Principal Tumeur

Encéphalopathie non précisée: vaut-il la peine d'avoir peur d'un diagnostic

La survenue de ces lésions cérébrales non inflammatoires est associée à l'action d'une grande variété de facteurs: infection, traumatisme, intoxication. Le plus souvent, ces conditions ne passent pas inaperçues. Mais parfois, une personne ignore une légère fièvre ou un léger mal de tête après une chute. Ce qui au bout du compte, après quelques mois, voire des années, entraîne une diminution de la mémoire, des étourdissements et d'autres signes d'encéphalopathie.

informations générales

Pour la CIM-10, l'encéphalopathie non spécifiée est indiquée sous G93. Il est à noter que le plus souvent, les manifestations de cette pathologie se retrouvent chez de très petits enfants qui viennent de naître. Cependant, ces diagnostics ne sont souvent pas confirmés. Il vaut donc la peine d'écouter l'avis de plusieurs experts.

Si nous parlons d'encéphalopathie (ICD-10 G93), elle peut également survenir chez l'adulte. Dans ce cas, les symptômes seront similaires. Mais, si nous comparons l'encéphalopathie infantile et adulte, vous devez comprendre qu'un organisme fragile est plus tendre et instable. Il peut souffrir de toute blessure, surtout si elle se produit dans la région de la tête..

Le risque de développer une maladie grave demeure même si un traitement rapide est administré au petit patient. Par conséquent, vous devez faire très attention aux manifestations qui peuvent indiquer cette maladie. Il convient également d'examiner plus en détail les variétés et les formes de pathologie..

Types d'encéphalopathie

Il existe une certaine classification de cette maladie. Par exemple, une maladie peut être congénitale et héréditaire ou se développer dans l'utérus de la mère. Cette dernière est communément appelée encéphalopathie périnatale chez les nourrissons. Un enfant, comme un adulte, peut souffrir d'une pathologie acquise. Cela se produit si son corps a été influencé par des facteurs nocifs qui ont affecté le cerveau.

Les symptômes de cette pathologie ne diffèrent pas chez l'adulte et l'enfant. Il convient également de noter que le développement de la maladie peut provoquer non seulement le fait que pendant la grossesse, la mère n'a pas respecté des règles graves, mais aussi des blessures à la naissance. Dans ce cas, ce type de pathologie est généralement appelé résiduel. Environ 10% de toutes les femmes au travail souffrent de blessures à la naissance. Pour mieux comprendre comment se développe l'encéphalopathie, de quel type de maladie il s'agit et les caractéristiques de son traitement, il convient de considérer la classification en fonction de la manifestation de la maladie. Ces informations seront utiles aux jeunes parents..

Symptomatologie

L'encéphalopathie épileptique se manifeste de différentes manières. Les caractéristiques cliniques de la maladie dépendent directement de la localisation du foyer pathologique, de la gravité des lésions cérébrales, ainsi que de l'âge de la personne.

Ainsi, chez les nouveau-nés, il est nécessaire de surveiller les réactions comportementales. Les parents devraient s'inquiéter si leur enfant ne répond pas adéquatement au volume sonore, à la luminosité, à un mauvais sommeil et à des pleurs sans raison apparente.

Les signes d'un trouble épileptique peuvent également être: régurgitations fréquentes, difficulté à manger, tonus musculaire excessivement élevé, troubles du rythme cardiaque, inclinaison constante de la tête.

À l'école primaire, ainsi qu'à l'âge préscolaire, d'autres symptômes sont caractéristiques de l'encéphalopathie:

  • maux de tête - périodiques, de localisation différente;
  • fatigue - augmentée, apparaît même avec un effort modéré;
  • sommeil - perturbé, intermittent;
  • tonus musculaire - augmenté, mais pas autant que dans la petite enfance;
  • évanouissement - fréquent, parfois sans raison apparente;
  • psychisme - changement d'humeur instable et rapide;
  • doute de soi - doutes constants sur ses propres forces et capacités;
  • mémoire - des efforts considérables sont nécessaires pour consolider le matériel couvert, en particulier lors du changement d'activités.

Pour les écoliers, les manifestations cliniques ci-dessus de l'encéphalopathie restent pertinentes. Ils souffrent de maux de tête, le matériel scolaire est difficile pour eux. Les enfants sont irrités et leur éventail d'intérêts n'est pas large.

Encéphalopathie toxique

En outre, ce type de pathologie est appelé dyscirculaire. Avec le développement de cette forme de la maladie, des modifications du type organique peuvent se produire dans le cerveau du nouveau-né. Ils affectent l'activité des neurones dans le contexte de maladies vasculaires ou du fait que des toxines ont pénétré dans le sang du bébé.

Dans ce cas, il existe des causes dites non spécifiées. De plus, l'encéphalopathie toxique chez les nourrissons peut être le résultat d'une insuffisance vasculaire (artérielle et veineuse), de maladies du sang, de pathologies virales ou infectieuses, ainsi que de maux qui nuisent à l'activité d'autres organes. La liste de toutes les maladies désagréables est beaucoup plus large. Ce ne sont que les principaux..

Causes et déclencheurs

Un changement organique dans le cerveau avec une composante épileptique est le résultat d'un impact négatif de facteurs dommageables externes et internes. Causes de l'encéphalopathie épileptique:

  • changements génétiques - mutations dans l'ADN, anomalies chromosomiques;
  • troubles métaboliques - par exemple, hyperglycinémie non cétotique ou déficit en xanthine déshydrogénase;
  • tumeurs cérébrales - les tumeurs individuelles ont un potentiel épileptogène, par conséquent, elles peuvent provoquer une encéphalopathie;
  • malformations congénitales et défauts des structures cérébrales - un trouble épileptique survient en raison de troubles structurels, par exemple, la porencéphalie, la dysginésie cérébrale, les dysplasies corticales focales;
  • blessures aux os du crâne et du cerveau - pendant la formation intra-utérine du fœtus, ainsi qu'après la naissance du bébé.

Parmi les facteurs provoquant l'encéphalopathie, les experts indiquent ce qui suit:

  • infection par une future mère;
  • intoxication chronique - abus de tabac et d'alcool;
  • blessures à l'abdomen et au bassin de la future mère;
  • naissance compliquée - prolongée, avec traumatisme pour l'enfant, saignement massif;
  • surexposition / prématurité du fœtus;
  • prédisposition familiale aux troubles épileptiques.

Parfois, la cause exacte de la maladie ne peut être établie. Diagnostic basé sur l'examen du patient.

Caractéristiques de la manifestation de la forme toxique

Si nous parlons des symptômes de ce type d'encéphalopathie chez les nourrissons, il convient tout d'abord de prêter attention à la qualité du sommeil de l'enfant. S'il s'endort longtemps et est capricieux tout au long de la nuit, cela peut entraîner une détérioration de la perception et le fait que la psyché souffre chez le bébé. Dans ce cas, nous parlons des soi-disant syndromes pseudo-névrotiques.

De plus, vous devez faire attention à l'apparition de vertiges et d'insécurité lors de la marche (le bébé peut commencer à chanceler). Les médecins diagnostiquent également des problèmes avec les indicateurs de pression artérielle. De plus, une détérioration du fonctionnement des organes de la vue et de l'audition peut survenir. Dans de rares cas, la situation atteint la défaillance du cerveau de l'enfant.

