Principal Crise cardiaque

Blocus de la tête et du cou

La névrite occipitale est une maladie exprimée par une pathologie du système nerveux périphérique. Cela peut entraîner de graves dysfonctionnements dans le corps, car de cette manière, la transmission des signaux du cerveau aux tissus et aux organes est perturbée. L'anatomie de la partie affectée est assez complexe: elle se compose d'un petit et d'un gros nerf occipital. Après avoir lu l'article à la fin, vous apprendrez les principaux symptômes et le traitement d'une maladie neurologique.

Symptômes de la maladie

La douleur avec névralgie est très similaire à la migraine, augmentation du tonus artériel. Une personne sans formation médicale ne pourra pas déterminer la maladie. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, vous devez immédiatement contacter un neurologue. Il est dangereux de suivre un traitement sans connaître le diagnostic. Les principales différences symptomatiques entre les maladies sont la durée de la douleur: avec la névrite, une attaque de douleur peut durer plusieurs secondes, minutes et peut être répétée jusqu'à des centaines de fois par jour. Les deux autres maladies peuvent tourmenter une personne présentant des symptômes pendant plusieurs heures en continu.

Le principal signe de névralgie de la région occipitale de la tête et des vertèbres cervicales est une douleur aiguë des deux côtés. Mais cette nature des sensations est un phénomène assez rare, le plus souvent les symptômes se caractérisent par une manifestation unilatérale. Les patients comparent la douleur au choc électrique: la douleur est vive, piquante, parfois douloureuse, tiraillante. La nature des sensations dépend de la zone affectée. Beaucoup se plaignent de vertiges avec névralgie, nausées - un petit nerf occipital est affecté. Les symptômes de la névrite du nerf occipital couvrent tout l'arrière de la tête, peuvent aller au lobe temporal, à l'oreille, à la mâchoire inférieure, aux yeux, parfois aux os de la tête.

De plus, il y a une sensation de course de fourmis, de chaleur. Les sensations de douleur apparaissent soudainement, amplifiées en appuyant, en éternuant, en toussant, en tournant le cou. Les sensations sont de nature différente: douloureuses, aiguës, lancinantes, de gravité variable. Dans de rares cas, un choc douloureux peut survenir..

Dans les crises aiguës, la sensibilité de la peau est perturbée: un léger toucher semble frapper le patient, une piqûre d'aiguille ne se fait pas du tout sentir. Le cuir chevelu peut devenir blanc, couvert de tubercules.

Le diagnostic se fait par des points spécifiques à l'arrière de la tête. Une fois pressée, la douleur apparaît ou les sensations existantes s'intensifient. La partie déclencheur est située aux extrémités des processus nerveux. Le spécialiste ne fait un diagnostic qu'après ce test..

Les causes de la névrite du nerf occipital

L'inflammation du nerf occipital est causée par un certain nombre de raisons. Les experts n'ont pas de consensus sur cette question. La plupart des médecins concluent que cette maladie est causée par la névralgie d'Arnold: la maladie survient soudainement, les causes exactes ne sont pas claires. D'autres distinguent les facteurs symptomatiques de l'apparition de la névralgie: maladies d'autres organes et systèmes qui provoquent une inflammation du nerf. Ainsi, la névrite de la partie occipitale n'est que la pointe de l'iceberg. Pour un traitement réussi, vous devez vous débarrasser de la maladie - la source.

Maladies provoquant une inflammation des fibres nerveuses:

  • Diabète;
  • Tuberculose;
  • Arthrite;
  • Ostéochondrose;
  • Hernie du disque intervertébral;
  • Le lupus érythémateux disséminé;
  • Endartérite;
  • Goutte;
  • Infections virales.

Les facteurs ci-dessus sont secondaires. Ils n'affectent qu'indirectement le nerf occipital. Il existe des causes principales de douleur:

  • Hypothermie de la tête, du cou. Le plus souvent trouvé parmi les amateurs de conduite rapide, ou ceux qui ne sont pas opposés à s'asseoir dans un projet.
  • Constriction nerveuse: tour brusque de la tête, mauvaise exécution des exercices physiques.
  • Spasme musculaire causé par le maintien d'une position de la tête pendant une longue période de temps. Réel pour les étudiants, les employés de bureau, menant un style de vie sédentaire.
  • Instabilité de la colonne vertébrale motrice.
  • Les conséquences des blessures: une fracture du cou, un déplacement des vertèbres.
  • Facteurs psychosomatiques: dépression, stress, peurs cachées, timidité. Si vous êtes souvent nerveux, une névralgie du nerf occipital peut se développer..

Traitement médical

Les médicaments pour la névralgie occipitale sont la principale composante du traitement. Ainsi, l'inflammation est supprimée, le syndrome douloureux est arrêté. Les neurologues prescrivent un certain nombre de médicaments: antidépresseurs, non stéroïdiens, myorelaxants, anticonvulsivants, stéroïdes. Parcourir les meilleurs médicaments dans ces groupes.

Meloxicam

La médecine du Vietnam. Forme de libération - ampoules. Soulage l'inflammation, abaisse la température corporelle, a un effet analgésique. Le principal ingrédient actif est le méloxicam. Application: appliqué sur la zone affectée deux fois par jour.

Nurofen

Drogue britannique. L'ingrédient actif est l'ibuprofène. Sont également inclus le macrogol, l'hydroxyde de potassium. Il a des effets anti-inflammatoires et analgésiques. Prendre 1-2 comprimés trois fois par jour.

Diclofénac

Médicament anti-inflammatoire domestique. La base du médicament est le diclofénac sodique. Buvez un comprimé une fois avant ou pendant les repas.

