Principal Crise cardiaque

Kyste rétrocérébelleux du cerveau: ce qui est dangereux et ce qu'il ne faut pas faire?

Un kyste est une pathologie courante qui peut affecter n'importe quel organe humain; le cerveau n'est pas considéré comme une exception. Un kyste cérébral est une tumeur bénigne qui a la forme d'une bulle remplie de liquide. Situé dans n'importe quelle zone de ce corps.

Cette pathologie est de deux types, chacune ayant ses propres caractéristiques et méthodes de traitement:

  1. Kyste arachnoïdien.
  2. Kyste rétrocérébelleux.

Kyste rétrocérébelleux - fluide accumulé dans les zones de matière grise morte du cerveau. Pour éviter une nouvelle mort des cellules cérébrales, il est urgent de déterminer le facteur provoquant ce processus et ce n'est qu'après que procéder à un traitement efficace..

Kyste rétrocérébelleux du cerveau chez les enfants et les adultes - qu'est-ce que c'est?

Cette pathologie cérébrale peut survenir chez des patients de différents groupes d'âge. Un diagnostic et un traitement opportuns aideront le patient à éviter certaines complications. Dans une telle situation, il n'est pas recommandé de pratiquer l'auto-traitement, car il s'agit d'une méthode inefficace et peut être nocive pour la santé et entraîner des complications.

Le kyste rétrocérébelleux du cerveau est une bulle d'une certaine taille, remplie de liquide. Apparaît sur n'importe quelle partie du cerveau où, après une certaine situation, la mort de la matière grise, une composante importante de cet organe, est observée..

En outre, cette pathologie a un nom différent - le kyste intracérébral, car sa formation se produit directement dans l'organe lui-même. Son danger est qu'il se produit dans les zones touchées, ce qui n'est pas normal.

Par conséquent, le diagnostic de la pathologie, en parallèle, la cause de la mort de la matière grise sera clarifiée afin non seulement d'éviter une nouvelle mort, mais aussi d'éviter d'autres complications.

Types de kystes rétrocérébelleux

En médecine moderne, on distingue plusieurs types de kystes rétrocérébelleux. Selon le type particulier de pathologie, l'efficacité du traitement dépendra également. Chacun des kystes a ses propres caractéristiques, qui doivent être prises en compte lors du diagnostic..

Nous vous suggérons également de lire un article sur un sujet similaire à propos du kyste de poche de Ratke.

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux

Le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau est considéré comme un type courant de pathologie. Cette formation est située entre les membranes du cerveau et est remplie de liquide céphalo-rachidien.

Elle survient pour de telles raisons provocantes:

  1. Traumatisme crânien et cérébral.
  2. Inflammation de cet organe.
  3. Augmentation de la pression au sein de cette formation.

Kyste du liquide céphalo-rachidien rétrocérébelleux

Le kyste lytique rétrocérébelleux du cerveau n'est pas une pathologie courante. C'est une formation qui contient une certaine quantité de liquide.

Elle survient en raison de ces facteurs provoquants:

  1. Traumatisme crânien et cérébral.
  2. Flux sanguin vers cet organe.
  3. Le processus inflammatoire dans ce domaine.
  4. Intervention chirurgicale dans ce corps.

Cette espèce est également subdivisée en sous-espèces telles que:

  • un kyste congénital qui survient chez un enfant dans l'utérus;
  • kyste acquis, qui survient chez un patient à la suite d'un traumatisme crânien ou d'un processus inflammatoire.

Quelles tailles sont dangereuses?

Le kyste rétrocérébelleux se produit dans les zones affectées du cerveau et directement dans l'épaisseur de cet organe. Pour déterminer correctement la taille de la pathologie, le patient subit une série d'examens. Elle survient à la suite de divers facteurs provoquants, il convient également de considérer que de nouveaux foyers d'infection et même un micro-AVC peuvent provoquer une augmentation de l'éducation.

Causes d'occurrence

Cette pathologie cérébrale résulte de nombreux facteurs provoquants, dont le plus courant est la mort des cellules de matière grise..

Causes de pathologie:

  1. Mauvaise circulation cérébrale.
  2. Intervention chirurgicale dans cet organe.
  3. Troubles circulatoires aigus dans le cerveau, qui s'accompagnent d'une perte soudaine de conscience et d'une paralysie.
  4. Processus inflammatoires dans ce domaine et maladies infectieuses.
  5. Blessure à la tête et au cerveau, ce qui peut provoquer la mort des cellules cérébrales.

Symptômes

Les symptômes de la pathologie dépendent de sa taille. L'emplacement du kyste, ainsi que ses causes, sont également importants. En savoir plus sur les symptômes du kyste adulte.

Si cette tumeur bénigne, progressivement, sans s'arrêter, croît, alors que la pression du liquide interne augmente, il existe un risque de symptomatologie suffisamment prononcée de la pathologie.

Si le néoplasme ne se développe pas, le patient, en raison de l'absence de signes de pathologie, peut même ne pas être conscient de sa présence.

Provoquer le développement de kystes peut:

  • des neuroinfections qui n'arrêtent pas le processus infectieux dans le cerveau;
  • altération de la circulation sanguine de nature chronique;
  • processus auto-immuns;
  • sclérose en plaques.

Avec une croissance intensive de la pathologie, le patient peut remarquer plusieurs symptômes à la fois dans la liste:

  1. Maux de tête chroniques intenses.
  2. Pulsation à l'intérieur du crâne, ce qui provoque un certain inconfort.
  3. Détérioration de la fonction auditive, apparition d'acouphènes.
  4. Sensation comme si la tête était maintenant déchirée.
  5. Augmentation de la pression à l'intérieur du crâne.
  6. Hypertension artérielle.
  7. Déficience visuelle.
  8. Paralysie des membres inférieurs et supérieurs, en tout ou en partie.
  9. Crampes.
  10. Perte soudaine de conscience.
  11. Engourdissement d'une certaine partie du corps, ou des bras et des jambes, qui peut être temporaire ou permanente.

Traitement

Un traitement spécial n'est pas effectué si:

  • un kyste cérébral ne présente pas de symptômes graves;
  • aucune augmentation de l'éducation;
  • la taille des pathologistes est insignifiante.

Dans une telle situation, il est conseillé au patient d'être surveillé en permanence par un neurologue et de subir des examens préventifs au moins une fois tous les six mois - un an.

Si le patient présente les premiers signes de pathologie, une formation bénigne augmente progressivement ou intensément de taille, il y a une augmentation de la pression du fluide à l'intérieur du kyste, alors une intervention chirurgicale est nécessaire.

Avant d'effectuer la chirurgie:

  1. Le patient est soumis à un examen approfondi..
  2. Aussi, en parallèle, l'élimination de la cause qui a provoqué l'apparition et le développement du kyste.
  3. Ensuite, les spécialistes évaluent le risque d'intervention et choisissent l'option de traitement la plus optimale..

La méthode d'intervention chirurgicale dépend de l'emplacement de la masse bénigne et de sa taille..