Étant donné que le développement de l'encéphalopathie chez les nourrissons affecte négativement le système nerveux d'un corps fragile, le bébé peut commencer à manifester des larmes sévères et une nervosité accrue. Dans des situations pires, les petits patients développent même des crises d'épilepsie. Si vous ne prescrivez pas de traitement en temps opportun, cela entraînera de graves anomalies cérébrales, qui peuvent être irréversibles. La soi-disant stagnation de la conscience peut se développer. Cela signifie que l'enfant sera constamment prostré, s'évanouissant périodiquement, etc..

Pathogénèse

La détérioration cognitive et neuropsychologique progressive des encéphalopathies épileptiques chez l'enfant s'explique par une activité épileptogène ictale et électrique agressive au cours de la maturation du cerveau. Son intensité est déterminée par le stade de maturation cérébrale, l'âge des débuts. Chez les nouveau-nés, les anomalies EEG sont représentées par la suppression du flash, chez les nourrissons - par l'hypsarythmie, chez les jeunes enfants - par des décharges généralisées d'ondes lentes.

L'épiactivité dans l'hémisphère gauche se traduit par des changements dans les fonctions de la parole - l'aphasie, l'agraphie, l'acalculie, l'alexie et la dyspraxie de la parole sont diagnostiquées. L'implication dans le processus pathologique de l'hémisphère droit se manifeste par l'agnosie, la monotonie de la parole, une mauvaise gesticulation, une articulation altérée. L'activité dans les régions orbitofronales, cingulaires, les structures médianes forme des écarts de comportement - manifestations autistiques, agressives, mutisme. Changements pathologiques dans les émotions, une mémoire spécifique se produit avec des foyers dans les structures hippocampiques, amygdale.

Périnatal

Ce type d'encéphalopathie chez les nourrissons, en règle générale, est diagnostiqué pour la première fois au cours des 12 dernières semaines de la grossesse d'une femme ou immédiatement au moment de la naissance. Dans ce cas, la cause peut également être indéterminée..

Par exemple, cette forme d'encéphalopathie peut se développer dans un contexte de stress, de mauvaise nutrition ou de pathologies graves dont souffrait la femme enceinte, mais n'a pas effectué de traitement en temps opportun. Ceci est le plus souvent rencontré par les femmes qui reçoivent un diagnostic de pneumonie ou d'anémie..

Bilirubine

Dans ce cas, les causes de l'encéphalopathie chez les nourrissons sont associées au développement de maladies hémolytiques. Ils sont à leur tour causés par le fait que le groupe sanguin de l'enfant et de la mère est incompatible. Dans ce cas, le taux de bilirubine, qui n'a pas encore eu le temps de subir un traitement hépatique, sera légèrement augmenté. Cela conduit à son tour à un empoisonnement toxique assez grave. Des substances dangereuses peuvent pénétrer dans le cerveau du bébé et nuire à son fonctionnement normal..

La soi-disant maladie de la bilirubine peut également être déclenchée par des causes qui provoquent également le développement d'un ictère. La pathologie se manifeste parfois contre la septicémie, les blessures à la naissance, la toxoplasmose et une tendance au diabète chez la mère du bébé. À la suite du développement de la maladie, des troubles surviennent au cours du métabolisme tissulaire. L'immunité diminue et les fonctions du corps commencent progressivement à échouer.

Complications

L'encéphalopathie épileptique chez l'enfant entraîne des pathologies des sphères motrice, physique, de la parole et mentale. Les formes progressives sont compliquées par la démence, l'oligophrénie, l'hydrocéphalie, la paralysie cérébrale, les psychoses, les troubles affectifs, les changements de personnalité psychopathologiques. Les enfants ne maîtrisent pas le programme scolaire, sont socialement inadaptés et ont besoin de soins extérieurs. Un diagnostic précoce et un traitement adéquat réduisent la probabilité de complications, les patients peuvent étudier dans une école régulière, l'encéphalopathie se termine par la formation d'un dysfonctionnement cérébral minimal.

Encéphalopathie à la bilirubine chez les nourrissons: symptômes, manifestations externes

Si nous parlons du tableau clinique de cette forme de pathologie, elle peut être conditionnellement divisée en trois phases consécutives. Au premier stade, des signes caractéristiques d'une intoxication alimentaire ordinaire apparaissent. L'enfant souffre de nausées, de faiblesse et d'une diminution du tonus musculaire. Cependant, les parents doivent être confus que le schéma de traitement habituel dans cette situation ne donne aucun résultat. Le bébé continue de cracher trop souvent et refuse de manger.

L'étape suivante est caractérisée par l'apparition de symptômes spéciaux d'encéphalopathie chez le bébé, qui correspondent à un ictère nucléaire. Les petits patients commencent constamment à serrer leurs mains en poings et leurs articulations sont très mal pliées. Pendant le mouvement du cou, l'enfant a des sensations douloureuses. De plus, cette forme d'encéphalopathie peut provoquer une augmentation de la température et un dysfonctionnement du processus respiratoire..

Dans la troisième étape, la situation pourrait s'améliorer. Cependant, de telles manifestations n'ont qu'un effet à court terme. Après un certain temps, l'enfant peut commencer à manifester une augmentation des symptômes. En fin de compte, il existe même un risque de paralysie cérébrale. Parmi les symptômes de la troisième étape, l'iris roulant au fil des siècles peut être distingué..

Classification

Les encéphalopathies épileptiques chez l'enfant sont classées en fonction de la nature du parcours et des caractéristiques du tableau clinique. Il existe deux types de pathologies - I et II.

L'encéphalopathie épileptique I se caractérise par des troubles progressifs de la parole, de l'intelligence, des fonctions cognitives et musculo-squelettiques, des anomalies comportementales, des émotions. Elle s'accompagne de crises d'épilepsie, se développe dans le cadre des syndromes suivants:

  • Syndrome Drave. Épilepsie myoclonique sévère de la petite enfance. Manifesté par des crises cloniques fébriles infantiles précoces, des crises focales myocloniques et complexes, des absences atypiques.
  • Encéphalopathie myoclonique précoce. L'attaque s'accompagne d'une myoclonie chaotique, suivie de simples attaques focales et de spasmes épileptiques toniques..
  • Épilepsie avec un sommeil lent. Elle se caractérise par des attaques motrices focales nocturnes, compliquées d'absences, d'attaques atoniques, cloniques ou tonico-cloniques généralisées.
  • Épilepsie hypothalamique. Il y a des absences toniques, atoniques, tonico-cloniques, une altération de la conscience, des rires non motivés, moins souvent des pleurs.
  • Syndrome de Landau-Kleffner. Agnosie auditive verbale, aphasie, mutisme sont détectés..
  • Syndrome de Lennox-Gastaut. Des absences atoniques, toniques, atypiques sont notées. Dans la moitié des cas, état de mal épileptique non convulsif.
  • Statut myoclonique dans les encéphalopathies non progressives. La myoclonie est chaotique, en période d'absence elle devient rythmique, synchrone.
  • Syndrome d'Otahara. Les spasmes toniques (simples, en grappes) prédominent. Dans un tiers des cas, des crises cloniques chaotiques focales motrices, des hémiconvulsions se produisent.
  • Syndrome de West. Il se caractérise par des spasmes infantiles (grappes), accompagnés de pleurs.