Midokalm

Médecine russe sous forme de pilule. Relaxant musculaire. Nécessaire pour soulager la tension musculaire. La substance active est le chlorhydrate de tolpérisone, composants auxiliaires: dioxyde de silicium, acide stéarique, lactose monohydraté. Buvez un comprimé 2-3 fois par jour après les repas.

Tizalud

Le médicament appartient au même groupe que Midokalm. Réduit le tonus musculaire accru, soulage les spasmes. Pays d'origine: Russie. Le composant principal est le chlorhydrate de tizanidine. Attribuez un demi-comprimé trois fois par jour. En cas d'urgence, buvez deux comprimés une fois avant le coucher..

Gabapentine

Capsules domestiques. La substance active est la gabapentine. Antikolvunsant, soulage les spasmes. Boire selon un schéma spécial: commencer par un comprimé trois fois par jour, en augmentant progressivement jusqu'à trois gélules.

Carbamazépine

Ils produisent des comprimés en Russie. Le nom de la substance principale est identique au nom du médicament. Antidépresseur, a un effet sédatif, neurotrope, psychotrope. Accepté avec une douleur intense, qui n'est pas soulagée par d'autres médicaments. Buvez un comprimé deux fois par jour..

Dexaméthasone

Antidépresseur. Il est fabriqué par la société russe. L'ingrédient actif est la dexaméthasone. Buvez un comprimé par jour, de préférence le matin.

Le blocage du nerf occipital est une procédure d'urgence de soulagement de la douleur et de diagnostic de la maladie. Elle se déroule comme suit: un mélange de médicaments hormonaux et antiseptiques est injecté aux points de sortie du nerf occipital. Cet événement est plutôt douloureux. Dans le processus, le patient s'assoit. Avec le blocage du nerf occipital, une anesthésie locale doit d'abord être effectuée..

Traitements non médicamenteux

Parallèlement à la prise de médicaments, diverses procédures médicales sont effectuées, dans de rares cas, un traitement chirurgical est nécessaire. Les médicaments ne soulagent que la douleur, l'inflammation, éliminent les symptômes, mais ne résolvent pas le problème. Des thérapies supplémentaires affectent les causes de la maladie.

Aujourd'hui, les procédures suivantes sont prescrites:

  • Massage de la région occipitale. Passez entre les attaques. Avec la névralgie, la sortie de sang est altérée. Les mouvements de massage normalisent la circulation sanguine, les muscles se détendent - le tonus accru est éliminé.
  • Différents types de procédures physiothérapeutiques: échographie, thérapie au laser, méthodes de traitement actuelles, magnétothérapie.
  • Acupuncture. La pratique orientale donne d'excellents résultats dans le traitement des maladies de divers organes et systèmes. L'impact passe par certains points du corps, un message est envoyé au cerveau sur le problème, le corps dirige des ressources cachées pour traiter la névralgie.
  • La neurostimulation sur deux côtés affecte parfois un côté. Peut-être seulement à l'étranger. Un dispositif spécial est implanté dans le patient sous la peau, émettant des impulsions électroniques qui suppriment le symptôme de douleur. Le patient peut ajuster la fréquence de l'appareil.
  • Thérapie manuelle.
  • Intervention chirurgicale - décompression microvasculaire. Attribuer lorsque le nerf occipital est pincé. L'organe est libéré de l'influence des artères, des veines et des muscles voisins.
  • Classes de physiothérapie, yoga. Particulièrement efficace lorsque le nerf est pincé.

La médecine traditionnelle

Si le traitement est inefficace avec des méthodes conservatrices, ils recommandent une thérapie avec des remèdes populaires. À la maison, des décoctions spéciales, des teintures, des onguents sont faits.

Bouillon d'écorce de saule

Incorporer une cuillère à soupe d'herbes hachées dans un verre d'eau bouillante. Mettez le mélange sur le feu et laissez cuire vingt minutes, couvert d'un couvercle. Prenez une cuillère à soupe trois fois par jour.

Infusion de millefeuille

Extrêmement efficace pour l'inflammation des fibres nerveuses. Versez deux cuillères à café de l'herbe avec deux cents millilitres d'eau bouillante, enveloppez le récipient dans une couverture, laissez reposer pendant une heure. Buvez un tiers d'un verre deux fois par jour avant les repas.

Huile d'ail

Vendu dans les pharmacies homéopathiques. Élimine la violation, soulage la douleur dans les os du crâne, empêche le développement de l'inflammation. Avant utilisation, faites de la teinture: diluez une cuillère à soupe d'huile dans un demi-litre de cognac, de vodka. Lubrifiez quotidiennement le whisky, le front et la nuque avec de la teinture.

Pommade aux reins lilas

Une pommade à base de graisse de porc et une décoction de reins lilas aideront à guérir la névrite de la région occipitale. Pour préparer le bouillon, prenez trente grammes de reins séchés, versez deux verres d'eau, faites bouillir pendant trente minutes. Refroidissez le bouillon. Faire fondre la graisse de porc au bain-marie, ajouter le bouillon, refroidir jusqu'à ce qu'il durcisse. Enduire leur cou lorsque les tubercules occipitaux font mal.

Punch au vin et aux herbes

Il a un effet sédatif. Mélanger 250 millilitres de vin rouge demi-doux, 20 grammes d'agripaume, de valériane, de cumin, de fenouil. Mettre le mélange à feu doux, porter à ébullition. Suivez un cours de deux semaines au premier signe d'inflammation. Buvez une cuillère à soupe trois fois par jour après les repas.