En médecine moderne, on distingue les types d'opérations suivants:

  1. Ponction endoscopique. Il est considéré comme une méthode d'intervention moderne, qui est la plus petite apparence traumatique. Pendant l'opération, un endoscope est utilisé qui perce le crâne. Après l'élimination de la formation et de l'aspiration du fluide interne. Utilisé uniquement dans certains cas, tout dépend de l'emplacement du kyste.
  2. Chirurgie de pontage. Attribué à un patient souffrant d'hydrocéphalie et d'un débit constant de liquide.
  3. Neurochirurgie, qui s'accompagne d'une craniotomie.

Ce qui ne peut pas être fait?

Dans cette situation, il n'est pas recommandé de pratiquer l'auto-traitement, car cela peut entraîner des conséquences irréversibles et même la mort. Il est recommandé que lors des premières manifestations de la pathologie, consultez immédiatement un spécialiste pour une aide qualifiée.

Effets

Quant aux conséquences après un diagnostic et un traitement en temps opportun, elles sont absentes.

S'il y a eu des complications pendant ou après la chirurgie, le patient peut ressentir les symptômes suivants de lésions cérébrales:

  1. Syndrome cérébral - est considéré comme un symptôme courant d'une intervention postopératoire. Elle s'exprime comme suit: augmentation de la pression à l'intérieur du crâne, maux de tête intenses de nature chronique, intolérance aux voyages, manque d'une quantité normale d'oxygène, etc. Peut être traité pour l'éliminer.
  2. Crampes. Une épilepsie symptomatique est parfois observée chez les patients..
  3. Syndrome asthéno-névrotique. Se produit rarement, peut être accompagné de troubles tels que faiblesse générale, malaise, altération du système immunitaire.
  4. Syndrome d'hypermotilité ou retard de développement chez l'enfant et l'adulte - trouble du comportement.
  5. Syndrome focal. Ce syndrome survient à la suite de dommages à une certaine partie du cerveau qui est responsable de certaines fonctions importantes.

En conséquence, le patient peut rencontrer des problèmes tels que:

  • altération de la fonction vocale;
  • déficience visuelle;
  • altération de la fonction auditive;
  • altération de la fonction nerveuse;
  • troubles musculo-squelettiques.

Ce ne sont pas toutes les conséquences que ce kyste peut provoquer. Toutes les complications sont graves et peuvent mettre la vie en danger..

Après la chirurgie, afin d'éviter des conséquences désagréables, il faut:

  1. adhérer aux recommandations d'un spécialiste;
  2. prendre des complexes de vitamines;
  3. mange correctement;
  4. n'ignorez pas l'utilisation de médicaments qui renforcent l'immunité, améliorent la circulation sanguine et renforcent les parois vasculaires.

En outre, le patient est recommandé:

  • ajustez votre style de vie;
  • faites attention à l'activité physique. mais insignifiant;
  • refuser de mauvaises habitudes.

Le kyste rétrocérébelleux du cerveau, bien que pathologique dangereux dans certaines situations, est assez traitable, en particulier avec un traitement rapide.

Si le patient a noté certains troubles pouvant provoquer cette formation, un examen préventif doit être réalisé. Au premier signe d'un kyste, cela vaut la peine d'examiner.

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau: qu'est-ce qui est dangereux, causes, symptômes et méthodes de traitement

Dans la pratique médicale moderne, une pathologie telle qu'un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau est souvent diagnostiquée. Quel est le danger d'une telle maladie? Cette question intéresse de nombreuses personnes qui ont fait face à un problème similaire..

En fait, la croissance rapide du kyste affecte négativement le fonctionnement du système nerveux et, par conséquent, le fonctionnement de tout l'organisme. En l'absence de traitement approprié et en temps opportun, la mort est possible. C'est pourquoi il vaut la peine de vous familiariser avec les informations sur cette maladie..

Pourquoi un kyste se forme-t-il? Quels facteurs de risque peuvent mettre en évidence? Quels symptômes devrais-je rechercher? Quelles méthodes de thérapie propose la médecine moderne? Quand faut-il une opération pour retirer un kyste? Les réponses à ces questions seront utiles à de nombreux lecteurs..

Qu'est-ce qu'une maladie?

Beaucoup de gens sont confrontés à un problème comme le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau. Les examens des médecins indiquent que ce néoplasme est bénin. Cependant, la croissance active des kystes peut entraîner une multitude de complications..

Le kyste rétrocérébelleux (ou intracérébral) se développe dans la partie du cerveau où les corps neuronaux meurent à l'intérieur de la matière grise. Le néoplasme lui-même est une sorte de capsule à paroi élastique et à contenu liquide. Un kyste peut être congénital ou acquis.

Causes du néoplasme

Beaucoup de gens s'intéressent aux questions sur la formation d'un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau. Les raisons peuvent en fait être différentes.

Si nous parlons de la présence d'une anomalie congénitale, la liste des facteurs de risque comprend les blessures subies pendant le développement embryonnaire. Le moindre rôle n'est pas joué par les défauts apparus au niveau génétique (certaines mutations, maladies héréditaires).

Les résultats de la recherche ont également confirmé que la situation environnementale dans laquelle vit la mère est importante. L'utilisation de certains médicaments qui affectent le système nerveux du fœtus est potentiellement dangereuse..

Si nous parlons d'un néoplasme acquis (un kyste développé déjà à l'âge adulte), la liste des facteurs de risque est légèrement plus longue.

  • Diverses maladies infectieuses affectant le cerveau (encéphalite, méningite et certaines autres pathologies) peuvent provoquer la mort des cellules nerveuses avec la formation de kystes..
  • Selon les statistiques, très souvent l'apparition d'un néoplasme est associée à des lésions cérébrales. Il s'agit de coups forts, de multiples ecchymoses à la tête.
  • Les facteurs de risque incluent la structure anormale du cerveau - chez certaines personnes, il n'y a pas de septum entre les hémisphères.
  • Un kyste se développe souvent après une intervention chirurgicale sur le crâne, surtout si l'opération était associée à une hémorragie cérébrale.
  • Les facteurs de risque comprennent également les accidents vasculaires cérébraux, la maladie coronarienne..
  • Les changements dégénératifs dans les structures du système nerveux central s'accompagnent également de la mort des neurones, ce qui augmente le risque de formation et de croissance de kystes..

Dans le processus de diagnostic, il est très important de déterminer pourquoi le patient a un kyste rétrocérébelleux du cerveau. Sa taille peut augmenter, augmentant le risque de complications. Le schéma thérapeutique sera plus efficace si, lors de sa compilation, le médecin prêtera attention non seulement aux symptômes, à la taille et à l'emplacement du néoplasme, mais également aux facteurs qui ont provoqué l'apparition de la pathologie..

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau: symptômes

Selon les statistiques, un kyste peut se développer pendant de nombreuses années dans les tissus du cerveau, sans provoquer de perturbations. Les symptômes commencent à se manifester à mesure que la taille d'un néoplasme bénin augmente..

  • Parfois, le seul signe d'un kyste est une migraine. Des maux de tête apparaissent périodiquement. Il est prouvé que plus le néoplasme se développe rapidement, plus le syndrome douloureux est prononcé. Certains patients se plaignent de pulsations dans les tempes..
  • Les symptômes comprennent des problèmes d'équilibre, des étourdissements fréquents.
  • La croissance des kystes affecte négativement le fonctionnement des sens. Par exemple, les patients se plaignent souvent de vision double, d'acouphènes.
  • Peut-être un changement dans l'état mental et émotionnel du patient.
  • Aux derniers stades de développement, la maladie s'accompagne de l'apparition de convulsions.