Avec l'encéphalopathie épileptique II, les troubles de la sphère émotionnelle, comportementale et cognitive sont déterminés. On observe de la fatigue, de l'agressivité, une efficacité réduite, des difficultés de concentration. Il n'y a pas de crises d'épilepsie.

Diagnostique

Si les parents soupçonnent que leur bébé souffre d'encéphalopathie, quel type de maladie vaut-il la peine de consulter un spécialiste. Tout d'abord, vous devez avoir l'air d'un neurologue. Il effectuera une inspection et une enquête de routine. Après cela, il est nécessaire de subir un examen, qui comprend une IRM du cerveau du bébé, EEG et ECHO-EG, ainsi qu'une échographie des vaisseaux de la tête. De plus, la rhéoencéphalographie.

Grâce à ces mesures diagnostiques, il devient possible d'obtenir une image complète de l'état du système vasculaire du bébé, ainsi que de noter la possible occurrence de changements morphologiques dans le cerveau. Tout écart doit être pris en compte..

Le médecin effectue également des tests supplémentaires et détermine combien l'activité cérébrale d'un petit patient est associée à la pression intracrânienne. De plus, la liste de ces mesures vous permet de clarifier le diagnostic et d'exclure toute autre pathologie grave, par exemple une tumeur cérébrale, qui peut manifester des symptômes similaires..

Il est impératif de réussir un test sanguin et urinaire général. Les médecins effectuent également une échographie des organes internes..

Puisque nous parlons d'encéphalopathie cérébrale chez les nourrissons, le médecin doit être extrêmement prudent lorsqu'il exprime des théories. Il doit être sûr de l'exactitude du diagnostic afin de ne pas nuire au bébé fragile. Par conséquent, le plus souvent avec suspicion de cette pathologie, une consultation est convoquée, composée de spécialistes qualifiés dans divers domaines. Un cardiologue, un neurologue, un gastro-entérologue, un pneumologue et d'autres personnes peuvent participer aux études..

Les parents ne peuvent pas comprendre les plaintes du bébé, car il ne peut tout simplement pas expliquer leur état. En conséquence, l'image globale des manifestations est plutôt floue. Par conséquent, le médecin doit non seulement s'appuyer sur la description des symptômes reçus de la mère et du père du petit patient, mais également profiter de l'expérience de collègues qui peuvent avoir rencontré de telles maladies dans leur pratique plus souvent..

Vous devez comprendre que le traitement de l'encéphalopathie est un processus très complexe, qui prend beaucoup de temps. Il arrive souvent que les changements qui se produisent dans le cerveau restent à jamais dans l'enfant. Par conséquent, il est important d'empêcher le patient de se détériorer..

Encéphalopathie chez le bébé: les conséquences de la pathologie

Il est facile de deviner que cette maladie est extrêmement dangereuse. Si nous parlons de complications, dans ce cas, tout dépend de la gravité et du stade de développement de la maladie. Les conséquences peuvent être très différentes. Si le bébé a souffert d'une forme légère d'encéphalopathie et que le traitement a été commencé en temps opportun, dans ce cas, les complications peuvent être évitées.

Un tiers des enfants qui ont été diagnostiqués avec cette maladie sont complètement guéris et commencent à mener une vie absolument normale. Cependant, une détection rapide de la pathologie est loin d'être toujours possible. Si cela se produit, alors très probablement, une partie des cellules nerveuses est déjà irrémédiablement endommagée. Dans ce cas, les conséquences les plus dangereuses peuvent être attendues. Par exemple, un enfant peut commencer à accuser un sérieux retard de développement. Il s'agit de la complication la plus courante de cette pathologie..

À mesure qu'un enfant grandit, des problèmes de mémoire, une concentration de l'attention peuvent apparaître. Il lui est plus difficile d'étudier, il peut donc être nécessaire d'envoyer l'enfant dans une école spécialisée. De plus, de graves dysfonctionnements peuvent survenir dans le fonctionnement de certains organes internes, ainsi que des systèmes. Ceci, à son tour, conduit souvent au développement de pathologies graves, voire mortelles.

Traitement

Il convient de noter que cette pathologie ne doit en aucun cas être tentée de la traiter seule. À cet âge, il est très dangereux de donner aux enfants des médicaments sans ordonnance appropriée d'un médecin.

Les méthodes de traitement de l'encéphalopathie chez les nourrissons peuvent varier en fonction de la forme et du stade de la maladie. Si le bébé souffre d'une forme aiguë de pathologie, il est alors nécessaire de réduire immédiatement la pression crânienne interne. Cela vous aidera à vous débarrasser des crises et autres symptômes dangereux. Dans l'ensemble, une telle chirurgie est le seul moyen qui peut sauver la vie d'un petit patient.

En outre, l'élimination des poches et l'atténuation de l'état du patient sont assurées par la ventilation mécanique et la normalisation des processus métaboliques. Pour cela, le médecin prescrit des médicaments spécialisés, ainsi que des médicaments de la catégorie des angioprotecteurs. Ils sont nécessaires pour renforcer les parois du système vasculaire et configurer correctement l'écoulement du sang veineux.

Dans certaines situations, le traitement comprend l'utilisation de tranquillisants, qui sont nécessaires pour calmer le bébé pendant les crises. Dans le même temps, il est nécessaire de maintenir le système immunitaire de l'enfant. Pour cela, des complexes vitaminiques sont généralement utilisés..

Prévisions

Si nous parlons des perspectives qui attendent un enfant qui a souffert de cette pathologie, alors tout dépend non seulement de la rapidité avec laquelle les médecins ont pris les mesures, mais aussi de la période de réadaptation. À ce moment, le médecin recommande un massage, une thérapie par l'exercice et d'autres cours d'exercices de physiothérapie.

Il est impératif de suivre le régime de repos du bébé, de marcher avec lui, de passer le plus de temps possible à l'air frais et de privilégier uniquement une bonne nutrition.

Le pronostic de l'encéphalopathie chez les nourrissons est différent. Mais dans la plupart des situations, avec le bon traitement et la bonne réadaptation, le rétablissement se produit en quelques années. Lorsque le bébé atteindra cet âge, il sera possible de déterminer s'il n'est pas derrière les pairs en développement. Le plus souvent, cela ne se produit qu'avec des complications.

Types de maladies

La médecine étudie depuis longtemps la maladie décrite afin de réduire le risque de son développement. Pendant ce temps, les scientifiques ont identifié plusieurs syndromes majeurs qui sont considérés comme des variétés d'EE:

  1. Syndrome d'Aicardi. Cette maladie se manifeste dès la petite enfance, dans la période néonatale (jusqu'à 28 jours après la naissance). Il est considéré comme une manifestation rare de cette pathologie, affectant dans la plupart des cas les filles.
  2. Syndrome de West. L'encéphalopathie épileptique se caractérise par des spasmes infantiles, se manifeste à l'âge de 3 mois à 1 an.
  3. Syndrome Drave. Elle est considérée comme une pathologie infantile sévère, caractérisée par des crises myocloniques, ainsi que des crises focales..
  4. Syndrome d'Otahara. Se développe à un âge précoce, caractérisé par des déficiences mentales dans le développement de l'enfant.
  5. Syndrome de Lennox-Gastaut. Elle s'accompagne de convulsions de nature atonique et tonique. Les enfants ont un retard dans le développement neuropsychique.