La famine à la rescousse

Les pratiques orientales suggèrent le traitement de toute maladie par la famine. Le refus temporaire de la nourriture élimine les étourdissements liés à la névralgie, prévient l'irritation du système nerveux central. Grâce à la famine, certains récepteurs nerveux se reposent. Il peut s'agir d'un jour, de trois jours, de sept jours ou de quarante jours. Il est préférable de passer un long jeûne, pendant cette période, le corps parvient à se nettoyer complètement. Les patients sans formation sont contre-indiqués pendant de si longues périodes sans nourriture.!

Avec la névralgie du nerf occipital, un jeûne de sept jours est recommandé. La préparation commence à l'avance: dans trois semaines, il vaut la peine de renoncer aux aliments lourds et frits, en sept jours, continuez à boire. Tout d'abord, ils cessent de jeûner à travers les fruits et légumes, enrichissant progressivement le régime alimentaire avec d'autres produits. Le nettoyage du corps empêche les dommages au tissu nerveux, les complications possibles.

Et s'il n'est pas traité?

Mauvais traitement, diagnostic incorrect, maladie négligée entraîne des conséquences irréparables:

  • Une douleur constante développe une névrose, dans le contexte de cela, une personne peut avoir une déviation mentale.
  • Déformation des vertèbres cervicales. L'inflammation permanente affecte la structure physiologique. Au fil du temps, courbure du cou, handicap.
  • Un changement pathologique de la structure des tissus et des os se produit, une sensibilité excessive apparaît, le patient ressent constamment de la douleur, le soulagement survient après la prise de médicaments puissants.
  • Si l'inflammation n'est pas supprimée, elle passe à d'autres organes, les fibres du nerf optique peuvent être affectées. La cécité se développe.

L'élimination des conséquences est impossible, des dommages aux nerfs et aux tissus entraînent inévitablement une invalidité. Lorsque les premiers symptômes de névralgie apparaissent - consultez immédiatement un spécialiste.

Névralgie occipitale - c'est peut-être la raison des maux de tête sévères? Comment est le traitement de la maladie?

Avec la névralgie du nerf occipital, la douleur et d'autres symptômes neurologiques se produisent dans le cou. La pathologie se développe principalement dans le contexte d'autres maladies, c'est-à-dire qu'elle est de nature secondaire. Les symptômes réduisent la qualité de vie et nécessitent la sélection d'une thérapie complexe.

informations générales

La névralgie est une condition dans laquelle les nerfs périphériques sont affectés sans changements structurels dans le tissu nerveux. Cela peut être dû à la compression ou à l'irritation des fibres nerveuses, ou peut se produire dans le contexte de l'inflammation..

La névralgie occipitale survient lorsque 2 gros ou 2 petits nerfs du même nom sont endommagés, qui sont situés à l'arrière de la tête sur les côtés de la colonne vertébrale. Les grosses sont une continuation des branches du nerf cervical. Ils commencent dans la région du muscle oblique inférieur de la tête et innervent la peau du cou. Les petits sont formés de 1 et 3 nerfs cervicaux. Ils fournissent une sensibilité sur les parties latérales de la nuque et les parties des oreillettes..

Classification

La névralgie du gros et du petit nerf occipital présente diverses variantes du cours. Selon l'origine de la pathologie, elle se divise en deux formes:

  1. Primaire ou idiopathique. Elle survient spontanément et n'est associée à aucun changement organique. La récupération intervient de manière inattendue.
  2. Secondaire ou symptomatique. Se développe à la suite d'une autre maladie de fond.

La détermination de la forme de la maladie est nécessaire pour le choix du traitement et la prévention des rechutes.

Pathologie

La cause de la névralgie primaire est inconnue. Les principaux facteurs menant au développement du secondaire sont les suivants:

  • ostéochondrose du rachis cervical - des modifications pathologiques des disques intervertébraux entraînent une compression et une inflammation des fibres nerveuses, les symptômes sont aggravés par une exposition prolongée à une position inconfortable et à l'exercice;
  • troubles de la posture (scoliose, etc.) - ces conditions s'accompagnent d'une violation du tonus des muscles du dos et d'une charge accrue sur certaines sections des disques intervertébraux, cela peut provoquer une compression et une inflammation des nerfs dans la partie occipitale de la tête;
  • un effort physique intense et intense, entraînant une altération du tonus musculaire des muscles occipitaux et cervicaux;
  • les infections bactériennes et virales qui, lors de la généralisation du processus infectieux, pénètrent dans les structures nerveuses;
  • blessures au dos et au cou, entraînant des dommages mécaniques aux fibres nerveuses;
  • néoplasmes bénins et malins avec localisation dans la colonne vertébrale ou le nerf occipital;
  • l'arthrose et l'arthrite des articulations de la colonne vertébrale;
  • hypothermie du corps;
  • stress chronique entraînant un dysfonctionnement du système nerveux;
  • pathologie du système endocrinien, par exemple, diabète sucré;
  • intoxication chronique par l'alcool et d'autres substances toxiques.

Les causes de la névralgie secondaire sont identifiées dans le processus de diagnostic. Sans leur élimination, la récupération est impossible, les rechutes et la progression de la maladie se produiront constamment.

Symptômes de la maladie

Le principal symptôme de la névralgie du nerf occipital gauche et droit est une douleur à l'arrière de la tête du même côté. La douleur s'étend à l'avant du cou, de l'oreille, du front et de la mâchoire inférieure. Des sensations désagréables peuvent passer dans le dos. Les formes graves de la maladie entraînent des douleurs bilatérales.