Bien sûr, le tableau clinique dépend largement de la taille du kyste, de sa localisation, de la présence de maladies concomitantes.

Hydrocéphalie avec croissance de kystes

Souvent, la croissance du néoplasme conduit à l'accumulation de liquide céphalorachidien dans les cavités du cerveau et à une augmentation de la pression intracrânienne. L'hydrocéphalie se développe progressivement et s'accompagne de symptômes très caractéristiques en progression constante:

  • nausée, qui se termine souvent par l'apparition de vomissements;
  • irritabilité accrue, nervosité;
  • étourdissements fréquents, parfois jusqu'à perte de connaissance;
  • faiblesse générale, somnolence constante.

Qu'est-ce qui affecte la croissance du kyste? Facteurs de risque

Malheureusement, de nombreuses personnes sont confrontées à un diagnostic tel que le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau. La taille de ce néoplasme peut augmenter, ce qui est dangereux, car un kyste peut interférer avec l'écoulement du liquide cérébral, perturber la circulation sanguine et le tissu nerveux trophique.

La croissance rapide des kystes peut déclencher des neuroinfections. De plus, une augmentation de la taille du néoplasme est souvent associée à des troubles chroniques du travail du cœur, car de telles pathologies provoquent certains problèmes de circulation cérébrale. L'activation de la croissance des kystes est parfois observée dans le contexte de la progression des maladies auto-immunes, y compris la sclérose en plaques. Étant donné qu'une augmentation du néoplasme est toujours dangereuse, les patients appartenant au groupe à risque doivent être surveillés en permanence. Ils auront également besoin d'un traitement supplémentaire (par exemple, prendre des antibiotiques pour les maladies infectieuses, etc.).

Quel est le danger du kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau? Complications et conséquences possibles

Avec un diagnostic rapide et un traitement approprié, le néoplasme peut être retiré sans aucune complication. Malheureusement, dans la plupart des cas, les patients consultent un médecin à un stade ultérieur de la maladie. Quelles sont les conséquences du kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau? Quelle est la pathologie dangereuse?

En règle générale, les complications sont enregistrées dans les cas où l'ablation chirurgicale a été difficile ou la croissance rapide du kyste a conduit à des lésions de certaines parties du cerveau. Les conséquences peuvent être très diverses..

  • Certains patients qui ont subi une intervention chirurgicale éprouvent des problèmes tels que l'hypertension artérielle et les migraines chroniques..
  • Les dommages aux zones du cerveau peuvent affecter les modèles de comportement. Souvent, les patients deviennent trop actifs ou léthargiques. Problèmes possibles avec la communication et le contrôle des émotions.
  • Peut-être une violation de la parole, des fonctions motrices, visuelles et autres fonctions du corps, selon la partie particulière du cerveau qui a été endommagée.
  • Il existe un risque de développer un syndrome asthéno-névrotique. Les patients se plaignent souvent d'une faiblesse grave, d'un malaise général. Système immunitaire potentiellement affaibli.
  • La croissance des kystes, ainsi que les complications pendant la chirurgie, peuvent déclencher le développement d'un syndrome convulsif. Certains patients souffrent de crises d'épilepsie récurrentes..

En l'absence de traitement, le néoplasme continue de croître, serrant les vaisseaux sanguins, endommageant certaines parties du cerveau. Une issue létale dans ce cas est tout à fait possible.

Un kyste chez un enfant: caractéristiques du tableau clinique

Le kyste arachnoïdien du cerveau chez un enfant est une pathologie grave. Selon l'emplacement du néoplasme et sa taille, la maladie peut être accompagnée de divers troubles auditifs, parésie et paralysie des membres, convulsions.

La croissance active du kyste est dangereuse pour la santé et la vie de l'enfant. Dans le cadre d'une augmentation du volume de néoplasme, une augmentation de la pression intracrânienne est possible. Dans les cas plus graves, la croissance d'un kyste provoque une divergence dans les sutures osseuses du crâne. La liste des complications peut inclure un retard dans le développement de l'enfant, à la fois physiquement et intellectuellement.

Mesures diagnostiques

Avec une telle pathologie, un diagnostic correct et, surtout, en temps opportun est extrêmement important afin de détecter un kyste, de déterminer avec précision sa taille, son emplacement et ses causes de formation.

En règle générale, le processus de diagnostic comprend les procédures suivantes:

  • l'imagerie par résonance magnétique ou calculée (considérée comme la méthode de diagnostic la plus précise, car elle vous permet d'obtenir des données sur le nombre, la taille et l'emplacement des tumeurs);
  • échographie Doppler;
  • électrocardiogramme;
  • surveillance de la pression artérielle;
  • tests de présence d'infection dans le corps.

Les objectifs de la pharmacothérapie

Que faire si un patient reçoit un diagnostic de kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau? Le traitement dépend en grande partie de l'état et de l'âge du patient, de la taille et de l'emplacement du kyste.

Si le néoplasme est petit et non sujet à la croissance, le médecin peut recommander une observation dynamique. Dans de tels cas, la pharmacothérapie est obligatoire..

  • En présence d'infection, on prescrit aux patients des antibiotiques ou des antiviraux.
  • Les anti-inflammatoires qui aident à soulager la douleur et à soulager l'inflammation sont également efficaces..
  • Les patients souffrant d'hypertension artérielle sont prescrits "Kapoten", "Enapril" et d'autres médicaments qui aident à faire face à l'hypertension.
  • En cas de risque de caillots sanguins et d'adhérences, il est possible d'utiliser des anticoagulants.
  • Les nootropiques aident à normaliser la fonction cérébrale avec un apport insuffisant de glucose et d'oxygène.
  • Des antioxydants sont également utilisés pour augmenter la résistance des cellules aux radicaux libres..

Neurochirurgie

Dans tous les cas, le traitement n'est pas possible par des méthodes conservatrices. Si le néoplasme est gros ou sujet à une croissance rapide, une opération pour retirer le kyste peut être nécessaire.

La trépanation est une procédure assez compliquée, qui implique l'ouverture du crâne. Pendant l'opération, le médecin a la possibilité de retirer complètement le kyste et les tissus endommagés à proximité. Malheureusement, cette procédure est également la plus traumatisante..

Dérivation cérébrale

Parfois, le médecin décide de contourner. Cette procédure est efficace s'il y a un débit constant ou une accumulation de liquide dans le néoplasme..

À l'aide de shunts spéciaux, le médecin attache les vaisseaux endommagés à des artères saines, normalisant ainsi l'écoulement de liquide. Soit dit en passant, cette technique est également réalisée avec l'hydrocéphalie.

Méthode de ponction endoscopique

Il s'agit de la procédure la plus sûre et la plus simple. Son essence est d'éliminer le liquide de la cavité du kyste à travers de petits trous dans le crâne. Cette procédure est rarement associée à des complications et la rééducation est rapide..