Sur la base des données cliniques médicales, les experts distinguent l'encéphalopathie épileptique de Vesta comme le type de pathologie EE le plus courant chez les nourrissons. Un diagnostic similaire est posé dans 40% des cas de la maladie en question. En plus des troubles du développement mental, de l'apparition de convulsions et de crampes, la maladie peut affecter les capacités motrices de l'enfant.

Au fil du temps, le syndrome de West peut passer à un stade différent, plus souvent converti en syndrome de Lennox-Gastaut. Elle survient après l'âge d'un an et avant l'âge de sept ans.

Comment prévenir le développement d'une pathologie dangereuse

Selon les statistiques et les observations des médecins, les problèmes commencent à un moment où la mère de l'enfant à naître ne suit pas toutes les recommandations nécessaires. Si une femme mène un mode de vie sain, prend les vitamines nécessaires, est souvent à l'air frais, ne devient pas nerveuse et ne fait pas d'effort physique intense, alors, en règle générale, la possibilité de développer une maladie chez un bébé est minimisée.

Cependant, vous devez comprendre que la pathologie peut également se former dans le contexte de diverses blessures. Par conséquent, une femme doit être aussi prudente que possible. Si des symptômes désagréables se produisent, il est préférable de jouer prudemment et de consulter un spécialiste pour obtenir des recommandations..

De plus, les médecins recommandent d'arrêter l'utilisation du café et du chocolat, ainsi que d'éliminer complètement l'alcool, les cigarettes et autres mauvaises habitudes. Même la fumée secondaire peut provoquer le stade initial de développement d'une masse de maladies.

Cependant, même si une femme satisfait à toutes les exigences, elle n'est pas protégée contre les blessures à la naissance. Mais ne désespérez pas. Aujourd'hui, la médecine ne s'arrête pas. Dans 80% des cas, il est possible de se débarrasser complètement d'une pathologie sévère au cours de la première année de vie du bébé.

Encéphalopathie chez les enfants et les adolescents

L'encéphalopathie est l'un de ces diagnostics infantiles qui peuvent effrayer sérieusement les parents. Cette maladie nécessite un traitement rapide et complet, et en son absence, l'enfant peut avoir de graves complications. Les encéphalopathies post-traumatiques, transitoires et ischémiques sont les plus courantes. Il existe également d'autres types de pathologie, différant par plusieurs facteurs..

Degrés

L'encéphalopathie comprend tout un groupe de différentes maladies cérébrales chez un enfant. Il s'agit d'un trouble diffus qui apparaît pour un certain nombre de raisons. La maladie peut être prénatale, se développer chez le bébé même dans l'utérus ou postnatale, apparue après la naissance.

Par gravité, l'encéphalopathie est divisée en plusieurs degrés, chacun ayant ses propres caractéristiques associées à la gravité de la maladie. Il y en a 3:

  1. Premier degré. Des changements mineurs dans le tissu cérébral se produisent. Il n'y a aucun signe externe de la maladie, la maladie ne peut être détectée qu'à l'aide d'examens.
  2. Second degré. Il n'y a pratiquement pas de manifestations cliniques, dans la plupart des cas, elles peuvent être confondues avec d'autres maladies moins dangereuses ou ne pas être remarquées du tout.
  3. Troisième degré. Les changements dans le cerveau deviennent importants, les symptômes s'intensifient, de graves troubles neurologiques apparaissent, l'enfant est handicapé.

Les diplômes sont également des étapes particulières. Par conséquent, la maladie peut passer de l'un à l'autre.

La classification de l'encéphalopathie comprend deux catégories principales de la maladie: périnatale et acquise. Ils sont divisés en un grand nombre d'espèces qui correspondent aux caractéristiques de la genèse et de l'évolution de la maladie.

L'encéphalopathie périnatale est la plus courante. Avec un traitement approprié en temps opportun, la probabilité d'une récupération réussie atteint 90%. La maladie elle-même se développe de la 28e semaine de grossesse au 7e jour à compter de la naissance. Cela signifie que même dans les cas où le bébé présente des signes de la maladie une semaine après la naissance, l'encéphalopathie sera considérée comme congénitale. Les types de maladies suivants:

  • Encéphalopathie à la bilirubine - diffère par la cause du développement, qui consiste en une intoxication du SNC avec la bilirubine, qui est une conséquence des violations de l'écoulement de la bile;
  • Encéphalopathie résiduelle - la caractéristique principale est le retard dans la manifestation des premiers signes de la maladie, ce qui la rend très difficile à identifier;
  • Encéphalopathie ischémique hypoxique (posthypoxique) - en parallèle avec le développement de la maladie, un blocage vasculaire se produit, ainsi que des problèmes de circulation sanguine, qui sont une conséquence de l'hypoxie;
  • Encéphalopathie transitoire - se manifeste dans les épisodes lorsque la circulation cérébrale est perturbée;
  • L'encéphalopathie non spécifiée est une espèce distincte décrivant la maladie, qui n'a pas réussi à identifier les causes et les caractéristiques.

L'encéphalopathie acquise apparaît avec des problèmes pathologiques après la naissance (plus de 7 jours). Elle est moins courante, mais comporte le même danger. Sortes:

  • Encéphalopathie post-traumatique - les conséquences des blessures peuvent être très graves et, dans certains cas, contribuer au développement d'une telle maladie;
  • Encéphalopathie vasculaire - pour les maladies chroniques associées à des troubles circulatoires de la tête;
  • Encéphalopathie discirculatoire - la maladie progresse rapidement, le tissu cérébral change de manière accélérée;
  • Encéphalopathie métabolique - se développe avec des maladies des organes internes;
  • Encéphalopathie toxique - les toxines deviennent la cause de la maladie;
  • Encéphalopathie de Wernicke - survient avec des troubles mentaux ou cérébraux aigus causés par une carence en thiamine, souvent le résultat de la maladie est fatal.

Il est très important de déterminer immédiatement le type de maladie, car certaines caractéristiques du traitement en dépendent. Avec la thérapie générale, seuls les symptômes et la principale manifestation de la maladie seront soulagés, et la cause profonde restera et stimulera à nouveau le développement de l'encéphalopathie.

L'encéphalopathie périnatale chez les nouveau-nés, en particulier les prématurés, augmente le risque de syndrome convulsif à l'avenir.

Les raisons

Dans la grande majorité des cas, les enfants sont confrontés à une forme périnatale de la maladie. Il n'y a pas beaucoup de facteurs pour son développement, mais certains d'entre eux peuvent également provoquer d'autres maladies concomitantes..

Les principales raisons sont les suivantes:

  • Grossesse précoce;
  • Hérédité, maladies graves dans la famille;
  • Infections maternelles pendant la gestation;
  • Pathologies pendant la grossesse (y compris le risque de fausse couche);
  • Blessures à la naissance;
  • Prématurité du nouveau-né;
  • Mère prenant certains médicaments.

Un enfant peut naître en parfaite santé, mais dans certaines conditions, une encéphalopathie peut se développer à un âge plus avancé. Il y a plusieurs raisons à son origine:

  • Blessures à la tête;
  • Maladies infectieuses;
  • Vaccination DTC;
  • Effets toxiques sur le SNC.

