afférentes provenant de la moelle épinière et du diencéphale..

La voie spinale-cérébelleuse postérieure relie la moelle épinière au cervelet. Transmet les impulsions des cellules tendineuses et des articulations au cortex de cet organe.

La voie olive-cérébelleuse se compose de fibres grimpantes et commence dans l'olive inférieure de la moelle oblongue et se termine par des cellules de Purkinje. En même temps, le noyau inférieur reçoit des données du cortex cérébral des zones éloignées qui planifient le mouvement.

La voie vestibulo-cérébelleuse - provient du noyau vestibulaire supérieur et à travers les jambes transfère des informations à l'archicerebellum. Il passe ensuite aux processus des cellules de Purkinje et atteint le noyau situé dans la tente.

La voie réticulaire-cérébelleuse relie la zone réticulaire du tronc cérébral et atteint le cortex du ver.
Les connexions efférentes du cervelet transmettent des informations du cortex de cet organe aux départements du cerveau, et elles ne passent que par la paire supérieure des jambes.

Le chemin rouge denté commence à partir du noyau denté et se termine sur les noyaux rouges du mésencéphale. Il participe à la coordination des mouvements et donne du tonus aux muscles du dos avec un changement de posture. Est un centre de contrôle des membres.

La voie cérébelleuse-thalamique est dirigée vers les noyaux thalamiques verticaux. À travers eux, le cortex cérébral est connecté à la partie du cortex cérébral responsable de la motilité.

Voie cérébelleuse-réticulaire - relie le cervelet aux noyaux réticulaires du tronc cérébral, qui contrôlent la respiration, le système cardiovasculaire et fournissent des réflexes protecteurs du corps: éternuements, toux, mastication, déglutition et succion.

La voie cérébelleuse-vestibulaire est constituée de longues fibres de cellules de Purkinje qui partent du noyau de la tente jusqu'aux noyaux de l'appareil vestibulaire. Utilisant directement cette voie, le cervelet maintient l'équilibre du corps et régule le tonus musculaire tout en maintenant la posture..

En outre, une connexion afférente traverse la paire supérieure de jambes reliant les processus spinaux des neurones à travers le diencéphale et les pons, puis à travers le cortex cérébral avec le noyau denté, qui est situé dans le cervelet du cervelet.

Ainsi, ce département sert de principal appareil sous-cortical de spécification du système nerveux central (SNC).

Les conséquences d'un dysfonctionnement

D'une manière ou d'une autre, le cervelet, comme toute structure du système nerveux, est capable de succomber à diverses maladies et affections, notamment des affections infectieuses, des traumatismes crâniens ou des tumeurs. Les personnes qui ont survécu à diverses maladies se posent plus tard la question de savoir comment entraîner le cervelet..

Le développement des fonctions cérébelleuses peut être réalisé en effectuant une série d'exercices simples, notamment:

  • Exécution de 15 inclinaisons dans une position où les pieds sont adjacents les uns aux autres, les yeux fermés.
  • Lever et abaisser les jambes en pliant l'articulation du genou avec les yeux fermés. Doit être répété jusqu'à 20 fois.

Position statique lorsqu'un pied est situé devant l'autre. Pour ce faire, fermez les yeux et restez debout pendant 20 à 30 secondes. La clé de la façon de développer le cervelet réside dans la mise en œuvre de ces actions, qui sont imprimées dans le cerveau et, après un court cycle de répétitions, sont fixées comme réflexes. Ces exercices doivent être effectués systématiquement tout au long du mois.

Traitement des néoplasmes

L'objectif principal de la thérapie pour toute tumeur du cervelet est son élimination physique.

La décision finale sur la séquence des mesures nécessaires et leur faisabilité est prise par un neurochirurgien. Cela est dû au fait que certains types de néoplasmes sont susceptibles de germer dans les structures cérébrales voisines et les métastases, et leur excision partielle est improductive.

Dans ce cas, l'objectif principal des procédures chirurgicales est de retirer la plupart des tissus atypiques afin de rétablir la circulation normale du liquide céphalorachidien. Dans certains cas, un pontage cérébral est effectué pour drainer l'excès de liquide céphalorachidien..

La radiothérapie est considérée comme la méthode la plus productive pour éliminer les tumeurs dans n'importe quelle partie du cerveau. Il vous permet d'affecter spécifiquement la zone souhaitée du cervelet, sans affecter la structure la plus proche.

L'utilisation de la chimiothérapie dans le traitement des néoplasmes tumoraux repose sur l'introduction dans le corps du patient de substances cytostatiques qui bloquent la croissance des cellules atypiques à croissance rapide.

Mais une telle méthode de traitement de l'oncologie est susceptible de nuire à la santé du patient, car dans le corps humain, non seulement les cellules tumorales, mais aussi, par exemple, les cellules épithéliales du tractus gastrique sont sujettes à une croissance rapide. En conséquence, leur croissance est supprimée. Par conséquent, après un cours de chimie, une administration à long terme de médicaments réparateurs est prescrite.

De plus, des médicaments antiémétiques, diurétiques, sédatifs et analgésiques sont prescrits, visant à améliorer l'état général du patient.