La douleur est de nature paroxystique. Elle survient de manière aiguë et s'accompagne de sensations de pulsation, pouvant durer jusqu'à plusieurs minutes. Les crises de douleur surviennent à différentes fréquences - jusqu'à 100 par jour. La douleur s'intensifie avec une forte flexion de la tête, un peignage des cheveux, des éternuements, une toux, etc. En l'absence de traitement, les attaques de douleur entraînent l'impossibilité d'une activité professionnelle en raison de la fréquence élevée de survenue..

Dans la période entre les attaques, la douleur devient tiraillante. Les patients notent une sensation de brûlure et une sensation de picotement sur le cuir chevelu. Des nausées, des vomissements, des frissons et des larmoiements peuvent survenir. Lorsque la peau se touche, le syndrome douloureux s'intensifie ou une perte complète de sensibilité est observée. Les troubles neurologiques augmentent avec la progression de la pathologie.

Avec la névralgie du petit nerf occipital, les symptômes sont légers. L'inconfort et la douleur se produisent sur la partie latérale de la nuque et du cou, passant parfois à l'oreillette. Les symptômes généraux (nausées, vomissements, etc.) sont faibles.

Le nombre et la durée des crises aiguës ne sont pas prévisibles. Les situations stressantes et l'effort physique augmentent leur nombre, ce qui peut entraîner un handicap.

Mesures diagnostiques

Un neurologue participe au diagnostic et au traitement. Le spécialiste mène une enquête selon l'algorithme suivant:

  1. Recueil des plaintes et des antécédents médicaux. Au cours de l'enquête, les facteurs de risque sont identifiés, ainsi que les maladies concomitantes pouvant contribuer à l'apparition de névralgies.
  2. Examen externe visant à évaluer les fonctions neurologiques et à identifier les pathologies concomitantes. Pendant l'examen, des points de déclenchement sont étudiés, en cliquant sur ce qui intensifie le syndrome douloureux. Pour le gros nerf occipital, il est situé sur la ligne, qui est réalisée de manière conditionnelle, reliant l'occiput et le processus mastoïde. Point de déclenchement du petit nerf occipital - dans la zone de connexion du processus mastoïde et du muscle sternocléidomastoïde.
  3. Analyse clinique et biochimique du sang. Dans les processus inflammatoires des structures nerveuses, des changements caractéristiques sont révélés: une augmentation du nombre de leucocytes, une accélération de l'ESR et une augmentation de la concentration de protéine C-réactive et de fibrinogène.
  4. Pour déterminer la cause de la névralgie, la radiographie, la tomodensitométrie ou l'imagerie par résonance magnétique sont utilisées. Les méthodes évaluent l'état de la colonne vertébrale, du nerf et d'autres structures. La tomodensitométrie est réalisée avec des processus dégénératifs suspectés dans les corps vertébraux. L'IRM est recommandée pour une utilisation en présence de symptômes concomitants d'ostéochondrose.

Critères diagnostiques pour le diagnostic:

  • douleur soudaine aux coutures, qui dans la période entre les attaques a un caractère de traction (la douleur est observée dans l'innervation du petit ou du gros nerf occipital);
  • la présence d'un point de déclenchement situé au-dessus du point de sortie de ces nerfs;
  • l'efficacité du blocus anesthésique local.

En présence de ces signes, un diagnostic de névralgie du nerf occipital est posé. Si un ou deux critères sont absents, le diagnostic continue. La névralgie primaire est exposée au cas où aucun changement dans les analyses et les résultats d'un examen instrumental ne seraient révélés. Le diagnostic différentiel est réalisé avec des céphalées de tension, des lésions de l'artère vertébrale, etc..

Approches thérapeutiques

Le traitement de la névralgie du nerf occipital est toujours complexe. En thérapie, des méthodes conservatrices et chirurgicales sont utilisées. Les premiers comprennent l'utilisation de médicaments, d'exercices thérapeutiques et de massages. Dans la douleur aiguë, la victime doit être hospitalisée pour un examen supplémentaire et un rendez-vous thérapeutique. Le traitement à domicile se poursuit après l'élimination de la douleur..

Selon l'origine de la névralgie, la thérapie présente un certain nombre de différences:

  • Dans la forme primaire, lorsqu'il est impossible d'établir la cause de son apparition, le traitement est symptomatique. Des relaxants anti-inflammatoires, analgésiques et musculaires sont prescrits. Après la fin du traitement, les patients observent des recommandations prophylactiques qui empêchent la rechute des symptômes.
  • La névralgie secondaire nécessite la nomination d'un traitement étiotrope, c'est-à-dire visant à éliminer la cause profonde. Cela dépend des résultats de l'examen. Si la pathologie s'est développée à la suite d'une infection herpétique, alors l'acyclovir et ses analogues, qui ont un effet antiviral, sont prescrits. Lors du diagnostic d'une tumeur, elle est enlevée chirurgicalement, etc..

Combien de temps la maladie est-elle traitée??

Les médecins notent une période de 1-2 semaines, en fonction de la gravité du cours.

L'usage de drogues

Les médicaments pour la névralgie occipitale sont prescrits par un neurologue. Tous les médicaments ont certaines indications et contre-indications. Leur non-observance peut entraîner la progression de la maladie et le développement de complications. En thérapie, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Kétorol, Diclofénac, etc.
  • relaxants musculaires (Sirdalud, Midokalm et leurs analogues) - éliminent les spasmes musculaires, ce qui augmente la douleur;
  • diurétiques (Furosémide, Lasix, etc.) - peuvent réduire l'enflure inflammatoire du nerf occipital; ils sont utilisés avec prudence en cas de maladies rénales concomitantes et de troubles de l'équilibre eau-sel;
  • Les vitamines B, qui peuvent être utilisées comme médicaments séparés ou sous forme de complexes vitaminiques, ont un effet positif sur le système nerveux et contribuent à la restauration des fibres nerveuses;
  • blocus médical avec anesthésiques locaux (Novocain, Lidocaine) ou glucocorticostéroïdes (Dexamethasone) dans la zone des points de déclenchement.