Tous les adultes, qui incluent au moins un élément de la première liste de raisons, doivent surveiller attentivement la santé de leur enfant. Cela guérira rapidement la maladie au stade doux. Une fois serré, il se transformera en grave, ce qui compliquera considérablement le traitement.

Symptômes

Les symptômes dépendent de l'âge de l'enfant. Cela vous permet d'identifier plus précisément la maladie à tous les stades, à l'exclusion de la recherche dans la mauvaise direction. Cependant, il convient de considérer que certains symptômes peuvent être absents et, au lieu d’eux, la survenue d’autres symptômes correspondant à la cause sous-jacente de la maladie.

La période infantile (jusqu'à 1 an) avec encéphalopathie est caractérisée par de tels signes:

  • Comportement agité, humeurs régulières;
  • Une réponse spécifique inadéquate aux changements environnementaux concernant la lumière ou les sons;
  • Larme constante, pour laquelle il n'y a aucune raison;
  • Régurgitation rapide;
  • Tonus musculaire inhabituel;
  • Troubles du sommeil, manque de repos;
  • Tête inclinable;
  • Échecs du rythme cardiaque, rythme instable;
  • Absence ou infériorité du réflexe de succion.

Avec HIE, tout nouveau-né ou enfant plus âgé peut présenter des lésions cutanées causées par le développement d'une ischémie vasculaire.

La période préscolaire est associée à une augmentation des symptômes de la maladie. C'est difficile de ne pas le remarquer. Si des symptômes apparaissent, les parents doivent emmener l'enfant chez le médecin. Manifestations:

  • Maux de tête sévères;
  • Fatigue;
  • Sommeil perturbé;
  • Conditions d'évanouissement;
  • Manque de symétrie des réflexes tendineux;
  • État mental instable.

À l'âge scolaire, l'enfant présente les signes suivants de la maladie:

  • Vertiges
  • Douleur à la tête;
  • Humeur dépressive
  • Manque de désirs, manque d'initiative;
  • Dépression du SNC;
  • Troubles de la conscience;
  • Problèmes de stockage d'informations.

Avec une croissance supplémentaire, des symptômes supplémentaires peuvent apparaître:

  • Dysarthrie
  • Problèmes gastro-intestinaux;
  • Problèmes d'audition;
  • Hypertension artérielle;
  • Dysfonctionnement des capacités motrices;
  • Crampes.

À tout âge, des écarts mentaux persistants peuvent survenir. Ils correspondent à trois formes d'évolution de la maladie: apathique, euphorique et explosive. Le premier est caractérisé par une apathie sévère, une instabilité des processus nerveux. Le deuxième - humeur élevée, faible niveau de critique. Le troisième est le comportement antisocial, le manque d'intérêt, l'irritabilité. Chez certains enfants, l'évolution de la maladie peut être mixte..

Diagnostique

Si vous soupçonnez une encéphalopathie, le médecin effectue une enquête sur le bébé, s'il sait déjà parler, ainsi que ses parents. Il est important de collecter toutes les informations nécessaires, et non seulement de recréer complètement le tableau symptomatique, mais également de fournir des données médicales sur l'évolution de la grossesse et leurs maladies chroniques.

Il est difficile de déterminer le type exact de maladie. Surtout si le bébé est malade. L'encéphalopathie d'apparence non précisée chez les nourrissons est le seul type de maladie pouvant être diagnostiquée. Selon la CIM 10, il a un code G93.4. La raison de poser un tel diagnostic est qu'il est presque impossible de déterminer la cause sous-jacente exacte chez le bébé. Lorsqu'il est identifié dans la conclusion, un nouveau type de maladie est écrit et le traitement est ajusté. Cela se produit également dans les cas d'enfants plus âgés, s'il n'est pas possible de déterminer la cause de la maladie.

Le diagnostic comprend plusieurs composants importants:

  • Recherche psychologique et neurologique;
  • Test sanguin;
  • Vérification des auto-anticorps;
  • Test métabolique;
  • Mesure de pression;
  • CT ou IRM du cerveau;
  • EEG;
  • Échographie Doppler.

L'approche de l'examen est toujours individuelle. Par conséquent, dans certains cas, des procédures de diagnostic supplémentaires peuvent être prescrites qui sont nécessaires pour clarifier le diagnostic et vérifier les causes profondes de la maladie.

Traitement

Le type d'encéphalopathie périnatale est très facilement traitable lorsqu'il est détecté en temps opportun. Le pronostic de ce type de maladie est presque toujours positif. Le type d’encéphalopathie postnatale nécessite un contrôle accru de l’état de santé du patient et une attention accrue à son bien-être. La tâche la plus importante des médecins est d'éliminer toutes les causes profondes et les facteurs négatifs qui affectent le cerveau du patient. Il est tout aussi important de restaurer le fonctionnement normal des cellules cérébrales qui ont subi des dommages..

Les directives pour le traitement des patients atteints d'encéphalopathie ne nécessitent pas d'hospitalisation dans la plupart des cas. L'enfant est placé à l'hôpital uniquement en cas de maladie grave ou de lésions cérébrales graves. Dans ce dernier cas, la durée du traitement peut être considérablement retardée, tandis que le patient aura besoin d'une surveillance constante par les médecins.

La méthode de traitement dépend de l'état de l'enfant. Si la maladie n'est pas trop développée, le traitement médicamenteux sera suffisant. Les fonds suivants seront nécessaires:

  1. La vitamine B pour améliorer les processus métaboliques à l'intérieur des cellules du cerveau.
  2. Médicaments pour normaliser l'apport sanguin au cerveau.
  3. Neuroprotecteurs qui restaurent la structure du cerveau et excluent les changements négatifs dans les neurones.
  4. Tranquillisants, sédatifs.
  5. Médicaments spécialisés pour soulager les symptômes.

Dans les cas graves, une intervention chirurgicale est possible. Il améliorera la circulation sanguine du cerveau et sauvera la vie de l'enfant. De plus, une sonde, une ventilation mécanique ou une hémodialyse peuvent parfois être nécessaires..

Les médicaments peuvent être administrés par voie intramusculaire, intraveineuse, entérale ou par électrophorèse. La méthode dépend de l'âge de l'enfant et du type de médicament..

Réhabilitation

Tout type d'encéphalopathie chez un enfant nécessite non seulement un traitement médical, mais également des procédures supplémentaires. La récupération n'aura lieu que si une thérapie complexe est effectuée. Par conséquent, vous devez suivre les normes médicales, écouter les recommandations de votre médecin et donner au patient accès à toutes les procédures.

L'effet thérapeutique doit être complété par les éléments suivants:

  1. Thérapie par l'exercice, natation. Cela permettra à l'enfant de récupérer plus rapidement après la maladie et de renforcer son corps.
  2. Massage. Son influence est plus importante qu'on ne le croit généralement. Un enfant en convalescence peut reprendre une vie bien plus rapide s'il assiste régulièrement à des séances de massage relaxant..
  3. Nutrition. Le régime alimentaire doit être composé d'aliments sains, il ne doit contenir aucune substance nocive pouvant nuire à son bien-être..
  4. Air frais. Il est important de marcher avec l'enfant pour qu'il bouge non seulement, mais qu'il respire aussi de l'air frais. S'il récupère à la maison et ne peut pas sortir, vous devez ouvrir régulièrement les fenêtres.
  5. La communication. L'enfant a besoin d'un environnement psychologique confortable et d'un soutien. Par conséquent, vous devez lui accorder une attention maximale et essayer de donner plus de positif.