Dans tous les cas, plus le traitement est commencé tôt, mieux c'est pour le patient, car dans la plupart des cas, un traitement précoce du cancer conduit à une guérison complète.

Symptomatologie

Les tumeurs cérébelleuses entraînent une augmentation significative de cette partie du cerveau, trois types de symptômes apparaissent.

Les ensembles de symptômes présentés d'une tumeur cérébelleuse sont étroitement liés et se produisent souvent en parallèle. Les maux de tête sont accompagnés de nausées, de vomissements, de vertiges, d'une conscience trouble. Les tumeurs cérébrales primaires peuvent être accompagnées de métastases, qui déterminent également les symptômes de la maladie chez les enfants et les adultes..

Les symptômes cérébraux apparaissent déjà à un stade précoce du processus malin, il convient particulièrement de prêter attention à une manifestation telle qu'un mamelon stagnant. La violation se développe progressivement, les saignements veineux sont perturbés, la circulation du liquide cérébral est perturbée, ce qui entraîne une stagnation rétinienne.

Le mal de tête est un symptôme cérébral non spécifique qui peut être déjà présent à un stade précoce de développement d'une tumeur bénigne ou maligne. La douleur est localisée principalement à l'arrière de la tête, et chez les enfants, il y a une lésion étendue et la douleur capture toute la zone du cerveau. Les maux de tête chez les enfants sont souvent associés à un phénomène comme le «labyrinthe stagnant», des symptômes du labyrinthe apparaissent. Cette manifestation a de graves conséquences et complique le processus de diagnostic..

Les symptômes du labyrinthe s'accompagnent de vertiges, car les tissus sont comprimés, la vision souffre, la respiration est perturbée, la conséquence la plus grave est l'asphyxie pendant le sommeil, causée par la compression du centre respiratoire du cerveau.

Les symptômes à long terme sont particulièrement prononcés chez les enfants, une paralysie centrale et périphérique se développe, des convulsions et d'autres symptômes de lésions cérébrales apparaissent.

Lorsqu'une tumeur du cervelet est localisée dans l'hémisphère, les symptômes de lésion unilatérale sont principalement observés, la maladie est lente, mais l'influence de certains facteurs indésirables peut entraîner une exacerbation, qui entraîne une lésion cérébrale totale.

Lorsque les voies de l'œdème du liquide céphalo-rachidien sont bloquées, la symptomatologie augmente chez les patients, en particulier les enfants, une position forcée du corps est observée, dans laquelle ils prennent une position genou-coude.

Une coordination altérée sera présente à la localisation du site tumoral avec des dommages au ver cérébelleux. Dans le même temps, des tremblements des membres supérieurs, une augmentation de la pression intracrânienne, une perte d'audition, une perte d'équilibre sont observés. Des symptômes cérébraux non spécifiques, des vomissements, des maux de tête et une augmentation progressive de la pression artérielle apparaissent également. Les symptômes focaux apparaissent à un stade avancé du développement du processus malin, une faiblesse musculaire, des fluctuations du globe oculaire, des lésions oculaires unilatérales apparaissent.

Une étude approfondie de l'os et de la structure molle du cerveau, qui comprend:

  • La radiographie du crâne est l'étude la plus simple des maladies du cerveau, il est connu que les structures osseuses changent sous l'influence du processus tumoral, ce qui vous permet de voir le niveau de dommages et l'emplacement exact;
  • CT et IRM - vous permet de déterminer l'emplacement exact du processus tumoral, le niveau de dommages aux structures tissulaires, la croissance progressive et la consistance de la tumeur;
  • examen neuroophtalmologique - est effectué lors de l'examen par un neurologue, tout en vérifiant l'acuité visuelle, le champ de vision, l'ophtalmologue, à son tour, peut observer des changements dans le fond d'œil, ainsi que la méthode moderne nous permettra de retracer la violation des réflexes et d'autres changements pathologiques provoqués par des lésions cérébrales;
  • angiographie - avec cette méthode d'examen, l'apport sanguin au cerveau est vérifié;
  • marqueur tumoral - l'examen principal pour déterminer le cancer.

Le traitement est effectué principalement chirurgical - les processus tumoraux du cervelet sont supprimés. Il s'agit d'une intervention chirurgicale assez compliquée et ne peut être effectuée que par un neurochirurgien qualifié ayant une vaste expérience.

La radiothérapie et le traitement chimiothérapeutique sont également effectués avec la détermination ultérieure du niveau de cellules pathologiques dans le corps. La radiothérapie est indiquée pour un processus malin mineur sans lésions cérébrales étendues..

Le traitement chimiothérapeutique est indiqué dans un cas négligé lorsque les processus de métastases ont commencé. Les enfants sont l'exception, car leurs organismes sont les plus affectés par les médicaments anticancéreux.