Dans la douleur chronique, des antidépresseurs ou des anticonvulsivants sont prescrits. L'amitriptyline et d'autres antidépresseurs tricycliques aident à éliminer la douleur et à améliorer la qualité de vie du patient. Parmi les anticonvulsivants, la carbamazépine et la gabapentine sont préférées..

Blocus occipital

L'utilisation de remèdes populaires, d'homéopathie et d'autres approches de la médecine alternative est interdite. Ils n'ont pas de sécurité et d'efficacité prouvées et peuvent donc entraîner des complications..

Physiothérapie

Dans le traitement, des techniques physiothérapeutiques sont utilisées. Ils aident à réduire la gravité de l'inflammation, de la douleur et améliorent également la nutrition des tissus endommagés. Les principales méthodes de physiothérapie pour la névralgie sont les suivantes:

  • Thérapie UHF - exposition aux ondes décimétriques;
  • UHF, chauffant les tissus mous du cou;
  • effets laser et magnétiques;
  • électrophorèse avec des médicaments Dibazole ou vitamines.

Toutes les procédures physiothérapeutiques sont effectuées en dehors de la période aiguë du cours. Ils peuvent être effectués à domicile avec l'équipement nécessaire et après consultation avec un neurologue.

Massage et thérapie par l'exercice

Un massage thérapeutique régulier aide à réduire la douleur et la relaxation musculaire dans le cou et le cou. Le cours comprend 10-15 sessions. Chaque procédure dure 10-15 minutes. Le massage comprend de légers frottements et caresses. Une forte pression et des mouvements brusques sont interdits. Le patient peut effectuer un auto-massage à domicile. Pour ce faire, il frotte doucement et caresse la zone du cou.

En plus du massage pour la névralgie du nerf occipital, une thérapie par l'exercice est prescrite. Les exercices de physiothérapie consistent en des exercices visant à plier, fléchir et faire tourner la tête et le cou. Ils sont effectués lentement et sous la supervision d'un spécialiste. Les exercices sont effectués dans une amplitude incomplète, qui augmente progressivement. Dans les premiers jours de la thérapie par l'exercice, la douleur peut s'intensifier. Par conséquent, leur mise en œuvre indépendante est interdite. La physiothérapie est effectuée tous les jours, ce qui lui donne 10-15 minutes.

Traitements chirurgicaux

En cas d'inefficacité des approches conservatrices, une intervention chirurgicale est réalisée. Les opérations sont effectuées de trois manières:

  1. Neurostimulation invasive. Pendant la chirurgie, un petit appareil est constamment implanté par voie sous-cutanée dans la zone des points de déclenchement, générant constamment des impulsions électriques. Leur nombre et leur force sont déterminés individuellement pour chaque personne..
  2. La décompression microvasculaire est effectuée pour détecter la compression des branches nerveuses.
  3. S'il est impossible d'effectuer ou une thérapie conservatrice ou une intervention chirurgicale inefficace, une neurectomie est effectuée. L'intervention consiste à traverser le nerf affecté.

Ces opérations ne nécessitent pas d'hospitalisation prolongée du patient. Les patients sortent de l'hôpital 2-3 jours après la chirurgie.

Complications de la pathologie

En l'absence de traitement ou de consultation médicale tardive, la maladie peut entraîner le développement de conséquences négatives:

  • neuropathie, caractérisée par des changements dégénératifs-dystrophiques dans les nerfs, dans ce cas, la douleur devient forte et permanente, et s'accompagne d'une altération de la sensibilité;
  • une altération du tonus des muscles cervicaux provoque un torticolis, la condition n'est pas accompagnée par la position physiologique des vertèbres, ce qui renforce les symptômes de la névralgie;
  • le syndrome de la douleur chronique mène à la dépression, qui progresse sans thérapie et peut causer de l'anxiété et d'autres troubles mentaux.

Une névralgie de longue durée entraîne une diminution des performances intellectuelles et physiques. Cela affecte négativement la vie professionnelle et sociale d'une personne..

Actions préventives

La prévention de la névralgie repose sur des recommandations simples:

  1. Exercice régulier. L'exercice, la course, la natation et d'autres activités soutiennent le tonus musculaire dans le dos et le cou, empêchant le développement de l'ostéochondrose et d'autres pathologies. Les cours doivent être adaptés au niveau de forme physique.
  2. Avec un travail sédentaire prolongé, vous devez régulièrement faire un entraînement physique, ainsi que marcher.
  3. Évitez le refroidissement excessif et la surchauffe.
  4. Renoncer aux mauvaises habitudes: boire de l'alcool et fumer.
  5. Traiter en temps opportun les maladies de la colonne vertébrale, des organes internes et du système nerveux.
  6. Normaliser le régime alimentaire en augmentant le nombre de légumes frais, fruits, baies et viandes non grasses.
  7. Réduisez la quantité de stress dans la vie personnelle et professionnelle, car la douleur peut être associée aux psychosomatiques.

Si vous ressentez des symptômes de névralgie, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Le pronostic pour le début du traitement en temps opportun est favorable. La thérapie de la maladie sous-jacente et l'utilisation de médicaments anti-inflammatoires éliminent les changements pathologiques dans les fibres nerveuses et assurent une récupération complète. Avec un traitement tardif, la maladie progresse et peut provoquer une neuropathie sévère, qui nécessite une longue rééducation.