Un traitement de haute qualité vous permettra de vous débarrasser rapidement et efficacement du problème. Avec la mise en œuvre de tous les points de réadaptation et de bons soins, le bébé aura la chance de devenir complètement en bonne santé. Il est également recommandé de lui donner des vitamines. Cependant, avant cela, vous devez consulter un médecin afin de ne pas nuire au corps en croissance.

Traitement alternatif

L'utilisation de remèdes populaires pour le traitement ne donne aucune garantie de changements positifs. Cependant, leur efficacité a été prouvée par de nombreuses générations. Pour éliminer l'encéphalopathie, des teintures avec les composants suivants peuvent être utilisées:

  • Propolis;
  • Fruit de l'églantier;
  • Fruits d'aubépine;
  • Reine des prés aux fraises des bois et aubépine;
  • Fleurs de trèfle.

Avant d'utiliser des teintures et d'utiliser d'autres méthodes de traitement alternatives, vous devriez toujours consulter un médecin pour exclure toutes sortes de risques. Il n’est pas rare que les parents aggravent leurs enfants en leur donnant diverses herbes.

Prenez des teintures ne devrait pas dépasser deux mois. Après une pause de 3 semaines, le cours d'administration peut être répété..

Complications possibles

Dans la plupart des cas, après le traitement, les enfants se rétablissent complètement et commencent à vivre pleinement. Néanmoins, les situations ne sont pas exclues lorsqu'un enfant peut commencer à développer diverses complications. Cela est souvent dû à un nombre accru de cellules cérébrales endommagées ou à un manque de traitement..

Les complications suivantes peuvent survenir:

  • Migraines sévères;
  • Condition névrotique
  • Hydrocéphalie;
  • Crises d'épilepsie;
  • Syndrome asthénique;
  • Paralysie cérébrale;
  • Pathologie oculaire;
  • Démence;
  • Dépression;
  • Schizophrénie;
  • Socialité.

Presque toutes les complications sont des problèmes très graves qui peuvent ruiner la vie d’une personne. Certains peuvent apparaître après de nombreuses années, lorsqu'une personne grandit déjà et oubliera la maladie subie pendant l'enfance. Par conséquent, si des signes de la maladie apparaissent, l'enfant doit être amené chez le médecin, puis aborder le plus sérieusement possible la question de son traitement..

L'encéphalopathie périnatale chez l'enfant entraîne des complications moins graves. Cependant, sa large distribution conduit au fait que davantage de conséquences sont ressenties par ceux qui sont confrontés à ce type de maladie.

La prévention

La prévention de la pathologie est la meilleure solution. Il est beaucoup plus correct de s'occuper à l'avance des problèmes éventuels et de les éviter. Pour ce faire, tenez compte des règles suivantes:

  • Surveiller la santé et la nutrition pendant la grossesse;
  • Écoutez les instructions des médecins à la naissance;
  • Essayez de réduire le nombre de situations stressantes pour l'enfant;
  • Assurer une vie confortable, sûre et de qualité au bébé;
  • Expliquer à l'avance au préscolaire les règles de bonne conduite dans les lieux publics;
  • Nourrissez votre bébé uniquement avec des aliments sains, donnez-lui suffisamment de vitamines.

Avec la bonne attitude envers votre grossesse et votre santé, il sera possible de réduire considérablement le risque de développer une maladie chez l'enfant à naître. Et après sa naissance, il suffira de lui offrir les conditions de vie les plus confortables. Cela minimisera la probabilité d'encéphalopathie..

Vaut-il la peine d'avoir peur

L'encéphalopathie est une maladie dangereuse qui peut entraîner des conséquences très graves. Cependant, avec des soins médicaux en temps opportun, un diagnostic de haute qualité et un traitement approprié, l'enfant peut récupérer très rapidement. Les espèces particulièrement dangereuses (par exemple, l'encéphalopathie de Wernicke) sont extrêmement rares et se prêtent également à des effets thérapeutiques. Par conséquent, il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Il suffit de porter une attention maximale à votre enfant et de vérifier régulièrement sa santé.

Encéphalopathie à la bilirubine chez les nouveau-nés

L'encéphalopathie à la bilirubine (également appelée jaunisse nucléaire) est une affection caractérisée par la mort des cellules du cerveau en raison de l'effet toxique d'une concentration élevée de bilirubine (fraction indirecte) sur elles. Cette condition est la plus courante chez les nouveau-nés et nécessite un traitement immédiat, sinon elle peut entraîner une invalidité et même la mort du patient.

Étiologie de la maladie

Les causes possibles de l'encéphalopathie à la bilirubine chez les nouveau-nés sont les suivantes:

  • maladie hémolytique (incompatibilité rhésus ou groupe de la mère et du bébé);
  • diabète chez la mère;
  • septicémie du nouveau-né;
  • traumatisme chez l'enfant pendant l'accouchement avec formation d'hématomes étendus;
  • toxoplasmose (infection intra-utérine);
  • jaunisse chez les bébés prématurés.

Sous l'influence de l'un de ces processus, la bilirubine indirecte (c'est-à-dire les hépatocytes non traités) est libérée en grande quantité dans la circulation sanguine, exerçant un effet neurotoxique sur le tissu cérébral.

Signes pathomorphologiques

La surface du cerveau a une teinte jaune pâle. Une tranche du médicament révèle une couleur jaune caractéristique des structures cérébrales (cervelet, hippocampe, thalamus, tronc et autres). Cependant, les zones non peintes subissent également des changements pathologiques..

Dans les zones touchées en raison de la mort des neurones, une gliose se forme et une atrophie du tissu nerveux se produit. De plus, le tableau pathomorphologique est similaire à celui d'une lésion hypoxique, ce qui signifie qu'avec un degré de probabilité élevé, on peut supposer que la bilirubine non liée, endommageant les membranes cellulaires, conduit à une altération de l'utilisation de l'oxygène dans les tissus cérébraux. Et les dommages hypoxiques entraînent une augmentation encore plus grande de la sensibilité des neurones aux effets toxiques de la bilirubine.

Autrement dit, l'ictère nucléaire (encéphalopathie à bilirubine) n'est pas seulement un changement de la couleur des structures cérébrales sous l'influence de la bilirubine. Il s'agit également d'un certain nombre de processus pathologiques spécifiques se produisant au niveau cellulaire..

Encéphalopathie à la bilirubine adulte

Les causes des dommages aux structures cérébrales par la bilirubine chez l'adulte résident dans des pathologies hépatiques décompensées sévères (cirrhose, hépatite).

La maladie chez l'adulte se développe progressivement et s'accompagne d'une augmentation des symptômes neurologiques. Dans le même temps, les troubles mentaux et l'activité motrice, qui se manifestent par l'insomnie, les changements cognitifs, la diminution de l'activité, etc., apparaissent au premier plan..

Manifestations cliniques

Le plus souvent, les premiers signes de pathologie surviennent chez les bébés nés à terme à 2-5 jours et chez les prématurés - à 7 jours. Mais la présence d'hyperbilirubinémie peut conduire au développement de la maladie pendant toute la période néonatale (jusqu'à 28 jours).