Cependant, la chirurgie n'est pas toujours possible, car les néoplasmes dans la plupart des cas sont situés dans les couches profondes du cerveau.

Existe-t-il une prévention efficace?

Maintenant, vous savez déjà comment et pourquoi le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau se développe, à quel point cette maladie est dangereuse et quelles méthodes de traitement la médecine moderne propose.

Malheureusement, la prophylaxie spécifique n'existe pas. Le succès du traitement dépend en grande partie d'un diagnostic rapide, les médecins recommandent donc de ne pas abandonner les examens préventifs de routine et de signaler la présence de certaines plaintes.

En ce qui concerne la période postopératoire, l'essentiel ici est d'adhérer à un mode de vie sain, en particulier de surveiller la nutrition, de pratiquer toutes sortes de sports et de travail physique (même si c'est juste une marche rapide ou marcher en plein air). De plus, il est conseillé aux patients de prendre régulièrement des vitamines et des médicaments qui renforcent les vaisseaux sanguins, car ils aident à maintenir un flux sanguin normal et à améliorer le tissu nerveux trophique..

Kyste arachnoïdien

Un kyste du cerveau est une formation pathologique creuse remplie d'un liquide de composition similaire au liquide céphalorachidien, qui a une localisation différente dans le cerveau. Il existe deux principaux types de kystes cérébraux: les kystes arachnoïdiens et rétrocérébelleux.

Le kyste arachnoïde du cerveau est une masse creuse bénigne remplie de liquide qui se forme à la surface du cerveau dans la région de ses membranes arachnoïdiennes (arachnoïdiennes).

La médullaire arachnoïdienne est l'une des trois méninges situées entre la membrane dure superficielle du cerveau et le pia mater profond.

Les parois du kyste arachnoïdien sont formées soit par des cellules de la membrane arachnoïdienne du cerveau (kyste primaire), soit par du collagène cicatriciel (kyste secondaire). Le kyste arachnoïdien peut être de deux types:

  • Le kyste arachnoïdien primaire ou congénital est le résultat d'anomalies du développement des méninges du cerveau chez le fœtus à la suite d'une exposition à des facteurs physiques et chimiques (médicaments, radiations, agents toxiques);
  • Un kyste arachnoïde secondaire ou acquis est le résultat de diverses maladies (méningite, corps calleux), ou d'une complication après une blessure, une intervention chirurgicale (ecchymoses, commotions cérébrales, lésions mécaniques des enveloppes externes du cerveau).

Dans la plupart des cas, le développement d'un kyste arachnoïdien est asymptomatique. Des symptômes neurologiques prononcés ne sont présents que dans 20% des cas.

Parmi les facteurs affectant l'apparition et la croissance d'un kyste arachnoïdien, il y a:

  • Inflammation des méninges (virus, infection, arachnoïdite);
  • Augmentation de la pression du fluide à l'intérieur de la masse kystique;
  • Commotion cérébrale ou toute autre lésion cérébrale chez un patient présentant un kyste arachnoïdien précédemment formé.

Symptômes du kyste rétrocérébelleux arachnoïdien

Dans la plupart des cas, les kystes cérébraux (arachnoïdes, kystes rétrocérébelleux) sont asymptomatiques. Ces néoplasmes sont détectés lors du prochain examen du patient ou lors du diagnostic de maladies neurologiques de symptômes similaires. Les symptômes d'un kyste arachnoïdien ne sont pas spécifiques. La gravité des symptômes d'un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux dépend de l'emplacement et de la taille de la formation. La plupart des patients présentent des symptômes cérébraux associés à la compression de certaines zones du cerveau. Les symptômes focaux dus à la formation d'un hygroma, la rupture d'un kyste arachnoïdien sont extrêmement rares.

Les principaux symptômes de l'arachnoïde, kyste rétrocérébelleux:

  • Étourdissements non causés par d'autres facteurs (surmenage, anémie, médication, grossesse chez la femme);
  • Nausées, vomissements, non causés par d'autres facteurs (médicaments, empoisonnement, autres maladies);
  • Hallucinations, troubles mentaux;
  • Crampes
  • Perte de conscience;
  • Sensations d'engourdissement dans les membres, hémiparésie;
  • Maux de tête, altération de la coordination;
  • Sensation de pulsation, de plénitude dans la tête;
  • Déficience auditive, vision;
  • Reconnaissance claire des acouphènes tout en maintenant l'audition;
  • Sensation de lourdeur dans la tête;
  • Augmentation de la douleur lors des mouvements de la tête.

Il convient de noter qu'avec le type secondaire de kyste arachnoïdien, le tableau clinique peut être complété par des symptômes de la maladie ou du traumatisme sous-jacent, qui est la cause profonde de la formation de la cavité kystique.

Diagnostic du kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïdien

Diverses méthodes sont utilisées pour diagnostiquer un kyste du liquide céphalorachidien arachnoïdien (un kyste rempli de liquide céphalorachidien). Les principaux sont l'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie pour détecter la formation kystique, déterminer sa localisation, sa taille. L'administration intraveineuse de contraste permet de différencier un kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïdien d'une tumeur (la tumeur accumule du contraste, pas le kyste).

Il convient de rappeler qu'un kyste arachnoïdien est plus souvent le résultat d'une autre maladie neurologique ou d'une altération du fonctionnement de tout système organique. Pour identifier les causes profondes d'un kyste arachnoïdien, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • Des tests sanguins pour détecter les virus, les infections, les maladies auto-immunes;
  • Tests de coagulation sanguine et taux de cholestérol;
  • L'étude Doppler vous permet de détecter une perméabilité vasculaire altérée, entraînant un manque d'approvisionnement en sang cérébral;
  • Surveillance de la pression artérielle, fixant les fluctuations de pression par jour;
  • Études cardiaques.

L'identification précise des causes du développement du kyste arachnoïdien vous permet de choisir le traitement optimal pour la formation de kystes et de minimiser le risque de rechute.

Traitement du kyste arachnoïdien

Selon la dynamique du développement des kystes arachnoïdiens, on distingue les formations kystiques gelées et les kystes progressifs. En règle générale, les formations gelées ne causent pas de douleur au patient, ne présentent pas de risque pour une activité cérébrale normale. Dans ce cas, le traitement d'un kyste arachnoïdien n'est pas nécessaire. Avec les formes congelées de kystes, le diagnostic et le traitement visent à identifier les causes profondes de la formation de kystes, ainsi qu'à éliminer et à prévenir les facteurs contribuant à la formation de nouveaux kystes.

Avec le type progressif de formations kystiques, le traitement d'un kyste arachnoïdien implique un ensemble de mesures visant à identifier et à éliminer les causes de l'apparition du kyste, ainsi que l'élimination directe du kyste lui-même.

Le traitement médicamenteux des kystes arachnoïdiens vise à éliminer les processus inflammatoires, à normaliser l'apport sanguin cérébral et à réparer les cellules cérébrales endommagées.

Avec l'inefficacité ou la faible efficacité des méthodes conservatrices de traitement d'un kyste arachnoïdien, des méthodes radicalaires sont utilisées. Les indications d'une intervention chirurgicale sont:

  • Risque de rupture d'un kyste arachnoïdien;
  • Troubles de l'état mental du patient avec augmentation des crises et des crises d'épilepsie;
  • Augmentation de la pression intracrânienne;
  • Renforcement des symptômes focaux.