Manifestations cliniques de la maladie

Les symptômes dépendent de la gravité de l'invasion, de l'implication des espaces du liquide céphalo-rachidien, des structures vasculaires et nerveuses. Les signes d'une tumeur cérébelleuse sont:

  1. Cérébrale, qui se manifeste par une déficience visuelle et une cranialgie dans le contexte d'une augmentation de la pression intracrânienne.
  2. Manifestations focales caractérisées par un effet direct sur les tissus adjacents;
  3. À distance si FMN est impliqué;

Un cancer à long terme, en particulier avec un risque élevé de malignité, se caractérise par une combinaison de manifestations de tous les groupes.

Symptômes cérébraux

Le cervelet est situé dans la fosse crânienne postérieure, à l'avant est le pont Varoliev, à l'arrière et en bas se trouve l'os occipital, et est limité à l'avant. Entre les hémisphères se trouve le IVe ventricule. Les canaux conducteurs se trouvent dans les jambes, à l'aide desquels une interaction avec d'autres structures a lieu.

Avec le développement d'une tumeur cérébelleuse, un bloc de liquide céphalo-rachidien se produit avec la formation d'une hydrocéphalie occlusale avec des signes d'hypertension intracrânienne.

La fonction du pont est de transmettre une impulsion nerveuse de la moelle épinière au cerveau en raison de la présence de voies ascendantes et descendantes dans la structure. Au niveau du pont du cerveau, il y a un départ des fibres des nerfs faciaux, vestibule-cochléaire, trijumeau. En conséquence, avec la défaite de cette zone, des symptômes neurologiques se forment, ce qui correspond à des manifestations distantes.

Ainsi, les symptômes cérébraux s'expriment par une altération du fonctionnement du cerveau sous forme de vertiges, de maux de tête (cranialgie). Ils sont localisés principalement dans la région occipitale, parfois accompagnés d'attaques de nausées, de vomissements. Lors d'un examen ophtalmologique, des disques stagnants sont détectés..

Manifestations focales

Le cervelet effectue la coordination, la régulation des mouvements, ainsi que le maintien de la posture. Par conséquent, avec des dommages organiques aux structures, une discoordination se développe et l'équilibre et le tonus musculaire ne sont pas régulés.

Selon la quantité d'implication des tissus du cervelet (hémisphère, jambes, ver), les symptômes neurologiques différencieront

Si le processus s'est développé au niveau du ver, alors des changements de démarche apparaîtront - balancer, chanceler. Une personne ayant des pathologies similaires se déplace comme un ivrogne. Avec une croissance supplémentaire, une compression du ventricule IV est notée, conduisant à bloquer le mouvement des fluides avec le développement d'une hydrocéphalie occlusive. En revanche, le risque de développer des troubles respiratoires augmente fortement, car d'importants centres de régulation sont concentrés au fond du ventricule IV.

Les signes caractéristiques supplémentaires sont le nystagmus et les nausées, associés à des vomissements. Le nystagmus est le mouvement involontaire horizontal ou vertical en forme de pendule des globes oculaires avec amplification lors de l'évitement du regard.

Si l'oncologie a été détectée tardivement, alors dans le contexte d'une augmentation de volume, le risque de violation des tissus cérébraux et de pénétration dans le grand foramen occipital augmente fortement, ce qui entraînera la mort.

Les manifestations cliniques du carcinome primaire et des métastases dans le cervelet sont pratiquement les mêmes. Par conséquent, la tâche principale du médecin est de détecter la tumeur et de commencer immédiatement le traitement.

Modifications à distance

En raison du processus oncologique, les fonctions du cervelet et des structures associées sont altérées, ce qui entraîne des conséquences graves avec un risque élevé de décès.

Des changements à long terme apparaissent lorsque la FMN est impliquée, localisée au niveau de la fosse rhomboïde (le bas du ventricule IV), intermédiaire (la zone entre les hémisphères cérébraux et le mésencéphale).

  • La défaite du nerf facial conduit au développement d'une asymétrie du visage;
  • Implication du nerf pré-cochléaire - bruit, acouphènes, perception altérée des signaux sonores;
  • Les troubles visuels se produisent lors de la compression des nerfs abducents et oculomoteurs (car elle est responsable du rétrécissement de la pupille, du mouvement du globe oculaire);
  • Si une tumeur affecte les monticules supérieur et inférieur du mésencéphale, une personne ne peut pas fixer son regard;
  • Pression au niveau de la base du nerf trijumeau - névralgie unilatérale sous forme de douleur, changements de sensibilité;
  • Dommages au nerf vague - lésions multiples et polyvalentes de la dysarthrie à la déglutition, la respiration, le muscle cardiaque altérées;
  • La localisation au niveau de la substantia nigra conduit au développement de tremblements incontrôlés (mains tremblantes, tête) selon le type de Parkinson.

De plus, il peut y avoir une violation de la perception gustative, une faiblesse générale, une fatigue accrue, un tonus musculaire. Des crises d'épilepsie sont notées.

Structure

Le cervelet est appelé le petit cerveau, qui est déterminé par une structure similaire. Comme le cerveau, il se compose de deux hémisphères reliés par un ver et a également des lobes, du cortex et une sorte de gyrus - des sillons.