Les premiers symptômes d'une telle encéphalopathie ne sont pas spécifiques et peuvent coïncider avec ceux avec hypoglycémie, septicémie, hémorragie intracrânienne, hypoxie et autres affections aiguës pathologiques du nouveau-né.

En règle générale, les premiers signes d'un début de lésion cérébrale sont une diminution du réflexe de succion, une somnolence, la disparition du réflexe de Moro. Au fur et à mesure que la maladie s'aggrave (progresse), les réflexes tendineux disparaissent, la respiration est perturbée, l'opistotonus se produit, la grande fontanelle est tendue, les muscles faciaux et les muscles des membres se contractent convulsivement, l'enfant crie de manière perçante.

Ensuite, des convulsions apparaissent, accompagnées d'une forte extension des poignées et de la rotation des mains, comprimées en poings, vers l'intérieur.

La poursuite de l'activité du processus conduit souvent à la mort, dans un autre cas, l'état de l'enfant s'améliore et le développement correspond à la norme. Cependant, par année, la raideur musculaire, l'opisthotonus et l'hyperkinésie réapparaissent. À la deuxième année de vie, les convulsions et les opistotons disparaissent, cependant, les mouvements aléatoires involontaires, combinés à l'hypotension ou à la raideur musculaire, persistent et deviennent stables.

À l'âge de trois ans, l'encéphalopathie à bilirubine chez l'enfant acquiert un caractère persistant et clair, qui se manifeste par une perte auditive avec des sons à haute fréquence, une choréoathétose, des convulsions, une dysarthrie, un strabisme, une oligophrénie, des troubles extrapyramidaux. On trouve parfois de l'ataxie, de l'hypotension et des troubles pyramidaux..

Avec une évolution bénigne de l'encéphalopathie à la bilirubine, les conséquences peuvent se manifester sous la forme d'une perte auditive, d'une altération modérée ou légère de la coordination motrice, d'un syndrome d'hyperactivité associé à une attention réduite (dysfonctionnement cérébral minimal). Ces symptômes peuvent être combinés ou présents séparément. Dans ce cas, l'encéphalopathie peut ne pas être diagnostiquée avant l'admission à l'école.

Étape du processus

La pathologie a quatre stades de développement:

  1. Les symptômes de l'encéphalopathie à la bilirubine ne sont pas spécifiques: il y a une faiblesse, des vomissements, un cri sans émotion monotone. Le tonus musculaire et l'appétit sont réduits..
  2. Des symptômes d'encéphalopathie apparaissent, les membres du bébé sont pliés, il est impossible de les redresser, le menton est ramené à la poitrine, l'enfant crie anormalement. L'hyperthermie et les épisodes d'apnée sont possibles dans certains cas..
  3. L'état du patient (généralement 10-12 jours de la vie du bébé) s'améliore sensiblement, mais ce phénomène n'est pas associé à la récupération, au contraire, le processus progresse. Les muscles raides reculent, pas de crampes.
  4. Il se développe à 2 mois de la vie d'un bébé. Les symptômes augmentent. Des symptômes similaires à ceux de la paralysie cérébrale sont présents. L'enfant est considérablement en retard dans le développement psycho-émotionnel et physique.

Mesures diagnostiques

L'hyperbilirubinémie ne peut être considérée comme physiologique que dans les cas où absolument tous les facteurs pathologiques de son apparition sont exclus. Compte tenu du fait que l'hyperbilirubinémie est le plus souvent le résultat de causes hémolytiques ou physiologiques, l'examen du patient doit inclure les tests suivants:

  • test sanguin (général) avec calcul obligatoire du nombre de réticulocytes et microscopie d'un frottis sanguin;
  • Test de Coombs (indirect et direct);
  • élucidation du groupe et affiliation rhésus du sang de la mère et du bébé;
  • détermination de la quantité de bilirubine indirecte et directe;

Une augmentation de la teneur en bilirubine dans le sang du cordon ombilical, la présence de symptômes de jaunisse le premier jour de la vie, si le niveau de la fraction non conjuguée est supérieur à 34 μmol / l indique la présence d'une jaunisse pathologique.

Dans certains cas, peut être prescrit pour l'encéphalopathie à bilirubine IRM, l'échographie et la TDM.

Thérapie d'état

La thérapie de l'ictère nucléaire chez les bébés (quel que soit son stade) est un neurologue pédiatrique. En règle générale, ces enfants sont hospitalisés..

Le traitement d'une maladie chez un adulte est également effectué dans un hôpital sous la surveillance constante d'un médecin.

Le traitement de la maladie consiste à éliminer les causes de l'hyperbilirubinémie et à rétablir la concentration normale de bilirubine dans le sang. Dans ce cas, la photothérapie est utilisée..

Sous l'influence des radiations, la bilirubine indirecte toxique est transformée en un isomère spécial, qui est facilement excrété par les reins et le foie et ne se lie pas à l'albumine sanguine. Dans les cas où la concentration de bilirubine ne diminue pas sous l'influence de la photothérapie, une transfusion plasmatique est prescrite.

Si les méthodes précédentes ont été inefficaces ou si les symptômes augmentent rapidement, des transfusions sanguines directes sont prescrites au patient.

Médicaments consommés

Si la transfusion directe n'est pas possible pour une raison quelconque, des médicaments sont prescrits qui affectent la synthèse et la transformation de la bilirubine (protoporphyrine).

En raison du fait que l'ictère nucléaire est le résultat des effets toxiques de la bilirubine sur les neurones, les neuroprotecteurs sont toujours utilisés dans son traitement.

Si indiqué, un traitement anticonvulsivant est prescrit.

En cas de maladie hémolytique avec présence d'une réaction de Coombs positive directe, les perfusions d'immunoglobulines intraveineuses sont efficaces.

Fréquence d'occurrence, conséquences et prévisions

Selon l'autopsie, l'ictère nucléaire survient chez les nouveau-nés à tout âge gestationnel en l'absence de traitement adéquat pour la maladie hémolytique et les concentrations de bilirubine supérieures à 25-30 mg.

L'incidence de la maladie chez les bébés prématurés atteints d'hyperbilirubinémie varie de 2 à 16%. Des chiffres plus précis ne peuvent être déterminés en raison de la grande variété de symptômes de la maladie.

La présence d'un complexe de symptômes neurologiques prononcé est un signe pronostique défavorable. Ainsi, la mortalité dans ce cas atteint 75%, et 80% des patients survivants ont une choréoathétose bilatérale, accompagnée de contractions musculaires involontaires. De plus, les complications sous forme de surdité, d'oligophrénie et de tétraplégie spastique sont assez courantes.

Les enfants ayant des antécédents d'hyperbilirubinémie doivent être examinés pour la surdité..

Malgré une amélioration du diagnostic, l'ictère nucléaire persiste. Il existe des informations sur son apparition dans le contexte de l'hyperbilirubinémie sans aucune raison. Par conséquent, les experts recommandent que tous les nouveau-nés effectuent une surveillance obligatoire de la bilirubine tous les 1-2 jours de la vie afin d'identifier les patients présentant une forte probabilité de développer une hyperbilirubinémie sévère et, par conséquent, une encéphalopathie.