Les principales méthodes de traitement chirurgical d'un kyste arachnoïdien sont:

  • Drainage - élimination du liquide de la cavité par aspiration à l'aiguille;
  • Shunt - créant un drainage pour l'écoulement du fluide;
  • Fenestration - excision kystique.

Kyste arachnoïdien: conséquences, prévisions, complications

Avec le diagnostic et le traitement rapides des kystes arachnoïdiens, le pronostic est très favorable. Les principaux risques associés au développement d'un kyste arachnoïdien sont une augmentation de l'effet compressif du corps kystique sur les centres cérébraux, entraînant des perturbations dans les fonctions du corps, ainsi qu'une rupture du kyste. Après l'ablation du kyste arachnoïdien, les conséquences peuvent être des troubles de l'audition et de la vision, de la fonction vocale. Avec un diagnostic intempestif d'un kyste arachnoïdien, les conséquences peuvent être extrêmement dangereuses (hydrocéphalie, hernie cérébrale, décès).

Vidéo de YouTube sur le sujet de l'article:

Les informations sont compilées et fournies à titre informatif uniquement. Consultez votre médecin dès les premiers signes de maladie. L'automédication est dangereuse pour la santé.!

Tableau clinique et traitement des kystes arachnoïdiens rétrocérébelleux du cerveau

Un kyste cérébral est une masse bénigne. Selon leur emplacement et leur taille, vous pouvez observer une autre clinique. Un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau est une cavité remplie de liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien), dont les parois sont représentées par la membrane arachnoïdienne du cerveau. Cette pathologie peut être asymptomatique ou caractéristique..

Classification

Tous les kystes cérébraux sont divisés en deux grands groupes:

  • congénitale (primaire) - la pathologie est présente chez les nouveau-nés;
  • acquis (secondaire) - un kyste se produit en raison de l'impact sur le corps de facteurs externes ou internes indésirables.

Classification des kystes en fonction de leur emplacement:

  • le kyste arachnoïdien est formé à partir de la membrane arachnoïdienne du cerveau, qui est située entre les membranes molles et dures;
  • le kyste rétrocérébelleux est une formation dans la partie intérieure du cerveau, il se produit sur le site des cellules cérébrales mortes;
  • le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux se propage immédiatement à l'arachnoïde et à la matière grise du cerveau.

Étiologie

Les facteurs étiologiques contribuant au développement des kystes arachnoïdiens rétrécérébelleux du cerveau peuvent être à la fois internes et externes.

Les causes de cette pathologie sont les suivantes:

1. Anomalies génétiques associées à une violation de la structure du tissu conjonctif.

2. L'impact négatif sur le fœtus de causes pathologiques au cours du développement fœtal:

  • conditions environnementales défavorables;
  • infections transmises par une femme pendant la grossesse;
  • l'utilisation de certains médicaments pendant le transport d'un enfant.

3. Lésions craniocérébrales ouvertes et fermées, auquel cas le kyste est une conséquence de la blessure.

4. Apport sanguin insuffisant aux tissus cérébraux pour les raisons suivantes:

  • violation aiguë de la circulation cérébrale de nature ischémique ou hémorragique;
  • ostéochondrose de la colonne cervicale;
  • Ischémie cérébrale;
  • sclérose en plaques;
  • thrombose cérébrale.

5. Les conséquences de la chirurgie.

6. Infections: encéphalite, méningite, méningo-encéphalite.

Taille et taille des kystes

Les dimensions de cette éducation peuvent être différentes, les experts les répartissent dans les types suivants:

  • un kyste au stade initial de développement a une épaisseur ne dépassant pas deux millimètres;
  • kyste de gravité modérée - les dimensions augmentent à 10 millimètres;
  • un gros kyste avec un cours sévère - l'épaisseur de la formation est supérieure à 10 millimètres et la longueur est supérieure à 8, mais inférieure à 13 centimètres.

Il n'y a pas de tendance claire qui contribuerait à une augmentation de la taille de la masse kystique. Un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux peut ne pas changer de taille pendant une longue période et peut être au stade initial de développement. Cependant, une variante de la croissance rapide de l'éducation pathologique est également notée. Dans ce cas, le kyste atteint des tailles critiques en peu de temps (mois).

Une croissance rapide est observée dans les kystes qui se sont développés en relation avec des infections passées, mais leur augmentation ne peut pas être qualifiée de rapide. Il existe également une pathologie qui ne change pas de taille. En règle générale, elle n'a pas besoin de traitement, mais il est nécessaire de l'observer.

Le tableau clinique de la pathologie chez un adulte

La gravité des symptômes dépend d'un certain nombre de facteurs:

  • la première place est occupée par la taille du kyste et son taux de croissance: plus la formation est grande, plus la pression sur le tissu cérébral est importante;
  • localisation du kyste, dans ce cas, la présence de symptômes pathologiques dépendra de la partie du cerveau affectée;
  • la présence d'une infection dans l'organe;
  • pathologie auto-immune - sclérose en plaques.

Des symptômes généraux, neurologiques, focaux et convulsifs sont notés. Si le kyste se développe, les signes généraux et neurologiques suivants de la maladie apparaissent:

  1. Maux de tête qui peuvent apparaître et disparaître ou être présents en permanence. De nombreux patients se plaignent de douleurs pulsatoires unilatérales dans la tête, caractéristiques des migraines. Dans ce cas, la douleur épuise la personne, elle ne peut pas trouver une position confortable. Le spasme ne s'arrête pas avec les analgésiques conventionnels.
  2. Hypertension artérielle.
  3. Ondulation dans la région temporelle.
  4. Faiblesse générale, fatigue.
  5. Vomissement unique noté.
  1. Crampes.
  2. Crises d'épilepsie.
  3. Paralysie des membres supérieurs et inférieurs.

Signes focaux d'un état pathologique:

1. Violations de la vue:

  • image floue, vole devant les yeux;
  • vision double;
  • les silhouettes commencent à s'estomper.

2. Changements dans le discours, il peut devenir embrouillé, une personne tire, «mâche» des mots.

3. Troubles auditifs:

  • bruit dans les oreilles;
  • sensation d'étouffement;
  • le patient note qu'il a commencé à mal entendre.

4. Manque de coordination du mouvement, la démarche devient fragile.

Les symptômes de la maladie chez les enfants

La présence de cette pathologie chez un enfant peut entraîner de graves conséquences. Plus le néoplasme du cerveau est grand, plus le bébé tolère les symptômes pathologiques. Particulièrement intéressant de noter les petits et les nourrissons dont les fonctions cérébrales sont en cours de formation et de développement actif.

Le tableau clinique comprend les signes de pathologie suivants:

  1. Déficience auditive.
  2. Engourdissement des bras et des jambes.
  3. La parésie et la paralysie des membres supérieurs et inférieurs peuvent être notées, elles peuvent être complètes ou partielles.
  4. La coordination des mouvements peut être gravement altérée.