Blocus du nerf facial

A. Indications Le blocage du nerf facial est indiqué pour les spasmes des muscles faciaux, ainsi que pour les lésions du nerf herpétique. De plus, il est utilisé pour certaines opérations ophtalmologiques (voir Ch. 38).

B. Anatomie: le nerf facial quitte la cavité crânienne par l'ouverture styloïde dans laquelle il est bloqué. Le nerf facial assure la sensibilité gustative des deux tiers antérieurs de la langue, ainsi que la sensibilité générale du tympan, du conduit auditif externe, du palais mou et d'une partie du pharynx.

B. Technique de blocage: le point d'insertion de l'aiguille est immédiatement en face de l'apophyse mastoïde, en dessous du méat auditif externe et au niveau du milieu de la branche de la mâchoire inférieure (voir Ch. 38).

Le nerf est situé à une profondeur de 1-2 cm et est bloqué par l'introduction de 2-3 ml d'anesthésique local dans la zone de l'ouverture styloïde.

G. Complications: si l'aiguille est insérée trop profondément, il existe un risque de blocage des nerfs glossopharyngés et vagues. Un test d'aspiration approfondi est nécessaire, car le nerf facial est situé à proximité de l'artère carotide et de la veine jugulaire interne.

Blocus du nerf glossopharyngé

A. Indications: Le blocage du nerf glossopharyngé est indiqué pour la douleur causée par la propagation d'une tumeur maligne à la base de la langue, l'épiglotte, les amygdales palatines. De plus, le blocage permet de différencier la névralgie du nerf glossopharyngé de la névralgie du trijumeau et de la névralgie en raison de dommages au nœud du genou.

B. Anatomie. Le nerf pharyngé quitte la cavité crânienne à travers l'ouverture jugulaire médiale du processus styloïde et passe ensuite dans la direction antéro-médiale, innervant le tiers postérieur de la langue, les muscles et la membrane muqueuse du pharynx. Le nerf vague et le nerf accessoire quittent également la cavité crânienne à travers l'ouverture jugulaire, passant près du nerf glossopharyngé; juste à côté d'eux se trouvent l'artère carotide et la veine jugulaire interne.

B. Technique de blocage: utilisez une aiguille de 22 G et une aiguille de 5 cm de long, qui sont insérées immédiatement en arrière de l'angle de la mâchoire inférieure (Fig. 18-5).

Figure. 18-5. Blocus du nerf glossopharyngé

Le nerf est situé à une profondeur de 3-4 cm, la stimulation du nerf vous permet d'orienter plus précisément l'aiguille. Injectez 2 ml de solution anesthésique. L'accès alternatif s'effectue à partir d'un point situé au milieu entre l'apophyse mastoïde et l'angle de la mâchoire inférieure, au-dessus de l'apophyse styloïde; le nerf est situé directement en face du processus styloïde.

D. Complications Les complications comprennent la dysphagie et le bloc du nerf vague, ce qui entraîne respectivement une paralysie homolatérale de la corde vocale et une tachycardie. Le blocage des nerfs accessoire et hyoïde provoque respectivement une paralysie homolatérale du muscle trapèze et de la langue. Un test d'aspiration empêche l'injection intravasculaire d'un anesthésique.

Blocus du nerf occipital

A. Indications Le blocage du nerf occipital est indiqué pour le diagnostic et le traitement des céphalées occipitales et de la névralgie occipitale..

Figure. 18-6. Blocus du nerf occipital

B. Anatomie. Le gros nerf occipital est formé par les branches postérieures des nerfs rachidiens cervicaux. C2 et C3, tandis que le petit nerf occipital est formé à partir des branches antérieures des mêmes nerfs.

B. Technique de blocage: le gros nerf occipital est bloqué par l'introduction de 5 ml de solution anesthésique à environ 3 cm latéralement de la saillie occipitale au niveau de la ligne nucale supérieure (Fig. 18-6). Le nerf est situé plus médialement que l'artère occipitale, qui peut souvent être palpée. Le petit nerf occipital est bloqué par l'introduction de 2-3 ml d'anesthésique toujours latéral le long de la ligne de pirogue supérieure.

G. Complications Il existe un léger risque d'injection intravasculaire..

Blocus paravertébral dans la colonne cervicale: types, lorsqu'ils sont montrés, avis et prix à Moscou

Le blocage paravertébral de la colonne cervicale est une procédure au cours de laquelle la douleur aiguë est éliminée pendant longtemps. Cela se fait par injection de médicaments. En fréquence, les procédures paravertébrales sont effectuées beaucoup plus souvent en comparaison avec d'autres manipulations similaires..

Description du blocus

Les blocages consistent en un mélange de médicaments et de vitamines. Après leur introduction dans un endroit douloureux, ils commencent immédiatement à être absorbés et à agir, en contournant initialement le sang et le tractus gastro-intestinal. Avec l'aide du blocus, un lien est temporairement déconnecté de l'arc de la douleur.

La procédure peut être utilisée pour le traitement et le diagnostic, lorsque le médecin a du mal à établir un diagnostic précis. Il arrive qu'il soit nécessaire de confirmer la maladie ou en raison de la douleur il est impossible de faire au patient une radiographie, une échographie.

L'anesthésie des structures anatomiques est réalisée et si la douleur à certains endroits diminue, elles sont déterminées comme source de sensations négatives. Les injections peuvent être faites dans des zones spécifiques pour la douleur nerveuse (dans l'articulation ou son sac).