Le cervelet est divisé en trois lobes:

  1. Vestibulocerebellum La partie la plus ancienne du cervelet est associée aux noyaux vestibulaires et réticulaires du tronc cérébral. Il est responsable de l'équilibre du corps dans l'espace et contrôle le tonus des muscles reliant la tête à la colonne vertébrale et les muscles situés le long de la colonne vertébrale (axial). Avec des dommages au vestibulocérébellum chez les patients, une démarche altérée, une coordination oculaire et une contraction musculaire axiale.
  2. Spinocerebellum Responsable de la transmission des influx nerveux le long des voies cérébelleuses de la colonne vertébrale, participant ainsi à la régulation du tonus musculaire des membres et de la colonne vertébrale. Lorsque le spinocérébellum est endommagé chez les patients, une violation des mouvements coordonnés des membres est notée.
  3. Cervelet Cervelet La structure la plus jeune du cervelet, mais en même temps la plus grande et la plus complexe. Responsable de la communication avec le cortex cérébral. Il reçoit des impulsions nerveuses de zones motrices situées de façon opposée dans le cortex cérébral et participe à la coordination de la motricité précise et fine des membres, des mouvements conscients.

La structure interne du cervelet est représentée par la matière blanche (le corps cérébral) et la matière grise (le noyau du cervelet et du cortex).

Il y a trois couches du cortex cérébelleux et cinq types de cellules qui s'y trouvent:

  1. La couche externe, ou moléculaire, comprend des neurones en forme de panier et en forme d'étoile.
  2. La couche moyenne ou ganglionnaire est représentée par des cellules de Purkinje (en forme de poire), qui sont responsables des fonctions de base du cervelet, assurant la communication avec les noyaux profonds du cervelet à travers leurs axones. Si vous faites attention au dessin des dendrites de ces cellules sur une section, vous pouvez voir qu'il ressemble à la structure des branches des arbres, car les fibres des cellules de Purkinje sont parallèles et, pour ainsi dire, bidimensionnelles.
  3. Dans la couche interne se trouvent des cellules granulaires et des cellules de Golgi, avec leurs dendrites s'élevant dans la couche moléculaire.

Noyaux cérébelleux

Noyau dentelé

Il reçoit des signaux du cortex cérébral et est responsable de la régulation des mouvements volontaires, c'est-à-dire contrôlés par l'esprit humain. Le noyau denté comprend également des voies responsables de la fonction musculaire squelettique et de l'orientation visuo-spatiale..

Noyaux d'insertion

Il s'agit notamment de noyaux en forme de liège et sphériques. Recevez des signaux de l'écorce du ver. Fournit les muscles du cou et du tronc.

Le cœur de la tente

C'est le noyau le plus ancien et est associé à l'appareil vestibulaire.Par conséquent, lorsqu'il est endommagé, un déséquilibre dans le corps se développe..

Jambes du cervelet

Toutes les informations vers et depuis les noyaux sont transmises à l'aide des jambes:

La paire inférieure comprend des fibres sensibles de la moelle oblongue et des fibres descendantes des noyaux vestibulaires.

La paire du milieu contient des fibres sensibles des noyaux du pont, surveille l'activité du cortex cérébral.

La paire supérieure se compose de fibres descendantes des noyaux du cervelet et de fibres sensibles de la moelle épinière.

Parcours

Les voies du cervelet, formées par des processus courts et longs de neurones, peuvent aller à la fois du cortex cérébral à ses noyaux (les soi-disant afférents ou sensibles), et des noyaux à d'autres structures du cerveau (efférentes ou motrices).

Chemins afférents

Les voies afférentes conductrices comprennent deux types de fibres - moussues et lianoïdes. Les premiers forment des tracts avec leurs propres noyaux du pont et ont des connexions avec les cellules granulaires de la couche interne du cortex cérébelleux. Les seconds sont connectés aux cellules de Purkinje dans la couche médiane du cortex et forment des tractus avec les noyaux vestibulaires, la moelle épinière, la formation réticulaire et la médullaire oblongue.

Des chemins efférents

Ils sont divisés en intramusculaire et extra-cérébelleux. Le premier va aux noyaux sous-corticaux du cervelet en tant qu'axones des cellules de Purkinje. Les seconds sortent des jambes du cervelet et sont pompés par la tige et les noyaux thalamiques. De plus, à travers les voies efférentes, des connexions se forment avec les régions pariétales et temporelles du cerveau.

Traitement

La principale méthode de traitement d'une tumeur cérébelleuse est la chirurgie. C'est un radical souhaitable, c'est-à-dire une élimination totale du tissu tumoral, mais ce n'est pas toujours techniquement réalisable. Si la tumeur fait germer les tissus environnants, le ventricule IV, alors, bien sûr, il est impossible de l'enlever complètement. Dans ce cas, ils essaient d'enlever autant de tissu tumoral que possible. Dans tous les cas, le neurochirurgien fait tout pour rétablir la circulation perturbée du liquide céphalorachidien. À cette fin, une partie de l'os occipital et une partie de la première vertèbre cervicale peuvent être retirées (cela aide à éliminer la compression du tronc cérébral).