Si le kyste augmente intensément, il y a alors une augmentation de la pression intracrânienne. Cette condition, à son tour, s'accompagne de symptômes caractéristiques:

  1. Maux de tête sévères et persistants difficiles à arrêter.
  2. La nausée.
  3. Vomissement.
  4. Chez le nourrisson, un gonflement et une pulsation de la grande fontanelle sont notés. Il devient de mauvaise humeur.
  5. L'enfant a sommeil.
  6. Faiblesse générale, fatigue.

Dans les cas graves de la maladie chez les nourrissons, il y a un écart dans les sutures du crâne, la grande fontanelle est mal ou complètement envahie. Tout cela laisse sa marque. Le développement de l'enfant est altéré. Il y a un décalage dans le développement physique, mental et mental.

Signes diagnostiques

Pour identifier cette pathologie, il est nécessaire de subir un diagnostic approfondi. Lorsqu'un patient visite un médecin, des antécédents médicaux doivent être collectés, qui comprennent des données sur les maladies et les blessures passées. Il vaut également la peine d'interroger le patient en détail sur les plaintes. Après avoir recueilli une anamnèse de la vie et de la maladie, le patient est envoyé pour des procédures de diagnostic.

  1. L'imagerie par résonance magnétique aide à clarifier l'emplacement et la taille du néoplasme. Normalement, aucune cavité ne doit être détectée..
  2. La tomodensitométrie est une autre méthode de diagnostic moderne et très précise qui fournit des informations détaillées sur la pathologie..
  3. Un test sanguin biochimique est nécessaire pour détecter un taux de cholestérol élevé, augmenter la coagulation sanguine.
  4. Un test sanguin pour identifier les infections dans le corps qui peuvent provoquer cette maladie.
  5. Angiographie des vaisseaux cérébraux. Avec l'aide de cette étude, il est possible de différencier les néoplasmes malins des kystes cérébraux. En présence d'une tumeur cancéreuse, l'agent de contraste s'accumule dans son corps, mais avec un kyste, ce symptôme n'est pas observé.
  6. Surveillance des changements de la pression artérielle.
  7. L'échographie Doppler (échographie Doppler) vous permet d'évaluer l'état des vaisseaux sanguins, leur perméabilité.
  8. Diagnostic de la pathologie du système cardiovasculaire. Cela est nécessaire, car l'insuffisance cardiaque développée est un facteur pathologique dans la formation des kystes cérébraux..

Traitement

Le traitement des kystes arachnoïdiens rétrocérébelleux du cerveau doit être complet. Le choix de la méthode de traitement dépend de la gravité du processus pathologique.

Il existe deux façons de traiter un patient:

Si un kyste est détecté qui n'a pas tendance à se développer rapidement, une visite régulière chez un neurologue est prescrite pour surveiller l'état du patient. Le traitement suivant est également indiqué:

  • en présence d'un foyer d'inflammation, des médicaments antiviraux ou antibactériens sont prescrits (cela dépend de la nature de l'inflammation);
  • les immunomodulateurs sont prescrits pour augmenter les défenses de l'organisme.

En cas de violation de la circulation cérébrale, un traitement approprié est effectué, qui consiste à:

  1. Des agents antiplaquettaires sont prescrits (pentoxifylline, aspirine et autres). Ils visent à diluer le sang et à abaisser le taux de cholestérol..
  2. Anticoagulants. Ils sont prescrits en cas d'adhérences. Ce groupe de médicaments contribue à leur résorption..
  3. Médicaments à effet hypotenseur («Kapoten», «Captopril», «Enalapril»). Ces médicaments sont prescrits en cas d'augmentation persistante de la pression artérielle..
  4. Les antioxydants aident à augmenter la résistance des tissus cérébraux avec une augmentation de la pression intracrânienne.
  5. Les nootropiques améliorent l'apport en oxygène, éliminent les symptômes d'hypoxie des tissus cérébraux (Nootropil, Cerebrolysin).

Indications pour le traitement chirurgical:

  1. Augmentation significative de la pression intracrânienne.
  2. L'apparition de symptômes focaux de la maladie.
  3. En cas de risque de rupture de la capsule kystique.
  4. Hémorragie.
  5. Convulsions, crises d'épilepsie, ainsi que la menace de leur survenue.
  6. L'hydrocéphalie et sa progression.
  7. Le développement de troubles mentaux associés à cette pathologie.

Si l'état du patient s'aggrave, les méthodes chirurgicales de traitement suivantes sont utilisées:

  1. Décompression, c'est-à-dire ouvrir un kyste et en retirer le contenu liquide.
  2. L'enlèvement d'un kyste est une opération radicale qui est effectuée lorsque le crâne est ouvert.

Méthodes de décompression:

  1. Endoscopie Il s'agit d'une méthode sûre qui consiste à retirer le liquide en perçant une capsule de kyste..
  2. Contourner les kystes en utilisant le drainage (tube). Après avoir retiré le liquide, la cavité se calme, mais il faut se rappeler que lors de cette procédure, le risque d'infection du contenu du crâne est élevé.

Élimination des kystes - fenestration. Il s'agit d'une méthode d'élimination radicale des néoplasmes. Cette méthode de traitement est très efficace, mais des complications sont possibles.

Le pronostic est favorable, mais il ne faut pas oublier qu'une recherche médicale intempestive peut compliquer le processus de traitement. Dans les cas graves négligés, une forte probabilité de décès.

Quel est le danger du kyste rétrocérébelleux du cerveau??

De l'article, vous en apprendrez plus sur le kyste rétrocérébelleux du cerveau, les raisons de la formation de la cavité, les manifestations cliniques de la pathologie, le diagnostic, les complications, le traitement, la prévention et le pronostic.

informations générales

Une caractéristique du néoplasme est qu'il affecte directement la membrane arachnoïdienne, ce qui exacerbe les manifestations cliniques et complique le processus de traitement. Un événement courant est le développement d'une tumeur rétrocérébelleuse chez un enfant: dans la plupart des cas, la formation kystique se produit à la suite d'une mutation génétique et précède un trouble de la circulation cérébrale. Puisqu'un néoplasme bénin n'est pas aggravé par des symptômes sévères, il est impossible de le détecter à un stade précoce de développement et de commencer une élimination rapide, ce qui augmente le risque d'anomalies mentales chez le bébé.

La taille et la croissance du néoplasme

Une capsule creuse, ne dépassant pas deux millimètres de diamètre, se développe asymptomatiquement au fil des ans et est détectée principalement au hasard - lors d'un examen complet. Un petit kyste dans le cerveau est une norme qui ne nécessite pas de traitement thérapeutique: pour que le médecin puisse surveiller l'état de la tumeur, le patient visite régulièrement l'échographie.

Étant donné que le kyste rétrocérébelleux augmente souvent de diamètre, les patients s'intéressent au médecin traitant quant à ses dimensions dangereuses. Une cavité kystique, atteignant dix millimètres de diamètre, indique un degré moyen de gravité du processus pathologique et est préoccupante si son volume continue d'augmenter, provoquant la destruction des cellules du cerveau.

Si la croissance du kyste est effectuée non seulement en largeur mais également en longueur, ce processus provoque la croissance rapide d'un néoplasme bénin sur les tissus voisins, ce qui augmente le risque de développer leur nécrose. La principale raison de l'augmentation des capsules kystiques est considérée comme un trouble de la circulation sanguine cérébrale: la lésion infectieuse et le processus inflammatoire sont beaucoup moins susceptibles de provoquer.