Avantages de la méthode

Avantages de la méthode - le patient ressent un soulagement après la première injection. Dans la forme avancée de la maladie, plusieurs procédures peuvent être nécessaires - de 2 à 15. Une pause de cinq jours est observée entre les injections. Avec la douleur, le blocage soulage l'enflure des racines nerveuses. En même temps, il y a un effet anti-inflammatoire, les spasmes sont éliminés.

Après la procédure correcte, les complications sont extrêmement rares. L'injection se fait le plus près possible du nerf, ce qui permet un effet rapide. La méthode peut être appliquée à plusieurs reprises.

Types de blocus

Le blocus est divisé en plusieurs variétés:

  • nerf occipital;
  • scalen muscle antérieur;
  • nœud étoile;
  • articulaire.

Selon le lieu d'influence, le blocus est divisé en plusieurs sous-espèces. Tissus - lorsqu'une injection est introduite à côté du fragment affecté de la colonne vertébrale. La conduction s'effectue de plusieurs manières et bloque les fibres nerveuses. Ganglionique - le médicament est injecté dans les plexus nerveux et les nœuds. Pendant le blocage des récepteurs, le médicament est injecté dans les muscles, les tendons, les ligaments.

Préparatifs du blocus

Le blocage de la colonne cervicale se fait avec de la novocaïne. C'est un bon anesthésique à large action. La novocaïne soulage rapidement les spasmes musculaires. L'effet du médicament ne dure qu'une demi-heure, mais cela suffit pour que les muscles se tonifient. Une barrière à la douleur se crée immédiatement. La novocaïne en tant qu'anesthésique est beaucoup plus faible que la lidocaïne et ses analogues, mais elle est moins toxique et est presque complètement éliminée par les reins..

Le blocage se fait avec l'ajout d'hydrocortisone. Il est mélangé à la novocaïne à l'avance. L'hydrocortisone appartient aux corticostéroïdes et a en outre un fort effet anti-inflammatoire. En même temps, soulage l'enflure et éteint la douleur pendant longtemps. Le médicament est anti-allergène, empêche l'apparition de réactions négatives.

Indications du blocus

Le blocage paravertébral n'est pas effectué plus de 4 fois par an. La procédure n'est indiquée que si d'autres méthodes de traitement conservateur ont échoué. Indications du blocus:

  1. Ostéochondrose, dans laquelle se produisent des changements dystrophiques dans les articulations. Corruption du disque observée en même temps.
  2. Tumeurs vertébrales.
  3. La radiculopathie est un syndrome radiculaire ou des manifestations de névralgie. Apparaît après compression des nerfs et s'accompagne de crises aiguës de douleur..
  4. Blessure de la colonne vertebrale.
  5. La spondylose déformante est une réaction protectrice du corps. Des croissances osseuses se forment sur les vertèbres (autrement appelées ostéophytes). Ils causent non seulement des désagréments, mais provoquent également de fortes douleurs. Les ostéophytes ne disparaissent pas d'eux-mêmes, nécessitent un traitement complexe.
  6. La sténose vertébrale est une maladie chronique en constante évolution. Le canal central du pilier se rétrécit progressivement. Des douleurs sévères et durables apparaissent. La maladie est plus susceptible d'affecter les personnes âgées..
  7. Une hernie du disque intervertébral s'accompagne d'une rupture de l'anneau fibreux. De plus, un déplacement du noyau pulpaire se produit. Dans la région cervicale, de tels phénomènes sont rarement observés..

Le blocus est également effectué comme diagnostic. En raison d'une douleur intense au cou, il est impossible pour une personne de subir une échographie ou une radiographie complète. Cela ne devient possible qu'après l'injection. Dans le même temps, un agent de contraste est introduit dans la solution pour un résultat plus clair. Il vous permet de détecter avec précision les tissus endommagés, leur forme et leur taille pendant les rayons X ou les ultrasons.

Le blocage de la colonne cervicale est utilisé pour les opérations qui ne nécessitent pas de pénétration profonde dans le corps. Dans ce cas, les néoplasmes bénins ou adipeux peuvent être enlevés. Une injection est administrée aux personnes qui, en raison d'une maladie ou de la vieillesse, ne peuvent tolérer l'anesthésie.

Contre-indications à la procédure

Toutes les contre-indications du blocus sont identifiées individuellement. Cependant, il existe des interdictions générales. Les contre-indications absolues comprennent:

  1. L'épilepsie, dangereuse pour ses attaques. L'administration d'un médicament en raison d'un système nerveux faible peut déclencher une attaque qui perturbe l'activité cardiaque et respiratoire..
  2. Crise cardiaque et autres maladies cardiaques. Le blocus peut provoquer la mort.
  3. Réactions neurologiques. Cela peut entraîner des convulsions, des crampes et une altération du fonctionnement des organes internes. Il y a un risque de douleur accrue.
  4. Maladies du foie, dans lesquelles même une petite dose peut devenir une menace.
  5. Intolérance individuelle aux drogues.
  6. Pression artérielle faible.
  7. Fièvre.
  8. Grossesse.
  9. Enfance.
  10. Syndrome hémorragique.
  11. Dommages et blessures à la peau sur le site de l'injection présumée.

Les contre-indications relatives comprennent:

  1. Ostéoporose, dans laquelle la destruction de la structure osseuse se produit. Le blocus peut aggraver le processus et aggraver l'état général..
  2. L'ostéomyélite est une maladie purulente des vertèbres. Le liquide peut pénétrer dans le tissu nerveux lors d'une injection. Cela provoquera leur abcès et leur mort. Les restaurer après un très long, difficile et cher.