Dans les tumeurs malignes du cervelet (qui sont déterminées histologiquement) après un traitement chirurgical, une radiothérapie vise à détruire les cellules tumorales éventuellement restantes. La chimiothérapie est également possible. Le type et l'étendue du traitement sont déterminés par le type histologique de tumeur cérébelleuse.

Vous devez comprendre que si la tumeur ne peut pas être complètement éliminée, elle repoussera au bout d'un moment et donnera à nouveau des symptômes cliniques.

De plus, dans le traitement des tumeurs cérébelleuses, des médicaments sont utilisés pour le traitement symptomatique. Il peut s'agir d'antiémétiques, de diurétiques, d'analgésiques, d'hormones, etc. Bien entendu, ils n'affectent en rien la tumeur elle-même, mais contribuent à améliorer l'état du patient.

Ainsi, une tumeur cérébelleuse est un type de processus tumoral cérébral. Compte tenu de la localisation anatomique du cervelet dans la cavité crânienne, ses tumeurs présentent des symptômes particuliers qui ne sont pas toujours associés à des lésions du tissu cérébelleux. À mesure que la tumeur se développe, de nouveaux symptômes apparaissent toujours. La méthode de diagnostic décisive pour les tumeurs cérébelleuses est l'imagerie par résonance magnétique avec rehaussement intraveineux utilisant le contraste. Vous ne pouvez vous débarrasser d'une tumeur cérébelleuse qu'avec l'aide de la chirurgie. Malheureusement, pas toujours une intervention chirurgicale conduit à la guérison des patients atteints de cette maladie.

Tout sur les tumeurs cérébelleuses

Une tumeur cérébelleuse est courante. En règle générale, 80% des maladies oncologiques du cerveau sont causées précisément par des cancers de la fosse crânienne postérieure. Afin de demander de l'aide en temps opportun, il est important de connaître les symptômes de la pathologie.,.

Contenu

Caractéristiques de la maladie

Une tumeur cérébelleuse peut être maligne ou bénigne. En tout cas, il y a un risque pour la vie humaine. La pathologie constitue une menace pour le patient, car en exerçant une pression sur certaines structures du cerveau, elle affecte le fonctionnement du système circulatoire, perturbe les processus respiratoires.

Le cervelet est une zone du cerveau. Il est responsable de la coordination des mouvements, des actions coordonnées, du soutien du tonus musculaire. La maladie s'accompagne de symptômes qui affectent le travail du tronc cérébral, des systèmes striataux et pallidaires. Des troubles corticaux se produisent également..

Pour déterminer une tumeur dans le cervelet, les médecins prescrivent une IRM du cerveau à leurs patients. Mais un spécialiste peut poser un diagnostic final après avoir reçu les résultats des études histologiques.

30% de tous les néoplasmes possibles du cerveau représentent des formations malignes ou bénignes dans le cervelet.

La médecine distingue deux principaux types de pathologies:

  1. Primaire. La source du néoplasme est les cellules nerveuses ou la muqueuse du cerveau..
  2. Secondaire. Métastases tumorales de localisation extra-cérébrale.

Si nous considérons la classification du côté de l'histologie, il y a plus de 100 types de tumeurs qui se forment dans le cervelet. Les gliomes les plus courants (dans l'enfance) et les métastases cancéreuses (à l'âge adulte ou la vieillesse).

Une tumeur cérébelleuse, si elle existe comme bénigne, peut lentement se développer et se développer séparément du tissu cérébral. Et cela peut avoir un impact sur eux, donc cette situation sera moins favorable.

De plus, distinguez:

  • malignité;
  • tumeur bénigne du cervelet.

Chez l'enfant, ce sont précisément les processus pathologiques malins qui sont les plus fréquents.

Facteurs provocateurs

Aujourd'hui, les spécialistes ne peuvent pas entièrement dire pour quelles raisons les processus pathologiques du cervelet se développent. Il est probable qu'ils ne seront étudiés qu'à la fin. Mais il y a encore des moments qui peuvent déclencher l'apparition d'un néoplasme.

Ceux-ci inclus:

  • prédisposition héréditaire;
  • conséquences après radiation;
  • maladies neuroinfectieuses;
  • blessures à la tête;
  • troubles de nature immunitaire ou hormonale;

Les processus pathologiques se développent en raison de la croissance d'une tumeur cérébelleuse. Il augmente de taille, affecte les tissus de cet organe interne d'une personne. Il comprime également le liquide céphalorachidien, empêchant ainsi l'écoulement du liquide céphalorachidien. Et un effet mécanique se forme sur le tronc cérébral.

Symptomatologie

Le tableau clinique de la pathologie dépend de la taille du néoplasme. Il importe également à quel stade de développement se situe la tumeur. En règle générale, il s'accompagne de symptômes caractéristiques qui peuvent être divisés en 3 groupes:

  1. Troubles cérébraux.
  2. Symptômes de la tige.
  3. Syndrome cérébelleux.

Les symptômes apparaissent sur le côté du corps dans lequel une partie du cervelet s'est formée. Si à gauche, les signes affectent le côté correspondant et vice versa.