Mesures préventives

Il est important de mener une étude obligatoire de la concentration de bilirubine en cas d'ictère le premier jour de vie, et en présence d'hyperbilirubinémie, exception au développement d'une maladie hémolytique.

Il est obligatoire de surveiller l'état du bébé dans les 3 jours après la sortie, en particulier pour les bébés prématurés (jusqu'à 38 semaines) qui sont sortis de la maternité avant 2 jours de vie.

La fréquence d'observation est déterminée par l'âge auquel le bébé est sorti et la présence de facteurs de risque. Certains enfants sont observés pendant la journée. Les risques peuvent être prédits en évaluant le taux de croissance horaire de la bilirubine.

L'encéphalopathie à la bilirubine survient à la suite des effets de la bilirubine indirecte sur le système nerveux central.

Une augmentation temporaire de la concentration de bilirubine dans le sang pendant les premiers jours après la naissance se développe chez de nombreux bébés et est considérée comme la norme. Les nouveau-nés prématurés et une partie des nouveau-nés à terme développent des signes d'ictère (lorsqu'ils dépassent le seuil de 70 μmol / l).

L'ictère du nouveau-né peut être physiologique ou pathologique

Hyperbilirubinémie transitoire

En l'absence de toute pathologie, la bilirubine dans le sang augmente en raison d'un certain nombre de caractéristiques des processus physiologiques dans le corps des nouveau-nés, à savoir:

  1. Une durée de vie relativement courte des globules rouges avec l'hémoglobine fœtale.
  2. Polycythémie physiologique.
  3. La prédominance générale des processus cataboliques sur les anabolisants.
  4. Diminution de l'activité fonctionnelle du foie, capture et excrétion plus lentes de la bilirubine.
  5. Le flux d'une partie du sang de l'intestin directement dans la veine cave inférieure (après le foie).

Dans un tel état physiologique, une tâche importante pour les médecins est de surveiller le bébé et de fournir rapidement une assistance à l'enfant s'il prend la nature de la pathologie.

Quand la norme devient pathologie?

Ainsi, l'ictère physiologique, apparaissant environ un jour après la naissance, s'accumule sur plusieurs jours et commence à s'estomper à la fin de la première semaine de la vie d'un enfant. Dans le cas où tout se déroule normalement, la peau du nouveau-né acquiert à ce moment une teinte orange, mais en même temps, les selles et l'urine restent de leur couleur habituelle, le foie et la rate du bébé n'augmentent pas et l'état général reste satisfaisant.

Si la jaunisse apparaît plus tôt ou plus tard, augmente rapidement, dure trop longtemps (plus d'une semaine), s'accompagne d'une expansion des frontières de la rate et du foie ou d'une aggravation de l'état de l'enfant dans son ensemble, alors c'est un signe d'hyperbilirubinémie pathologique.

Pourquoi se développe une hyperbilirubinémie pathologique??

Ce phénomène est basé sur les raisons suivantes:

  • production excessive de bilirubine en cas de destruction accrue des cellules sanguines (hémolyse);
  • réduction de l'absorption de bilirubine par les cellules hépatiques ─ hépatocytes, ce qui indique leur travail défectueux;
  • violation de l'allocation de bilirubine dans l'intestin et de son excrétion;
  • une combinaison d'une mauvaise capture de la bilirubine par les hépatocytes et de son excrétion retardée.

L'encéphalopathie à la bilirubine qui survient chez les nouveau-nés est une situation dangereuse pour la santé et la vie de l'enfant. Sa cause est le plus souvent une hémolyse accrue ou une altération persistante de la capture de bilirubine indirecte par les cellules hépatiques.

Le conflit rhésus se produit lorsque la mère a un Rh négatif et que l'enfant hérite d'un rhésus positif du père

Les causes d'hémolyse les plus courantes chez les enfants au cours de la première semaine de vie sont:

  • différences dans le sang de la mère et de l'enfant dans les protéines situées à la surface des globules rouges (AB0, Rh);
  • anomalies dans la structure des membranes érythrocytaires, ainsi que des erreurs structurelles dans les chaînes d'hémoglobine (thalassémie);
  • l'utilisation de certains médicaments (fortes doses de vicasol);
  • certaines maladies congénitales d'origine infectieuse (syphilis, infection à cytomégalovirus, rubéole, etc.);

Pour que la bilirubine neutralisée indirecte forme de la bilirubine indirecte neutralisée, la réaction de liaison de la bilirubine dans les cellules du foie ne doit pas être entravée ─ hépatocytes.

La conséquence d'une violation de ce processus est ce que l'on appelle l'ictère de conjugaison. Cette condition se produit avec un certain nombre de maladies héréditaires: syndrome de Gilbert, etc..

Image clinique

Le tableau clinique de l'encéphalopathie à bilirubine se compose de quatre périodes successives de la maladie

L'évolution de l'encéphalopathie à la bilirubine se compose de 4 phases:

La survenue d'une encéphalopathie à bilirubine doit être évitée à temps, mais si elle se produit, une aide doit être apportée à l'enfant dans un proche avenir au cours de la première phase de la maladie..

Lorsque l'encéphalopathie à la bilirubine apparaît, la principale méthode de traitement est dès que possible la transfusion sanguine d'échange.

La transfusion sanguine de substitution est un moyen efficace d'éliminer les produits d'hémolyse toxiques du corps d'un nouveau-né

Prévention de l'encéphalopathie à la bilirubine

Les médecins, immédiatement après la naissance, distinguent les enfants qui ont un haut degré de développement de la maladie hémolytique, dans un groupe à risque spécial. Ceux-ci comprennent, tout d'abord, les bébés dont le sang est incompatible avec les antigènes érythrocytaires maternels.

La quantité de bilirubine indirecte, d'hémoglobine dans leur sang est déterminée, son appartenance à un groupe et son facteur Rh sont fixes.

Selon les résultats des tests, les enfants décident d'observer, d'utiliser la photothérapie ou de passer à des actions plus décisives. La bilirubine, sous l'influence de la lumière des lampes fluorescentes bleues, change de structure et perd sa toxicité.

Irradier le corps d'un nouveau-né avec une lampe fluorescente

Si la concentration de bilirubine indirecte dans le sang de l'enfant augmente à un taux supérieur à 6,8 μmol / l / h (malgré le traitement), le médecin a le droit de prescrire l'utilisation de médicaments contenant des immunoglobulines humaines. Si nécessaire, un deuxième cours peut être prescrit. Dans un cas extrême, recourir à l'échange de transfusion sanguine.

Si le bébé est déjà né avec des signes de maladie hémolytique (peau ictérique pâle, gonflement, hypertrophie du foie et de la rate), sans attendre les résultats des tests de laboratoire, il procède à une transfusion sanguine.

Ainsi, l'encéphalopathie à la bilirubine du nouveau-né est une affection qui représente une menace importante pour la santé et la vie du bébé.Par conséquent, tous les efforts des médecins devraient viser à la prévenir, à la détecter en temps opportun et à fournir l'assistance nécessaire..

Qu'est-ce que l'ictère du nouveau-né

Quand commencer l'allaitement. Position de l'enfant.

Causes de l'ictère chez les nouveau-nés

Engorgement mammaire. Blessures et fissures dans les mamelons. Kystes.

Lisez À Propos De Vertiges