Le blocage ne se fait pas avec une inflammation de la graisse sous-cutanée. Une injection peut provoquer un abcès et une suppuration des tissus, et il est impossible de les amputer dans le cou. L'âge avancé fait référence à des contre-indications relatives. Des injections peuvent être administrées à ces personnes, mais avec beaucoup de soin..

Le blocage novocainique est contre-indiqué en cas de bradycardie sévère, de sensibilité élevée aux médicaments. Les injections ne peuvent pas être effectuées si le patient souffre du syndrome du nœud sinusal.

Technique opératoire

2-3 heures avant la procédure, vous devez faire une collation légère. Cela augmentera la glycémie et empêchera la perte de conscience pendant la chirurgie. Les aliments ne doivent pas être des protéines, sinon ils augmenteront la charge sur le foie. Si l'opération est effectuée dans une clinique - le patient ne doit pas conduire. Après la procédure, une violation temporaire de la coordination des mouvements est possible.

Le patient est exposé à la taille (les femmes n'ont pas à retirer le soutien-gorge), ajusté sur le ventre, le cou doit être entièrement accessible. Un oreiller rigide est placé en dessous. Le site d'injection est d'abord sondé pour la présence de croissances osseuses. Ils sont ensuite délimités avec un marqueur spécial. Après cela, la peau est traitée avec un antiseptique.

Les médicaments et la solution saline nécessaires sont aspirés dans la seringue. Il améliore la capacité des cellules à prendre des médicaments. Le patient peut simplement s'asseoir. Ce n'est qu'alors qu'il tourne la tête dans la direction opposée à l'injection. Tout d'abord, une ligne conditionnelle est tracée entre le tubercule du processus transverse de la vertèbre du cou et la mastoïde dans la partie temporelle. La deuxième caractéristique est parallèle à la première, 0,5 cm plus près de la colonne vertébrale.

Selon elle, le site d'injection est déterminé. La première injection est introduite juste en dessous du processus mastoïde. Entre les injections suivantes, le même intervalle est observé. Le médicament doit être administré à une profondeur inférieure à trois centimètres. Après être entré dans le blocus, l'aiguille est soigneusement retirée, le trou est traité avec des antiseptiques.

Le patient reste allongé pendant 5 minutes pendant que le tissu est cicatriciel. Après le blocus, il est conseillé de ne pas quitter l'établissement médical dans la demi-heure. Si des effets secondaires apparaissent pendant cette période, vous devez en informer votre médecin de toute urgence.

Effets secondaires

Les réactions négatives se produisent principalement en raison de l'utilisation de novocaïne ou de médicaments hormonaux. Peut apparaître:

  • effondrer;
  • choc anaphylactique;
  • vertiges;
  • urticaire;
  • vertiges;
  • la faiblesse;
  • hypotension artérielle.

L'apparition des effets secondaires est minimisée. Cela est dû au fait que le médicament pénètre immédiatement dans la lésion, puis seulement - dans la circulation sanguine.

Complications après le blocus

Une procédure mal exécutée peut endommager la moelle épinière et, par conséquent, développer une paralysie partielle. Après la chirurgie, le patient peut être surmonté pendant un certain temps de migraines et de maux de dos. Lors de l'utilisation d'un équipement non stérile, le risque d'infection est accru, ce qui contribue à l'apparition de myélite et de méningite.

Après le blocus, des hématomes et des saignements peuvent apparaître. Si l'injection n'est pas réglée correctement, les tissus mous sont endommagés. Diverses complications peuvent apparaître dans le contexte de l'utilisation de corticostéroïdes. Les conséquences du blocus comprennent une violation de la vessie. Avec des violations du système nerveux, des réactions psychologiques négatives se produisent. Si le médicament pénètre dans le "sac" sous-arachnoïdien, une insuffisance respiratoire peut être observée..

En raison de l'introduction d'adrénaline, des réactions végétatives-vasculaires peuvent apparaître sous forme de bradycardie, de tachycardie et de palpitations. Après la procédure, il est recommandé au patient de rester au lit.

Avis sur le blocus paravertébral

«Pendant longtemps, j'ai eu mal au cou. L'ostéochondrose a été délivrée. Les douleurs étaient terriblement épuisantes, parfois elle ne pouvait même pas tourner la tête. Un bloc paravertébral a été prescrit. J'ai ressenti un soulagement tout de suite, mais le mal de dos a continué pendant un certain temps. Pour un remède complet, mettez cinq blocus ".

Irina Simonina, Moscou

«Pendant longtemps, j'ai traité l'ostéochondrose cervicale. Puis il y a eu un engourdissement, une faiblesse de la main droite. Les médecins proposent un blocus. Cependant, cela fait peur, bien qu'un ami ait traité une hernie - a déclaré que la douleur avait disparu immédiatement, car elle était née de nouveau. Un traitement complet lui a coûté six blocages. Ils n'ont fait que de la novocaïne, ils ne se sont pas mélangés à des hormones ".

Le coût du blocus à Moscou

Le coût du blocus peut varier en fonction de la clinique, des conditions de séjour à l'hôpital. La procédure peut avoir lieu avec vos propres médicaments, le prix sera alors beaucoup plus bas. Le coût moyen d'une opération est de 1400 roubles. Pour un examen plus approfondi et le contrôle est payé séparément.

Le blocus ne peut pas être fait indépendamment. Une procédure mal exécutée peut provoquer des effets secondaires ou de graves complications, jusqu'à une issue fatale. Une seule injection ne peut que temporairement soulager la douleur. Jusqu'à 15 injections peuvent être nécessaires pour une guérison complète..

Lisez À Propos De Vertiges