Symptômes cérébraux

Des signes similaires apparaissent à un stade précoce du développement d'une tumeur cérébelleuse. Des processus malveillants conduisent au fait que les violations progressent assez rapidement. À la suite de changements dans la circulation sanguine, ainsi que du mouvement du liquide cérébral, la stagnation du sang apparaît dans les vaisseaux du fond d'œil.

Le patient ressent des maux de tête fréquents. Ce symptôme cérébral n'est pas spécifique, il peut également déranger une personne au premier stade de développement d'une tumeur cérébelleuse. Chez un adulte, la douleur est localisée à l'arrière de la tête, là où l'arrière de la tête.

Avec les enfants, la situation est différente. Toute la tête peut faire mal. En règle générale, la migraine chez les enfants est le résultat d'un «labyrinthe stagnant». Ses conséquences sont assez graves, il est donc très difficile de diagnostiquer le processus.

Les symptômes prononcés du labyrinthe sont une déficience visuelle, car le tissu cérébral est serré. Un adulte ou un enfant a souvent des vertiges, une insuffisance respiratoire. La conséquence la plus grave est l'arrêt respiratoire qui se produit pendant le sommeil. Elle survient à la suite de la compression de la tumeur des centres respiratoires du cerveau..

Symptômes éloignés

Ces signes sont plus prononcés chez les enfants. La maladie s'accompagne d'une paralysie centrale et périphérique, de convulsions et d'autres signes confirmant des troubles cérébraux. Selon l'hémisphère cérébral affecté, les symptômes de la tumeur apparaîtront de l'autre côté..

Le développement des processus pathologiques est lent, mais il arrive que des facteurs externes, agissant sur la maladie, les accélèrent. Cela entraîne une progression et, par conséquent, des dommages totaux au cerveau humain..

En cas d'obstruction des voies de sortie du liquide céphalorachidien, les symptômes du patient s'intensifient. Pour soulager son état, le patient prend une posture forcée. En règle générale, il s'agit d'une position genou-coude. Le plus souvent, ce phénomène se produit avec les enfants.

Le cervelet de la tête fait mal chez un adulte

Diagnostic et traitement des troubles cérébelleux

Les parents ont le droit de décider de l'opération, mais ils doivent comprendre que la seule façon efficace d'aider le patient est la chirurgie. La meilleure option est une ablation radicale de la tumeur. La formation volumétrique du cervelet de petites tailles, située superficiellement, n'affectant pas les structures vitales de la tige, est facilement éliminée, sans complications ni rechutes.

Parfois, l'opération ne peut pas être réalisée en totalité, surtout si la pathologie s'est propagée aux structures de la tige, de l'os occipital ou des vertèbres cervicales. Dans ce cas, afin d'arrêter le processus cérébelleux du cancer, en plus d'éliminer la zone maximale possible de la tumeur, il est nécessaire de mener des procédures chimiothérapeutiques et un cours de radiothérapie.

En cas d'hydrocéphalie sévère, les ventricules cérébraux sont contournés ou drainés pour rétablir la circulation du liquide céphalorachidien.

Diagnostiquer les maladies du petit cerveau en utilisant:

  1. IRM du cervelet. La méthode détecte les hémorragies dans la substance, les hématomes, les tumeurs, les malformations congénitales et les changements dégénératifs.
  2. Ponction lombaire suivie d'un examen du liquide céphalorachidien.
  3. Examen neurologique externe. À l'aide d'une étude objective, le médecin étudie la coordination des mouvements, la stabilité de la marche, la capacité à maintenir la posture.

Les troubles cérébelleux sont traités en éliminant la cause profonde. Par exemple, avec des affections infectieuses, des médicaments antiviraux, antibactériens et anti-inflammatoires sont prescrits. Une thérapie auxiliaire est fournie pour le traitement principal: complexes de vitamine B, angioprotecteurs, médicaments vasodilatateurs et nootropes qui améliorent la microcirculation de la substance du petit cerveau.

S'il y a une tumeur, une intervention chirurgicale sur le cervelet avec une incision de l'arbalète à l'arrière de la tête est nécessaire. Les trépans du crâne, les tissus superficiels sont disséqués et le chirurgien a accès au cervelet. En parallèle, pour réduire la pression intracrânienne, les ventricules cérébraux sont percés.

Un neurologue examine et teste les réflexes superficiels et profonds. L'électronistagmographie, la vestibulométrie est réalisée. Attribuez un test sanguin général. La ponction lombaire est réalisée pour déterminer l'infection dans le liquide céphalorachidien, ainsi que les marqueurs d'accident vasculaire cérébral ou d'inflammation. Une imagerie par résonance magnétique de la tête est réalisée. La détermination de l'état des vaisseaux cérébelleux est réalisée par dopplerographie.

Le traitement des maladies cérébelleuses dans les AVC ischémiques est effectué par lyse de caillots sanguins. Des fibrinolytiques sont prescrits (streptokinase, alteplase, urokinase). Des agents antiplaquettaires (aspirine, clopidogrel) sont utilisés pour empêcher la formation de nouveaux caillots sanguins..