Classification

En fonction de la nature du néoplasme, deux types de tumeurs sont distingués:

  • Le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau est formé à la surface des tissus qui combinent la coque externe et le parenchyme interne, remplis de substance vertébrale.
  • Le kyste du liquide céphalo-rachidien rétrocérébelleux se développe à la suite du processus inflammatoire, d'une hémorragie locale ou d'une blessure mécanique. Souvent, la raison de la formation de l'espace rétrocellulaire est le fonctionnement de mauvaise qualité des pathologies se développant dans la tête.

Selon l'origine, on distingue deux types de kyste du liquide céphalo-rachidien:

  • Une tumeur congénitale se forme en raison d'une altération du développement embryonnaire.
  • La tumeur acquise se développe dans le contexte de dommages mécaniques ou d'une inflammation de la structure cérébrale.

Chaque type de kyste a ses propres caractéristiques de développement, qui doivent être prises en compte par un médecin lors du choix d'une tactique de traitement.

Raisons de la formation

Le kyste rétrocérébelleux survient pendant le développement fœtal ou comme complication d'un traumatisme à la naissance à la suite de la mort des cellules cérébrales. Au lieu de tissus sains, une cavité se forme, remplie de liquide céphalorachidien ou de liquide séreux. C'est souvent une caractéristique innée du développement. En outre, le kyste rétrocérébelleux peut se former pour les raisons suivantes:

  • accident vasculaire cérébral;
  • pathologies vasculaires, manque d'approvisionnement en sang;
  • les opérations réalisées par un chirurgien insuffisamment expérimenté ou sans recours à l'IRM;
  • blessures graves à la tête;
  • les infections.

Lorsque des kystes rétrocérébelleux sont découverts, entre autres anomalies sur l'IRM, les gens s'y concentrent souvent précisément parce que c'est une éducation qui ne devrait pas être physiologiquement. Le syndrome d'hypertension, diverses anomalies du développement, des signes de dommages organiques au système nerveux central nécessitent beaucoup plus d'attention. Le kyste congénital rétrocérébelleux est une variante de la norme. Malgré le fait que souvent ses côtés mesurent plus de 1 cm, la formation occupe une certaine place dans le cerveau, le kyste n'a aucune activité, n'augmente presque jamais en taille. Exception - blessures, maladies infectieuses.

Symptômes et manifestations cliniques

Les symptômes sont déterminés par l'emplacement, la taille et le type de kyste rétrocérébelleux. Les formations kystiques progressives se font sentir avec des signes caractéristiques, cependant, les tumeurs arrêtées en croissance sont asymptomatiques et sont détectées par hasard, par exemple lors d'un examen de routine.

La croissance de la formation rétrocérébelleuse est due à des facteurs auto-immunes - dysfonctionnements hémodiscirculatoires (problèmes hémodynamiques), infection, neuroinfection, inflammation, problèmes avec les processus métaboliques.

Les symptômes suivants indiquent un processus pathologique dans le cerveau. Plus la tumeur rétrocérébelleuse progresse rapidement, plus les symptômes sont prononcés. Parfois, il y a plus de deux signes:

Les symptômes les plus évidents des kystes rétrocérébelleux du cerveau sont l'engourdissement des membres, l'hypertension artérielle et la faiblesse. outre,

  • maux de tête sévères;
  • pression sur le crâne;
  • lancinements indolores dans la tête, acouphènes;
  • hypertension intracrânienne (pression artérielle élevée);
  • faiblesse, évanouissement;
  • perte auditive, réduction de l'acuité visuelle;
  • tremblement de la main;
  • engourdissement des membres;
  • troubles de l'activité motrice;
  • convulsions, crises d'épilepsie;
  • ataxie - altération de la coordination des mouvements (avec kyste cérébelleux rétrocérébelleux).

En cas de dysfonctionnements persistants et de présence de symptômes multiples, il est urgent de se rendre au service de neurochirurgie afin d'éviter un danger menaçant la santé et la vie.

Caractéristiques du kyste chez les enfants

Un enfant qui commence à développer un kyste éprouvera les mêmes symptômes que n'importe quel adulte. Cependant, ils peuvent être très prononcés, ce qui causera plus d'inconfort. La raison la plus courante du développement d'un tel problème chez les enfants est la méningite transférée. Par conséquent, après la récupération, vous devriez consulter régulièrement votre médecin pour exclure les risques.

Un kyste est souvent trouvé chez les nourrissons. S'il n'est pas remarqué en temps opportun, il existe un risque de divergence des sutures osseuses chez le bébé. Dans ce cas, très probablement, l'hydrocéphalie commencera à se développer et à l'avenir, l'enfant aura des problèmes de développement mental et physique.

Si un kyste est détecté chez un bébé, il est important de confirmer le diagnostic par échographie dès que possible et de mener une thérapie intensive, y compris une intervention chirurgicale.

Diagnostique

Un diagnostic correct est l'un des éléments les plus importants du traitement. Avec une mauvaise approche, il y a un risque de mort. Ainsi, dans le cas où une tumeur maligne est confondue avec un tel kyste, ils peuvent prescrire une opération chirurgicale, qui ne peut en aucun cas être effectuée avec des tumeurs dangereuses.

Tout d'abord, le médecin mène une enquête, compilant une image complète des symptômes du patient. Après cela, une tomodensitométrie, une IRM et une échographie sont obligatoires, et la dernière procédure doit être effectuée avec l'administration intraveineuse d'un agent de contraste, ce qui aidera à déterminer une tumeur maligne ou bénigne chez le patient. Le médecin prescrit également d'autres examens pour déterminer avec précision la cause de la formation du kyste. Il est important de le faire immédiatement afin de commencer rapidement le traitement et d'éliminer l'impact négatif répété de la cause profonde..

Le patient se voit en outre prescrire les procédures suivantes:

  • Test sanguin. Les indicateurs de cholestérol et de coagulabilité peuvent clarifier l'état des vaisseaux et la présence d'un blocage, à cause duquel le kyste commence souvent à se développer. Les maladies infectieuses et auto-immunes sont également contrôlées..
  • Contrôle cardiaque. La procédure est nécessaire pour identifier les problèmes associés au rythme cardiaque et à la santé cardiaque..
  • Échographie Doppler. La détection d'une vasoconstriction dans la tête et le cou signifie que le sang circule insuffisamment vers le cerveau, dont une carence entraîne la mort des particules de tissu cérébral et l'apparition de néoplasmes.
  • Surveillance de la pression. Les chutes de pression peuvent provoquer des micro-accidents vasculaires cérébraux, à cause desquels un kyste commence à se développer.

Immédiatement après avoir révélé l'expansion de l'espace rétrocérébelleux et posé un diagnostic, le patient se voit prescrire un traitement. Il est nécessaire de le démarrer le plus rapidement possible afin d'exclure une nouvelle détérioration de l'état et toutes sortes de risques.

Caractéristiques du traitement

Distinguer entre la thérapie conservatrice et chirurgicale du néoplasme abdominal.