Dans les AVC ischémiques et hémorragiques, les médicaments métaboliques (mexidol, cérébrolysine, cytoflavine) améliorent le métabolisme dans le tissu cérébral. Pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux répétés, des médicaments qui abaissent le cholestérol sanguin sont prescrits, et avec une hémorragie hémorragique, des antihypertenseurs.

Les neuroinfections (encéphalite, méningite) nécessitent une antibiothérapie. Les pathologies cérébelleuses causées par l'intoxication nécessitent une thérapie de détoxication, selon la nature des poisons. Une diurèse forcée, une dialyse péritonéale et une hémodialyse sont effectuées. En cas d'intoxication alimentaire - lavage gastrique, la nomination de sorbants.

Avec les lésions oncologiques du cervelet, le traitement est effectué en fonction du type de pathologie. Une chimiothérapie et une radiothérapie ou un traitement chirurgical sont prescrits. S'il y a une violation de l'écoulement du liquide céphalorachidien, qui a provoqué le syndrome cérébelleux, une opération est réalisée avec craniotomie et shunt des voies pour l'écoulement du liquide céphalorachidien.

Conclusion

Les dommages au cervelet, qui peuvent entraîner une invalidité, le besoin de soins du patient, nécessitent un traitement rapide et approfondi, ainsi que des soins et une réadaptation. En cas de démarche soudaine avec facultés affaiblies, troubles de l'élocution, il est nécessaire de rendre visite à un neurologue.

La principale méthode d'exposition est reconnue comme chirurgicale. La question de son utilisation et de la portée des actions est décidée par le neurochirurgien, mais souvent la solution radicale est l'élimination radicale des cellules transformées.

Cependant, une telle opération n'est pas toujours possible en raison de la germination de la tumeur dans les structures anatomiques. Ensuite, l'objectif principal est d'éliminer le volume maximal possible et de rétablir la circulation normale du liquide céphalorachidien.

Presque toutes les méthodes connues conduisent à la suppression de l'activité et des cellules normales. Cela entraîne des effets secondaires..

Dans presque tous les cas de cette tumeur, un traitement chirurgical est indiqué. L'opération vise à retirer complètement le néoplasme, et si cela est impossible, il est partiellement retiré et le tronc précédemment compressé est libéré. Cependant, dans le deuxième cas, après un certain nombre d'années, la tumeur se développe encore et encore nécessite un traitement chirurgical. La radiothérapie est également utilisée..

Avec une tumeur cérébelleuse, le pronostic n'est bon qu'avec l'ablation rapide du néoplasme. Le traitement est effectué principalement par chirurgie. Il est important d'éliminer radicalement tous les tissus affectés par la tumeur..

Malheureusement, techniquement, une telle opération est loin d'être toujours possible. Lorsque le néoplasme a déjà capturé le quatrième ventricule, ainsi que le tissu cérébral environnant, il n'est pas possible de le retirer. Ensuite, ils se limitent à éliminer tous les tissus tumoraux qui peuvent être retirés..

Si l'analyse histologique confirme que la tumeur est maligne, une radiothérapie est nécessaire. Seule une telle thérapie permet de détruire toutes les cellules tumorales restantes. La chimiothérapie est également en cours. Comment conduire exactement le traitement ne peut être trouvé qu'après une analyse histologique approfondie.

Les signes de la maladie doivent également être combattus, car ils font beaucoup souffrir le patient. Pour éliminer les symptômes, un traitement médicamenteux est effectué. Prescrire des agents hormonaux renforçants, des médicaments contre les vomissements et les nausées, les maux de tête et les étourdissements.

Il est également important de traiter les violations dans le travail du système cardiaque et vasculaire. Le traitement médicamenteux n'affecte pas le néoplasme lui-même, mais il devient plus facile pour le patient.

Pour vérifier avec précision la présence d'une tumeur cérébelleuse, une IRM est nécessaire. Il montrera l'emplacement, la taille, toutes les caractéristiques du néoplasme. Malheureusement, même lorsque la tumeur est enlevée, la récupération ne peut être garantie..

Est-il temps pour vous de voir un médecin? Faites le test et découvrez-en plus

sur votre santé!

Posez votre question à un spécialiste et obtenez une réponse!

Une tumeur cérébelleuse est l'un des types de néoplasmes cérébraux. Une tumeur cérébelleuse peut être bénigne et maligne, la structure histologique la plus diversifiée. Même si la tumeur est de nature bénigne, en raison de son emplacement spécial, elle peut constituer une menace directe pour la vie du patient en raison de la possibilité d'une altération des structures cérébrales avec une respiration et une circulation altérées.

Une tumeur cérébelleuse se manifeste par des symptômes cérébraux, distants et focaux (cérébelleux). Pour diagnostiquer cette pathologie, la tomodensitométrie (TDM) obligatoire ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau est obligatoire. Le traitement des tumeurs cérébelleuses est principalement chirurgical. À partir de cet article, vous pouvez découvrir les principaux symptômes, les méthodes de diagnostic et de traitement des tumeurs cérébelleuses..

La principale méthode de traitement d'une tumeur cérébelleuse est la chirurgie. C'est un radical souhaitable, c'est-à-dire une élimination totale du tissu tumoral, mais ce n'est pas toujours techniquement réalisable. Si la tumeur fait germer les tissus environnants, le ventricule IV, alors, bien sûr, il est impossible de l'enlever complètement. Dans ce cas, ils essaient d'enlever autant de tissu tumoral que possible..

Dans les tumeurs malignes du cervelet (qui sont déterminées histologiquement) après un traitement chirurgical, une radiothérapie vise à détruire les cellules tumorales éventuellement restantes. La chimiothérapie est également possible. Le type et l'étendue du traitement sont déterminés par le type histologique de tumeur cérébelleuse.

Vous devez comprendre que si la tumeur ne peut pas être complètement éliminée, elle repoussera au bout d'un moment et donnera à nouveau des symptômes cliniques.

De plus, dans le traitement des tumeurs cérébelleuses, des médicaments sont utilisés pour le traitement symptomatique. Il peut s'agir d'antiémétiques, de diurétiques, d'analgésiques, d'hormones, etc. Bien entendu, ils n'affectent en rien la tumeur elle-même, mais contribuent à améliorer l'état du patient.

Ainsi, une tumeur cérébelleuse est un type de processus tumoral cérébral. Compte tenu de la localisation anatomique du cervelet dans la cavité crânienne, ses tumeurs présentent des symptômes particuliers qui ne sont pas toujours associés à des lésions du tissu cérébelleux. À mesure que la tumeur se développe, de nouveaux symptômes apparaissent toujours..

Autres causes du développement de la violation

Dans certains cas, les dommages au cervelet ne sont pas une conséquence, mais un symptôme. Cela s'applique au cancer des organes et systèmes suivants:

  • poumons;
  • cerveau;
  • ovaires;
  • ganglions lymphatiques.

C'est le «premier appel» au cancer du cerveau qui peut devenir le syndrome de l'angle pont-cervelet. À la suite de la croissance d'une tumeur maligne, les parties du cerveau sont compressées et leurs cellules rompent la nutrition et la connexion neuronale.

Avec une dépendance prolongée à l'alcool, la toxicomanie et la toxicomanie, un dommage irréversible au cervelet se produit. L'ataxie peut également devenir une maladie héréditaire. Dans ce cas, la thérapie doit être sélectionnée d'une manière spéciale..

La seule cause prouvée de développement est le rayonnement. On estime qu'environ 10% des formations se sont formées en raison de la génétique ou à la suite d'une exposition à des oncogènes..

Les mécanismes qui jouent un rôle important dans la formation de tumeurs fonctionnent dans plusieurs directions à la fois. Les lésions tissulaires se produisent en raison de la pression des tissus en croissance. Progressivement, le néoplasme augmente de taille et perturbe les cellules du tronc cérébral. Il y a un développement de symptômes cérébraux associés à une augmentation de la pression.

Les préparatifs

Un domaine important dans le traitement médicamenteux de l'AVC cérébelleux est l'utilisation de neuroprotecteurs.

Faciliter le processus de récupération sont capables de médicaments appartenant à divers groupes chimiques:

  • antioxydants;
  • neuromodulateurs;
  • antihypoxants;
  • agents neurotrophiques.
Médicament pour AVC ischémiqueIl est accompagné des fonds suivants:
  • des thrombolytiques qui peuvent exclure la formation de nouveaux caillots sanguins;
  • des fonds destinés à maintenir la qualité du sang;
  • les médicaments qui soutiennent la pression artérielle normale;
  • médicaments qui assurent le bon fonctionnement du muscle cardiaque.
Type hémorragiqueLes préparatifs:
  • médicaments qui arrêtent le saignement;
  • des neuroprotecteurs qui accélèrent la récupération des cellules nerveuses après l'apoplexie;
  • médicaments pour ajuster la pression artérielle.

Le plus souvent, ce sont des métastases des poumons, des glandes mammaires et des mélanomes. Ce dernier donne plus souvent que d'autres des métastases multiples.

Pronostic et complications

Les conséquences de la maladie dépendent du degré de malignité du processus et de l'opportunité de l'opération. Mais vous devez vous rappeler que la fosse crânienne postérieure a un petit volume, donc, quel que soit le degré de malignité, la tumeur peut entraîner des conséquences potentiellement mortelles.

La prévention de la rechute de la maladie consiste en une visite régulière chez l'oncologue pendant 5 ans après l'intervention.

Lorsque la tumeur se développe, elle peut comprimer le tronc cérébral, ce qui est lourd de développement de troubles respiratoires, d'activité cardiaque, de conscience, qui menacent la vie du patient. Si en même temps la sortie du liquide céphalorachidien est perturbée, la pression intracrânienne augmente progressivement et la clinique de l'hydrocéphalie se développe. Crises hydrocéphales possibles avec une image prononcée de l'hypertension intracrânienne.

La tumeur cérébelleuse représente jusqu'à 80% des tumeurs de la fosse crânienne postérieure. Sa nature maligne est plus souvent déterminée chez les jeunes enfants. Un diagnostic rapide avec un traitement complet ultérieur augmente les chances de guérison complète.

Lisez À Propos De Vertiges