Thérapie conservatrice

L'inclusion d'une thérapie conservatrice dépend du tableau clinique (préopératoire ou postopératoire):

  • Normalisation de la pression artérielle (Captopril, Enalapril, Verapamil). Cela se fait à deux fins: normalisation de l'hémodynamique pour l'anesthésie et réduction de la pression intracrânienne.
  • Médicaments qui inhibent le système de coagulation sanguine (anticoagulants). Il s'agit notamment de l'héparine, de l'antithrombine. Attribuer pour la prévention de la thrombose.
  • Les nootropiques sont des médicaments qui rétablissent la fonction cérébrale (l'efficacité dans de nombreux cas est discutable). Il s'agit notamment de Nootropil, Cerebramin. Attribué uniquement pendant la période postopératoire.
  • Des antioxydants et des complexes de vitamines sont prescrits pour restaurer la fonction cérébrale et l'enrichir avec les substances nécessaires.
  • Les médicaments qui contrôlent le cholestérol sont les statines. Il est prescrit pour deux raisons: comme l'un des composants du traitement de l'hypertension artérielle causée par l'athérosclérose et comme prévention de la formation d'emboles graisseux dans la période postopératoire.

Thérapie chirurgicale

Le traitement de la pathologie n'est pas toujours chirurgical, avec de petits kystes, seules l'observation et le suivi périodique sont indiqués avec (examen par IRM / TDM). Le traitement chirurgical est indiqué dans les situations suivantes:

  • grandes tailles de tumeurs cérébrales;
  • tableau clinique prononcé, qui n'est pas arrêté par les médicaments;
  • signes de malignité;
  • localisation à proximité immédiate des centres vitaux;
  • valeurs élevées de pression intracrânienne;
  • violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien et occurrence d'hydrocéphalie.

Contre-indications (non spécifiques): présence d'inflammation, états décompensés (instabilité hémodynamique et saturation).

La chirurgie endoscopique est plus couramment utilisée pour les kystes arachnoïdiens. La méthode est basée sur la dissection du kyste et la création d'un message avec les citernes du cerveau pour l'écoulement libre du liquide céphalorachidien le long des voies naturelles. En conséquence, les trous sur la tête sont réalisés en tenant compte de la localisation des voies du kyste et du liquide céphalo-rachidien. Contrôle strict par échographie (peropératoire). Lorsque les kystes sont localisés dans les couches profondes du cerveau, cette opération n'est pas effectuée.

Microchirurgie. Une craniotomie est réalisée avec une dissection en couches de tous les tissus. Lorsque le kyste gonfle dans la plaie, sa ponction est nécessaire avec le contenu envoyé pour examen cytologique et histologique. Les parois du kyste sont soigneusement excisées et également envoyées pour examen. La plaie est suturée étroitement.

Opérations de guidage d'alcool. Il s'agit d'un type d'opération moins traumatisant associé au drainage du kyste dans des cavités extra-cérébrales (shunt cystopéritonéal). Dans ce cas, une extrémité du drainage est installée dans la cavité élargie du kyste, et l'autre s'étend dans la cavité abdominale (les feuilles du péritoine absorberont l'excès de liquide et la pression intracrânienne se normalisera).

Chirurgie ouverte (craniotomie). Le type d'intervention chirurgicale le plus couramment utilisé, car il offre un large accès même aux tissus profonds.

Avec les phénomènes prononcés d'hydrocéphalie, la chirurgie corrective est indiquée: chirurgie d'assistance à l'alcool; drainage ventriculaire externe.

Dans les cas urgents, une trépanation osseuse temporale (une seule ponction à 1,5-2 cm au-dessus de la tempe) est indiquée pour soulager rapidement la pression intracrânienne et empêcher le développement d'un œdème cérébral. Ainsi, l'excès de liquide sera éliminé et les signes d'œdème disparaîtront.

Complications postopératoires possibles

Les complications peuvent se développer immédiatement au moment de la chirurgie ou après celle-ci:

  • Dommages aux tissus cérébraux avec perte de fonction. Il fait référence aux conséquences les plus graves, car il ne se prête pas au traitement (les changements se poursuivront tout au long de la vie).
  • Syndrome convulsif. La raison de son développement peut être à la fois des dommages directs à la fibre nerveuse et l'effet réflexe des instruments chirurgicaux.
  • Hémorragie. Il existe deux options pour cette complication: hémorragie locale avec formation d'hématomes et hémorragie totale dans le cerveau (AVC).
  • Thrombose. À la fin de l'opération, de l'héparine est administrée au patient pour éviter cette complication, mais si de gros caillots sanguins se produisent, une thrombose, des accidents vasculaires cérébraux, une embolie pulmonaire peuvent survenir, ce qui entraîne souvent la mort..
  • Œdème cérébral. Une autre complication redoutable qui, en l'absence d'assistance immédiate, entraîne la mort. La compression de la moelle oblongue est particulièrement importante, car il existe des centres vitaux (respiration et cœur). La plupart des opérations ont un résultat favorable.

Ce qui est dangereux

Chaque patient avec un diagnostic de kyste rétrocérébelleux doit savoir ce que cette pathologie est dangereuse. Une tumeur cérébrale bénigne chez un enfant précède la manifestation de l'hypermobilité et provoque une violation du développement physique et mental.

Chez les patients adultes, un kyste cérébral s'accompagne d'une augmentation de la pression intracrânienne, ce qui provoque le développement du syndrome cérébral. Cette complication précède l'apparition de douleurs chroniques et la formation d'une carence en oxygène..

Les dommages pendant la chirurgie des cellules du cerveau provoquent la manifestation du syndrome focal. Les symptômes les plus courants du processus pathologique sont la perte auditive, la fonction motrice altérée, la parole illisible.

Une autre conséquence possible de la maladie est l'hypertension artérielle et la présence d'attaques convulsives. Souvent, un kyste cérébral contribue au développement d'anomalies psychologiques, à la suite desquelles le patient a des difficultés à communiquer avec les gens.

Ce qui ne peut pas être fait

Pendant la période de réadaptation, non seulement les cellules cérébrales affaiblies sont vulnérables, mais aussi le corps dans son ensemble, par conséquent, il est strictement interdit au patient de refuser de prendre des médicaments qui stimulent la fonction protectrice. De plus, il n'est pas recommandé au patient de surcharger le corps avec un entraînement physique épuisant, d'abuser de la restauration rapide, de l'alcool et de fumer.

La prévention

Il est possible d'empêcher le développement de kystes rétrocérébelleux de type secondaire en suivant des règles simples:

  • Réduire le risque de blessure et de commotion cérébrale.
  • Élimination rapide des maladies infectieuses.
  • Contrôle du cholestérol: une augmentation de son indicateur quantitatif est une indication pour la prise de médicaments.
  • Examen préventif régulier du cerveau, qui permettra d'évaluer le fonctionnement de la circulation sanguine locale.

Étant donné que les enfants sont également vulnérables au développement de kystes cérébraux, une fille enceinte doit maintenir un mode de vie sain, ne pas abuser de médicaments lourds et consulter régulièrement un gynécologue pour un examen de routine tout en portant le fœtus..

Lisez À Propos De Vertiges